Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Mara – Auteure de Clues

Rencontre avec Mara – Auteure de Clues

« J’ai commencé il y a tout juste deux mois, et les choses n’ont jamais cessé d’empirer. Hawkins est un vrai tyran. Un caractère impossible, exigeant, sadique, déconcertant… Mais aussi un détective brillant et perspicace. Et pourtant je suis toujours là. A croire qu’il me déteste moins qu’il n’en a l’air… Mais je n’ai trouvé aucune archive sur les Red Arrows, ni sur la mort de ma mère, d’ailleurs…»

En juin dernier sortait aux éditions Akileos le premier tome d’une trilogie victorienne intitulée Clues. Sous ce titre anglais se cache une série pleine de mystères, dont le premier est l’identité de son auteur. Car il est difficile de croire que Mara puisse écrire et dessiner là sa première BD ! Et pourtant c’est le cas. Pour l’avoir rencontrée en charme et en os, il s’agit bien d’une jeune auteure suisse, surprise par l’engouement de ses premiers lecteurs et modeste face à un talent qui l’amènera à coup sûr très haut dans ce monde où il est si difficile de percer. Comme beaucoup de dessinateurs, Mara doute d’elle, mais pas nous ! C’est donc avec plaisir et confiance en son coup de crayon que nous l’avons interviewée peu avant la sortie de son album…

Chronique du Tome 1

Retrouvez une présentation des personnages par Mara et une pin-up BDE exclusive en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Nous sommes vraiment contents de pouvoir te poser quelques questions peu de temps avant la sortie de ton premier album. Mais tout d’abord, comment vas-tu ? Quelles sont tes sentiments avant cet événement important pour toi ?
Mara : Bonjour ! Tout d’abord, merci de me donner l’occasion de présenter mon projet ! Je vais plutôt bien, un peu moins stressée puisque l’album est bouclé et la sortie imminente. J’espère que l’album sera bien reçu, mais j’essaie d’éviter de trop penser à ça maintenant, on verra bien ! En tout cas, je me réjouis vraiment d’avoir le bouquin dans les mains pour la première fois, ce doit être une sensation incroyable !

BDE : Les amateurs de BD vont vite apprendre à te connaître, vu ton talent. Mais c’est un rituel de te poser cette question : « Qui es-tu, Mara ? »
M : De mon vrai nom Margaux Kindhauser, je suis une Suissesse de 25 ans qui essaye tout simplement de faire son petit bonhomme de chemin dans le milieu de la BD et de l’illustration, en espérant pouvoir y rester le plus longtemps possible !

BDE : Depuis combien de temps travailles-tu sur ce Tome 1 de Clues ?
M : Le projet de base est né durant l’été 2004. Donc depuis là, on peut dire que je travaille sur Clues, que j’ai commencé à présenter sous forme de dossier aux éditeurs lors de divers festivals, dès janvier 2005. C’est à cette période que j’ai rencontré les éditions Akileos par le biais de Richard Saint-Martin. Pendant deux ans, durant lesquels je suis restée en contact avec lui, j’ai remanié le scénario et le story-board trois ou quatre fois en suivant ses conseils et critiques, tout en démarchant ici et là… La version finale n’a absolument rien à voir avec ce que j’avais écrit en premier, heureusement d’ailleurs. Le contrat a été signé en février 2007, soit deux ans et demi plus tard. En mars 2007, j’ai attaqué les planches définitives.

