Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Gang – Scénaristes des Geeks

Rencontre avec Gang – Scénaristes des Geeks

« (9h10) Hotline DTC bonjour! Avez-vous essayé de le débrancher et de le rebrancher ensuite?
– (9h54) Hotline DTC… Vous avez essayé de le débrancher et de le rebrancher ensuite?
– (10h33) Ouais hotline… Vous avez essayé de le débrancher et de le rebrancher ensuite? Snif.
– (11h00) Vincent, c’est maman. J’ai une très mauvaise nouvelle, ton oncle est dans le coma…
– Vous avez essayé de le débrancher et de… euh… »

Le mois dernier est sorti une BD totalement dédiée aux geeks. Mais si, les geeks ! Vous ne savez pas qui ils sont ? Ah, alors il va falloir apprendre à les connaître car ils ne convoitent rien d’autre que la domination du monde moderne ! Voyez plutôt avec 5 de leurs représentants leurs origines, leurs buts, leurs rêves, et la BD qui les consacrent héros de notre époque…

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits du Tome 1 à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Alors pour commencer et sensibiliser la population à ce phénomène, à quoi reconnaît-on un geek ?
Manu : Je vous dirais bien que l’habit ne fait pas le moine, mais parfois c’est bel et bien le cas. Si l’ancien geek se faisait discret, le nouveau aime bien se promener avec un t-shirt qui affirme sa geekitude, voire qui n’est compréhensible que par d’autres geeks. Enfin, pour les garçons du moins, les geekettes restent plus discrètes il me semble et elle sont malheureusement bien moins nombreuses. Si vous croisez quelqu’un avec un t-shirt sur lequel est écrit un truc obscur du genre « All your base are belong to us » ou « There is no place like 127.0.0.1 « , aucun doute, c’en est un ! Le geek n’est pas forcément chevelu, barbu, mal habillé et à lunettes ! On peut le reconnaître à certains ustensiles : iPod touch, archos, console portable, PC EEE… font souvent partie de la panoplie. Et puis bien sûr à ses sujets de conversation : science-fiction, fantasy, jeux vidéo/de rôles/de plateau/de cartes, comics, mangas, anime, informatique, super-héros… Forcément, il fréquente les magasins qui vendent tout ça, de même que les salons/conventions/festivals qui traitent de ces sujets.
Delph : Et le geek est un animal social et communautariste : quand il sort de chez lui, il se balade souvent en bande, et a souvent le même t-shirt qu’un ou deux de ses petits camarades !
Mog : On reconnaît un geek quand on rentre dans son antre : la pièce où préside son PC, généralement entouré de matos hi-fi, divers bouquins de JdR et pas mal de DVD. Pour le cerner un peu mieux, il faut fouiner, et on découvre plein de gadgets, de t-shirts avec des citations bizarres… Dernier point, tenter une conversation : là, suivant les geeks, ça risque d’être dur…
Nÿn : Je ne vois pas de quoi vous parlez… De toute façon les geeks n’existent pas.
Pen : Pour reconnaître un geek, c’est facile : il sait que la réponse est 42.

BDE : Avez-vous chacun un comportement identique ou votre association forme-t-elle le geek ultime ?

Manu : Je dirais plutôt que notre association forme le geek ultime ! 😉 A nous tous, nous avons tous les vices geek, c’est sûr ! Certains sont plus manga, d’autres plus comics, certains sont plus SF, d’autres plus fantasy, etc. Je pense que ça nous permet d’avoir une vision globale de la culture geek là ou un auteur seul pourrait s’enfermer dans un aspect unique.
Delph : C’est vrai que c’est l’une des particularités du terme « geek ». C’est une réalité tellement vaste que chacun peut être geek à sa façon. Il n’y a pas un prototype du geek, mais toute une communauté de geeks qui s’aiment et se respectent dans leurs différences et leurs spécificités. Euh, j’en fais trop là ? Bon, en tous cas ce qui est certain, c’est que nous n’avons pas du tout le même comportement, loin de là. Par exemple, Manu a un Archos alors que Pen a un iPhone, Mel un iPod touch, moi un Meizu miniplayer, et Mog n’a rien de tout ça !
Mog : Pour moi, la musique c’est du Scooter à fond sur une bonne chaîne. Faut que les vibrations se ressentent, alors deux mini-enceintes dans les oreilles, non merci. Pour en revenir à la question, nous sommes pas mal différents en terme de geekitude comme le dit Manu. Le Geek Ultime aurait besoin de plus de 24h par jour pour réussir à tout concilier !
Nÿn : Aaahh ! Alors ce sont des humains en fait… Non ?
Pen : Tout à fait d’accord avec Mog : y a tellement de trucs à voir, à lire, à faire ou à hacker qu’il faut qu’on soit au moins 5 pour pouvoir se tenir à jour.

