Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Pahé – Dessinateur de Dipoula

Rencontre avec Pahé – Dessinateur de Dipoula

Découvert en 2006 par le public français avec sa série autobiographique (La Vie de Pahé), Pahé fait à nouveau parler de lui avec sa seconde série, Dipoula. Rencontre avec cet auteur qui nous vient tout droit du Gabon.

Chronique du Tome 1

Retrouvez quelques extraits à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Tu as signé avec Pierre Paquet avant de travailler sur La Vie de Pahé et avant même d’avoir un scénariste. Racontes-nous un peu comment est né Dipoula.
Pahé : Dipoula est un projet qui date de 1985 lorsque j’étais encore sur les bancs du lycée, en 5e au lycée d’Etat de l’Estuaire à Libreville. Au départ, Dipoula n’était pas encore albinos mais « pompeur et expert en tricherie ». « Dipoula le pompeur » apparait donc dans les pages du journal L’ECLAIR du lycée. Par rapport au Dipoula actuel, celui des années 80 était plus âgé, dans les 12 et 13 ans, et plus grand de taille. Après L’ECLAIR, j’ai commencé à mieux le faire connaître auprès du public sous forme de strips à travers un fanzine gabonais créé avec des potes dessinateurs, « BD Boom », aujourd’hui disparu (8 numéros). Il avait déjà son apparence actuelle. Dipoula a commencé à s’appeler l’albinos tout simplement parce que c’est un peu une partie de moi. En arrivant en France pour la première fois dans les années 76, dans mon école à Tours et ma classe, j’étais le seul noir, du coup tous mes copains de classe me pointaient du doigt par rapport à la couleur de ma peau. De retour au Gabon, ce fut pire du coté de mes petits copains noirs qui faisaient de même mais en m’appelant le Blanc par le fait de mon nouvel accent francisé. Voilà pour l’historique.

BDE : Comment se sont opérées la rencontre et la collaboration avec Sti ? N’as-tu jamais envisagé de scénariser toi-même les aventures de Dipoula auparavant ?
P : J’ai rencontré Sti, qui est un mec génial, par le biais de « l’éditeur qui vous emballe », Pierre Paquet ! Lorsque Pierre a découvert mon travail par le biais d’un collectif de BD fait au Cameroun, il a tout fait pour me rencontrer et est tombé en admiration pour Dipoula. Malheureusement, Dipoula était à l’époque adapté pour un public gabonais au niveau des histoires. Pierre m’a donc suggéré d’en faire changer le scénario afin qu’il soit accessible à tous. J’ai commencé à réécrire les scénars mais hélas j’avais le syndrome de la page blanche, ce qui n’allait pas être facile pour les délais de publication. En attendant donc un scénariste pour Dipoula, j’ai commencé La Vie de Pahé. Les scénaristes, il y en a eu : Rod, Diego Aranega, Omar et Djamel Debouzze, mais patatras la mayonnaise n’a pas pris. Alors que tout semblait perdu, est arrivé Sti, un gars du Nord comme moi (je suis du nord du Gabon à Bitam, Sti d’Armentières). On a un peu discuté sur le net et comme tout se passait bien, il a débarqué un beau matin au Gabon pour me donner le Mbolo (le bonjour), histoire aussi de s’imprégner des réalités du pays pour les scénarios. Les histoires sont donc de Sti mais j’interviens beaucoup plus sur le plan « nan Sti mais là ça va pas, c’est pas possible ton histoire. Au Gabon quand les enfants vont dans un cinéma de quartier, celui-ci n’a pas d’écran géant ou plasma, il n’y a pas de clim, les fauteuils ne sont pas nickels, il n’y a pas de DVD mais plutôt des K7 VHS, à la place des fauteuils, quelques planches clouées et en place de l’écran plasma, une télé avec un gros magnétoscope d’un autre âge… » Une fois que j’ai corrigé son story board, je le lui renvoie via le net et ainsi de suite.

BDE : Y a-t-il une raison particulière au fait que tu aies appelé ton personnage Dipoula ?
P : J’ai cherché un nom qui sonne bien. Au lycée, il y avait un pote qui s’appelait Difouta, dans mon quartier un instituteur, maître Dipoula. J’ai opté pour Dipoula ! Je ne sais pas si, dans les nombreuses langues du Gabon, Dipoula signifie quelque chose. Si quelqu’un à travers cette interview peut me donner une explication dans sa langue, je suis preneur.