BDE : Pour ceux qui n’ont pas suivi son évolution sur ton site, peux-tu présenter l’histoire et sa conception ?
M : Je reprends le résumé écrit par mon éditeur, je n’aurais pas fait mieux : « Dans le Londres de la fin du XIXème siècle, Emily Arderen, une jeune femme d’une vingtaine d’années, parvient à intégrer le service du célèbre inspecteur Hawkins, homme détestable s’il en est, mais policier de très grand talent. En accompagnant celui-ci sur une de ses enquêtes, elle tombe sur des indices qui pourraient avoir un rapport avec la mort de sa mère, décédée tragiquement il y a de cela une dizaine d’années. »
Je voulais travailler sur un polar, avec comme base deux personnages, un homme et une femme, que tout oppose, aux passés troubles. Le monde victorien et celui des enquêtes à la Sherlock Holmes m’ont toujours beaucoup attirés et se sont imposés d’eux-mêmes dès le début. Je n’ai pas négligé l’action ni l’humour, même si ce ne sont pas là les aspects les plus importants de Clues.
Niveau dessin, je voulais aller à l’essentiel. En raison de l’importance donnée aux relations entre personnages, leurs expressions et attitudes se devaient d’être claires, afin qu’elles soient le plus crédible possible pour le lecteur. Le cadrage reste classique et cinématographique, mais j’ai tenté d’y ajouter une touche de dynamisme. Les couleurs sont proches de celles d’un dessin-animé, avec les décors légèrement texturés contrairement aux personnages, ce qui leur permet de ressortir par rapport au fond. J’ai aussi cherché à ce que chaque scène ait une ambiance différente, qui la distingue des autres, afin que le lecteur ait vraiment l’impression de passer d’un endroit à un autre, du jour à la nuit, d’une saison à la suivante. Par contre, ce n’est pas une BD historique, loin de là. Je me suis amusée avec des lieux, des costumes et des ambiances, sans pour autant retranscrire fidèlement cette époque victorienne. Je voulais créer un univers cohérent, située à une époque reconnaissable au premier coup d’œil, tout en laissant une grande part d’improvisation qui me permettrait d’ajouter quelques petites touches personnelles ça et là !

BDE : Ton récit semble beaucoup reposer sur deux personnages : Emily et Hawkins. Comment te sont-ils venus ? As-tu mis du temps avant de bien les trouver ?
M : Oui, Clues est avant tout axé sur les personnages, leurs motivations et la nature de leurs relations. Ils sont apparus en premier et ont plus ou moins gardé l’apparence basique que je leur ai donnée dans les premières esquisses, à savoir un homme, la quarantaine bien entamée, et une jeune femme rousse d’une vingtaine d’années. Le scénario s’est plus ou moins construit autour d’eux et je pense que dans certains cas, c’est l’histoire qui doit servir les personnages et non le contraire.
Au niveau de leurs caractères, là aussi il y a une certaine évolution. Dans les premières moutures du scénario, Hawkins et Emily étaient des personnages stéréotypés qui manquaient de maturité et de subtilité. J’ai passé pas mal de temps à trouver un équilibre dans leurs personnalités, et j’espère y être parvenue ! Une fois les personnages bien définis, j’ai essayé d’y rester le plus fidèle possible lorsque je décidais de leur faire faire telle ou telle action. Je me suis parfois retrouvée dans des situations délicates où je ne savais pas si leurs réactions étaient justifiées. Dans ces cas-là, j’ai pensé à plusieurs versions de la scène, je les ai dessinés, et celle qui me paraissait respecter le plus leur personnalité de base finissait dans la BD. Je demande souvent l’avis de mon meilleur ami et de mon éditeur, Richard Saint-Martin, qui ont tous deux une vision plus objective, plus critique des personnages et du projet en général. J’ai donc tout un tas de scènes coupées, cachées dans les fonds de mes tiroirs !

BDE : As-tu mis un peu de toi dans Emily ?
M : Hmm… pas tout à fait. Je me mets à la place de son personnage, mais Emily, ce n’est pas moi. Je voulais une relation dynamique entre Emily et Hawkins, et j’ai donc fait en sorte que leurs caractères soient totalement opposés, ce qui se ressent aussi dans leurs designs, très contrastés. Comme le scénario repose presque entièrement sur les personnages, je pense qu’il est essentiel de construire des réactions réalistes entre ces deux êtres que tout sépare. Je me mets donc autant à la place d’Emily qu’à celle de Hawkins et des autres personnages. Un des aspects que je préfère dans la création d’une histoire consiste à m’allonger dans un lit, fermer les yeux, imaginer des dialogues entre les personnages donnés, les jouer comme une pièce de théâtre dans ma tête, et laisser les personnages prendre ma place. Oula… Je vais arrêter là, on va finir par m’interner pour schizophrénie si je continue !

BDE : Es-tu passée par plusieurs phases pour leur trouver leur apparence définitive ?
M : Et comment ! Je bosse sur eux depuis près de 4 ans maintenant, mais c’est seulement courant 2006 qu’ils ont vraiment commencé à prendre leur apparence plus ou moins définitive. Concernant le design d’Emily, je voulais que sa personnalité de petit bout de femme timide, naïve et un peu trop maladroite, soit immédiatement reconnaissable via ses caractéristiques physiques, qui ne correspondent pas aux canons habituels de la BD, à savoir grande taille/gros seins/petites fesses. Même démarche pour Hawkins. Par contre, je ne voulais pas tomber dans le cliché de l’homme ténébreux et j’ai évité de l’habiller de noir tout au long de l’album et de lui flanquer la classique paire d’yeux couleur d’ébène, mais il s’inspire clairement de l’archétype du personnage romantique tourmenté de la littérature anglaise du XIXème, présent dans les romans de Jane Austen ou des sœurs Brontë.

