Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Hervé Bourhis – Auteur du Petit livre rock

Rencontre avec Hervé Bourhis – Auteur du Petit livre rock

« 1951. Alan Freed, le Dj vedette de la station WJW (Cleveland, Ohio), vient de lancer son émission vedette : Moondog rock and roll party. Une ligue de vertu a appelé la radio pour faire interdire l’émission. »

De cet événement musical qui scellera la naissance officielle de ce genre musical jusqu’aux plus récents artistes de notre époque, de nombreuses anecdotes ont parsemé l’histoire du rock. Hervé Bourhis les a réunies avec d’autres dans un excellent ouvrage qui pourra trouver sa place sous les sapins des plus grands amateurs. De passage à la FNAC d’Evry, nous ne pouvions pas manquer le rendez-vous…

Chronique de l’album ici.

Retrouvez des extraits à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Ce livre semble être fait pour devenir le cadeau de Noël (ou d’anniversaire) idéal. Est-ce que ça a compté au moment de sa création ?
Hervé Bourhis : Bonjour ! Pas vraiment en fait. L’idée de cet album remonte à très longtemps. C’était d’abord un livre que je voulais faire pour moi. Ado, je notais déjà des anecdotes dans un cahier, pour le plaisir. Quand la possibilité d’en faire une BD est arrivée, j’ai repris ces notes, en vérifiant leur authenticité, et je les ai complétées par de nouvelles. Cela m’a pris cinq ans pour les classer par année depuis 1951. Quant à la mise en forme, elle n’est vraiment venue qu’il y a deux ans. On pensait utiliser un format roman au départ, et ce n’est qu’en voyant l’époque à laquelle l’album sortirait qu’on s’est dit qu’il fallait faire un bel objet pour les fêtes.

BDE : En brassant un demi-siècle d’histoire, tu as du te documenter à l’extrême. Quelles ont été tes sources ?
HB : En premier lieu, mes souvenirs d’adolescent fan de rock. Et les notes que j’avais prises. Pour les vérifications, indispensables car la mémoire n’est pas toujours fiable, et les nouvelles recherches, j’ai beaucoup lu les magazines spécialisés comme Rock & Folk, New Musical Express, Mojo… Ce sont des bibles pour les amateurs ! Je me suis aussi beaucoup documenté avec les livres parus aux éditions Allia.

BDE : On dit souvent, avec facilité, que le rock est mort. Es-tu d’accord ? Comment pourrais-tu résumer son évolution depuis son origine ?
HB : C’est cyclique. Tous les ans, on entend ça et de nouveaux groupes arrivent de nulle part et prouvent le contraire !
Dans les années 50, c’était la grande époque du rock’n’roll. Entre 1958 et 1960, c’est la catastrophe : Elvis part faire son service, Buddy Holly et Eddie Cochran disparaissent… Ensuite l’arrivée des Beatles marquera un beau retour du genre et une période faste jusqu’aux punks. On passe sur les années 80, pas géniales, et ça repart avec Nirvana ! Puis les années techno. Début 2000 le rock revient, mais le mouvement semble marquer le pas…

BDE : As-tu parfois été surpris par certaines anecdotes que tu as recensées ? Laquelle te semble la plus typique du monde du rock ?

HB : Bien sûr qu’il y a des histoires ahurissantes ! Seulement je les connais depuis longtemps pour la plupart. Environ un quart des anecdotes étaient pour moi des découvertes, c’est l’avantage d’être fan. J’ai quand même été surpris de découvrir que le mouvement gothique datait de 1983. Sinon, ce sont plus des images que je garde, comme celle de Michel Drucker ahuri devant le groupe finlandais de métal, vainqueur de l’Eurovision. Ca, c’est drôle !

BDE : On sent que tu es un grand fan de rock. Si tu ne devais garder que quelques dates, albums ou artistes, lesquels seraient-ce ?
HB : C’est difficile à dire… Ce que j’aime, c’est suivre des artistes tout au long de leur carrière et de leur évolution. Quelqu’un comme David Bowie, qui a connu tellement de vies différentes et qu’on aime malgré ses excès. Son salut nazi n’était vraiment pas nécessaire (un euphémisme), mais on continue à l’aimer parce que justement ses défauts le rendent humain. J’aime aussi les groupes improbables, ceux du métal… Je n’écoute pas du tout leur musique mais un gars comme Ozzy Osbourne est hilarant !

