Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Camille Jourdy – Auteure de Rosalie Blum

Rencontre avec Camille Jourdy – Auteure de Rosalie Blum

Après Paquet et les Humanos, c’est à Actes Sud BD que nous dédions cette semaine de mai. A l’occasion de la sortie du troisième et dernier tome de la série dessinée par Camille Jourdy, nous vous proposons une petite conversation avec l’auteur, en deux parties. Vous découvrirez également les premières pages de ce fameux Tome 3, Rosalie Blum n’aura plus de secret pour vous !

Chronique du Tome 3

Bulle d’Encre : Bonjour Camille, faisons tout d’abord une rapide présentation pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore : quel a été ton parcours avant d’arriver à la bande dessinée ?
Camille Jourdy : Après le bac, je suis allée à l’Ecole des Beaux Arts d’Epinal pendant trois ans et ensuite à l’Ecole des Arts Décoratifs à Strasbourg pendant deux ans. J’ai eu mon diplôme en 2005.

BDE : En 2004, parait ton premier album pour la jeunesse, Le Déménagement, aux éditions Adam Biro. Comment se sont déroulées la création du projet et ta collaboration avec Clémence Lafarge ? Comment se sent-on à la préparation d’un tout premier projet ?
CJ : A ce moment-là, j’étais encore étudiante et donc j’avais été surprise que l’on me propose déjà d’illustrer un album. C’était à la fois excitant et stressant, je me demandais ce que ça allait donner de voir mes dessins pour la première fois dans un « vrai livre ».
Je n’ai rencontré Clémence Lafarge qu’après la publication de l’album mais je savais que la directrice de collection lui faisait passer mes croquis au fur et à mesure. La collaboration avec les gens des éditions Adam Biro s’est toujours très bien passée.

BDE : Avant de te lancer dans la série Rosalie Blum, tu avais déjà plusieurs albums à ton actif. Comment as-tu fais la rencontre d’Actes sud BD ? Était-il facile de présenter un projet tel que le tien aux éditeurs ?
CJ : J’ai rencontré Thomas Gabison à l’occasion du salon du livre de Montreuil. Le problème c’était l’ampleur du projet, une histoire qui s’étale sur presque 400 pages. Et tout en couleur en plus ! Cela pouvait faire un peu peur. Comme l’histoire se décomposait en trois parties, nous avons décidé de faire trois tomes de 128 pages chacun.

BDE : À l’heure du traitement et de la retouche d’images, de la colorisation numérique, tu travailles à l’encre de chine et à l’aquarelle. Pourquoi le choix de cette technique ? T’es-tu déjà essayée à la colorisation assistée par ordinateur ? Tes albums ont un ton particulier, « naturel ». Est-ce ce que tu recherchais pour tes illustrations?
CJ : C’est vrai que j’aime bien travailler à la main, avec un pinceau et du papier, j’ai l’impression que sur l’ordinateur le plaisir ne serait pas le même. Mais peut-être que c’est aussi parce que je n’ai jamais essayé autrement. Je crois quand même que j’aime vraiment bien le rendu de l’aquarelle et que j’apprécie d’avoir des originaux tout en couleurs. Mais ça doit être bien pratique tout de même l’informatique, et ça donne énormément de possibilité, peut-être qu’un jour je m’y mettrai.

BDE : On est épaté par la maîtrise dont tu fais preuve dans la trilogie de Rosalie : tu as vraiment pensé les trois albums comme un tout. Comment t’es-tu organisée ? As-tu travaillé les trois albums d’un coup ou as-tu imaginé l’intrigue au fur et à mesure, y compris le flash back ?
J’avais vraiment pensé les trois albums comme un tout. L’ensemble du scénario était terminé quand j’ai commencé a faire les dessins des premières planches. Y compris le flashback. Après j’ai retravaillé les dialogues et les petits détails au fur et à mesure.

BDE : Pour ce projet tu étais seule aux commandes, tant au scénario qu’au dessin, comme pour ton deuxième album, Une araignée, des tagliatelles et au lit (éditions Drozophile) : est-ce plus facile pour toi de travailler en solo ?
CJ : C’est vrai que j’aime vraiment bien travailler toute seule, je me sens très libre comme ça. Je trouve ça assez magique de tout faire, les acteurs, les costumes, les décors, les lumières… avec juste du papier et des crayons.

BDE : Concernant la trilogie qui nous intéresse, Vincent Machot est trentenaire, coiffeur par héritage, il mène une vie morne entre un cousin obsédé, une petite amie absente et une mère carrément déjantée [ndlr : chroniques du Tome 1 et du Tome 2]. Rien de bien glorieux ! Pourquoi avoir choisi de mettre en avant cet « anti-héros », qui ne porte même pas le nom de la série ?
CJ : Je crois que j’aime bien les gens qui n’arrivent à rien, les losers, les anti-héros. J’ai beaucoup plus de sympathie pour ces gens simples et modestes que pour les gens forts, sûrs d’eux et puissants.

