Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » XIII : Ultime Conférence de presse – La Version irlandaise / Le Dernier round

XIII : Ultime Conférence de presse – La Version irlandaise / Le Dernier round

C’est au sixième étage de l’Hôtel Raphaël (Paris 16ème) que les Editions Dargaud ont convié journalistes et modestes représentants de webzines amateurs de BD, le 12 novembre 2007, à l’occasion de la sortie des deux derniers tomes de XIII.
Un événement médiatique savamment orchestré, où dès l’heure du petit déjeuner, les trois artistes ayant pris part à l’aventure (Jean Van Hamme, William Vance et Jean Giraud) se voient isoler pour répondre à quelques questions devant des caméras : la journée sera longue pour eux ! Ce début de matinée n’est que la première étape d’un long marathon promotionnel qui se finira au Virgin Mégastore des Champs Elysées, le lendemain.


La conférence de presse est lancée par Claude de Saint-Vincent, président de Dargaud, qui explique l’intégralité du dispositif mis en place pour la parution de « La version irlandaise » (T18) et « Le dernier round » (T19).
Une série emblématique qui a vu ces quelques milliers de lecteurs en 1984 devenir aujourd’hui des millions ! XIII est très vite « sorti de ses bulles de ses cases ». C’est tout d’abord une série qui s’expose comme le prouve les tirages d’art présents dans le salon de la conférence et qui seront exposés et vendus à travers la France dans les magasins Fnac.
XIII passe à la télévision : le tournage prochain d’une série télévisée, coproduite par Canal+ et M6 avec Stephen Dorff (dans le rôle de XIII) et Val Kilmer (dans celui de la Mangouste) suscite tous les espoirs. La création de Van Hamme et Vance se décline également en jeux vidéo (Il y a quelques années un jeu est sorti chez Ubisoft, là il s’agit de Gameloft qui en produit un nouveau sur portable), sans oublier les tickets à gratter lancés il y a de cela quelques années par la française des jeux et dont une nouvelle série va voir le jour.
[Un peu plus tard Van Hamme remerciera les responsables des droits dérivés d’avoir envoyé une chaussette à William Vance en Espagne et l’autre de la paire chez lui à Bruxelles !]

Avant de donner la paroles aux personnes présentes face à lui, Claude de Saint-Vincent pose la première question, à l’intention de Yves Schlirf, directeur éditorial chez Dargaud Benelux et assis à l’autre bout de la table.
Une occasion de revenir sur la genèse de ce projet original, ou comment ce proche de Jean Van Hamme est arrivé à obtenir de l’homme réputé « incorruptible » un « album de plus ». A l’époque, Yves Schlirft, travaillait pour les éditions Kana à l’adaptation d’« Icare » dessiné par Jiro Tanigutchi et scénarisé par Jean Giraud.. Après avoir discuté de bandes dessinées, découvert l’admiration de Moebius pour l’auteur belge et connaissant l’estime de ce dernier pour le français, il se dit avoir peut être trouvé l’Idée pour terminer en apothéose la série et propose à Van Hamme d’écrire un tome supplémentaire avec la participation de Giraud.
Comme il se doit, l’interrogation suivante est relative à la décision de Jean Van Hamme d’arrêter la série. L’auteur met en avant d’une part le sentiment d’être arrivé au bout d’un cycle qui été celui de la recherche par le personnage de sa propre identité, associé à la certitude d’avoir bouclé toutes les intrigues secondaires, et d’autre part le besoin de se dégager du temps (il a aussi abandonné la série Thorgal) et être disponible pour des projets BD ou autre (Il est en train d’écrire un feuilleton pour la télévision française, évoque un roman, une pièce de théâtre et n’écarte pas l’éventualité de refaire quelque chose avec Jean Giraud même si cela n’est pas à l’ordre du jour).
Jean Van Hamme assume son choix en parlant de la vanité qui existe à quitter une série lorsqu’elle marche bien plutôt que trop tard, et décevoir les fans à qui il estime offrir une fin éblouissante de par la présence de Giraud en guest star.
L’autre « père » de la série William Vance est à son tour interrogé quant à ses projets pour l’avenir : sa réponse si elle n’exclut pas qu’il puisse en exister une laisse supposer que pour l’instant rien n’est vraiment défini et appelle à la patience.