BDE : On voit l’évolution de ton dessin depuis les premières pages de ton site. Mais dès le départ, on est bluffé par la qualité de tes croquis ! Où et comment as-tu appris à dessiner ?
M : Je ne vais pas être originale en disant que j’ai toujours dessiné depuis mon plus jeune âge. Je n’ai jamais pris de cours (à part quelques cours de dessin académique ça et là et un stage de deux-trois semaines dans le domaine de l’animation), mais j’ai du dépenser l’équivalent d’une bourse d’études dans une école de dessin en art-books, BD et making-of divers ! C’est grâce à ces livres que j’ai tout appris, ma Bible restant le making-of du Bossu de Notre-Dame de Disney, qui est à mon avis le plus beau dessin-animé américain. Ce film a été une révélation pour moi.

BDE : Sur ton site, tu postes aussi de nombreuses images, les étapes de certaines planches, et tu n’hésites pas à demander les conseils des visiteurs. Certaines remarques te sont-elles utiles ? Doutes-tu toujours de ton talent ?
M : Ah oui, je dois tellement aux lecteurs de mon blog ! Grâce à eux, j’ai pu déceler certaines erreurs que je n’avais pas vues parce que je manquais de recul, et j’ai ainsi pu éviter quelques catastrophes ! La critique constructive, même si elle peut s’avérer douloureuse dans certains cas, doit être utilisée pour s’améliorer et non pas s’apitoyer sur son sort. J’essaye toujours de réparer les erreurs que je vois ou que l’on me désigne, quand j’ai le temps de le faire. C’est du boulot en plus, mais en même temps, ça me permet de fournir au final un album un peu plus abouti, et je trouve qu’il est essentiel que le public ait son mot à dire, même si je ne peux pas prendre toutes les remarques en compte. Pour Clues, pas moins de 8 planches ont entièrement été refaites. Il reste un tas d’erreurs que je n’ai pas eu le temps de rafistoler, mais il y a un moment où il faut s’arrêter.

BDE : Ta maîtrise est déjà impressionnante et ton univers est déjà bien développé… D’où cela te vient-il ? Qu’as-tu donc fait avant de te lancer sur cette série ?
M : Merci, c’est gentil de dire ça ! Je n’ai rien fait de spécial avant de me lancer dans Clues. Pas même une petite illustration en bas de page d’un obscur fanzine ! Mais je pense qu’à force de dessiner, de s’immerger quotidiennement dans mon petit monde, ça m’a permis de développer un univers de plus en plus précis.

BDE : On peut rapidement déceler des références ou des modèles dans tes premiers dessins. Peux-tu nous en parler ?
M : La première référence indéniable, ce sont les dessins-animés de Disney, et l’animation à l’américaine en général. Sinon, il y a pas mal d’auteurs de BD qui m’inspirent, comme Wendling, Yslaire, Loisel, Valp, Frezzato, Barbucci et Canepa, Fourquemin, Alary, Meglia, Lauffray, Guarnido, Griffo, etc. Mais aussi tout plein d’artistes encore méconnus, qui se sont fait leur place sur le web. Il y a vraiment quelques perles là dehors !

BDE : Affectionnes-tu particulièrement ce style victorien ? N’est-ce pas difficile de se documenter pour les décors, les costumes ou l’aspect des personnages ?
M : Rahh la période victorienne… Je ne m’en lasserai jamais ! Pour la doc, je remercie le web ! J’ai trouvé une tonnes de photos victoriennes ça et là, je dois avoir un dossier de plusieurs centaines de photos ! Sinon, j’ai découvert il y a quelques années des rééditions de catalogue de mode d’époque, publiés par les éditions Dover, qui sont les maîtres incontestés de la publications d’images de référence pour artistes, libres de droit en plus. Et pas chers ! Ils font des bouquins sur tous les sujets, autant sur la mode que sur les moyens de transports, les meubles, les ornements, les gravures d’époques sur des thèmes donnés, etc… Un must pour les artistes !

