Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Alexe – Dessinatrice de Lancelot

Rencontre avec Alexe – Dessinatrice de Lancelot

Aujourd’hui, votre site préféré (non, ne partez pas, je parle bien de nous!) va vous proposer une interview en légère avant-première. Et même pas que légère puisque l’album dont il s’agit sortira en octobre prochain, à l’occasion du festival Quai des Bulles à Saint-Malo, lieu idéal pour lancer une nouvelle série issue de la collection Celtic. Pour son premier album en solo, Alexe s’est vue confier la tâche de mettre en image la légende du chevalier Lancelot. Un défi à sa mesure, les premières planches présentées étant magnifiques. Et même si cela parait loin, n’ayez crainte, nous vous rappellerons de ne pas manquer cette sortie très attendue.

Retrouvez quelques planches à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! A quelques semaines de la sortie de ton premier album en solo, comment vas-tu ?
Alexe : Je vais bien je te remercie, je m’éclate sur Lancelot ! Mais, je précise quand même, « à quelques mois de la sortie du Tome 1 » ! 🙂

BDE : L’attente a-t-elle été longue pour voir se concrétiser ce projet, après avoir été coloriste (avec talent) sur d’autres séries ?
A : L’attente à été très longue mais nécessaire, afin de m’améliorer, pour que mon dessin s’affirme et devienne un peu plus mature aussi. C’est vrai que mon parcours est atypique, mais l’expérience de coloriste sur 6 albums a été une bonne source d’apprentissage également. Donc on peut dire que je suis satisfaite de la manière dont tout ça a évolué. Je suis beaucoup moins pressée qu’il y a quelques années… 🙂

BDE : Travailler seule sur tout un album a-t-il fait changer ton regard sur le métier de dessinateur ou sur le travail des collègues ?
A : Un petit peu effectivement. Comme je dessinais déjà avant et pendant mon expérience de coloriste, j’imaginais bien ce que cela pouvait donner… Néanmoins je me suis quand même rendue compte de la somme de travail et de l’investissement énorme que cela demande, surtout sur la durée et l’assiduité. Disons que l’implication en tant que dessinateur n’est vraiment pas la même que pour un coloriste, même si le travail des deux est indispensable. Je respire, je rêve, bref je vis « Lancelot » depuis une année… C’est omniprésent, et donc forcément plus intense et sur un plan très différent que lorsque je colorisais d’autres auteurs, à raison d’un album en quatre mois.

BDE : Ton dessin semble parfaitement s’intégrer à l’univers celtique, mais avais-tu d’autres opportunités dans d’autres genres ? D’une manière générale, comment vois-tu l’évolution de ton style ?
A : Oui, j’ai eu d’autres propositions au sein de Soleil et chez d’autres éditeurs, dans des univers avoisinants et différents… Mais lorsque Jean-Luc (Istin) m’a proposé de travailler avec lui sur Lancelot en m’exposant le projet, j’ai instinctivement dit oui. Déjà parce que je savais que je pourrais progresser considérablement avec lui, ensuite parce que c’est un univers que j’affectionne particulièrement et ce bien avant d’être dans la BD. Enfin, ce projet m’a réellement emballée, bien au-delà du fait de signer un « premier tome ». Car je n’aurais pas pu travailler sur un projet auquel je ne crois pas. J’ai besoin de me sentir en confiance et de m’investir totalement.
Du fait de tout cela, mon dessin a donc pu commencer à se libérer enfin, dans un univers qui lui est naturel. Je ne réfléchis pas à « mon style » si tant est que j’en ai un. Je cherche à m’améliorer et à me décrisper surtout… à devenir de plus en plus naturelle dans ce que je fais. Ensuite, un goût pour un certain « travail » du dessin, que ce soit dans ce que j’essaye de faire ou chez les auteurs que j’affectionne.