BDE : Avez-vous souffert d’êtres des geeks ? Cet album est-il une revanche ?
Pen : Non, j’ai assez bien vécu ma geekitude dès mon plus jeune âge : j’ai toujours été entouré d’une bande de geeks et on se serrait les coudes. Bon, avec les filles, je ne dis pas que ça a toujours été facile… L’album n’est pas une revanche, mais plutôt une célébration de la geekitude : aujourd’hui, on peut être geek et épanoui ! 🙂

Delph : Pour moi, c’est plus facile, parce que je suis surtout une copine de geek. J’ai donc pu profiter d’une jeunesse et d’une adolescence tout à fait normales, à écouter Début de soirée et regarder Sauvé par le Gong à la télé. Et quand un geek est entré dans ma vie, j’ai assez bien assumé mon statut nouvellement acquis de copine de geek, même si ça n’a pas toujours été facile à faire accepter dans ma famille… 😉 Plus sérieusement, cet album c’est surtout un moyen de râler après mon homme sans en avoir l’air… Et de montrer à mes parents que c’est pas si terrible que ça d’épouser un geek !
Mog : Je crois que ma mère en a plus souffert que moi… 😉 Elle qui voulait une fille à la maison, c’était plutôt des copains qu’on ramenait avec mon frère pour des parties de JdR tout le week-end, ou pour des heures passées devant un Amstrad à jouer. Pour moi, l’album est un challenge perso, ayant le syndrome de la page blanche et une créativité plutôt binaire.
Nÿn : La souffrance est le propre de l’homme, alors on s’évade comme on peut ! Si on ne peut plus passer son adolescence enfermé dans sa chambre à lire des BD ou à programmer sa HP, où est la liberté ? Je vous le demande !

BDE : Les Geeks sont 5, comme vous… 3 garçons et 2 filles comme vous… Quelle part de vous-mêmes avez-vous donc donné à vos personnages ? A quel point leur ressemblez-vous ?

Pen : Beaucoup de vécu collectif dans le premier album. Par exemple, Manu, Delphine et moi avons été collocs (comme Fred, Vince et Julie), Mel adore les Macs comme Charline. Mog, Manu et moi sommes informaticiens (et je bosse même dans un service de support technique). Toutefois aucun des personnages n’est un copié-collé d’un des auteurs : on dira plutôt qu’on retrouve un peu de chacun d’entre nous dans chaque perso.
Delph : Et un peu de nos amis geeks aussi (ils se reconnaîtront), ou des geeks célèbres de l’Histoire (comme Hubert, pour ceux qui se souviennent de la pub IBM).
Mog : L’idée a été que chacun d’entre nous représente un perso. Ça a commencé un peu au feeling (personne ne voulait Hub), mais maintenant de plus en plus, les persos se rapprochent des personnes.
Nÿn : Une fois encore, je ne vois pas de quoi vous parlez ! Je ne suis ni gothique, ni caractérielle… Et en plus j’ai un chien.

