Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Virginie Ollagnier – Co-scénariste de Kia Ora

Rencontre avec Virginie Ollagnier – Co-scénariste de Kia Ora

On connaissait déjà Olivier Jouvray (scénariste de Lincoln, Camilo…) et Efa (Rodriguez, Les Icariades…), mais pas Virginie Ollagnier. Bulle d’Encre est donc allé à la rencontre de cet écrivain qui crée des scénarios BD pour s’octroyer des pauses entre deux romans…

Chronique du Tome 2

Retrouvez des planches du Tome 3 en avant-première à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Votre mari est scénariste (Olivier Jouvray) alors que vos beau-frère et belle-sœur (Jérôme et Anne-Claire Jouvray) sont également auteurs de BD. Est-ce que cela a joué dans votre décision de vous lancer dans la BD ?

Virginie Ollagnier : Il s’agit d’un concours de circonstances très familial, vous avez raison. C’est Olivier qui m’a proposé d’écrire avec lui un scénario alors que je cherchais un éditeur pour mon premier roman. Pour me changer les idées. Une sorte de plaisir à raconter des histoires, mais cette fois-ci ensemble. Et puis écrire un roman, deux voire trois, ne cesse d’être un exercice très solitaire. Je ne peux pas lui montrer l’histoire en cours d’écriture pour avoir son avis. Un scénario est un changement d’outil vraiment très agréable. Un peu comme de prendre l’avion pour un tour du monde commencé à pied, ça fait un bien fou, il y a du champagne et des crackers !

BDE : Comment est née la série Kia Ora ? Aviez-vous un attrait particulier pour la communauté Maorie avant de vous lancer dans l’aventure ?

VO : L’idée, comme bien souvent, vient d’un ensemble de remarques, d’interrogations, d’étonnements. Pour vous dire la vérité, nous étions au restaurant, Olivier venait de lire un livre sur l’architecture de New-York, moi Cannibales de Daeninckx et nous avons confronté nos points de vue. De cet échange est née la structure de Kia Ora, ensuite nous avons poursuivi nos recherches et les Maoris se sont imposés. Il s’agissait, avec eux, de montrer un peuple qui fut l’un des premiers à constituer un parti politique pour défendre ses droits. Leur démarche vers la reconnaissance de leur culture et leur indépendance dès 1909 était un sujet parfait pour les thèmes que nous souhaitions aborder.

BDE : Votre récit est-il fondé sur des faits historiques ou est-il complètement imaginaire ?

VO : L’un comme l’autre sont épouvantablement stricts sur le fait historique. Il n’existe rien de pire pour nous faire sortir d’une histoire que de nous dire : « ah non, à cette époque c’est impossible. » Dostoïevski, dans une de ses nouvelles, fait dévorer un petit fonctionnaire par un crocodile… Pourquoi pas, mais ce qui fait (hormis le talent de feu de l’auteur !) que cela fonctionne est que les propos tenus par le fonctionnaire dans le ventre de l’animal sont en rapport avec son temps. Tout ça pour vous dire que les circonstances importent peu. Il y eut bien, cependant, une tournée de Maoris à Londres, mais une part importante de la crédibilité historique repose sur les comportements datés des protagonistes. En cela il est vraiment excitant d’écrire. Nous nous sommes inscrits dans un rapport historique des dates, des faits et de toute la machinerie de l’Histoire, en nous glissant dans la peau d’autres, d’un autre temps, d’autres conceptions, d’autres croyances.

BDE : Comment travaillez-vous avec Olivier ? L’un de vous est-il plus sujet à traiter de la ligne directrice du récit que l’autre ?
VO : Cela change. Nous ne sommes pas figés dans une relation de travail. Le Tome 2 est plus écrit et mis en scène par Olivier, car je finissais mon second roman et je cavalais par monts et par vaux, m’occupant beaucoup du premier. Le Tome 3 sera, comme le premier, plus équilibré en temps de travail, certainement plus discuté, car nous adorons ça !

BDE : A travers Kia Ora vous nous faites découvrir le peuple Maori, mais au-delà de ce point le récit semble avoir pour but de montrer la bêtise humaine.

VO : Loin de nous l’idée de nous positionner, de juger. Il nous semble bien plus excitant de nous interroger sur notre époque. Ici, le peuple Maori offre un questionnement sur le Loft et la télé-réalité de manière générale. Cette TV qui choisit sur des critères odieux des êtres dans l’optique de nous distraire et de nous conforter dans une position rassurante de supériorité intellectuelle et émotionnelle. Alors bien évidemment, il ne s’agit plus de classification des races comme au XIXème siècle, cependant inconsciemment l’image caricaturale de la bimbo, du black, de l’homosexuel, du beur… influe sur notre vision du monde et consolide un système de caste.
Alors les personnages européens de Kia Ora sont eux aussi prisonniers d’une vision du monde comme les savants, les politiques et les colons souhaitaient les maintenir. Nous ne jugeons pas leurs comportements, nous nous contentons de les citer, dans le contexte de l’époque, ce qui nous semble amplement suffisant. Avec le recul, on peut envisager les expositions coloniales comme un projet social de classification des races humaines servant la politique de colonisation. Pourtant, je me demande si dans soixante ou cent ans, les historiens ne chercheront pas à savoir comment, nous, contemporains de ces émissions de télé-réalité, avons pu laisser faire ça. Dans quel but…

BDE : Avez-vous d’autres projets BD à venir ?
VO : Je suis morte de trouille dans l’attente de la sortie de mon second roman en septembre et pour ne plus y penser, je m’attelle à deux scénarii. Le premier avec Guillaume Martinez et le second avec Benjamin Lebègue. Avec Guillaume, je m’interroge sur la torture, la possibilité ou l’absence de rédemption, le choix de la haine. Avec Benjamin, j’aborde la dyslexie chez un petit garçon qui entre au CP. Deux sujets très différents de violence extraordinaire ou ordinaire, mais que j’essaye de rendre touchants et proches, sensibles en tout cas.

BDE : Merci à vous !!!
VO : Merci beaucoup à vous aussi.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 4 avril 2008.

Planches du Tome 3

© 2008 Editions Paquet/Jouvray/Ollagnier/Efa
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*