Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Mathieu Mariolle – Scénariste du Capitaine Fracasse

Rencontre avec Mathieu Mariolle – Scénariste du Capitaine Fracasse

« Vous qui m’avez tendu la main pour sortir de ce caveau, acceptez-moi franchement pour l’un des vôtres. Je ne m’appelle plus Sigognac! Je plie mon titre de Baron et le mets au fond de mon portemanteau, comme un vêtement qui n’est plus de mise. Ne me le donnez plus. Si vous le voulez bien, je prends pour nom de guerre le Capitaine Fracasse! »

S’il est un scénariste que l’on apprécie chez Bulle d’Encre, c’est bien Mathieu Mariolle. Parmi les nombreux (très bons) scénarios issus de son imagination fertile (on lui doit Pixie, Smoke City, Alta Donna, Foot 2 Rue, Hazard ou encore De sang froid), un a retenu notre attention : son adaptation fidèle et pourtant personnelle du Capitaine Fracasse de Théophile Gautier. Parlons donc de ce nouvel exercice scénaristique et de ses projets avec lui.

Chronique du Tome 1

Retrouvez quelques extraits à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! En cette première partie d’année, ton actualité a été plus que chargée. Est-ce qu’on peut encore attendre d’autres scénarios dans les prochains mois ?
Mathieu Mariolle : La fin de l’année 2008 sera moins chargée que le début. Le premier semestre avait notamment vu le début de 2 séries : Alta Donna chez Dargaud et Le Capitaine Fracasse chez Delcourt. Avant 2009, seul le Kookaburra Universe réalisé avec Aurore sortira. Et ce sera pour le mois de novembre.

BDE : Es-tu un boulimique de travail ou les récits te viennent-ils relativement facilement ?
MM : Les deux en fait. J’essaie de travailler autant que je peux, au détriment du peu de sommeil que les enfants me laissent. Mais en réalité, si j’écris beaucoup, c’est que j’aime inventer des histoires, associer des concepts, visiter virtuellement de nouveaux pays en y situant des histoires. Ce n’est pas la matière du récit ou son approche qui vient difficilement, c’est surtout une volonté de pousser au plus loin mes idées. Je reste un laborieux de l’écriture, j’ai besoin de temps pour mener un récit, pour me documenter, prendre du recul dessus. Et je retouche énormément mes histoires, avant, pendant et parfois même après que les pages soient dessinées. Certains dialogues ne prennent leur sens et leur forme qu’une fois sur la planche. Toute la subtilité est alors de pouvoir les modifier sans trop déranger le dessinateur.

BDE : Ce qu’on peut remarquer dans tes productions, c’est la grande diversité des genres que tu abordes. Est-ce un défi ou une nécessité de varier les styles pour ne pas se lasser ?
MM : Parfois ce fut des défis de réaliser une histoire dans un genre déterminé, pour voir comment l’aborder, comment y trouver une approche personnelle. Mais si j’aime toucher à des genres, des tons et des publics différents, c’est que cela reflète mes goûts en tant que lecteur. J’aime des BD, des romans, des films très différents. Et au moment d’écrire mes propres histoires, cette diversité s’est ressentie.

Et puis, c’est vrai que c’est évidemment une excellente manière de ne pas se lasser. Chaque projet devient un peu la récréation d’un autre. C’est très agréable de pouvoir naviguer de l’un à l’autre. En revanche, avec un peu plus d’expérience et de recul quant à mon travail, je ressens le besoin de moins me diversifier. J’ai écrit plusieurs récits destinés à un public adolescent (Pixie, Hazard, Alta Donna), plus que d’histoires au ton plus adulte qui pourtant me ressemblent davantage.
Je vais donc essayer de poursuivre dans cette voie, dans la lignée de Smoke City par exemple. Mais je ne garantis rien, je vais peut-être ressentir le besoin de faire quelque chose de très différent dans quelques semaines !

BDE : Et donc pour la première fois, tu as abordé une adaptation de roman avec Le Capitaine Fracasse. Comment y es-tu venu ? Est-ce un choix personnel d’une histoire qui t’a marqué ?

