Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Sylvain Ricard, Maël et Albertine Ralenti – Auteurs de Dans la colonie pénitentiaire

Rencontre avec Sylvain Ricard, Maël et Albertine Ralenti – Auteurs de Dans la colonie pénitentiaire

« Ah comme l’exécution était différente autrefois! Un jour à l’avance, toute la vallée était noire de monde. Des fanfares réveillaient le camp, les fonctionnaires prenaient place autour de la machine… Devant des centaines d’yeux, le commandant couchait le condamné sous la herse et l’exécution commençait! Dans le recueillement, on n’entendait que les gémissements du supplicié, assourdis par le tampon ouate. Un enfant dans chaque bras, nous admirions l’expression transfigurée du visage martyrisé… C’était le bon temps, camarade! »

Poursuite de notre tour d’horizon des albums de la collection Ex-Libris avec au menu d’aujourd’hui la rencontre avec les auteurs du one-shot oppressant adapté de Kafka. Pour cette œuvre singulière et forte en symboles, tous les trois ont accepté de revenir sur ce qu’ils ont pu apporter à cette BD.

Chronique de l’album ici.

Retrouvez des extraits à la fin de l’interview.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Pour commencer, une question qui semble inévitable : d’où est venue l’idée d’adapter cette histoire courte ? La connaissiez-vous avant ?

Sylvain Ricard : Salut ! C’est Jean-David Morvan qui m’a contacté pour me proposer de participer à sa collection. Je connaissais bien sûr cette histoire courte de longue date. Kafka est un auteur que j’apprécie beaucoup et Dans la colonie pénitentiaire est sans doute un des livres que j’ai le plus lu, bien qu’il ne soit pas des plus connus. J’ai donc proposé à Jean-David et Maël d’adapter cette œuvre.
Maël : J’avais lu pas mal de textes de Kafka, mais pas celui-ci ; après avoir lu cette nouvelle suite à la proposition de Sylvain, j’étais évidemment emballé par le texte, mais un peu tétanisé devant la perspective d’une adaptation d’un tel récit. L’exercice de style, qui consistait à mettre en scène un huis-clos extérieur autour de quatre personnages (dont deux qui ne parlent quasiment pas) sur 46 planches de bande dessinée, était un pari risqué. Mais après avoir fait quelques esquisses, j’ai vu le côté excitant de l’entreprise et je me suis consacré avec plaisir à ce projet atypique.

BDE : Avez-vous dû supprimer ou modifier quelques éléments pour adapter le récit au rythme d’un album ?
SR : Assez peu. Il y a bien sûr quelques légères modifications et en particulier la fin que j’ai un peu aménagée, mais dans l’ensemble c’est une adaptation très fidèle du texte original. Il s’agit d’ailleurs plus d’une transposition de la littérature vers la bande dessinée qu’une réelle adaptation.
M : Finalement, le vrai travail d’adaptation était contenu dans ce souci de transposition ; la question étant « comment faire pour que ce texte remarquable devienne une bonne bande-dessinée ? » – et surtout qu’est-ce que la BD pouvait apporter d’intéressant à cette nouvelle ? Le parti-pris engagé dès le départ par Sylvain, qui était de réaliser une sorte de « théâtre » de bande dessinée, constitue à mon avis l’originalité de la démarche.

BDE : Quel plaisir avez-vous éprouvé à partir de cette nouvelle, sachant qu’on pourrait croire que ça limite la créativité d’un auteur ?

SR : Le même plaisir qu’à chaque relecture, avec le bonheur de voir posées sur le papier toutes ces images que j’avais élaborées mentalement à chaque lecture. Pour ce qui est de la limitation de créativité, ça ne me fait ni chaud ni froid. Mon plaisir n’est pas lié au fait de faire une histoire originale, mais plutôt d’inscrire des personnages dans un contexte stressant, préoccupant ou franchement délétère, de les faire réagir, de les manipuler comme des marionnettes, de les imaginer réagir à tel ou tel stimulus, de leur imprimer un caractère et une façon de s’exprimer. Toute la créativité peut se trouver là. D’une histoire cent fois racontée on peut tirer un chef d’œuvre (certains y sont arrivés !). Il n’y a là rien d’incompatible.
M : Je partage totalement cette vision des choses. Un maximum de contraintes, un cadre rigide, sont parfois les meilleurs stimulants pour la créativité. J’ai senti assez vite qu’avec les variations d’expressions, de cadrages, on pouvait avec le langage spécifique de la bande dessinée créer un rythme, un ton, et même avec les couleurs l’équivalent d’une bande-son. Bref, il y avait finalement de la place pour essayer pas mal de choses.

