Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Renaud Collin – Auteur du Monde selon François

Rencontre avec Renaud Collin – Auteur du Monde selon François

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter un dessinateur belge au talent fou fou fou qui compte pour le moment deux albums à son actif. En effet, deux tomes du Monde selon François sont parus aux éditions Dupuis dans la collection Punaise et feront le bonheur des petits comme des grands.

Chronique du Tome 2

Retrouvez quelques planches dont une planche du tome 3 en avant première à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Quelles sont vos influences graphiques ?
RC : Variées ! J’aime bien loucher du côté des jeux vidéos… même si ça ne se voit pas nécessairement dans François… Je pense à des jeux comme Beyond Good and Evil ou les Final Fantasy, les ambiances et les jeux de lumières y sont souvent très travaillés et les personnages haut en couleurs… Mais mon influence de fond, c’est plutôt la peinture : Caravage, Latour, les Impressionnistes… et tous les autres. Toujours pour les mêmes raisons le travail de la lumière et des couleurs… Ça ne se voit peut-être pas non plus. Je suis aussi friand des Pixar et autres Dreamworks qui inondent nos salles de cinéma. Kung Fu Panda et autre Ratatouille… Le côté rétro des Indestructibles m’a charmé. Il y a aussi quelques séries télé animées comme Rats ou Samourai Jack et le très beau et très graphique Foster’s home for imaginary friends qui me plaisent énormément. Et puis il y a tous les auteurs de BD virtuoses comme Hislaire, Frank Pé, de Crécy, Gibrat, E. Fernandez… et tous les anciens, Franquin, Jijé, Peyo et compagnie qui influencent tout le monde de toute façon.

BDE : Comment se sont déroulés les prémices de la série Le Monde selon François et votre rencontre avec Vincent Zabus ?
RC : J’ai rencontré Vincent par personnes interposées… C’était à un festival de bd à Mons… Il avait vu mes planches exposées et il a accroché. Il avait déjà des scénarios dans ses cartons et cherchait un partenaire… Il connaissait l’amie d’un ami … On s’est rencontrés dans un café namurois …et ça a pris. François a d’abord vu le jour dans le journal Spirou ! L’idée de Vincent était de faire plusieurs histoires courtes, de les publier dans Spirou avec pour espoir que ça devienne un recueil… La sauce n’a pas pris sous cette forme-là… Il y a eu deux histoires courtes dans Spirou et puis c’est tout… François est ressorti des cartons à l’occasion du lancement de la nouvelle collection Punaise / Puceron. Avec François nous étions pile poil dans le projet éditorial de Denis et Laurence, les éditeurs…

BDE : C’était quelque chose qui vous tenait à cœur de travailler sur une série jeunesse ?
RC : Pas spécialement… L’objectif avec Vincent était de faire une bd qui nous corresponde… On n’a pas pensé « tranche d’âge » en travaillant le projet… C’est une fois pris dans la collection qu’il a fallu faire un peu attention à la manière de raconter l’histoire : pas trop de texte pas trop d’ellipses… et quelques autres règles narratives pour faciliter la lecture…

BDE : Titeuf fait passer des messages pédagogiques aux enfants, le but de votre série n’est-il pas le même finalement ? Je pense par exemple au sujet abordé dans le second tome.
RC : Oui certainement. A la base de l’album il y a une préoccupation d’enfant. Pour le Tome 1 : le fait d’être différent de ces camarades ; pour le Tome 2, les parents qui se chamaillent avec à la clé un divorce… A priori c’est assez plombant comme point de départ… On avait envie de traiter de vrais problèmes d’enfants. Le truc c’est d’enrober le tout dans une bonne dose de légèreté, de poésie et d’aventure. C’est ce qu’on essaie de faire.

BDE : Quel sera le thème abordé dans le troisième album ?
RC : On continue dans le plombant : les parents sont séparés et François passe le week-end chez son père dans une nouvelle maison pas encore arrangée… Son père est écrasé par la pression de son travail. Mais François est décidé à ce que son père s’occupe de lui… Il va donc tout faire pour l’arracher de son travail, jusqu’à aller trouver le « Maître du temps » afin qu’il gère autrement le planning de son père.

BDE : Etiez-vous un enfant rêveur à l’image de François ?
RC : Non pas du tout, j’ai toujours voulu être expert-comptable, mais mes parents m’ont mal orienté en 3eme maternelle… Ils m’ont obligé à jouer avec de la plasticine et m’ont fourré des crayons entre les doigts alors que moi je rêvais de fiches comptables Excel et de spéculations boursières… Plus sérieusement, oui, j’étais un rêveur, comme tous mes collègues… mais François c’est plus que ça. C’est le James Bond de l’imagination…C’est un rêveur actif, il a des convictions farfelues et il les vit.

BDE : Avez-vous toujours des projets adultes dans vos cartons ?
RC : J’ai des envies, mais il n’y a pas encore de projet bien dessiné.

BDE : Vous avez avoué dans une interview avoir débuté votre passion du dessin en colorisant en couleur direct, aimeriez-vous réutiliser cette technique dans le futur ?
RC : Oui certainement… Tout dépend du projet… J’aime bien changer, expérimenter des techniques différentes… Le tout c’est de trouver un style graphique qui colle à l’histoire…

BDE : Merci à vous !!!
RC : Merci à toi.

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 29 août 2008.

Extrait du Tome 2 suivi d’une planche du Tome 3 à paraître (cliquez sur les images pour agrandir)

© 2008 Dupuis/Zabus/Collin
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*