BDE : La série aborde un fait réel et alarmant, l’abandon d’enfants albinos au Gabon. Penses-tu que cela pourrait faire évoluer les mentalités ?
P : La série aborde l’abandon d’un enfant albinos au Gabon. Il a du mal à vivre par le fait de la couleur de sa peau. Mais sous une autre forme on veut évoquer ce que les albinos endurent dans le monde et notamment en Afrique où ils sont carrément assassinés à des fins fétichistes. C’est une situation abominable ce qu’ils endurent. Sti et moi avons jugé utile d’utiliser le côté humoristique pour raconter Dipoula. La première page n’est pas drôle du tout, elle présente le personnage : avoir le malheur de naître albinos et se voir abandonné. Mais passée cette présentation assez alarmiste, les lecteurs tombent dans l’humour les pages suivantes. Dipoula est une BD sur la tolérance. Il faut savoir accepter la couleur de l’autre.

BDE : L’album est-il également disponible au Gabon ?
P : Dipoula est effectivement disponible au Gabon à travers les librairies de la place et la Sogapress, la société gabonaise de presse. Pour la sortie nationale, j’ai organisé une séance de dédicace du côté du centre culturel français de Libreville. Tous les exemplaires ramenés (200 environ) se sont vendus comme des petits bouts de manioc. Merci au public !

BDE : La Vie de Pahé va être adapté en dessin animé (78 épisodes de 7 minutes diffusés à partir de septembre 2009 sur France 3). Participes-tu au projet ou laisses-tu carte blanche à l’équipe de réalisation ?
P : J’ai participé au projet sur deux points. Sur la partie graphique des persos que j’ai redessinés. Au niveau des scénars, je n’ai pas eu grand-chose à dire étant donné qu’ils me plaisaient. La réalisation fait un boulot du tonnerre de dieu et je ne m’en plains pas. J’avais souhaité que l’on retrouve l’humour de la BD dans le dessin animé. C’est fait. On se tord de rire toutes les 5 secondes. J’ai juste eu à pousser un coup de gueule la première fois que j’ai vu le pilote. Quelque chose n’allait pas : la voix de « Mama Odette » ne correspondait pas. La production avait pris une actrice antillaise pour le doublage de sa voix… gabonaise. Houla !! Le tir a vite été rectifié depuis. L’histoire a légèrement changé, devenu Le Monde de Pahé, elle se situe en France, Pahé y vit avec sa mère et ses sœurs. Après plusieurs aventures passées dans la cité des Mirabelles, Mama Odette décide d’emmener sa petite famille découvrir le Gabon en compagnie de Sébastien, le pote français de Pahé. Cet épisode s’intitule Noël au Gabon. Pour le besoin des écritures de celui-ci, un scénariste de Galaxy 7 a dû faire le déplacement jusqu’à Bitam et Eboro au Petit Village, mon bled, afin de faire des photos des lieux où vont évoluer les personnages. Dernièrement de passage dans les studios de production, j’ai pu voir les derniers épisodes fabriqués. Franchement, c’est de la dynamite de chez nitroglycérine !

BDE : Comment ce projet d’adaptation de ta série a-t-il vu le jour ? Ambitionnes-tu de porter à l’écran Dipoula ?
P : Un vrai coup de chance que La vie de Moi. A Angoulême, une productrice, Anne Evrard de Galaxy 7, est tombée sur le bouquin qui lui a plu. Elle en a acheté les droits d’adaptation télévisée. La suite vous la connaissez ! Pour Dipoula, rien n’est prévu pour le moment. Mais j’aimerais bien que ce projet soit réalisé. Allôô les producteurs ?

BDE : Quelle est ton actu dorénavant ? Où peut-on te rencontrer en festival prochainement ?
P : J’attaque le Tome 2 de Dipoula, toujours avec Sti et chez Paquet. On est à la page 3. Ça avance quoi… La sortie est prévue pour septembre 2009. Je ne serais pas au prochain festival d’Angoulême mais beaucoup plus du côté de Dakar au Sénégal où doit avoir lieu leur premier festival de BD, puis j’irais du côté d’Abidjan au Cocobulles 2009. On me verra aussi au festival du film d’animation d’Annecy pour la promotion du Monde de Pahé !

BDE : Merci à toi !!!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 19 décembre 2008.

Extraits de l’album, avant-première du visuel du timbre de Dipoula (cliquez sur les images pour agrandir) et voeux de l’auteur


© 2008 Paquet/Sti/Pahé
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*