BDE : Arrivez-vous à avoir un œil critique sur le geek tout en en étant vous aussi ?
Mog : J’ai subi les critiques lors de ma « transformation » en Geek (« Sors un peu », « Lâche ton ordi 5 minutes »…). Ayant un peu mûri du fait de la rencontre du monde normal (travail, amis, etc..), c’est plutôt de l’autodérision. Mais bon, sur certaines choses, je n’ai pas vraiment le détachement nécessaire… 😉
Nÿn : Au sein de GANG, on est tous un peu geek, mais chacun dans un domaine différent… Moi je suis par exemple plutôt versé dans les univers de SF et d’heroïc fantasy, et comme je suis une fervente adepte du Mac, je ne comprends pas tout à l’humour Pcistes de mes petits camarades. Du coup, ça n’est pas trop difficile de me moquer d’eux, et eux prennent grand plaisir à me vanner sur mon ignorance très « Mac-User »… Il faut juste prendre sur soi pour ne pas être vexée toutes les cinq minutes ! 😉
Pen : Je pense que, sans en faire un principe, nous conservons un regard honnête sur les geeks : Fred et Vince n’ont pas toujours le beau rôle dans les gags et on s’aperçoit qu’ils ne sont pas toujours bien adaptés à la société actuelle (peut-être sont ils trop en avance sur leur temps… :-).
Manu : Le fait qu’on ait tous une geekitude plus ou moins différente nous permet de voir les travers les uns des autres.
Delph : En fait, c’est surtout à vous de nous le dire, mais la plupart des réactions de nos lecteurs laisse supposer que nous avons un regard assez juste sur le geek de base ! Ils semblent s’y retrouver !

BDE : Sur ce premier album hilarant, avez-vous plutôt commencé en douceur ? Rendrez-vous vos personnages plus accros encore par la suite ?
Mog : Pour moi, le premier a plutôt été un mix de nos meilleurs souvenirs geeks, tout en essayant de poser nos personnages. Quant à les rendre plus accros par la suite, je ne pense pas. Le but est de montrer les Geeks, pas les Hardcore gamers. Les uns ont une vie IRL, les autres ont un vie Online.
Nÿn : Voilà un bon exemple ! Je ne comprends même pas la réponse de mon petit camarade du dessus ! Une vie IRL ? Sont tous fous ces geeks…
Pen : C’est un des reproches les plus fréquents fait à la BD sur le net : les gens nous disent « un vrai geek n’a pas de copine », « un vrai geek est sous Linux », « un vrai geek n’utilise pas sa souris », « un vrai geek ne sort pas de chez lui »… et ainsi de suite. Si on avait fait un album sur les hardcore-geeks-associaux, ça aurait été beaucoup moins drôle (essayez de faire 36 gags sur un mec qui vit tout seul avec son ordi et qui ne rencontre des gens que sur internet !). Pour le tome 2, on veut diversifier un peu plus les thèmes (certains thèmes comme le jeu de rôle ou l’heroïc-fantasy ont été un peu laissés de coté dans ce premier tome) et continuer à développer nos personnages.
Manu : C’est gentil de dire qu’il est hilarant… 😉 Mais non, je ne pense pas qu’on va les rendre « plus atteints ». Enfin, pas beaucoup plus en tous cas, on va plutôt aborder des passions supplémentaires qui touchent la population geek, parfois violemment (World of Warcraft par exemple), mais on n’en fera pas des nerds ! Et puis on va aussi rajouter un personnage.
Delph : Nos persos sont posés et resteront maintenant fidèles à eux-mêmes, mais nous allons probablement utiliser des personnages secondaires pour illustrer certains comportements de geeks super-accros, parce que c’est quand même achement rigolo. Et puis sans trop en dévoiler, notre nouveau personnage sera quand même un geek assez corsé, sans en avoir l’air ! Vous pouvez d’ailleurs déjà avoir un aperçu de son look dans la galerie sur le site.

BDE : Avez-vous cherché un dessinateur qui a l’esprit geek ou au contraire quelqu’un qui voyait cet univers avec du recul ?
Nÿn : Nous ne nous sommes pas posé la question en ces termes, pour autant que je m’en souvienne. Nous avons cherché un dessin humoristique sans idée préconçue de ce qu’on attendait, tout en se disant que ça serait mieux si le dessinateur savait décoder un minimum notre univers, et donc soit un peu geek lui-même. Mais quoi qu’il en soit, c’était le dessin qui primait et nous étions prêts à fournir toute la documentation nécessaire à celui qui aurait le bon dessin… Et puis la chance nous a souri et on est tombé sur Thomas ! Quand on a vu ses essais, on a su que c’était lui, et il se trouve que c’est un vrai geek, qui ne veut toujours pas l’admettre !
Pen : En fait, Thomas était dans le déni le plus total, mais après avoir vu le docu Suck my Geek sur Canal, il a dû admettre l’évidence : il est des nôtres !
Manu : Honnêtement, quand on a commencé le projet, je m’attendais à un dessin beaucoup plus « cheap ». Je suis vraiment content que Thomas ait accepté de bosser sur notre album et que Soleil ait suivi.
Delph : D’autant que du coup Christian Lerolle, qui bosse beaucoup avec Thomas Labourot, a fait les couleurs et su créer cette jolie ambiance à la fois super moderne et très efficace pour du gag.

