Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Li-An – Auteur de Boule de suif

Rencontre avec Li-An – Auteur de Boule de suif

« Qui est cette fille à côté du démoc? Elle fait vulgaire mais porte des vêtements coûteux… Ce visage, ces formes… Est-ce que ce serait…? Mais oui! Quel scandale! Une… une galante, une prostituée parmi nous! Comment ose-t-elle? »

Après avoir conclu le huitième tome de la saga Le Cycle de Tschaï, Li-An s’est à nouveau tourné vers une adaptation de roman en réalisant le one-shot Boule de suif, d’après Guy de Maupassant. Jean-David Morvan passant de scénariste à directeur de collection, l’auteur orléanais a donc assuré l’album en solo, et avec talent. Avant peut-être de revenir à la SF qu’il aime, Li-An a gentiment accepté de répondre à nos questions.

Chronique de l’album

Retrouvez les premières pages à la fin de l’entrevue.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Quelques mois seulement après la conclusion du Cycle de Tschaï, tu es de retour avec un album en solo. Est-ce que c’est un projet qui s’est vite développé ou l’avais-tu en tête depuis plus longtemps ?
Li-An : C’est surtout Tschaï qui a mis du temps à sortir :-). Jean-David Morvan, directeur de la collection Ex-Libris, m’avait contacté au lancement de son projet et j’ai donc eu un peu de temps pour chercher un livre qui me correspondrait. Le choix de Boule de suif ne s’est pas fait tout seul mais une fois décidé, la réalisation de l’album a été assez rapide.

BDE : Après avoir débuté sur Planète lointaine, un album de SF personnel, puis sur Tschaï, une adaptation de roman de SF, voilà une adaptation d’un roman classique. Ton parcours semble t’éloigner de plus en plus de la SF de tes débuts. Est-ce une impression, un changement dans tes références ou le fruit du hasard ?
LA : Un peu de tout ça. Il y a aussi Fantômes blancs chez Vents d’Ouest, avec Appollo au scénario, qui a été un déclic… pour les éditeurs ! Je n’étais pas très excitant en tant que dessinateur de Tschaï : un dessinateur de SF sans réel succès et dont le dessin n’est pas dans la mode. Fantômes blancs étant plus dans une mouvance « nouvelle école française », les gens se sont dits que ma gamme était bien plus large que ce qu’ils pensaient. Je continue à lire beaucoup de SF mais il est indéniable que j’ai évolué dans mes envies d’univers et que je n’ai pas peur d’aborder des thèmes historiques. Le monde contemporain me pose toujours de gros problèmes par contre…

BDE : Après avoir participé avec Jean-David Morvan à la transcription BD de Tschaï, une saga fleuve difficile à adapter, as-tu encore eu des difficultés à scénariser Boule de suif ?
LA : Je pense que réaliser Tschaï m’a permis d’évacuer beaucoup d’angoisse face aux problèmes de l’adaptation. J’étais déjà vacciné.

BDE : Maupassant n’est pas l’auteur le plus simple à adapter. As-tu utilisé certaines techniques pour contourner le problème ou tout t’est-il venu assez naturellement ?
LA : Personnellement, j’ai trouvé ça plutôt facile à travailler. L’histoire est simple, les personnages faciles à définir graphiquement et l’écriture de Maupassant permet d’aller vers des choses visuelles. J’ai retravaillé les dialogues pour que les planches fonctionnent bien et que le rythme de la BD soit satisfaisant. Le plus compliqué a été de faire des choix graphiques sur les personnages (Boule de suif est plus séduisante que dans la nouvelle, Cornudet bien plus gros, etc…) et narratifs (voix off remplacée par des animaux parlants).

