Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Silvio Speca – Auteur de Karl & Klee

Rencontre avec Silvio Speca – Auteur de Karl & Klee

Après Roberto Ricci, Alessandro Crippa et Alfio Buscaglia, c’est au tour d’un autre auteur italien de répondre à nos questions, Silvio Speca. Rencontre avec l’auteur de Karl & Klee. Silvio Speca livre un western d’un genre peu conventionnel puisque les personnages sont des animaux, nul doute que son passage par les studios Disney n’y est pas étranger.

Chronique du Tome 1

Retrouvez également quelques planches à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Faire un western animalier en BD vous trottait dans la tête depuis longtemps ?
Silvio Speca :
Karl & Klee est un projet qui est né bien avant de devenir une bd, d’un travail fait sur quelques images isolées, au cours de plusieurs années.
J’ai d’abord commencé par créer les personnages, ce n’est qu’après que j’ai songé au lieu où se situerait l’histoire (genre). Klee a été le premier de la série, ensuite il y a eu Karl et enfin Black Bart. Belle est venue bien après pour les exigences du récit. Je voulais raconter un voyage et le Western me permettait de le faire en gardant les personnages avec leur caractéristiques, tout comme je les avais créé. A la fin de ce processus créatif, j’avais tout le matériel qu’il fallait pour le présenter aux maisons d’édition.

BDE : Est-ce que le fait de travailler chez Disney a favorisé votre choix de représenter vos personnages en animaux ?
SS :
En ce qui concerne mon expérience, grâce à Walt Disney j’ai compris la différence qu’il y a entre un auteur et un dessinateur. Ce n’est pas un hasard si après une longue période de recherche j’ai pu créer Karl & Klee. Il s’agit de personnages nés du désir de donner la voix aux pulsions qui nous font vivre. En ce qui me concerne, chaque personnage a un rapport direct avec un aspect de ma personnalité. Il est très probable que le choix d’utiliser des animaux soit lié à l’instinct, qui dans la nature, est représenté par l’animal.

BDE : Black Bart et Jules Winnfield (Samuel L. Jackson dans Pulp Fiction) ont pour point commun de psalmodier des passages de la bible, est-ce un hasard ou un clin d’œil au film de Quentin Tarentino?
SS :
Concernant le caractère de Black Bart, je cherchais un personnage qui, à travers ses actions, paraisse négatif, mais qui à travers sa façon de parler paraisse une bonne âme. J’ai tout de suite pensé à Samuel L. Jackson, qui avait ces caractéristiques. Même si la plupart croient qu’il vient de la Bible, le vocabulaire de Black Bart vient de Zarathustra de Friedrich Nietzsche.

BDE : En combien d’albums prévoyez-vous de réaliser pour cette série ? D’autres projets BD à venir ?
SS :
Avec Vents D’Ouest, on a décidé de conclure l’histoire avec un deuxième volume. Après quoi, au-delà des différents projets que j’ai avec des studios d’animation, j’aimerais continuer mon aventure sur le marché français. Je ne sais pas encore avec quoi, car pour le moment, je suis très pris par le deuxième volume que je viens de commencer et il m’est difficile de penser à l’avenir.

BDE : Merci à vous !!!
SS :
C’est moi qui vous remercie !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau et traduits par Nathalie Sinagra.
Interview réalisée le 3 septembre 2007.

Quelques planches

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*