BDE : Avec cette série, pensez-vous réhabiliter les geeks aux yeux du monde extérieur et leur donner une fierté nouvelle ?

Nÿn : Ils n’ont pas besoin de nous pour ça, ils sont déjà en train de prendre le pouvoir ! Ils ont fait des études, occupent des postes d’expertise à tous les niveaux dans des secteurs pointus, et ils seront bientôt les Maîtres du Monde ! La BD des Geeks leur ressemble autant qu’à nous : notre fierté n’est pas nouvelle, nous sommes juste plus nombreux à être fiers d’être des geeks !
Pen : Tout à fait ! La réhabilitation n’est plus nécessaire : quand on regarde le nombre d’iPods ou de Xbox vendus dans le monde, ou les entrées de Matrix, Spider-Man ou Le Seigneur des Anneaux, on se dit que beaucoup de monde a aujourd’hui une part de geek en lui.
Manu : Et puis les geeks commencent à apparaître comme des héros de nos jours ! Regardez Die Hard 4 ou le personnage de Hiro dans la série Heroes
Delph : Moi je pensais surtout redonner courage aux copines et femmes de geeks du monde entier qui souffrent en silence… Parce que femme de Maître du Monde, c’est quand même pas mal comme position !
Mog : Tsss… Du féminisme chez les geeks, on aura tout vu ! Comme quoi le monde évolue, mais certaines convictions sont difficiles à reformater. Si vous dites « Geek : Un fana d’informatique », les gens vous répondront que c’est un boutonneux blafard à lunettes qui passe sa vie devant son PC à jouer à des jeux débiles. On montre un peu de notre vraie vie dans cette BD.

BDE : Allez-vous devoir quitter vos ordinateurs pour rencontrer vos lecteurs sur des festivals ?
Delph : Pas facile facile d’inviter 5 scénaristes, mais si les libraires ou les organisateurs sont motivés, on l’est aussi ! Et puis qui dit qu’on doit quitter nos ordinateurs pour ça, on a tous des portables, voire des iPhones pour les plus chanceux… 😉
Mog : Euh… On peut pas les faire par webcam ? Lol
Nÿn : Delph et moi l’avons déjà fait sur Angoulême et on a survécu… Un geek nous a dit à cette occasion que nous étions les portraits crachés de Serena et Blair de Gossip Girl (une nouvelle série américaine sur une certaine jeunesse « dorée » new-yorkaise). Du coup, maintenant, on n’accepte plus que le champagne et les restos étoilés. Des libraires intéressés ?
Pen : Avec plaisir ! (Du moment que la librairie ou le festival est équipé en WIFI…)

BDE : Pour finir, qu’auriez-vous à conseiller à tous ceux qui se sont reconnus et aimeraient rejoindre la communauté ?

Delph : Alors d’abord lisez notre BD, puis allez faire un tour sur notre site. Sinon la méthode la plus simple et la plus rapide (mais pas forcément la moins douloureuse) : trouvez un copain/une copine geek ! Et méfiez-vous, si vous commencez à appeler votre ordinateur « mon précieux », la communauté, c’est peut être pas fait pour vous !
Mog : Pour me rejoindre, voici mon mail : fred@lesgeeks.net. Attention il y a des pré-requis pour intégrer la communauté : un minimum d’intérêt pour la technique, et être capable de formater son ordi et de le réinstaller tout seul !
Nÿn : Seulement, qu’ils se méfient car… Owls are not what they seem !
Pen : C’est très simple : soyez curieux. Regardez la liste des remerciements dans le Tome 1 et allez chercher chaque nom dans wikipedia. Lisez leurs œuvres, regardez leurs films, écoutez leur musique, utilisez leurs logiciels… En quelques jours, vous vous découvrirez sûrement une fibre geek !
Manu : Et n’ayez pas honte ! Assumez votre geekitude ! L’Age des Geeks arrive, ne ratez pas l’embarquement ! 😉

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 21 février 2008.

Extraits du Tome 1

© MC Productions/Gang/Labourot/Lerolle
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*