Le doute plane sur la salle un temps avant que Jean Giraud soit appelé à rapporter un retour quant à ses impressions sur l’aventure de « La version irlandaise ». Le dessinateur peu habitué à dessiner des situations réalistes revient ici (il y reviendra plus tard au moment d’autres questions) sur le défi qu’a été pour lui la création de ce dix-huitième tome, la recherche de documentation principalement et également la difficulté de ne pas voir surgir lors de l’élaboration des dessins de XIII, des personnages de ses autres séries notamment Blueberry. Invité sur la série, Giraud n’a pas toujours voit au chapitre, pour preuve une couverture qui lui a été refusé par le « maniaque » Van Hamme, référence en matière de marketing, car jugée comme trop distanciée et pas assez accrocheuse en comparaison de celle arrêtée au final (la première couverture « esthétiquement parfaite » sera néanmoins reprise pour la version « luxe » de l’album). Van Hamme s’explique alors un long moment sur la façon dont il conçoit une couverture et celle dont il perçoit les deux dernières de la série XIII après être revenue sur la toute première de « Le jour du soleil noir ».
De façon équilibrée, les journalistes amène William Vance à se prononcer sur son ressentiment lorsqu’il a vu Giraud « s’approcher de sa série ». La réponse coule de source lorsqu’on se rappelle que les deux hommes ont travaillé ensemble sur la série « Sur ordres de Washington » (1991) et « Mission Sherman » (1993) deux tomes de Marshall Blueberry, et le dessinateur ne peut qu’exprimer son enthousiasme, y voyant ni plus ni moins qu’une situation logique, un rééquilibrage de la balance, puisque lui aussi en son temps s’était approprié l’univers de l’autre (Giraud écrit Blueberry depuis la mort de Jean Michel Charlier en 1989). Un peu plus tard, Jean Giraud reviendra sur la qualité de dessin de William Vance sur XIII, qu’il reconnaît avoir véritablement découvert au moment où il s’y est retrouvé associé (« On a un peu tendance à éprouver du mépris pour les séries qui rencontrent le succès »). Il qualifiera de « bluffante » la restitution que Vance fait de la société américaine : meilleure que celle des propres auteurs de BD originaires de là bas, alors qu’il n’a jamais mis les pieds outre-atlantique !

Manifestement impressionnés par les artistes présents, le charisme et l’assurance indiscutable de Van Hamme, les questions peinent à franchir les lèvres des interviewers, et certains s’essayent à relancer la conférence de presse par l’humour (« Que pensez-vous de l’album de BD que va sortir votre compatriote Johnny Hallyday ? (Johnny Hallyday T1 L’idole des jeunes – Collectif – Soleil Productions 14€95) « Il a fait quoi ? » répond le scénariste en rappelant Que Jean Philippe Smet n’a pas encore la nationalité belge). Yves Schlirf vient à la rescousse en revenant sur la mise en place des deux derniers albums tirés à 500 000 exemplaires, avec un packaging particulier pour les libraires qui ont supporté les éditions Dargaud depuis ce quart de siècle, les éditions « dorées » (20 000) et « argentées » (3000).

Jean Van Hamme est de nouveau interrogé sur son travail et notamment sur sa méthode pour arriver à ne pas devenir schizophrène au regard du nombre de personnages où d’intrigues sur XIII ou ailleurs. Le scénariste belge explique que contrairement à ce qui se dit, il n’a pas de petite fiches reprenant l’ensemble des acteurs de ces séries (Et pourtant c’est écrit dans le dossier de presse fourni par Dargaud !) et qu’il relit simplement les BD avant de se lancer dans l’élaboration d’un nouveau tome, auquel il se consacre non stop car il s’avoue incapable de mener plusieurs projets en même temps! Interrogé sur d’éventuels regrets à propos de certains albums « moins intenses » sur la série, Van Hamme qui détermine à deux, trois, le nombre de volumes « mineurs » explique que ceux ci se révélaient malheureusement nécessaires pour boucler les intrigues secondaires, appuyant sa démonstration sur « Les trois montre d’argent » (T 11), d’où découle « Le trésor de Maximilien » (T 17) : le public apparemment enthousiaste a continué d’acheter, ce que confirme les chiffres de vente.
Lorsqu’on lui demande si dès le début il connaissait la véritable identité de son héros, le créateur en vient à admettre qu’il a hésité jusqu’à la fin quant à la chute de l’hypothèse évoquée dans « Lâchez les chiens » (T 15), deux possibilités subsistantes il lui a fallu essayer de surprendre son public sans le décevoir.

