Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Cédric Pérez – Auteur de Caligari

Rencontre avec Cédric Pérez – Auteur de Caligari

« Mesdames, Messieurs! Je vais vous présenter aujourd’hui… César, le somnambule! Curiosité de la nature, il dort depuis 23 ans et c’est son âge!! Mais ça n’est pas là son seul talent, car dans quelques instants, je vais le sortir de sa rigidité cadavérique, afin qu’il réponde à vos questions… »

Au coeur de l’automne dernier, un album particulièrement réussi, original par sa forme et son récit, déboulait dans les bacs. Cédric Pérez, pour sa première BD, se permettait de bousculer les habitudes pour imposer une histoire qui lui tenait à coeur. Rencontrez avec nous l’auteur et vous découvrirez que Caligari n’est que le premier de ses projets.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits de l’album et des recherches inédites à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Caligari, ton premier album, s’éloigne des standards actuels de la BD par son format, son style… Etait-ce ta volonté pour te différencier des autres ou tout s’est-il imposé de lui-même ?

Cédric Pérez : A l’origine du projet, il y avait la volonté de faire pré-publier les planches dans un hebdomadaire ou un quotidien sous forme de feuilleton, dans ce que l’on appelle un trottoir (c’est-à-dire les 2 strips en vis-à-vis en bas des pages 2 et 3). J’ai donc travaillé dans ce sens. Toutefois je ne voulais pas me fermer de portes, j’ai donc démarché également les éditeurs indépendants, et Akileos fut le premier à répondre favorablement au projet.

BDE : N’a-t-il pas été trop difficile d’imposer ces choix aux éditeurs que tu as rencontrés ?
CP : Comme j’ai démarché les éditeurs de bande-dessinée qui marchent avant tout au coup de cœur, j’étais confiant ou plutôt je ne me suis pas posé trop de questions. Bien entendu, on m’a fait remarquer que publier un album à l’italienne allait poser un certain nombre de problèmes : lisibilité dans les librairies, prix de revient, etc. Il est vrai que dans l’absolu j’aurais aimé un dos toilé et un étui pour pouvoir ranger le livre à la verticale dans la bibliothèque, mais il ne faut pas se leurrer, cela a un coût qui une fois répercuté sur le prix de vente aurait rendu l’album hors de prix.

BDE : A quoi as-tu pensé le jour de la sortie de l’album ? A des moments particuliers ?

CP : La question est amusante car l’album est sorti avec près de 3 semaines de retard par rapport à la date annoncée. J’étais impatient de voir l’album même si j’avais eu l’occasion de voir les « bonnes feuilles » et puis, lorsque je l’ai reçu, j’ai trouvé l’objet très beau mais je ne pouvais plus regarder mon dessin, car je me suis dis que je ferais mieux pour le prochain (j’étais déjà dans la préparation du deuxième album).

BDE : Caligari est adapté d’un film allemand, tu rêves de dessiner Double Assassinat dans la rue Morgue… Y a-t-il d’autres œuvres qui pourraient t’inspirer pour de futurs projets BD ?
CP : Le prochain album, qui sortira au printemps 2008 toujours chez Akileos, est également l’adaptation d’un film : il s’agit de The Ape (Le Singe tueur), un film américain fantastique de 1940, à mi-chemin entre Docteur Jekyll et Mister Hyde et Double Assassinat dans la rue Morgue.
Docteur Jekyll et Mister Hyde fait d’ailleurs partie des classiques que je souhaite aussi adapter un jour…

BDE : As-tu aussi des idées de scénarios originaux ?
CP : Oui, j’ai un tiroir rempli des scenarii plus ou moins aboutis, mais pour le moment je continue à faire mes armes grâce à des histoires qui ont fait leurs preuves et qui ont du même coup plus de chances d’êtres acceptées par les éditeurs.

BDE : Pour une première, tu assumes tous les rôles : adaptateur, scénariste, dessinateur et coloriste. Dans lequel prends-tu le plus de plaisir ?
CP : Sans conteste, c’est dans celui du dessinateur que je me plais le plus.

BDE : Penses-tu un jour pouvoir collaborer avec un autre ? Quelle partie ne laisserais-tu jamais faire à un autre ?

CP : Depuis la sortie de l’album, j’ai rencontré des scénaristes qui m’ont proposé des histoires qui me plaisent énormément et sur lesquelles je travaille en parallèle de l’album The Ape.
La seconde partie de la question est la fois simple et difficile, car je vois la collaboration pour la création d’une bande-dessinée comme un échange entre les différents partis (scénariste, dessinateur et coloriste) où chacun peut apporter son avis pour faire avancer et vivre le projet. Je dirais donc aujourd’hui, même si j’aime tout maîtriser (rires), qu’à partir du moment où il y a une bonne entente, je peux confier n’importe quelle partie d’un album à un autre.

BDE : Le style graphique de ce premier album est fortement influencé par le cinéma impressionniste. Le conserveras-tu pour d’autres histoires ou te sens-tu assez à l’aise pour changer ta palette et dessiner d’une autre manière ?
CP : Pour le moment, je me sens à l’aise avec ce type de dessin, qui est en adéquation me semble-t-il, avec les récits qui m’attirent pour le moment, c’est-à-dire ceux de la période fin du XIXe-début du XXe siècle. Mais cela ne m’empêche pas de changer de registre, notamment lorsque je dessine des strips humoristiques de Théo & Léo (voir dans mon blog).

BDE : Comment as-tu vécu les premières rencontres avec tes lecteurs ? Est-ce que beaucoup connaissent le film ou vont-ils le découvrir grâce à toi ?

CP : Mes premières rencontres avec mes lecteurs ont eu lieu au Festival de Dieppe, en octobre dernier. C’était la première fois que je dédicaçais… Je suis arrivé avec une demi-heure de retard et j’avais déjà du monde qui attendait avec mon album dans les mains ! J’étais vraiment très mal à l’aise mais ça c’est très bien passé. Quelques-uns des lecteurs que j’ai eu en dédicace connaissaient effectivement le film Le Cabinet du Docteur Caligari mais ils sont minoritaires, le plus grand nombre découvrent mon album et ne connaissent absolument pas le film. Mais je ne manque pas de leur en parler et de les inviter à le découvrir via leur médiathèque, de l’acheter sur internet pour moins de 3€ ou encore de le voir gratuitement en streaming sur le net car le film est tombé dans le domaine public.

BDE : Pourrait-on un jour voir paraître Caligari en feuilleton, comme tu en as eu l’intention ?
CP : Je ne dis pas non. Maintenant il faudrait voir dans quelle mesure cela est possible car a présent c’est l’éditeur qui a les droits.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 17 janvier 2008.

Extraits de l’album

Recherches

© 2007 Editions Akileos/Pérez
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*