MM : L’idée d’adapter Le Capitaine Fracasse est venue d’une double envie. Tout d’abord, j’avais envie d’essayer d’adapter un roman, pour comprendre comment le mécanisme de transposition en BD pouvait se faire. Et la collection Ex Libris de Jean-David Morvan me plaisait particulièrement.
Ensuite, après trois tomes d’une série réaliste et contemporaine, Kyko et moi avions envie de souffle, de panache, d’aventure, d’humour. On partageait un vrai désir de s’immerger dans un récit de cape et d’épée. J’avais lu le roman étant jeune, et j’en avais gardé un excellent souvenir. Et en le relisant, j’y ai trouvé d’autres raisons de vouloir l’adapter. La principale est qu’il s’agit d’un récit intense, mais que Théophile Gautier s’y est fait plaisir, en en faisant un exercice d’écriture : il y a multiplié les descriptions, les tournures alambiquées, les recherches stylistiques et les néologismes, ce qui peut rendre certains passages un peu longs. L’adaptation en BD permet de sublimer ses descriptions et d’offrir au lecteur une vision de l’histoire dans laquelle il est facile de pénétrer.

BDE : Cet album t’a aussi permis de travailler à nouveau avec Kyko Duarte. Est-ce que l’expérience en commun sur De sang froid a permis une adaptation plus aisée ?
MM : Le fait d’avoir déjà réalisé 3 tomes avec Kyko est un énorme avantage. On se connaît très bien, chacun sait comment l’autre va réagir. C’est surtout un grand luxe de savoir comment le dessinateur va retranscrire certains passages. Et ça rend les surprises réservées par l’autre encore plus savoureuses.

BDE : Un roman pouvant être abordé de multiples manières différentes, comment as-tu voulu retranscrire les aventures du Baron de Sigognac ?
MM : Dans le roman, le narrateur est très présent et notre principal choix en tant qu’adaptateurs a été de se priver de textes narratifs. Pour une question de rythme tout d’abord. Un narratif alourdit la narration, ralentit l’action. Or nous voulions privilégier l’aspect léger et feuilleton de l’histoire. En outre, cela nous offrait aussi un défi : transposer des textes narratifs en dialogues, faire comprendre les intentions par le dessin, le découpage, le jeu des personnages.

Ensuite, Théophile Gautier s’est fait plaisir en écrivant le roman, en multipliant les effets de style, en faisant un vrai travail sur le langage. Pour nous, cette richesse de langage était une force, pas une contrainte. Et il fallait trouver un moyen de faire passer l’élégance du texte original de façon plus légère que dans le roman, où certains passages sont durs à digérer et n’aurait pas pu être utilisés de façon telle quelle en BD. Il y a un langage particulier en BD, qui est bien différent de celui d’un roman.
Enfin, le roman fut publié en feuilleton dans la presse à l’époque, donc l’histoire est très dépendante de cette construction en chapitres. Il nous a fallu trouver une structure plus adaptée à des tomes de BD de 46 pages, ainsi qu’une manière d’avancer suffisamment dans le récit afin de présenter tous les personnages et les enjeux dès le premier tome.

BDE : Cette année a aussi vu paraître Alta Donna, un album plus orienté pour la jeunesse, en collaboration avec une jeune et nouvelle dessinatrice. Est-ce pour toi un plaisir de créer ces histoires colorées et dynamiques pour les plus jeunes lecteurs ?
MM : Ecrire Alta Donna a été un vrai bonheur. C’est très facile de travailler avec Kim (la dessinatrice) et Pop (la coloriste), elles enrichissent énormément l’univers, sont très investies. Mais surtout, on a beaucoup pu travailler sur les personnages, leurs émotions.
J’ai été très influencé par les mangas. Peu par le style graphique, mais énormément par la narration. Pour Alta Donna, l’envie était de raconter une histoire au plus près des personnages, être totalement dans l’empathie avec eux, présenter les événements à leur hauteur pour faire partager leur quotidien, leurs réactions, leurs peurs aux lecteurs. J’espère que le résultat fonctionne.

Enfin, ça fait du bien de pouvoir se promener dans un monde totalement acidulé, où les nuages ont l’air d’être en guimauve. J’attends avec impatience les prochains développements de la série, en BD et sous d’autres supports.

BDE : Autre phénomène, la série Foot 2 Rue. Comment en es-tu venu à adapter ce dessin animé en BD ?
MM : Mon éditeur chez Soleil m’a proposé de travailler dessus. Le concept me plaisait, j’étais dans une phase où j’avais très envie d’écrire pour la jeunesse. C’est à ce moment que j’ai écrit Alta Donna et Hazard, deux séries aux tons et aux publics similaires. La proposition est venue bien avant la diffusion du dessin animé, avant son succès, ce qui nous a laissé une grande marge de manœuvre sur la BD.

BDE : Te sens-tu impliqué dans ce gros succès ? Suffit-il de s’inspirer de la série animée ? Quel est donc ton processus pour cette BD par rapport à des créations originales ?