BDE : Débuter au côté de Jean-Luc Istin, un nom qui fédère de nombreux lecteurs, est-ce plus rassurant ou plus de pression pour un jeune auteur ?
A : Les deux à la fois, et tout ça mélangé ! 🙂 Travailler avec lui est une grande chance pour un jeune auteur tel que moi, surtout sur une série d’au moins 5 tomes. Car il m’apporte énormément de son expérience et de son regard critique, il m’aide à progresser, de plus cela permet une meilleur visibilité aussi. En même temps je me dois d’être à la hauteur du projet et surtout à la hauteur de la confiance qu’il me porte. Etant une éternelle perfectionniste, la pression, je me la mets déjà bien assez toute seule… 🙂 Donc à chaque planche j’essaye d’y mettre mes tripes, en me disant que quoiqu’il arrive, je me serais défoncée dessus.

BDE : Après avoir apprécié ton dessin dans le Tome 3 de Légendes de la Table Ronde, de nombreux lecteurs attendent impatiemment la série Lancelot. Que vont-ils y découvrir ?
A : J’espère un dessin qui s’est amélioré ! Ensuite un album, une série, qui me correspondent forcément mieux et qui me permettent de donner beaucoup plus et de montrer mon univers. Bref nous avons tout revu, approfondi et amélioré mon travail… De plus le scénario est vraiment bien je trouve, et j’espère que notre album permettra aux lecteurs de passer un bon moment avec nous… de voyager dans nos univers à Jean-Luc et moi, qui se mélangent très bien.

BDE : On pourrait être surpris de constater que tu ne réalises par les couleurs. Comment cela se fait-il ? En avais-tu assez d’être « cataloguée » coloriste ou est-ce un choix imposé ?
A : 🙂 Je m’y attendais à celle là… Effectivement je ne fais pas les couleurs. Les raisons sont en fait assez simples. Premièrement, Jean-Luc voulait que je me consacre au dessin, vu que ça m’obsédait de m’améliorer, et j’étais tout à fait d’accord avec lui. Ensuite, j’adore faire la couleur sur mes illus ou peindre, mais coloriser un album… ça aurait été trop lourd et j’en suis un peu lasse, il faut l’avouer. Enfin, je trouve qu’Elodie fait un bien meilleur travail que ce que j’aurais fait, donc pourquoi s’en priver ?

BDE : Elodie Jacquemoire est donc la coloriste de ton album. Comment avez-vous collaboré ? N’était-elle pas intimidée d’avoir ce rôle auprès de toi ?
A : Jean-Luc lui a demandé de faire des tests, nous ne lui avons donné aucune indication, hormis « jour/nuit ». Dès le premier test sur la page 02, nous avons été réellement emballés. Je me suis dit qu’elle comprenait vraiment bien l’univers et nos attentes, qu’il y avait une sensibilité commune. Elle paraît emballée par le projet et nous avons toute confiance en son travail. Quand à son intimidation… faut lui demander, mais je ne l’espère pas ! 🙂 Et pis il n’y aurait pas de raisons… Je suis exigeante c’est vrai, néanmoins elle se débrouille très bien.

BDE : Emmagasines-tu à chaque collaboration un peu de l’expérience de chacun pour un jour réaliser ta propre BD du scénario à la couleur, ou as-tu déjà quelques idées notées sur un carnet ?
A : Effectivement, j’espère pouvoir réaliser ma propre série d’ici quelques années, de A à Z. J’ai un univers qui trotte dans ma tête depuis un bon moment… Mais pour cela, je dois être prête à tous les niveaux et là, je n’ai pas acquis encore assez d’expérience. Donc chaque chose en son temps. Déjà, c’est Jean-Luc qui fait le story-board sur le Tome 1 et moi qui vais m’en occuper sur le Tome 2… Petit à petit l’oiseau fait son nid.
Pour répondre à ta question plus clairement, oui j’observe et j’apprends énormément des auteurs avec lesquels j’ai travaillé ou je travaille, et ce, à tous les niveaux. 🙂

BDE : Hormis le succès pour Lancelot, que peut-on te souhaiter ?
A : Continuer à m’éclater sur mes planches, mais ça, ça ne risque pas de changer ! 🙂

BDE : Merci à toi et à bientôt !
A : Merci à toi et à Bulle d’Encre, votre webzine est vraiment bien ! 🙂

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 25 mars 2008.

Quelques planches de Lancelot T1

© MC Productions/Istin/Alexe/Jacquemoire
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*