BDE : Est-ce aussi difficile d’adapter Kafka qu’on le pense ?
SR : Franchement, pour ce qui est de cette nouvelle, je n’ai eu absolument aucun problème. Tout coule de source, tout me semble évident. La seule petite angoisse liée à cette histoire tenait dans le fait que la quasi-totalité du livre tient sur un seul et unique personnage (les autres étant un peu des faire-valoir), et que mettre en scène subtilement cinq pages de monologue n’est pas des plus simples. Je crois que Maël à su proposer des solutions très efficaces pour palier cette difficulté.
M : Je me demande si je n’aurais pas eu plus de difficultés à dessiner une adaptation de La Métamorphose, par exemple, qui fait partie des récits plus introspectifs de Kafka, parce qu’il aurait fallu mettre en images des états d’âmes, des éléments d’autant plus impalpables qu’ils sont très subjectifs.

BDE : Les décors comme les couleurs sont très sobres. Est-ce voulu pour renforcer le sentiment d’isolation et de malaise ?
SR : C’est une volonté de l’auteur. C’est dans cet environnement qu’il place tout son récit. Je ne voyais pas pourquoi le changer. Pour les couleurs, ce sont Albertine et Maël qui ont fait le choix des ambiances et des teintes. Ils sont sûrement mieux placés que moi pour en parler…

M : Effectivement, Kafka s’étend assez peu sur la description des décors, qu’on peut se représenter à mon avis tels que je les ai dessinés, mais avec plus ou moins de détails. Je ne voyais pas l’intérêt d’alourdir le récit avec le décor qui est, dans la nouvelle, un arrière-plan, excepté pour la dernière scène où tout à coup on remet les pieds dans une réalité plus concrète et légèrement plus incarnée. Si le décor n’est pas utilisé précisément dans le récit (qu’il s’agisse du texte original ou du scénario de Sylvain), je m’en sers pour situer l’action, comme repère, comme élément de raccord ou comme élément graphique, ou tout simplement je l’escamote. Je tenais à cette espèce d’aridité, de sobriété. J’ai conscience de l’effet rebutant que ça peut avoir pour certains lecteurs qui aiment voir que le dessinateur s’est donné du mal à chiader les décors, mais la bande-dessinée n’est pas un concours de biceps, et je pense que c’est le bon choix d’un point de vue narratif. Idem pour les couleurs : on a cherché, avec Albertine, à évoquer l’atmosphère et la lumière sobrement, en ménageant les effets de rupture pour les moments clés, et en variant les fonds pour faire avec la couleur comme ferait une bande-son sur un film. Tous ces choix sont narratifs, le but est que tout ça ne se sente pas, ne saute pas aux yeux, et on atteint notre but si le lecteur lit le bouquin d’une traite sans se poser de questions. Du reste, ce n’est pas une invention, je me souviens de planches de Lucky Luke utilisant le même procédé.
Albertine Ralenti : Après avoir lu la nouvelle et avoir vu les premières planches de Maël, les couleurs sont venues assez spontanément. En partant des quelques éléments scénographiques donnés dans le récit, une palette de couleurs chaudes et sèches semblait indiquée (la chaleur est omniprésente dans le récit ainsi que la lourdeur de l’atmosphère). Comme on est en présence d’un quasi huis-clos, nous voulions que les couleurs posent l’ambiance mais surtout appuient la narration, les émotions et les relations entre les personnages. Les couleurs des silences comme des actions rompent avec le « ronronnement » de l’histoire pour interpeller le lecteur. Ainsi nous sommes parvenus à ces aplats bruts qui taillent et structurent les images.

