Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Raf – Auteure de Debaser

Rencontre avec Raf – Auteure de Debaser

Découvrez aujourd’hui une auteure qui déboule dans le monde de la BD avec un ovni édité par l’inévitable Ankama Editions. Debaser intègre le tout nouveau label d’Ankama dirigé par Run, le Label 619. Mise en lumière sur cette auteure montpelliéraine que nous avons rencontré à l’occasion de la Japan Expo.

Chronique du Tome 1

Retrouvez une planche ainsi que quelques bonus à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Raf: J’ai 25 ans, j’ai fait des études de communication visuelle, j’ai eu mon diplôme il y a 2 ans. J’ai attendu un an avant de contacter Ankama et de signer un contrat pour Debaser. Avant cela j’avais fait du fanzinat avec des amis pendant 6-7 ans avec le collectif Ben Bao.

BDE : Quelles sont tes influences graphiques ?
R : Principalement le studio Gainax qui fait Evangelion, Fulikuli et Gurren Lagann mais également l’animateur Hiroyuki Imaishi qui a fait Dead Leaves. Aux Etats-Unis j’aime beaucoup Jim Mahfood et Jhonen Vasquez qui sont des auteurs underground.

BDE : Raconte-nous ton arrivée aux éditions Ankama.
R : J’avais rencontré Run à la Japan Expo il y a deux ans, je lui avais présenté l’un des fanzines sur lequel je travaillais, il avait beaucoup aimé, puis je l’ai recontacté un an plus tard. Il se souvenait de moi et il m’a fait signer tout de suite mon projet.

BDE : Debaser fait partie du Label 619 au même titre que Freaks’ Squeele. Run est directeur du label, que t’apporte-t-il ?
R : On a entièrement carte blanche donc il n’oriente pas du tout notre BD ni nos démarches mais par contre, du fait qu’il y ait un label, on a accès à tout ce qui est urbain avec un mix des cultures américaine, japonaise et française. C’est très rassurant pour nous qui avions un style à part et qui est très difficile de placer chez les éditeurs de BD franco-belge, ça a été le sauveur qui nous a accueilli.

BDE : Le format « manga » s’est-il imposé de lui-même ?
R : Oui c’était naturel pour moi car je lis beaucoup de mangas et que je voulais raconter une histoire où avant tout on s’axe sur le personnage principal. Il fallait donc qu’il y ait une phase d’identification et pour ça il fallait beaucoup de temps pour développer le personnage, j’avais besoin d’avoir assez de pages pour pouvoir digresser et ainsi enchainer scènes rigolotes et scènes plus sérieuses. Le format manga s’est donc imposé par son nombre de page, son petit format mais également par le noir et blanc qui permet d’être plus rapide à réaliser et qui coûte moins cher.

BDE : Debaser est axé sur la musique, est-ce un thème qui te tenait particulièrement à cœur d’aborder ?
R : En fait à la base je souhaitais faire un shônen a priori, je me suis dit que les shônen ont toujours un thème particulier, par exemple les pirates pour One Piece, les shamans pour Shaman King. A partir de ce moment je me suis demandé ce que je connaissais et ce que j’aimais, je suis alors partie sur la musique rock. En plus il y avait quelque chose qui m’intéressait vraiment d’aborder, c’était de retranscrire la musique en dessin. Pour cela j’ai beaucoup travaillé la typographie et le graphisme pur et pas seulement le dessin académique.

BDE : Peux-tu nous expliquer pourquoi tu as choisi d’intituler ta série Debaser, tout comme le titre d’une chanson du groupe Pixies ?
R : Je n’ai pas trouvé de réelle traduction à ce mot mais pour moi la traduction que je donne à ce titre est celui qui détruit les bases de notre société pour en reconstruire une nouvelle après. C’est exactement ce que je voulais que le héros fasse.

BDE : Tes personnages de Joshua et Anna te ressemblent-ils de part leurs caractères ? Je pense par exemple au côté rebelle de Joshua.
R : Non pas vraiment, c’est plutôt Nathan le frère de Josh qui me ressemble. Enfin il y a un peu de ma personnalité dans chacun des personnages, j’ai pris un petit bout de ce que je voulais dire pour chacun. En fait il y avait deux axes que je voulais présenter dans la bd, le côté rébellion contre un système absurde et autoritariste avec Joshua et le côté questionnement sur la société, pourquoi est-ce que ça va… Là c’est Anna qui se pose souvent la question sans comprendre ce qui se passe autour d’elle et qui va chercher à creuser pour justement mieux comprendre le système.

BDE : Debaser critique la société actuelle et ses dérives, ta série a-t-elle pour objectif de faire réagir les lecteurs ou simplement de divertir ?
R : Justement j’ai voulu faire un mélange des deux, je ne voulais avoir un axe trop intellectuel qui exposerait des pavés de textes économiques ou sociaux et qui ne seraient pas intéressants. Je voulais faire passer le message au plus grand nombre en ayant aussi une forme assez attractive. Une forme proche du manga que j’aime beaucoup avec de l’action, de la baston, de l’humour et avec pour petit bonus un fond qui serait un message qui pourrait faire réagir chacun à sa manière. Je pense que c’est le rôle des auteurs de transmettre un petit message qui fait avancer le monde.

BDE : En combien de tomes est prévu Debaser ?
R : En six volumes je pense, peut-être plus, peut-être moins, tout dépendra du succès mais il y aura une fin quoi qu’il arrive.

BDE : Merci à toi !!!
R : Merci à toi également.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 6 juillet 2008.

Extrait de l’album et bonus (cliquez sur les images pour agrandir)


© 2008 Ankama Editions/Raf
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*