BDE : Tu as dû apprécier Sweeney Todd ! Certains films, comme ceux de Tim Burton justement, peuvent-ils te servir de modèles dans le découpage, la narration ou l’ambiance ?
M : Ah Tim Burton… J’adore, c’est clair ! L’art-book de Sweeney Todd m’a d’ailleurs été bien utile ! Comme je dessine souvent avec un film en fond sur mon portable posé à côté de moi sur ma table à dessin, il m’arrive de faire des arrêts sur images pour m’inspirer de tel ou tel plans. Les films en question ne sont même pas forcément de type victorien. Il m’est arrivé plusieurs fois de stagner sur un découpage et soudain, hop, la révélation ! Le plan qui manque apparaît dans le film qui passe à côté de moi !

BDE : Comment Akileos a-t-il choisi de te publier ? As-tu présenté Clues à de nombreux éditeurs avant que ce soit accepté ?
M : Je trouve toujours marrant, quand j’y repense, que les premiers éditeurs à qui j’ai présenté le projet soient ceux qui ont fini par signer. C’était à Angoulême, en janvier 2005, où Richard Saint-Martin a eu un coup de cœur pour mon travail. J’ai rencontré d’autres éditeurs intéressés mais pour diverses raisons, j’ai préféré privilégier Akileos, avec qui le feeling est vraiment excellent.

BDE : Pour mieux connaître l’équipe et les autres auteurs, ton éditeur t’a invitée au dernier Festival d’Angoulême, bien que l’album ne soit pas encore paru. Quel est ton bilan de ces deux jours ?
M : En réalité, c’est moi qui ai décidé de me déplacer pour rencontrer l’équipe et Akileos m’a fourni un pass, ce qui était vraiment sympa parce que je n’avais pas de bouquin à présenter… Je me suis vraiment bien entendue avec tout le monde, et l’ambiance était géniale sur le stand.  Et quelle n’était pas ma surprise de rencontrer quelques lecteurs de mon blog qui m’ont reconnu ! Ça m’a fait très chaud au cœur. Rien que de repenser à ces deux jours, je me réjouis encore plus d’un prochain festival avec toute l’équipe d’Akileos !

BDE : Tes nouveaux collègues ne tarissent pas non plus d’éloges sur toi… Cela doit te réconforter ?
M : C’est toujours flatteur quand d’autres auteurs me font des compliments sur mon travail, mais même si mes artistes préférés venaient me féliciter, je ne me reposerais pas sur mes lauriers pour autant. C’est un réconfort, et je suis toujours extrêmement touchée, voire même carrément étonnée, quand certains artistes que j’admire, et que je trouve dix fois plus balèzes que moi, me disent qu’ils apprécient mon travail, mais ce n’est qu’un sentiment passager. Je suis une éternelle insatisfaite, et même lorsqu’on me répète qu’il faudrait que je sois moins dure avec moi-même, je ne peux pas m’empêcher de dénigrer mon travail. Ce n’est pas toujours facile, ni pour moi ni pour mon entourage, qui doit constamment me rassurer sur ce point. En même temps, j’essaye d’utiliser ce sentiment à bonne escient. Au lieu de pleurer sur mon sort, je prends les devants et j’essaye de toujours faire mieux !

BDE : Etait-ce une évidence pour toi de tout réaliser seule sur l’album ? Est-ce un choix ou un manque de connaissance du milieu ?
M : Pour moi, c’était un défi personnel. Je me suis dit que si j’arrivais à faire publier quelque chose qui soit à moi de A à Z, j’aurais déjà connu une bonne partie du métier ! Je pense qu’après ces trois albums réalisés en solo, où j’aurais tout fait (y compris toutes les petites choses qui sont parfois prises en charge par l’équipe qui entoure les éditeurs, comme scanner les planches et placer les bulles), je serai rodée et plus rien ne me fera peur ! Réaliser un album complet toute seule ne fut pas aussi difficile que je le pensais, et c’était la bonne surprise de cette aventure. Bien sûr, il y a certains points sur lesquels je me suis vraiment pris la tête (surtout sur le scénar) et des moments de stress où je me demandais si j’allais terminer dans les temps. Mais je me dis toujours à ce moment-là : « si tel ou tel auteur est passé par là sans encombres, moi aussi je peux le faire » ou encore « pff, t’as connu pire, alors au boulot ! », et au final je n’ai jamais ressenti de découragement ni de lassitude. Au contraire… Je me réjouis d’attaquer le deuxième tome !

