Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Aimee Major Steinberger – Auteure de Japan Ai

Rencontre avec Aimee Major Steinberger – Auteure de Japan Ai

« En 2002, j’ai trouvé sur internet une magnifique poupée articulée, Super Dollfie, conçue par la société japonaise Volks. Puis j’ai aidé au lancement du premier site en anglais sur ces poupées. Je suis donc devenue l’envoyée spéciale du magazine Haute Doll. Plus je m’impliquais, plus j’avais envie d’aller chez Volks au Japon. Impossible de résister plus longtemps, j’ai demandé la permission de faire un reportage afin de m’y rendre. Imaginez ma surprise quand ils me répondirent qu’ils me connaissaient déjà, ayant lu mes articles ! Mais en plus, le président de la société m’invitait à dîner ! »

A mi-chemin entre la BD et le carnet-guide de voyage, Japan Ai est une curiosité qui attire immanquablement l’intérêt du lecteur avide d’en savoir plus sur le Japon. Raconté avec beaucoup de sincérité, n’oubliant pas les galères mais mettant surtout en valeur les bons moments, cet album regorge d’anecdotes savoureuses et forcément vraies puisque vécues par son auteur. Aimee Major Steinberger, assistante directeur dans le domaine de l’animation (comme sur la nouvelle série Futurama), a accepté de revenir sur ce moment inoubliable pour elle et ses amies. En attendant d’autres voyages ?

Chronique de l’album

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Il y a déjà quelques mois que Japan Ai est paru en France. Est-ce que c’était une surprise pour toi de voir une traduction française et y en a-t-il eu d’autres ?
Aimee Major Steinberger : C’est un plaisir mais malheureusement il n’y a eu que la France ! Il y a un intérêt de la part d’autres pays, mais rien de fait encore.

BDE : Penses-tu que les lecteurs américains et européens lisent ton livre de la même manière ?
AMS : Je pense que les personnes qui s’intéressent à l’animation et à la culture japonaises ont des sensations communes, peu importe le pays où ils vivent. Mais chacun a sa propre vie et ses propres perspectives.

BDE : Quand tu as décidé d’aller au Japon, as-tu immédiatement eu l’idée de faire un carnet de voyage ?
AMS : D’une certaine façon, oui. Avant de partir, j’ai lu quelques journaux de voyage et des sketchbooks, et j’ai pensé que ce serait amusant de concrétiser ma vue sur ce périple. Je ne savais pas que le livre serait publié, j’avais juste prévu de l’imprimer moi-même (en noir et blanc) et peut-être de le vendre sur des festivals BD. Donc, pendant que j’étais au Japon, j’ai pris des notes très détaillées sur ce qui se passait et qui m’intéressait. J’ai pris beaucoup de photos et j’ai fait des petits dessins dans un carnet. La plupart des textes et des dessins ont d’ailleurs été réalisés dans le train qui nous emmenait de ville en ville. Une fois revenue, j’ai continué les dessins un ou deux jours, jusqu’à en avoir une centaine. A un certain moment, l’éditeur Go! Comi les a vus et a été intéressé par une publication.

BDE : Depuis ce voyage, es-tu retournée une seconde fois au Japon ? Souhaiterais-tu y retourner prochainement ?
AMS : En fait, j’y suis allé au printemps 2005, et j’y suis retournée en 2006. C’est la combinaison de ces deux expériences qui ont nourri le livre. J’y suis allé une nouvelle fois (pour le plaisir) au printemps 2008 avec mon mari. J’aime vraiment visiter le Japon. J’aimerais repartir bientôt mais je ne crois pas que ce sera possible avant au moins un an, d’abord parce que je suis très occupée et aussi parce que ça coûte cher !

