Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Libon – Auteur de Jacques le petit lézard géant

Rencontre avec Libon – Auteur de Jacques le petit lézard géant

Deux albums parus et deux coups de cœur de notre rédaction… Jacques a vraiment tout d’un géant ! De passage au Salon du Livre de Paris, Libon n’a pas pu échapper à nos questions. Entre deux séances de dédicace, ce jeune auteur a gentiment accepté d’y répondre.

Chronique du Tome 2

Retrouvez les premières planches de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Tout d’abord, peux-tu nous parler de ton expérience dans l’univers du jeu vidéo avant ton arrivée dans le monde de la BD ?
Libon : Bonjour. Le jeu vidéo a été mon premier boulot en sortant de l’école, j’avais le profil pour car je faisais du graphisme depuis… que je suis tout petit en fait ! Comme j’ai trouvé du travail super vite, j’ai commencé dans une boîte qui faisait des jeux de simulation boursière. C’était pas fun… J’y suis resté deux ans en y faisant de l’animation, du graphisme, un peu de 3D. Après j’ai fait un petit break dans le web, là aussi six mois avant de partir. Enfin, j’ai bossé un peu pour des jeux GameBoy chez Electronic Arts.

BDE : Le travail en équipe devait être bien différent de celui plus solitaire du dessinateur BD ?
L : Oui, mais ça restait une petite structure, avec maximum trois graphistes. Je suis justement parti quand ça devenait l’usine. A la fin, on faisait surtout de l’adaptation de jeux PS2, il fallait réduire les dessins pour les faire tenir dans une taille GB.

BDE : Le passage à la BD a du être bénéfique ?
L : Au moins on est chez soi. Le rythme est personnel, on ne peut plus le reprocher à son chef de projet. Les problèmes de délai sont toujours là, surtout que je travaille beaucoup pour la presse. Avec le magazine Spirou, ça arrive souvent qu’ils m’appellent en demandant un strip pour le lendemain afin de combler un trou. Donc là, si il est 20h, je me dis : « bon, j’y retourne ! »

BDE : Jacques a justement commencé par épisodes dans Spirou ?
L : Oui. Le premier tome a mis 3 ans à paraître. Au début, c’était de l’animation pour le journal, sous le nom Claude Zilla. On a changé après… (rires). C’était pas prévu pour faire un album, ni rien. On m’avait dit : « quand tu as des planches, tu envoies ». Je faisais un épisode tous les six mois et ils le passaient quand ils avaient la place. Puis, avec plus de matériel, on a pensé à un album, sorti dans la collection Tous Publics et ça a marché. Tant mieux !

BDE : Bravo aussi pour les deux coups de cœur BDE en deux albums, les deux premiers de 2008 et 2009 ! On a notamment aimé le côté décalé et absurde. Quelles sont donc tes références ?
L : Les Monty Python, qui sont les premiers à m’avoir vraiment fait rire. Je me souviens d’être devant ma télé et d’être plié en deux ! Pourtant, en général, je souris mais je ne rigole pas devant les comédies. Ça, c’était une claque ! Ça avait l’air d’être n’importe quoi et pourtant c’était vraiment écrit, très carré. C’est vraiment une impression que je voudrais donner aussi. Je passe beaucoup de temps à revenir sur mes histoires, pour les réécrire ou pour aller encore plus loin et faire plus cohérent.

BDE : Cette cohérence a du être plus difficile à obtenir sur le Tome 1 qui est écrit par épisodes ?
L : Oui, mais j’avais une ligne directrice pour commencer. J’avais mon début et ma fin, avec des points par où passer. Le scénario n’était pas découpé page par page, mais je voulais des coups de projecteur réguliers. J’arrive mieux à raconter qu’avec une longue histoire, je ne voulais pas des liens précis entre chaque épisode.

BDE : A part Jacques, tous les personnages sont loufoques. C’est un défouloir ?
L : Non, l’armée notamment est un prétexte. C’est incontournable avec les histoires de monstres ! La mamie, elle, n’est pas méchante. J’aime bien dessiner les petits vieux et avec Jacques ce sont les deux personnages décalés autour desquels le monde ne tourne pas trop rond. J’essaie d’avoir des héros qui ne comprennent rien ou le moins possible, et d’avoir un truc qui marche quand même. Pris séparément, c’est vrai que c’est la catastrophe !

BDE : Comment a été conçu le Tome 2 ?
L : J’ai eu plus de temps pour le faire. Les épisodes étaient plus réguliers, un par mois je crois, c’était donc plus facile de suivre. Je pouvais aussi laisser des choses en suspens en sachant que je les reprendrais vite ou des personnages que l’on retrouve d’un épisode à l’autre. Les histoires sont finalement moins cloisonnées.

BDE : Comment fonctionnes-tu ? As-tu ton histoire avant les personnages ou est-ce l’inverse ?
L : Dans le Tome 1, je voulais des personnages qui pouvaient prendre Jacques pour quelque chose d’autre. J’ai donc fait une liste de gens : le docteur qui croit à une maladie, les satanistes qui croient à une apparition de Satan, le photographe qui croit à une mascotte de pub… Après il fallait les faire entrer dans l’histoire.
Dans le deuxième, je cherchais des personnages gentils à la base, qui déconnaient sur ce qu’ils avaient à faire. Par exemple, les écolos sont sympa mais ils en font trop…

BDE : D’autres projets vont-ils exister en parallèle à Jacques ?
L : Oui, car je travaille chez Fluide Glacial aussi, avec Hector Kanon. Je viens également de sortir un album début mars chez Bayard BD, Tralaland. C’était aussi en petits épisodes d’une dizaine de pages chaque fois, avec un humour encore plus décalé. Ça se passe dans un pays des merveilles avec des gens gentils, donc je peux me lâcher !

BDE : Destines-tu tes histoires à un public précis ?
L : Non, je les fais pour moi. Je fais ce que j’aimerais bien lire. Pour Jacques, j’étais surpris, c’était pour moi orienté ados/adultes. Et finalement j’ai plein de gamins de 6/7 ans qui sont venus me voir pour dire qu’ils s’étaient bien marrés. Je ne l’avais pas du tout prévu ! Même les tout petits qui ne savent pas lire aiment bien la tête des bonshommes…

BDE : C’est une bonne surprise alors ?
L : Carrément ! Ça fait vraiment plaisir !

BDE : Rendez-vous donc pour un troisième coup de cœur sur le troisième tome ?
L : Vous me mettez la pression !

BDE : Mais non ! Merci beaucoup pour cette rencontre !
L : Mais de rien, merci à vous.

Propos recueillis par Nicolas Raduget, Anna Sam et Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 14 mars 2009.

Premières pages du Tome 2

© Dupuis 2009/Libon
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*