BDE : Ton style avait déjà beaucoup évolué depuis le premier tome de Tschaï, et Boule de suif montre une nouvelle facette de ton dessin, moins réaliste, plus stylisé et très convaincant. L’as-tu travaillé particulièrement pour l’album ?
LA : Oui, c’est malheureusement devenu une étape obligée pour moi. À chaque album, je passe de plus en plus de temps à déterminer une vision graphique de ce qu’il va devenir… quitte à perdre cet objectif en cours de route par lassitude et par manque de maîtrise. Sur certains albums de Tschaï, j’ai été jusqu’à refaire les vingt premières planches lorsque j’avais fini par comprendre ce que je cherchais. Quelques fois ça tient à peu de choses et je ne suis pas sûr qu’un lecteur verrait beaucoup de différences entre plusieurs versions de planches…

BDE : Boule de suif est accompagné d’un dossier pédagogique. Pour toi finalement, la boucle est bouclée avec ton emploi d’enseignant ?
LA : C’est quelque chose d’un peu étrange puisque j’ai fait de la BD justement pour m’évader du monde scolaire (l’idée d’école de BD me répugnait dans ma jeunesse). Quoiqu’il en soit, j’ai été impressionné par le travail réalisé par Catherine Gentile.

BDE : La couverture semble t’avoir posé quelques problèmes… Comment en es-tu arrivé à la version finale ?
LA : Ca a surtout posé des problèmes à l’éditrice ! 🙂 En règle générale, je propose les projets de couverture un par un. J’étais parti sur une option très sobre et il a fallu chercher quelque chose de plus descriptif. Les éditeurs ont des idées souvent étranges mais finalement, le résultat fonctionne bien.

BDE : Après cet album unique, souhaiterais-tu faire une autre BD dans la collection ? Y a-t-il un roman qui t’inspire ?
LA : J’aurais bien fait Huckleberry Finn mais c’était déjà pris. J’avais aussi proposé Au cœur des ténèbres de Conrad, et Jean-David Morvan m’avait dit « après un truc français si possible ». Pour l’instant, j’essaie de développer des projets plus personnels.

BDE : Laurence Croix était déjà ta coloriste sur Fantômes blancs. Est-ce plus facile de travailler avec quelqu’un dont tu connais déjà le talent ? D’une manière générale, comment fonctionnes-tu avec les coloristes ?
LA : En arrivant sur Tschaï, je ne connaissais rien aux couleurs. Scarlett Smulkowski a donc assumé toutes les ambiances avec quelques indications de ma part. Sur Fantômes blancs, Vents d’Ouest nous a proposé, à Appollo et moi, la seule coloriste dont j’avais noté le nom au cours de mes lectures. C’était impeccable ! Il se trouve que ça s’est très bien passé avec elle et qu’elle est très disponible. Comme elle semble prendre plaisir à travailler avec moi, il n’y a pas vraiment de raison de changer…
Séverine Lambour a aussi réalisé les couleurs de Tsofia, une histoire du collectif Les Enfants sauvés, chez Delcourt. Son travail se prêtait bien à l’histoire et j’étais curieux de la « tester ».

BDE : Tschaï a représenté un long voyage pour toi, sur les 8 albums que compte la série. Etais-tu plutôt heureux de passer à autre chose ou aurais-tu souhaité continuer dans la veine SF ?
LA : J’ai encore des envies de SF, mais l’évolution de la BD dans ce genre est un peu perturbant. Je ne reconnais pas la SF que j’aime dans ce qui est publié. Si j’en fais encore, ce sera des choses personnelles du genre Planète lointaine, à moins de tomber sur un scénario qui me titille. Mais il y a encore des projets dans ce sens, même si les éditeurs semblent préférer me voir dans un univers « Boule de suif »…

BDE : Quels sont tes projets à venir ? Souhaites-tu poursuivre avec un scénariste ou comptes-tu développer des projets personnels ?
LA : Je dois réaliser une biographie romancée de Gauguin à Tahiti chez Vents d’Ouest où je réalise scénario et dessin. J’ai des contacts avec un scénariste, mais pour l’instant rien n’est décidé.

BDE : Merci beaucoup !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 4 février 2009.

Découvrez plus d’infos sur le blog de Li-An.

Premières pages de Boule de suif


© 2009 Guy Delcourt Productions/Li-An
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*