Accueil » Autour de la BD » Jeux Vidéo » Trolls de Troy : La Cité de la Mort Rose – Le jeu vidéo

Trolls de Troy : La Cité de la Mort Rose – Le jeu vidéo

Titre
Date de sortie : novembre 2007
Développeur : Belle Productions
Editeur : Mindscape
Prix : 39,99€

Nous vous l’avions annoncé… Au tour du test maintenant !
Petit rappel des faits : Mindscape et Belle Productions ont décidé d’adapter la BD d’Arleston et Mourier, Trolls de Troy, sur PC et Mac (sur le même CD au passage) dans un jeu d’aventure / action. Mais plutôt que d’avoir repompé l’histoire originale de la série, le choix s’est porté sur un scénario original.


Nous sommes au village troll de Phalompe. Entre beuveries, goinfreries, bagarres et autres beuveries pour fêter les bagarres et les goinfreries, les trolls vivent une vie paisible et tranquille. Jusqu’à l’apparition de mystérieuses fleurs roses… Ces fleurs empoisonnent les habitants du village et les plongent dans la Mort Rose (notez le jeu de mots). Leur combativité disparaît et les chasseurs de trolls vont pouvoir faire un vrai massacre face à ces adversaires impuissants (le comble pour un troll !). Tout le monde est contaminé. Tout le monde ? Non, des petits trollions résistent encore et toujours à la contamination (sinon, y’aurait pas de jeu non plus). Nous incarnons donc tour à tour Gnondpom (le fils de Teträm, héros de la série) et Tyneth (la fille du chef). Les deux charmants bambins vont alors partir en quête pour résoudre ce mystère. Ils vont croiser sur leur chemin des personnages bien familiers pour les lecteurs de la BD.

sfroumptch-3d

L’ambiance de la BD est d’ailleurs très bien restituée : jeux de mots en permanence, clins d’œil plus ou moins discrets (une drôle de créature parlant de son Précieux, un nain rappeur, …), du gore et des bastons. Seul petit bémol à ce sujet : les voix des personnages. Quand on lit la série, les voix choisies ne correspondent pas toujours à ce que nous nous étions imaginé. Les trolls parlent finalement de façon trop humaine… Dommage.

Boîte
Maintenant, venons-en au jeu en lui-même. L’interface fonctionne sur le principe du Point & Clic : tout se joue avec la souris. Vous la faites glisser, vous cliquez et vous laissez faire votre personnage. Y’a pas plus simple comme prise en main, même Pong n’a pas fait mieux. Votre personnage (en 3D) se déplace dans un décor dessiné en 2D. Il peut ramasser des objets, capturer des proies, grogner et même prendre différents transports en commun, le plus courant étant le RAR (étrangement, aucune grève n’a été déplorée malgré les nombreuses agressions des conducteurs). Quand le troll devient morose, il suffit de dévorer une des proies capturées, lâcher une caisse ou un rot et le voilà redevenu tout guilleret.
Au cours de son aventure, nos héros vont devoir accomplir différentes quêtes, offrant de l’expérience. Cette dernière, contrairement aux habituels jeux de rôle, ne peut pas être contrôlée : les points sont automatiquement répartis (à notre grand regret puisqu’il est alors impossible de monter les caracs de son propre personnage). A part les quêtes et les balades dans les différents écrans, les trolls croisent d’autres personnages avec qui ils peuvent interagir : discuter, combattre, bouffer. Revenons d’ailleurs sur la phase des combats. Elle aussi est très simple : le troll frappe son adversaire jusqu’à mettre sa jauge de santé à zéro, en parallèle, l’ennemi a une jauge d’action qui se remplit, déclenchant alors une attaque. Une fois que le principe est bien intégré, les combats sont assez faciles (sauf lors d’obstacles sur la route, mais nous y reviendrons). Et pour se soigner ? Mangez, pardi !
tyneth » />

Mais attention… Malgré son relatif aspect gentillet, le jeu n’est pas spécialement destiné aux petits enfants. Un troll, ça pète, ça rote, ça boit et ça tue. L’humain est une simple friandise et un objet de décoration. Les amateurs de la série pourront confirmer.

Hop, au tour de la technique. Point de révolution graphique, le jeu ne demande pas la Ferrari des PC ou la Rolls Royce des Mac. Le côté visuel des albums est bien restitué mais on peut formuler quelques reproches sur l’aspect 3D des personnages : sourire figé, attitudes crispées… Mort Rose ou Balai dans le Cul ? Un petit défaut assez pardonnable puisque la jouabilité compense tout. Malgré quelques saccades, le jeu tourne bien : pas de longs temps de chargement, bonne fluidité d’une scène à l’autre, pas de lags.
Autre défaut, sur le Point & Clic en lui-même : il vous faudra souvent cliquer pour déplacer votre personnage… Une racine ? Et le voilà bloqué ! Un changement de zone et des araignées à écraser ? Raté… Vous êtes aux prises avec les araignées alors que vous vouliez juste changer de zone… Et là, vous comptiez les écraser et vous êtes retourné dans la zone précédente… Un aspect un peu pénible surtout quand ça n’arrive pas au bon moment.
village-phalompe
Avis
Amateur de la série Trolls de Troy, j’ai vraiment apprécié ce titre. Par contre, le gamer invétéré risque de s’en lasser, préférant opter pour un titre utilisant les prouesses de sa machine. L’univers de la BD est très bien retranscrit et le jeu s’adresse donc exclusivement aux lecteurs appréciant le monde de Troy qui seront ravis de retrouver tout ce qui avait fait le succès de la série d’Arleston et de Mourier.

Les plus :
Le monde de Troy bien retranscrit
Humour omniprésent
La prise en main très facile
Bonne durée de vie

Les moins :
Quelques bugs encore gênants (patchs à télécharger impératifs et parfois, ça ne suffit pas !)
D’incessants allers-retours à effectuer
Trop simpliste
Les personnages 3D figés

Configuration minimum :
PC :Windows XP, Processeur 1,4 GHz, 512 Mo de RAM, carte graphique à 128 Mo de RAM
Mac : OS 10.4, Processeur à 1,25GHz/MacIntel 1,66 GHz, 512 Mo de RAM, carte graphique 32M o de RAM

Anthony Roux
© Belle Productions, Mindscape et Arleston – Mourier
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*