BDE : Comment imagine-t-on des personnages, des lieux ou des objets comme la machine, à partir d’un roman ? Quel est le processus de leur conception ?

SR : Je ne sais pas comment expliquer ça. Tout était limpide depuis le début, depuis la première lecture de cette nouvelle (il y a fort longtemps). Il n’y a pas eu de processus de création en ce qui me concerne. Ils sont tous évidents, à l’exception de la machine dont la description par Kafka est faite de sorte qu’elle soit impossible à imaginer de façon globale. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on ne la voit jamais dans son entièreté. là encore, ce n’est pas notre choix mais le respect du texte qui a prévalu.
M : Kafka excelle dans l’art de peindre des personnages en quelques touches, quelques mots, des nuances qui en disent long sur leur psychologie, et cette limpidité transparaissait dans les indications de Sylvain. Je n’avais plus qu’à trouver les physionomies les plus adaptées au registre des personnages, en apportant un soin tout particulier à varier l’expressivité de l’officier, dont le visage et la gestuelle prolongent très souvent le discours. Encore une fois, je me représentais des acteurs en train de jouer ce texte. Des lecteurs m’ont dit que l’officier me ressemblait un peu ; c’est sûrement vrai, puisque pour le cerner et dessiner au mieux ses expressions, je le mimais mentalement – j’avais donc en tête mon propre visage, mes propres grimaces…
AR : Nous avons beaucoup cherché les couleurs de l’officier, personnage central de l’histoire. Kafka donne très peu de détails « visuels » dans la nouvelle. Tout est de l’ordre de l’impression laissée. J’ai fait des recherches sur les uniformes et les lumières en pays chauds. Mais comme ce n’est pas un récit historique, nous avons ensuite dévié vers des couleurs qui collaient mieux à notre représentation de l’atmosphère. Nous avons joué sur l’opposition entre les personnages : un officier exubérant, fantasque, parfois jusqu’au grotesque, et un voyageur discret, posé et observateur. Ainsi l’officier est souvent traité en tons plus chauds et plus saturés que le voyageur. Des couleurs et des accords qui se réchauffent et deviennent de plus en plus « violents » à mesure de la montée de la tension dans le récit.

BDE : Envisagez-vous une autre adaptation ? Un roman plus léger, moins oppressant ?
M : Ca a été un tel plaisir que si Sylvain me propose une autre adaptation d’un texte qui nous emballe tous les deux, je serai partant, à condition que ce soit à nouveau assez court (pas plus de deux albums). Mais je suis déjà engagé sur d’autres livres, ce n’est donc pas pour tout de suite…
SR : Plus léger ? Je ne sais pas ce que ça peut vouloir dire… En ce qui me concerne, j’aurais beaucoup aimé essayer d’adapter La lettre au père, toujours de Kafka. Mais je ne suis pas sûr de pouvoir en faire quelque chose d’intéressant…

BDE : Etes-vous satisfaits de constater que l’absurdité dénoncée par Kafka est parfaitement retranscrite par votre album, d’après les lecteurs ?

SR : Je n’ai pas lu grand-chose des lecteurs à ce jour… Mais s’ils sont contents de la lecture de ce livre, alors c’est parfait. Je suis personnellement très heureux de l’avoir fait.
M : La grande question après avoir fait un tel bouquin, c’était de savoir d’abord si on avait fait une bonne bande-dessinée, lisible et intéressante en soi, et si cette bande-dessinée avait un intérêt par rapport au texte original et aux sujets qu’elle aborde. J’ai l’impression que les personnes qui se décident à lire cette BD, plutôt déstabilisante au premier abord, vont au bout sans problème. Si en plus ils en tirent matière à réfléchir, et si ça les emmène vers d’autres écrits de Kafka, c’est gagné !
AR : De ce que j’ai pu lire sur les couleurs, en général, elles semblent déranger, ce qui me paraît tout à fait coller à ce récit!

BDE : Merci beaucoup à vous trois.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 9 novembre 2007.

Extraits de l’album

© Guy Delcourt Productions/Ricard/Maël/Ralenti
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*