Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Nicolas Wild – Auteur de Kaboul Disco

Rencontre avec Nicolas Wild – Auteur de Kaboul Disco

Nous avons rencontré Nicolas Wild quelques jours avant le festival d’Angoulême. Notre rencontre aurait très bien pu tourner court puisque l’auteur a manqué de chuter, chose qu’il n’a jusque-là jamais raté dans ses albums. Nicolas Wild est ce que l’on peut appeler un globe-trotter et le moins que l’on puisse dire est qu’il a de nombreuses choses à raconter. Rien de tel que deux Nicolas pour en interviewer un troisième. Magnéto Serge !!!

Chronique du Tome 2

Retrouvez quelques documents réalisés par Nicolas Wild en Afghanistan ainsi que quelques photos à la fin de l’entrevue.

: Tout d’abord merci d’être venu, on pensait que tu allais t’installer en Azerbaïdjan…
: [Rires]

: Peux-tu nous parler de l’avant-Kaboul Disco ?
: J’ai pas mal voyagé de 2000 à aujourd’hui, j’ai vécu en Ecosse, aux Etats- Unis, en Inde, je suis allé au Canada, en Russie et un peu partout en Europe. J’ai souvent fait des récits de voyage mais Kaboul Disco est le premier que je publie. Par exemple, lorsque j’étais en Inde, j’ai réalisé un carnet de croquis où je racontais plusieurs anecdotes sur forme de petites nouvelles que j’avais mis sur mon site internet. En fait, ce que j’aime bien, c’est rester longtemps dans un pays afin de bien le connaître. Pour Kaboul Disco, j’ai eu la chance de trouver du travail là-bas et c’est un peu ce genre de voyage que j’aime faire.

: Paris, et la France en général, doit te sembler bien tranquille quand tu rentres au bercail. Quel effet ça te fait ?
: Tranquille c’est relatif, j’aime beaucoup la France et je suis toujours content de revenir, c’est un pays qui me plait. Je suis revenu d’Afghanistan il y a deux ans et je n’ai pas refait de grands voyages, juste une fois en Iran pour les vacances. Là ça ne me dérange pas du tout de m’installer en France et d’y rester. En Afghanistan, il y a l’adrénaline et une raison en particulier d’être là où tu écris l’histoire au quotidien, il y a quelque chose d’épique à notre vie de tous les jours et qu’on n’a pas en France.

: A quel moment t’es-tu dit « je vais raconter ma vie en Afghanistan en BD » ?
: Avant de partir, j’avais un blog où je racontais mon quotidien à Paris de façon humoristique, j’ai continué en allant en Afghanistan. Au début je ne pensais pas que ça dépasserait le stade du blog vu que j’étais parti pour deux mois à la base. Finalement je suis resté plus longtemps, j’ai commencé à accumuler les événements assez surréalistes et tragiques, et là je me suis dit qu’il fallait que j’en fasse une BD. C’est un pays qui est très bon pour l’inspiration, il se passe toujours quelque chose. Au bout du troisième mois, j’ai commencé à compiler des notes dans l’optique d’en faire une BD.

: Au moment où on parle de crise pour tout, y compris pour le journalisme, on a tendance à trouver ton témoignage plus authentique que les reportages, moins formaté en tout cas. Mais est-ce que tu as vraiment pu dire tout ce que tu voulais ?
: Oui complètement, par rapport aux journalistes, pour la BD reportage on n’a pas de contraintes. L’éditeur me laisse faire ce que je veux alors qu’un directeur de journal veut un sujet précis sur quelque chose en particulier. Là je peux mélanger les sujets, je peux passer de la fiction à la réalité, mélanger les styles narratifs. La BD reportage est assez expérimentale encore, c’est un art en devenir. Sinon, par rapport au journalisme, il y a toujours l’idée que les médias et le pouvoir sont liés, qu’il y a un complot quelque part et que les médias mentent mais ce n’est pas forcément vrai. Je pense qu’il y a de très bons articles sur l’Afghanistan.

: Comment as-tu sélectionné les moments de vie dont tu allais nous faire part ? Le choix n’a pas dû être évident…
: J’ai retravaillé plusieurs fois le story-board, au bout d’un moment quand j’ai plusieurs séquences ; au début les séquences ne sont pas liées entre elles ; je fais de la couture et je vois dans quel sens on peut jumeler deux séquences… Dans l’ensemble je respecte la chronologie des événements que j’ai vécus, après il y a des conversations entre personnages qu’on ne retrouve pas forcément, mais le kidnapping de Clémentina Cantoni, par exemple, je ne l’ai pas décalé dans le temps, impossible. Par contre pour le kidnapping dans le Tome 1, je rentre juste le lendemain de la libération de Clémentina, en fait je suis rentré bien après, mais en terme de narration et de rythme c’était plus intéressant de conclure l’album ainsi.