Mme Van Hamme étant présente dans la salle, c’est tout naturellement que l’on en vient à parler des héroïnes de la série, dont l’une doit périr dans le dernier volume. Avec beaucoup d’humour l’artiste explique que lors de repas au restaurant, son épouse a sauvé un nombre important d’héroïnes à deux doigts de passer à la trappe après qu’il eut estimé qu’elles aient rempli leur rôle (« et même cette horrible Kriss de Valnor » (Thorgal) précise t-elle à ses voisins directs.), le sort funeste d’autres personnages ayant été décidé également lors de ses déjeuners sous les regards abasourdis de voisins de tables impressionnés par le thème de la discussion !
Quant à parler des personnages, il est demandé aux artistes s’ils ont tous les mêmes préférés dans la série XIII. Giraud n’ayant en réalité que trois personnages en commun avec Vance, éprouve quelques difficultés à répondre à la question. Il cite donc Jessica Martin, Giordino et manque de révéler la véritable identité de XIII ! Heureusement Jean Van Hamme veille et lui souffle le nom de Jason Fly (qui est une fausse identité – cf « La nuit du 3 août » (T7). Le scénariste intime de William Vance (amateur de l’univers de l’armée) reconnaît lui avoir donné la possibilité de mettre en scène le Général Ben Carrington. Le dessinateur reconnaît une préférence marquée pour le Major Jones.
L’heure tourne et Claude de Saint-Vincent amène à la conclusion de l’entrevue, en rappelant ce que représente le rassemblement devant nous d’une telle « dream team ».

La conférence de presse se termine dans une ambiance bon enfant en revenant entre autre sur quelques bizarreries de la série (Pourquoi XIII vouvoie-t-il tout le monde, même le Major Jones avec qui il est très intime ? Pourquoi ne connaît-on pas son prénom ?), Van Hamme ne trouve rien à dire d’autre que ses choix, même s’il essaye de les expliquer de par la nature même du personnage amnésique de XIII, sont avant tout inconscients.

Vance en vient à expliquer ce que représente pour lui la série de XIII. Non sans une certaine émotion William van Cutsem (c’est le vrai nom de Vance) explique que XIII est la suite de Bruno Brazil, personnage qu’il avait créé avec Greg (Achille Talon, Spirou), et qu’il n’a pu continuer faute de scénario. C’est sur ce constat d’échec qu’il lui a été proposé un scénario de la même veine écrit par Jean Van Hamme, et qui restera une année dans un tiroir avant de voir le jour chez Dargaud, éditeur de l’intégrale Bob Morane et de Ramiro.
Pour sa part Jean Van Hamme se reconnaît moins nostalgique laissant le lecteur face au décalage qui existe avec lui : pour lui son travail s’est terminé il y a un an, alors que nous attendons impatiemment de découvrir « La version anglaise » et « Le dernier round ».

Le mot de la fin lui reviendra puisqu’il parlera successivement de la vision qu’il a du pouvoir (Forcément corrompu dans une œuvre de fiction) et son avis sur le script de la série dont le tournage va débuter au Canada (il a été consulté, la dernière mouture qu’il en avait eu était bien, mais est-ce que cela sera celle qui sera mise en boite ?).
Les trois artistes se voient de nouveau photographiés et filmés pendant que les représentants de la presse écrite et les modestes représentants de webzines amateurs de BD se dirigent vers la sortie où leur est distribué les deux derniers albums de la série qu’ils vont s’empresser d’aller lire dans le métro pour ensuite écrire leurs chroniques.
Ludovic Grignion

Note : désolé pour l’absence de photos de la conférence de presse. Promis, la prochaine fois, on n’oubliera pas l’appareil photo…

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*