MM : Bien entendu qu’on est flatté par l’important succès de la série, même si nous n’avons pas été à l’origine de ce projet. Rien ne garantissait son succès, peu de monde y croyait au démarrage. Et puis, peu importe la notoriété du projet de base, peu d’adaptations sont couronnées de succès. Alors, si Foot 2 Rue marche bien, j’en suis ravi.
On a eu beaucoup de chance que cela fonctionne à ce point, c’est évident. Mais je pense que l’idée de proposer cette adaptation à des auteurs ayant déjà raconté des histoires pour un public similaire et maîtrisant (un peu) la narration en BD a fait la différence. Dès le départ, on nous a demandé à Philippe et moi de nous approprier le sujet, d’enrichir l’histoire. Le dessin animé enchaîne les matchs, ce qui serait vite rébarbatif en BD. On a donc accentué la complicité entre les personnages, travaillé sur leur quotidien, essayé d’approfondir leurs caractères.
Au final, la BD reste très proche du dessin animé, mais on y dispose d’une vraie liberté de création. La difficulté forcément, c’est de ne pas trahir l’œuvre originale. Et en cela, le travail se rapproche assez de celui fait sur Le Capitaine Fracasse. Il faut toujours garder du respect pour l’œuvre originale, car elle plait à beaucoup de gens, elle est cohérente et pertinente. Je n’ai pas la prétention de vouloir améliorer le dessin animé, juste de vouloir y apporter une touche personnelle et un rythme adapté au support BD.
En ce qui concerne le processus de création, c’est à la fois proche d’un travail sur une série que j’aurais créée, et différent. Proche car l’approche dans l’écriture et le découpage est le même : on réfléchit en termes de structure d’histoire, de narration, d’intensité des séquences, de pertinence des dialogues de la même façon. Mais différent car il y a ce matériel préexistant qu’il ne faut pas trahir ou dénaturer. On nous prête des jouets, à nous de bien les utiliser et de ne pas tout casser (ce qui est peu le même principe que pour Kookaburra Universe).

BDE : Justement, tu vas intégrer prochainement la galaxie des auteurs de Kookaburra Universe avec ta complice de Pixie. Là aussi l’attente est importante et le défi plus qu’intéressant. As-tu choisi ton sujet et que va-t-on découvrir grâce à toi ?
MM : Nicolas Mitric, qui s’occupe de gérer la galaxie Kookaburra désormais, appréciait notre travail. Il nous a donc proposé de travailler sur une partie de l’univers : les prêtresses d’Isis, une caste ultra secrète capable de séduire hommes et femmes grâce notamment à des parfums hypnotiques.

Il pensait qu’Aurore serait idéale pour dessiner les plus belles femmes de l’univers. Sacré défi pour elle ! Et elle l’a rempli haut la main. Quant au scénario, c’était très agréable parce que jusqu’ici, on savait très peu de choses de ces prêtresses. C’est la force de l’univers Kookaburra : c’est très riche, très dense, mais rempli de portes ouvertes. Finalement, c’est une bonne chose que Nicolas nous ait suggéré les prêtresses, car j’aurais eu beaucoup de mal à me décider pour un personnage ou un événement en particulier.
Et dans cette histoire de prêtresses, j’ai pu mettre beaucoup de thématiques qui me tenaient à cœur, et tenter de remplir les blancs de l’histoire. Crisse et Nicolas ont très peu parlé d’elles dans la série mère, bien que leur légende soit très mise en avant et que ce soit des personnages (Lyl’l, l’Impératrice Callystes par exemple) avec une vraie présence, qui ont eu un véritable impact sur les lecteurs. Donc on a pu s’amuser à traiter de diplomatie entre les races, du dessein secret que mène cette caste et à s’interroger autour de la séduction, de l’utilisation et la manipulation des sentiments, de la place de ces sentiments quand on vous a appris toute votre vie à jouer avec ceux des autres.
J’espère que c’est un tome qui plaira aux lecteurs. Il est à la fois au cœur de la galaxie Kookaburra, faisant référence à plusieurs tomes, amenant des réponses sur cet univers, mais assez différent des autres Kookaburra Universe.

BDE : Un album qu’on attend avec impatience. Merci à toi !
MM : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 18 septembre 2008.

Extraits du Capitaine Fracasse T1

Extrait de Kookaburra Universe T10 (sortie novembre 2008)

Extraits du Capitaine Fracasse T2

© 2008 Guy Delcourt Productions/Mariolle/Duarte/Gamboa pour Le Capitaine Fracasse
© MC Productions/Mariolle/Aurore pour Kookaburra Universe
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*