: L’humour est un des points forts de l’album qui fait que le lecteur peut s’instruire tout en s’amusant. Quels sont tes modèles en la matière ?
: J’aime beaucoup l’humour anglo-saxon avec les Monty Python ou les séries anglaises en général. J’aime également beaucoup, dans un autre registre, La vie est belle de Roberto Benigni qui arrive à parler d’un sujet extrêmement grave et à faire rire en même temps, je pense que ça m’a un petit peu inspiré. Cela prouve que l’on peut très bien respecter un sujet grave tout en apportant une touche d’humour, quoique les Afghans aient beaucoup d’humour, sauf que je ne le montre pas assez. Les Afghans sont des gens qui ont appris à rire de leur malheur et qui ont une attitude dans le style « Oh mon Dieu, ma maison a été bombardée, hi hi hi », une espèce de fatalisme assez inattendu. Sinon en BD les gens qui me font rire sont Lewis Trondheim, Riad Sattouf. J’aime également beaucoup Les Bidochon et les classiques.

: Comment ont réagi les personnes que tu as représentées et, forcément, un peu caricaturées ?
: Dans l’ensemble plutôt bien, en fait j’ai été assez fairplay, j’ai montré le story-board aux différentes personnes avant de le mettre au propre pour voir si ça ne posait pas de problème. J’ai quand même changé la plupart des prénoms car il y a deux personnes qui ne souhaitaient pas que je mette leur vrai nom, mais ça n’est pas très dérangeant. Il y en a un, ça l’a tellement fait rire, que j’ai encore poussé les traits du personnage.

: Qu’est-ce que tu nous réserves de beau après ça ?
: Pour le moment rien, enfin je vais faire une BD sur l’Iran. Enfin pas spécifiquement sur l’Iran mais ça commence là-bas, ça se poursuit en Afghanistan et finit en France. J’en dis pas plus…

: Si demain on te propose de repartir pour un autre pays en reconstruction, accepterais-tu ?
: Je planifie très peu de chose à l’avance dans ma vie, c’est toujours la surprise, c’est un peu mon moteur dans l’existence. L’Irak pourquoi pas, le Darfour et Gaza ça me tente moyen. J’adorerais aller au Boutan, qui n’est pas du tout un pays en guerre, ou je retournerais bien en Inde.

: Onze albums de Yassin et Kâkaraouf sont parus en Afghanistan. Tu dis dans le Tome 1 de Kaboul Disco que les deux personnages sont devenus très populaires dans le pays. Penses-tu que l’objectif ait été atteint avec cette série ainsi que l’ensemble de ton boulot en Afghanistan ? Car tu montres un de tes patrons en doutant à la fin du Tome 2.
: On ne sait jamais exactement ce qui se passe dans ce pays, il y a une bonne dose d’aléas et de chaos. Pour tous les programmes, même si on fait du monitoring, que l’on suit chaque projet, on interroge les Afghans sur ce qu’ils pensent de ce qu’on fait mais on ne sait jamais exactement ce qu’ils pensent. Il y en a certains qui répondent ce que l’on a envie d’entendre pour avoir la paix et il y en a d’autres qui sont hyper fâchés. Concernant la BD, les retours sont très positifs, dans les écoles afghanes il y a peu de manuels éducatifs et avec la BD les instituteurs peuvent s’en servir pour apprendre à lire. Cela a bien marché au point que la BD a été adaptée à la télévision par une autre agence, je dois avouer que je suis un peu dégouté par le résultat par contre.
Concernant le projet contre l’opium, les résultats sont plutôt mitigés, c’est une campagne censée accompagner des efforts mis en place par le gouvernement pour réduire l’opium mais la campagne en elle-même n’a aucune valeur.

: Kaboul Disco mais pourquoi pas Cabale Musette ?
: J’ai longtemps hésité entre les deux [Rires]. En fait, je voulais faire un titre qui puisse être traduit en plusieurs langues. J’aime les titres courts même si les sous-titres sont très longs. Kaboul et disco sont deux mots qui à priori n’ont rien à faire dans la même phrase qui évoque des choses bien différentes, genre on pense à la guerre pour Kaboul et à la fête pour disco. Je voulais un titre qui résume ma vie là-bas.

: Tu fais partie d’une génération d’auteurs qui voyage beaucoup, comment expliques-tu cela ?
: Ce n’est pas forcément typique des auteurs de BD. Le métier d’auteur de BD est un métier assez solitaire où on passe beaucoup de temps dans une pièce avec une feuille et un crayon à papier, à priori ce métier symbolise l’anti-voyage. Personnellement, après un album, j’ai besoin de sortir de chez moi, de voyager. Par rapport à avant, grâce aux nouvelles technologies, on peut plus facilement trouver des documents mais surtout on peut travailler n’importe où du moment que l’on ait le matériel, j’ai une tablette graphique par exemple. Il y a un gain de temps par rapport à avant qui permet selon moi de voyager plus.

: A chaque fois qu’un membre de Zendagui quitte l’agence on lui offre un tapis en guise de cadeau d’adieu. Tu y as échappé dans le Tome 2 puisque tout le monde pense que tu vas revenir. Pour Bulle d’Encre, peux-tu nous dire si oui ou non tu auras finalement droit à ce fameux cadeau à la fin du Tome 3 ?
: Oui, j’ai eu droit à un tapis, et j’en ai même acheté d’autres pour ma famille et mes amis ! C’était très lourd à porter. Pour l’anecdote, j’ai un autre collègue à qui on a offert un tapis, quand il est parti et quand il est arrivé à l’aéroport la police y avait caché de l’opium pour entrainer leurs chiens.

: Merci à toi !!!

Propos recueillis par Nicolas Raduget et Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 16 janvier 2009.

Documents et photos fournis par l’auteur

© 2008 La Boîte à bulles/Wild
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*