BDE : Aller au Japon était un rêve pour tes amies et toi. Est-ce que le pays était proche de ces rêves ou as-tu fait quelques découvertes ?
AMS : Je pense qu’en lisant le livre, on peut comprendre à quel point ce fut un moment génial !Je suis totalement fascinée par les autres cultures et le Japon, où même les choses les plus insignifiantes sont complètement différentes de ce qu’elles sont aux Etats-Unis. J’ai trouvé tout cela fascinant. Notre voyage a vraiment été fantastique et je dirais que je lai apprécié encore plus que je ne l’espérais en partant. Le Japon était en fait le premier pays que j’ai visité, je n’avais jamais quitté les Etats-Unis avant. Maintenant j’aimerais voir encore d’autres pays. L’hiver dernier, mon mari et moi avons déjà visité Londres, mais j’aimerais visiter la France, l’Italie et d’autres aussi. Surtout j’ai vraiment vraiment vraiment envie de voir Versailles !

BDE : Sinon, quelle a été ta plus grande surprise ? Et ta plus grosse déception ?
AMS : Se réveiller le matin à Kyoto et voir l’extérieur entièrement recouvert de neige a été un moment magique. Je n’ai jamais vu de neige en Californie, où je vis, alors ça a été vraiment amusant ! Il y a eu beaucoup de découvertes accidentelles du même genre, c’est impossible d’en retenir une plus qu’une autre. Quant à la déception, c’est moi prenant le mauvais train et manquant un dîner avec le président de Volks, la société des poupées. Mais on s’était rattrapés plus tard…

BDE : Pendant le voyage, avais-tu imaginé le futur livre comme un guide ?
AMS : Non, pas pendant ce voyage. Je m’étais surtout concentrée pour retenir tout ce qui m’arrivait et ne rien oublier. Je ne pensais pas au reste.

« J’adorerais faire un livre sur un voyage en France mais il faudrait que je trouve d’abord un éditeur… »

BDE : S’il fallait retenir une chose à faire ou un lieu à voir, lesquels conseillerais-tu ?
AMS : C’est une question difficile. Pendant les voyages sur lesquels Japan Ai est basé, je dirais qu’aller aux onsen (les bains) a été une chose merveilleuse. C’était très reposant, un moment inoubliable avec mes amies. Le lieu était somptueux, c’est le genre de chose qu’on ne peut faire qu’au Japon.

BDE : As-tu préféré écrire les textes ou dessiner ? Et qu’as-tu fait sur place et chez toi ?
AMS : J’aime les deux. Comme ce n’est pas possible de tout dessiner rapidement et sachant que certains dessins possèdent en eux toute l’information, j’ai eu besoin de les refaire de façon plus détaillée en rentrant. En plus, si j’avais passé mon temps à dessiner, je n’aurais pas non plus pu profiter de ces vacances. Donc j’ai fait quelques croquis sur place comme j’aime les faire, mais la plupart du temps je prenais des notes et des photos.

BDE : A l’avenir, penses-tu qu’on pourra découvrir un autre livre de voyage sur un autre pays ? En tout cas, tu seras la bienvenue en France !
AMS : J’adorerais faire un livre sur un voyage en France mais il faudrait que je trouve d’abord un éditeur qui paierait pour ça… Ha, peut-être que si assez de personnes voulaient le voir, ça arrivera ! La création d’un livre dépend toujours du nombre d’exemplaires que vous pourriez vendre. Donc, plus je vendrai de Japan Ai, plus j’aurai de chance de pouvoir en faire un autre. Si ça ne dépendait que de moi, je quitterais mon « vrai » travail pour voyager tout le temps dans plein de pays et en faire des dessins ! Ça serait génial. J’aime tellement voyager et tout connaître d’autres pays. Je sais que je visiterai la France dans les prochaines années. Il faut juste que j’économise un peu d’argent d’ici là.

BDE : Merci beaucoup !
AMS : Merci à toi !

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 25 août 2009.

Découvrez plus d’infos sur le site et sur le blog d’Aimee.

Premières pages de Japan Ai


© Taïfu Comics/Aimee Major Steinberger
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*