Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Stanislas Gros – Auteur du Dernier Jour d’un Condamné

Rencontre avec Stanislas Gros – Auteur du Dernier Jour d’un Condamné

« Condamné à mort! Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée… toujours seul avec elle… toujours glacé par sa présence… Elle m’obsède éveillé, épie mon sommeil et reparaît dans mes rêves. Je viens de m’éveiller en sursaut, me disant: « Ce n’est qu’un rêve! » Eh bien avant même d’avoir ouvert les yeux pour vérifier que ce n’en était pas un, je l’ai entendue: Condamné à mort! »

En complément du dossier sur la collection Ex-Libris paru dans BDE numéro 15, voici comme promis une première interview avec un des auteurs. Premier one-shot de la collection, cette adaptation d’une courte nouvelle de Victor Hugo est une merveille d’intelligence et de noirceur. Le graphisme particulier de Stanislas Gros, pour son premier album, se prête parfaitement à l’oeuvre originale. Rencontrez avec nous un véritable artiste.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits de l’album à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! C’est un travail phénoménal que tu as accompli pour cet album, en étant à la fois adaptateur, scénariste et dessinateur. Comment as-tu vécu cette expérience ?

Stanislas Gros : Très bien. Je voudrais bien pouvoir dire que j’ai peiné, que c’était terrible, que j’ai cru que jamais je n’y arriverais, mais en fait c’était très facile et agréable à faire. Hugo a un style très visuel, les images sont venues très facilement et le texte était très simple à adapter. J’aime beaucoup la littérature du XIXe siècle, et Hugo est loin d’être l’écrivain qui m’intimide le plus. En fait je pense que malgré son image de monument national, c’est un auteur plutôt « facile ».

BDE : D’où est venue l’idée d’adapter cette courte nouvelle de Victor Hugo ? La connaissais-tu avant ?
SG : C’est Jean-David qui me l’a proposé. Je connaissais le texte, mais je le croyais assez obscur, méconnu. Petit à petit, je me suis rendu compte que tout le monde l’avait étudié à l’école sauf moi, qu’il a récemment été adapté au théâtre et même à l’opéra. Si ça se trouve, il y a même une adaptation au cinéma en préparation…

BDE : Comment as-tu opéré l’adaptation en terme de rythme, de découpage ? As-tu supprimé ou changé des passages ?
SG : Le texte est divisé en 49 petits chapitres et il fallait en faire 46 pages. Ca faisait quasiment une page, un chapitre. A croire que Hugo a écrit ce texte exprès pour qu’il soit adapté en une BD de 46 pages… Si je me souviens bien, le seul passage que j’ai supprimé raconte un cauchemar du condamné, que j’ai remplacé par un enchaînement entre ses visions quand il imagine ce qui l’attend après la mort et son réveil au début de la scène avec sa fille. J’ai aussi dû déplacer un ou deux épisodes pour pouvoir faire mes doubles pages, mais je ne sais plus lesquels.

BDE : Cette idée de la mort omniprésente, pesant sur le condamné presque à chaque case, est à la fois géniale et lourde de sens. Y as-tu pensé dès le départ ?

SG : Non. En fait, au début, je n’arrivais pas à faire la première page, où le condamné explique que l’idée de sa condamnation à mort le hante à chaque instant. Je faisais des choses trop compliquées, avec trop de texte. JD m’a fait refaire cette page plusieurs fois, jusqu’à ce que je trouve cette idée qui simplifiait tout. Elle m’a été suggérée par une phrase du texte qui compare l’idée de la mort à un spectre, donc finalement on peut considérer que cette idée n’est pas de moi, mais de Hugo, je l’ai juste interprétée.

BDE : La nouvelle est très courte et n’apporte aucune indication sur l’identité du prisonnier. Comment as-tu fait pour sa création graphique et son environnement ?
SG : En fait, le texte comporte tout de même quelques indications de lieu et d’époque, mais je pense qu’elles ont une valeur uniquement symbolique (par exemple, les noms inscrits sur les murs de la cellule sont ceux de condamnés authentiques, mais en fait Hugo les a choisis parce qu’ils représentent chacun un « type » de condamné : celui qui est mort pour des idées, celui qui a tué son père, son frère, son ami, sa femme, etc.). Ce que voulait Hugo, c’était « plaider la cause d’un condamné quelconque, pour un crime quelconque, exécuté un jour quelconque », donc j’ai fait un vague mélange de références : XIXe siècle, Moyen-âge et même XXe siècle pour que l’époque ne soit pas trop précise.
Pour la fin, en revanche, je voulais qu’on reconnaisse bien les lieux, pour que le lecteur puisse reconnaître l’endroit où, à Paris, on exécutait les condamnés, qu’il puisse se dire : « C’était ici ». Donc je suis allé dessiner la Conciergerie et l’Hôtel de Ville sur place, d’après nature. Ce qui est amusant, c’est que, comme c’était au mois d’août, je suis tombé en plein Paris-Plage : là où j’ai dessiné une guillotine, il y avait des bronzés qui jouaient au beach-volley ! (La preuve en image, grâce à Google)