BDE : Tu n’en es qu’aux premières étapes d’une longue carrière dans la BD, mais comment vois-tu évoluer ton style ?
M : Je crois que je garderai toujours l’aspect très « dessin animé » de mon style, mais je pense que j’y incorporerais petit à petit et sans vraiment me rendre compte mes petits tics personnels ! J’espère aussi que je m’améliorerais avec le temps et l’expérience, notamment au niveau de la perspective et des décors, qui sont mes plus gros point faibles et manquent encore d’âme à mon goût.

BDE : Quels sont les genres que tu aimeraient explorer un jour ?
M : J’adore la science-fiction style space-opera, le steampunk, ou encore l’univers de la piraterie. J’ai d’ailleurs deux projets personnels, dans deux de ces univers, que j’espère pouvoir concrétiser un jour. Je suis aussi une inconditionnelles des univers sombres et gothiques à la Tim Burton, et là aussi j’ai quelques idées que j’aimerais pouvoir développer.

BDE : Y a-t-il des auteurs avec qui tu rêves de travailler ? Ou une série que tu aurais aimé scénariser ou dessiner ?
M : Oui, il y a quelques scénaristes avec qui j’aimerais bien collaborer. Sinon, je suis toujours bluffée par le travail de Fabien Vehlmann, scénariste sur Green Manor, une série de petites histoires de type polar victorien de quelques planches chacune. Pour moi, le plus difficile sur Clues fut de rendre cohérente et intéressante la trame « polar », et quand je vois la maîtrise et la facilité de Vehlmann dans ce domaine, je suis en admiration totale ! Cette série est vraiment savoureuse, et j’aurais eu beaucoup de plaisir à la dessiner !

BDE : Sur ton site, tu publies de nombreux fan-arts : Harry Potter, Pirates des Caraïbes, Prison Break… Tu aimes aussi créer des personnages selon ce que tu apprécies sur le moment, Hawkins a ainsi des airs de Mahone ou de Sherlock Holmes. C’est une façon de ne pas figer ses dessins ?
M : C’est exactement ça. En général, je passe par des phases, générées par tel ou tel film, ou tel ou tel livre, qui m’inspirent et me donnent envie d’expérimenter de nouvelles choses. Les fan-arts sont un bon moyen de ne pas se cantonner à un seul style, un seul univers, et permettent de s’exercer, tout en se faisant plaisir ! Il m’arrive aussi de flasher sur le travail d’un artiste, et mon dessin s’en ressent. Ces derniers temps, j’ai redécouvert le travail de Charles Dana Gibson, une sorte de Norman Rockwell des années 1890-1910, et qui a d’ailleurs inventé la première pin-up, connue sous le nom de « Gibson Girl ». Sa façon de dessiner les femmes, leurs coiffures, leurs attitudes, m’a beaucoup inspirée pour donner un peu de peps au design d’Emily, qui sera légèrement différent dans le Tome 2. Hawkins, lui, a quelques airs de William Fichtner (qui joue Mahone dans Prison Break), de Jeremy Brett (l’interprète de Sherlock Holmes dans la série produite par la Granada) et de quelques autres figures masculines qui m’ont plu pour une raison ou pour une autre.

BDE : Clues est prévu en 3 tomes. Mais au vu de tes esquisses et de tes recherches, tu dois avoir d’autres projets qui ne demandent qu’à voir le jour ?
M : J’ai quelques portes ouvertes par-ci par-là pour des projets en collaboration avec d’autres auteurs, mais rien n’est certain, alors je préfère ne pas encore en parler. J’ai aussi un projet personnel de SF-steampunk, que je développe entre deux planches, depuis environ 7 ans maintenant. A la base, je voulais commencer avec ce projet, mais il est relativement ambitieux et je l’ai mis entre parenthèses. Je préfère avoir un minimum d’expérience avant de m’y mettre !

BDE : Que pourra-t-on attendre dans la suite de Clues ?
M : Le Tome 2 ne sera pas construit comme le Tome 1, à savoir « un tome/une enquête à résoudre ». La suite se focalisera davantage sur les relations entre les personnages, véritable fil rouge de la série, et sur le gang des Red Arrows, dont la menace sera omniprésente tout au long de l’histoire. Des réponses seront apportées et certains personnages, et même certains lieux, aperçus dans le premier tome auront un rôle capital à jouer dans cette suite qui devrait paraître entre septembre et décembre 2009. Le mot de la fin : méfiez-vous des apparences !