BDE : Vincent vit dans un monde essentiellement féminin : avec un père absent, une mère caractérielle, une petite amie puis Cécile, Bernadette, Aude et Rosalie ! Il est coiffeur… L’absence de repères masculins « stables » était un élément incontournable dans la construction de ton récit ?
CJ : En fait je crois que cela s’est fait un peu tout seul, je ne décide pas tout d’un coup, ça arrive petit à petit et parfois sans même que j’ai vraiment conscience de se qu’il se passe. Le personnage se construit, prend vie et puis il m’échappe, alors certaines choses s’imposent toutes seules.

BDE : Comment parler de la trilogie sans évoquer Simone Machot (manchot ? macho ?), la mère, personnage secondaire qui tient pourtant une place essentielle dans l’histoire. Tant de caricatures reposent-elles sur une réalité ?
CJ : Ma mère ne lui ressemble pas du tout si c’est ça que vous voulez dire ! Tout mes personnages sont plus ou moins inspirés par des gens ou un mélange de plusieurs personnes que je connais mais ensuite je les réinvente et je les caricature.

BDE : Elle possède un petit théâtre dans lequel elle se met en scène et s’invente des histoires farfelues. Une attitude de petite fille pour cette vieille dame acariâtre. Simone serait-elle une femme blessée, à la recherche de son enfance ? Compense-t-elle la vie qu’elle n’a pas eu en mettant en scène ses poupées ?
CJ : Oui, disons qu’elle joue la vie comme elle voudrait qu’elle soit, cela nous permet de connaître ses envies les plus viles et les plus secrètes. Tout le monde a des fantasmes, Simone Machot n’en a pas honte et les assouvit en les mettant en scène dans son petit théâtre de la vie.

BDE : Un père absent et une mère caractérielle et franchement castratrice du côté de Vincent, une absence de parents pour Aude, sans parler de l’énigme Rosalie… Tu fais d’Oedipe le thème principal et sous-jacent de ta trilogie. Comment ce sujet s’est-il imposé dans ta création ? Est-ce ce genre de projet que l’on traîne pendant des années sans oser l’aborder ?
CJ : En fait je ne me suis pas dit que j’allais faire une histoire sur le thème d’Oedipe. Cela s’est fait tout seul dans un sens. Quand je commence une histoire, je ne me dit pas « je vais aborder tel ou tel thème », c’est seulement une fois que c’est fini que je me rends compte de tous ça, même si au fond je le savais depuis le début. Je n’analyse pas mes histoires avant de les faire. Parfois même, c’est lorsque que je lis une critique dans un magazine que je me dis « ah oui, c’est vrai, j’ai fait ça ». Je préfère que ça se passe comme ça. Ne pas tout contrôler, laisser une partie des choses m’échapper et comprendre seulement ensuite.

BDE : Trois personnages paumés, en se rencontrant, vont arriver à prendre leur vie en main et réagir enfin face aux événements. La solidarité est-elle pour toi un incontournable de la vie ?
CJ : J’imagine que oui. J’aime bien parler des relations humaines et en général j’ai plutôt de la tendresse pour mes personnages.

BDE : Tu utilises des couleurs agréables, gaies et claires : rose, jaune, bleu pastel prédominent dans tes albums. Pourtant les personnages ont un passé obscur, une vie cachée ou sont totalement effacés. Un contraste nécessaire ?
CJ : Ce qui me plait, c’est raconter des choses un peu tristes mais avec humour. Alors j’imagine que les couleurs ont ce rôle-là, peindre la morosité avec gaieté. Je ne sais pas… Une fois encore, ce n’est pas quelque chose que j’ai réellement fait consciemment. La tristesse du quotidien peut être belle.

BDE : En les observant bien, aucun des personnages n’est vraiment « normal ». Et pourtant, ils trouvent leur chemin, prennent leur décision. Au final, ne poses-tu pas aussi la question de la normalité dans ton récit ?
CJ : Personne n’est vraiment normal de toute façon. On est tous un peu cinglé, là on est dans une bande dessinée alors c’est encore pire.

BDE : Après un projet d’envergure comme celui-ci, à quel sujet souhaite-tu désormais t’attaquer ?
CJ : Je ne sais pas du tout. Vous me le direz quand il sortira !

BDE : Merci Camille pour ces réponses, en tout souhaitant de nombreux et aussi sympathiques projets pour l’avenir !
CJ : Merci, merci !

Propos recueillis par Candice Dhô, avec la collaboration de Laurence Dhô.

Interview réalisée le 15 mai 2009.

© Editions Actes Sud BD
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*