Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Batman : Gotham au XIXème siècle (Augustyn, Mignola & Barreto, Hornung & Oliff) – Panini Comics – 18€

Batman : Gotham au XIXème siècle (Augustyn, Mignola & Barreto, Hornung & Oliff) – Panini Comics – 18€

Parution : 05/2009

1889, après plusieurs années passées en Europe, à étudier entre autres avec Sigmund Freud, Bruce Wayne reprend un paquebot transatlantique pour revenir à Gotham. En dix ans, la ville s’est industrialisée, le crime s’est développé. Le milliardaire, dont les parents ont été assassiné quelques années plus tôt, refuse le poste d’enquêteur que lui propose l’inspecteur James Gordon, mais officieusement il commence à sillonner les rues de la ville la nuit. La rumeur d’une chauve-souris géante ne tarde pas à défrayer les chroniques des journaux : celle-ci est-elle responsable de la vague de meurtres qui touche Gotham ?
Transposer Batman à l’époque de Jack l’éventreur, tel est le postulat de Gotham au XIXème siècle. Cette BD éditée par Panini Comics se révèle un recueil rassemblant deux épisodes écrits par Brian Augustyn (BPRD). Le premier (Appelez-moi Jack), dessiné par Mike Mignola, a servi de point de départ chez DC à Elseworld, collection éditoriale dont le principe est de réécrire les origines des héros DC dans un contexte différent. Parmi les exemples le plus connus : Kingdom Come (Mark Waid ayant par ailleurs travaillé avec Augustyn sur The Flash) et JLA : Le Clou. Le second volet (Le Maître du futur) voit Eduardo Barreto succéder brillamment au père d’Hellboy dans le même univers temporel. Cette aventure se révèle plus trépidante que ne pouvait le laisser supposer son rapide résumé, il ne s’agit pas d’une simple confrontation entre le tueur britannique légendaire et l’homme chauve-souris, tout l’univers de Batman est brillamment transposé ! Tous les personnages de la mythologie (le Joker, Harvey Dent, Alfred le majordome est aussi de la partie !) apparaissent subrepticement au détour du récit, et toutes les problématiques propres à la série sont également reprises, l’ambiance du XIX siècle en plus ! C’est d’autant plus vrai dans le second épisode, dont le scénario à l’influence steampunk compense très largement un graphisme moins caractéristique. L’ensemble ne manque pas d’humour, on passe un excellent moment de lecture.
Des épisodes du justicier de Gotham à (re)découvrir !

Ludovic Grignion



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*