BDE : Les quelques touches d’humour (très noir) étaient-elles présentes dans le roman ?
SG : J’en ai juste ajouté deux, je crois : au début, la phrase très dandy « je ferais sensation à rouscailler bigorne dans le salon de Mme de Blinval » est de moi, mais c’est une allusion à la « comédie à propos d’une tragédie » qui précède mon édition du bouquin. Vers la fin, aussi, l’architecte gaffeur est de moi : celui du texte ne gaffe pas du tout, il le fait exprès par sadisme, mais je n’arrivais pas à bien rendre cette idée, donc je l’ai remplacée par ce petit gag, que les fans d’Hugo me pardonneront sûrement. Toutes les autres touches d’humour sont de Hugo, notamment le petit strip très gotlibien où on voit Louis XVI et Robespierre féliciter Guillotin pour l’efficacité de sa machine, et la fin avec le bourreau qui dit qu’il faut y aller, parce que la lame va rouiller, qu’il est responsable, et tout.
Parmi les idées étonnantes de Hugo, il y a aussi celle des guillotinés qui tiennent leur tête par la mâchoire parce qu’elles n’ont plus de cheveux. Il fallait y penser…

BDE : On ressort de sa lecture presque changé, soulagé de voir cette agonie s’achever et gêné par la manière (la peine de mort). Comment as-tu toi-même ressenti ta création ? N’était-ce pas un peu déprimant ?
SG : Au contraire, j’étais en train de réaliser mon premier album de BD et tout se passait bien, c’était tout sauf déprimant ! Je lis volontiers des histoires horribles, écoute des musiques tristes, vois des films sinistres, sans que ça ait d’incidence sur mon humeur. là c’était pareil. En revanche, un mois d’août pluvieux, ça, ça me déprime !

BDE : L’œuvre originelle, très engagée, et l’album sont un réquisitoire contre la peine de mort. Etait-ce l’occasion pour toi aussi de faire passer des idées ?

SG : Pas spécialement. « Tout art est parfaitement inutile » comme dirait Wilde. Bien sûr, je suis contre la peine de mort, le racisme, la faim dans le monde, le réchauffement climatique et les mois d’août pluvieux, mais je suis conscient que je n’y peux pas grand-chose. En plus, dans un pays où la peine de mort est abolie depuis 25 ans, j’aurais l’air malin de crier « à bas la peine de mort »… Je pense simplement avoir fait passer les sentiments que la peine de mort éveille en moi.

BDE : Comme elles semblent parfaites pour ton récit, as-tu suivi ou dirigé le choix des couleurs ?
SG : Pratiquement pas, juste quelques détails techniques. Je considère que quand on collabore avec un coloriste, il faut le laisser faire ce qu’il veut, sinon autant faire les couleurs soi-même. Au début, beaucoup de gens, en voyant mes pages en noir et blanc, étaient un peu inquiets à l’idée qu’elles allaient être mises en couleur. Je suis bien content de voir que les couleurs de Marie soient finalement aussi appréciées.

BDE : Penses-tu faire une autre adaptation plus tard ou as-tu d’autres projets ?
SG : Actuellement, je finis une adaptation du Portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde. Après, je ne sais pas encore, on verra bien.

BDE : Pour finir, sur quelle(s) série(s) aurais-tu rêvé de travailler ?
SG : Je rêve de travailler sur la série de TF1 pleine d’humour et de suspense soeurtherese.com. Je vous dévoile quelques dessins préparatoires (*), mais bon, je sens bien qu’ils ne sont pas à la hauteur…

BDE : Merci à toi.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 11 octobre 2007.

Retrouvez plus d’infos sur les travaux de Stanislas Gros sur son site.

Extraits de l’album

Essai pour soeurtherese.com (*)

© 2007 Guy Delcourt Productions
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

(*) Précision à ceux qui n’auraient pas percuté : nous ne sommes pas en avril, mais c’est bien une plaisanterie de Stanislas !

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*