BDE : Que peut-on te souhaiter, en plus du succès pour ta série ?
M : Hmm, je dirais de pouvoir continuer à faire ce métier jusqu’à la fin de mes jours ! J’adore ça !

BDE : Merci beaucoup à toi !
M : Merci à toi, ce fut un plaisir !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 29 février 2008.

Les personnages de Clues vus par Mara

Inspecteur Nathanael Hawkins
Hawkins est un homme taciturne, froid et cynique, très méticuleux et exigeant dans son travail. Il est connu pour utiliser des méthodes d’enquête peu orthodoxes et d’avant-garde. Entre deux investigations, il donne quelque fois des cours et des conférences sur l’entomologie (études des insectes), sa seconde passion. Il est respecté et craint par ses collègues, qui ne savent en réalité que peu de choses à son sujet. Mais l’arrivée d’Emily au sein de son équipe va bousculer ses principes en le dirigeant sur une enquête d’une envergure inattendue… 

Ce qu’en dit Mara :
« Hawkins est à la fois un hommage au personnage de Sherlock Holmes, ainsi qu’à l’archétype de l’homme ténébreux et tourmenté par son passé que l’on retrouve dans les romans anglais du XIXème, tels que ceux des sœurs Brontë (Jane Eyre, Les Hauts de Hurlevent). Son nom est en réalité un jeu de mot avec Hawk, qui signifie faucon en anglais. Au niveau design, j’ai voulu renforcer son côté sombre et amer par des traits anguleux et des yeux clairs, couleur d’acier, ce qui contraste avec Emily, toute en rondeurs et en couleurs chaudes. »

Emily Arderen
Depuis sa plus tendre enfance, Emily n’a qu’une idée : intégrer les forces de police de Scotland-Yard. Placée dans une famille d’accueil à New York, et après un stage de secrétaire à la police métropolitaine de la ville, elle revient à Londres dans l’espoir de retrouver les hommes responsables de la mort de sa mère. Jeune femme naïve, maladroite et timide, elle a du mal à se faire une place dans ce monde très masculin, et l’attitude de Hawkins, qu’elle admire et respecte énormément, n’arrange rien à l’affaire. Mais sa détermination et ses initiatives risquées vont finir par la mener sur les traces du passé…

Ce qu’en dit Mara :
« Emily est une jeune femme naïve, maladroite et timide, qui a du mal à se faire une place dans un monde très masculin voire misogyne, mais n’est pas non plus une féministe acharnée. Dans son caractère comme dans son design, elle est l’opposée de Hawkins, son mentor, un homme pour lequel elle développe tout au long de l’histoire une admiration particulière. Je l’ai appelé Emily, car je trouvais que ce nom véhiculait quelque chose de très doux, presque naïf. Arderen est un anagramme de renarde, mot qui était le tout premier titre de la série avant que je ne l’intitule Clues, et je n’ai jamais pensé à le changer même si ce n’est plus d’actualité. Avec ce personnage, je voulais trancher avec ce que l’on trouve habituellement dans la BD, tout en la rendant attachante à la fois pour le public masculin et féminin, ce qui fut un gros challenge ! »

Henry Feldman
Autrefois un simple gamin des rues, Henry fut recueilli très jeune par Hawkins, alors simple officier, qui le plaça dans un internat. Il se passionna rapidement pour la médecine et les sciences les plus modernes. Après ses études, il retrouva alors Hawkins, qui lui obtint une place en tant que médecin-légiste au sein de Scotland-Yard. Feldman est un homme calme, posé, toujours souriant et de bon caractère, qui connaît Hawkins mieux que personne.

Ce qu’en dit Mara : 
« Au niveau de son nom, je n’ai pas cogité très longtemps. Il m’est venu tout de suite, et je ne l’ai jamais remis en question. Concernant son design, ce personnage est une sorte de mélange entre Hawkins et Emily. Il a la fraîcheur d’Emily, mais le savoir et le souci du détail de Hawkins, ce que j’ai tenté de traduire dans son visage, à la fois rond et anguleux. »

Pin-up BDE exclusive (disponible sous format carte postale en boutique)

© Akileos/Mara
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*