BDE : As-tu volontairement oublié des artistes ou des événements ? Comment s’est fait ton choix ?
HB : Le tri a été difficile, mais c’était peut-être l’étape la plus passionnante. Il y a tant à dire et des années si riches en événements… J’aurais pu consacrer le livre à la seule année 1967 ! Comme j’ai une formation de graphiste, j’ai privilégié l’aspect visuel. Parfois j’avais une histoire ou un fait étonnant, mais rien de visuel pour l’illustrer, ni photo ni pochette. Tout était donc fonction de l’image : c’est pour ça que j’ai des fois gardé un truc débile mais graphique à la place d’une info primordiale. Il y avait aussi certains artistes que j’adore, mais sur lesquels je n’avais rien à dire. Il fallait donc trouver à la fois l’anecdote imparable et l’image appropriée. Ce qui n’est pas toujours facile…

BDE : Y a-t-il encore aujourd’hui des groupes aussi rock’n’roll que leurs prédécesseurs ?
HB : Non, pas vraiment. Les jeunes groupes actuels peuvent avoir eux aussi du style et de l’énergie, mais ils n’ont plus du tout de révolte, surtout dans leurs textes. Contre quoi ou qui pourraient-ils se rebeller ? Ils sont dans un système médiatique, leurs parents, voire leurs grand-parents, écoutent du rock… Quand on voit tous ces groupes de fils de riches qui ont de belles guitares neuves, qu’ont-ils à dire d’intéressant ? Quelles sont leurs revendications ? Alors il ne reste que la forme. La révolte est passée dans le rap, car eux ont faim et ont une vie difficile.

BDE : Parlons maintenant de l’objet même. Le format s’est-il imposé de lui-même ?
HB : Comme je le disais, cela s’est décidé assez tard. A la conception, nous avions pensé à ce format de 45 tours, avec une couverture qui s’ouvre comme une vieille pochette, mais cela restait un peu abstrait pour moi, je me demandais à quoi ça ressemblerait. Et puis je suis super content du résultat, l’album est vraiment beau. Dargaud a fait un travail magnifique !

BDE : As-tu pris autant de plaisir dans tes recherches que dans la création graphique ?
HB : Sans conteste, je me suis plus éclaté dans la mise en forme ! C’est nettement plus passionnant. Et pour me stimuler, je faisais mes dessins en écoutant uniquement les musiques de l’année à laquelle je me consacrais. Au niveau de l’inspiration, il n’y a pas mieux !

BDE : Y a-t-il des artistes ou des pochettes qui t’ont donné beaucoup de mal ? Qui as-tu le plus aimé dessiner ?
HB : Le plus dur a été les années 50. Car le 45 tours est né en 1949, et les années suivantes il n’existait toujours pas de pochettes, ou alors un papier kraft qui servait d’emballage… Ce n’est pas idéal pour servir de modèle ! Cette époque a donc été illustrée par davantage de jeux de typographies. Dans les années 70 ou 80, tous les groupes au look déjanté m’ont régalé ! Pour Kiss, rien que de dessiner le logo était un plaisir fou !

BDE : Pour finir, pourrait-on voir un jour arriver Le Petit livre jazz ?
HB : Non. Et pourtant on me l’a proposé ! Mais ce serait malhonnête de ma part car je ne connais pas assez bien cette musique. On a aussi discuté d’un Petit livre du cinéma, mais là non plus, je ne me sens pas assez spécialiste. Par contre, j’étudie un Petit livre de la politique (française) qui couvrirait la même période. C’est un sujet qui me fascine et le nombre d’anecdotes et de personnages à croquer est immense. J’ai déjà recensé quelques petites histoires amusantes ou surprenantes. Par exemple, qui sait que le président du Sénat dans les années 50 était Noir et qu’il est resté en poste pendant 20 ans ? Que Christine Lagarde, notre ministre de l’Economie, une des plus grandes avocates du monde, a fait partie de l’Equipe de France de natation synchronisée ? Je vous le promets, il y en aura beaucoup d’autres comme ça…

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 7 décembre 2007.

Extraits de l’album

© Dargaud 2007/Bourhis
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Merci aux responsables de la FNAC d’Evry pour leur aimable autorisation.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*