Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Florent Maudoux – Auteur de Freaks’ Squeele

Rencontre avec Florent Maudoux – Auteur de Freaks’ Squeele

« Les héros sont des modèles à suivre pour les enfants et cristallisent les idéaux des plus grands. Les héros sont porteurs d’espoir dans notre société moderne plongée dans le marasme économique. Vous êtes ici pour devenir un de ces héros populaires, cette lourde tâche ne vous sera confiée qu’au terme d’un cursus d’étude de trois années récompensé par un diplôme reconnu par l’Etat. Nous vous garantissons le plein emploi en sortant d’ici. Mais il s’agit d’un privilège qui se gagne, vous allez devoir vous battre et donner le meilleur de vous-mêmes! »

Premier auteur avec Raf à sortir un album du label 619 créé et dirigé par Run, Florent Maudoux se distingue déjà par un style hors-normes. Format, style, références, graphisme, rien ne ressemble à Freaks’ Squeele. Pour vous présenter cette nouvelle série dont le deuxième tome est annoncé pour mars 2009, nous vous présentons une petite discussion avec son créateur.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits de l’album à la fin de l’entrevue.


Bulle d’Encre : Bonjour ! Quelques semaines après la sortie de ton premier album, comment juges-tu les premiers retours des lecteurs ?
Florent Maudoux : Jusqu’ici je dirais excellent, apparemment l’humour fait mouche et les références plaisent, Ombre a beaucoup de succès… Mais peut-être que ceux qui n’ont pas aimé ne m’ont rien écrit ? Trêve de plaisanterie, quelques personnes m’ont reproché de ne pas avoir fait commencer l’intrigue plus tôt. Je ne veux pas trop en dévoiler sur le Tome 2, mais tout a un sens et ce premier tome en dit plus qu’il n’en a l’air… Certaines personnes ont déjà deviné.

BDE : Le moins que l’on puisse dire est que Freaks’ Squeele n’est pas ordinaire : format, alternance noir et blanc et couleurs… Peux-tu nous parler de sa genèse ?
FM : J’avais envie de travailler sur un format plus épais; dans le 46 pages traditionnel on ne peut guère s’étendre sur les anecdotes qui rendent les personnages attachants. Le récit se doit d’être « efficace » sur 46, alors que sur 130 je peux m’étaler et donner de l’épaisseur aux protagonistes. Comme je lis beaucoup de manga, je suis habitué à avoir de la place. Pour la couleur, il faut voir ça comme un bonus. Comme je suis habitué à ces ouvrages qui passent de l’un à l’autre sans complexe (Mickey Parade, Métal Hurlant, les mangas, etc.), je ne pensais pas qu’on me poserait la question à chaque fois.

BDE : Justement, pour des raisons de temps notamment, seules quelques pages (une trentaine quand même) sont en couleurs. N’aurais-tu pas pu tout faire en noir et blanc ?
FM : Si bien sûr, mais j’avais aussi envie de faire un chapitre en couleur. Disons que la couleur permet un panel d’émotion impossible à retranscrire en noir et blanc, inversement le n&b est plus synthétique et plus fluide à lire. Tout faire en couleur aurait été une erreur à mon goût, le récit en aurait été alourdi. D’un autre côté, la couleur permet de rehausser la sauce.

BDE : Ce qui semble avoir plu (à nous au moins !), c’est ce mélange de références et de styles qui se télescopent. N’as-tu pas eu peur de noyer le lecteur au milieu de toutes ces influences ?

FM : Non, en fait cette question ne m’est jamais venue à l’esprit. Je place des références pour le clin d’œil et pour l’hommage, mais aussi pour créer une complicité; en quelque sorte pour dire: « toi et moi on connaît les mêmes œuvres, on a la même culture ». Mais jamais la référence ne doit prendre le pas sur les personnages ou le propos, je ne veux pas tomber dans la parodie qui nécessite d’avoir lu ou vu les œuvres citées pour comprendre le sens de l’histoire ou d’un gag. Pour ce qui est du style, je ne me pose pas de question, je dessine comme j’en ai envie. Je me suis laissé un maximum de liberté pour pouvoir exprimer tout ce qui me passait par la tête, après c’est vrai que ça peut désarçonner certains lecteurs qui n’en ont pas l’habitude, mais je crois que tant que l’on reste clair dans la narration, on peut se permettre quelques libertés façon manga.

BDE : Non content de nous offrir plus de 130 pages de l’histoire, tu proposes en fin d’album un making-of très intéressant, qui explique notamment l’origine du mot Squeele… Pourra-t-on en attendre autant dans le Tome 2 ?
FM : Oui, j’essaierai toujours de proposer des bonus pertinents : articles et faux articles sur l’univers de ma BD, fiches de personnage, making-of… Pour le Tome 3, je pense proposer les règles d’un jeu de stratégie à base d’échiquier et de cartes à jouer, dont le mécanisme tournerait autour de pierre-feuille-ciseaux.

BDE : En bon lecteur de Nanarland, penses-tu un jour adapter les aventures de Max Thayer en BD ???
FM : Non je ne crois pas, quoique la personne semble très attachante et pleine d’humour !

BDE : Pour un premier album, tu nous proposes quelque chose de très abouti : une intrigue solide, des personnages hauts en couleur et originaux (comme la Valkyrie qui rêve d’être une magical girl !) et un rythme incessant. As-tu retravaillé souvent tes planches pour obtenir cet effet ou tenais-tu depuis longtemps les bases du récit ?
FM : Deuxième option. Vu la quantité de boulot que représente un pavé de cette taille, si je devais retravailler chaque planche je ne m’en sortirais pas. Je pense beaucoup à mon histoire en amont, ma compagne m’aide à rendre tout ça cohérent, puis vogue la galère ! C’est quand même un projet que je triture depuis un bout de temps et avant de commencer ce premier tome, j’ai déjà imaginé tout l’historique de chacun des personnages (même de Gunther le squelette, si si !).

BDE : Comment en es-tu venu à inaugurer le Label 619 de Run avec Debaser de Raf ?
FM : Run me l’a proposé et je n’ai pas hésité. On partage un état d’esprit et des valeurs communes pour la BD, Raf a même été étonnée de voir que Freaks’ Squeele se rapprochait beaucoup de Debaser par son propos.

BDE : As-tu défini un nombre de tomes pour ta série ? Le concept peut-il tenir sur plusieurs volumes ?
FM : Je suis parti pour au moins 5 tomes, en cas de succès pourquoi pas plus tant que j’ai des idées (bonnes de préférence). J’ai même des envies de spin-off, pourquoi pas développer la jeunesse de Funérailles ou se pencher sur le groupe de Sablon le temps d’un volume ? Mais il faut d’abord que je trouve des auteurs pour ça.

BDE : En dehors de ta passion pour l’univers des nanars, y a-t-il un genre que tu rêves d’aborder ?
FM : J’aimerais bien faire de la BD érotique mais qui ne serait pas classée dans les BD érotiques, quelque chose d’à la fois tendre et cochon qui s’éloignerait de l’iconographie porno. Mais je crois que le marché n’est pas prêt pour ce genre de truc. Ceci dit, j’ai quand même la chance de toucher au genre que je préfère avec Freaks’ Squeele, ce n’est pas comme si je m’étais auto-censuré dans mon œuvre !

BDE : Merci et bravo à toi !!!

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Ludovic Grignion.

Interview réalisée le 13 novembre 2008.

Extraits de Freaks’ Squeele T1

© 2008 Ankama Editions/Maudoux
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*