Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Izu – Scénariste d’Omega Complex

Rencontre avec Izu – Scénariste d’Omega Complex

« Kappa a complètement perdu les pédales… submergé par ses radiations mutagènes, il s’est mis à tailler en pièces ses propres hommes tandis que les terroristes s’enfuyaient tranquillement avec la bombe… Vous imaginez le scandale que ça ferait si l’opinion publique savait que les chevaliers d’Omega, les plus puissants soldats américains, chargés de défendre la nation, peuvent perdre le contrôle et retourner leurs pouvoirs contre leurs alliés ? »

Si le monde connaissait une catastrophe nucléaire, le chaos s’installerait et rétablir l’ordre serait une tache titanesque. Les auteurs offrent ici une vision bien sombre d’un monde écroulé, écrasé qui a bien du mal à se relever. Izu revient sur ce récit complexe et prenant.

Chronique des Tomes 1 & 2

Bulle d’Encre : Vue la richesse d’Omega Complex, vous avez dû plancher sur cette série depuis un moment. Depuis combien de temps ce projet est-il lancé ?
Izu :
J’ai commencé à travailler sur le scénario d’Omega Complex fin 2007 avec Shonen. Je pense que le temps de trouver la bonne documentation (surtout le temps de la comprendre !) a été aussi long que l’écriture même du script. Cependant, un peu avant la sortie du tome 1, deux amies sont venues me prêter main forte sur mes recherches : tout d’abord Nola, qui est professeur de Français et spécialisée en mythologie. Elle m’a beaucoup aidé pour des tas de références (les épées de Sho dans le tome 2 par exemple), tout en m’aidant à réécrire certains dialogues trop confus. Pas évident de vulgariser certaines notions… Sa sœur Ade est, elle, professeur de Physique. Elle m’a permis de cerner un peu mieux des tas de références complexes dont vous ne voyez que la partie « simple » dans l’album. Mais j’avais à cœur de comprendre vraiment de quoi je parlais, que ça ne soit pas juste là pour faire « hype ». Puis, Ade m’a proposé pas mal de solutions à des problèmes purement scientifiques. Mon souci était, et est toujours, que le récit, bien que fictionnel, doit toujours garder la logique de son univers : une base réaliste.
Enfin, ce sont elles qui ont rédigé les bonus de fin d’album…

BDE : Est-ce une manière pour vous de dénoncer notre monde actuel ?
I :
Je ne dénonce rien, mon objectif est simplement de faire réfléchir les gens sur eux-mêmes, par rapport à une thématique précise, ici, le nucléaire. Une de mes grandes sources d’inspiration est le film Children of men (Les Fils de l’homme en VF) d’Alfonso Cuarón : le réalisateur utilise la science-fiction de manière réaliste, comme métaphore des problèmes de notre société actuelle. District9 a utilisé le même procédé dernièrement. J’apprécie particulièrement cette façon de voir la science-fiction, initiée quelque part par des films comme Blade Runner ou Brazil… Dans Omega Complex, j’essaye donc d’imaginer un monde qui aurait subi un conflit nucléaire réaliste. Pas de post-nuke à la Mad Max (si ce n’est un clin d’œil dans le tome 1) mais des problèmes politiques, économiques, et une population qui essaye de survivre comme elle peut. De même, tout le déroulement historique qui a conduit à ce conflit doit rester crédible.
Ceci dit, dénoncer le nucléaire, dire que le gouvernement complote, etc., ce n’est pas nouveau et je n’ai pas la prétention d’avoir un avis pertinent sur le sujet. La réelle thématique d’Omega Complex, qui se dessine peu à peu, est purement philosophique : l’histoire pose la question du déterminisme, de l’existence de Dieu (cf Tome 2) et du libre-arbitre (et donc de la responsabilité) de chaque être humain. Tout ce qui se passe va petit à petit emmener le lecteur sur des révélations surprenantes à ce sujet.

BDE : La dégradation du monde est stupéfiante, tout ça à cause de la main humaine. Y a-t-il un cri d’écolo derrière tout ça ?
I :
Ah ah, non pas du tout. Nous ne sommes pas dans le « film-message » comme Avatar par exemple. Encore une fois, bien que je sois bien sûr opposé au nucléaire, à la dégradation de la planète ou aux conflits militaires en général, je ne veux pas tomber dans la facilité en disant : « Vous voyez ce monde détruit ? C’est mal ! ». Pour moi, c’est une évidence que l’écologie est une priorité de l’humanité, et un récit post-apo juste pour dire « l’écologie, c’est bien » serait un peu un outrage à l’intelligence du lecteur. Si une guerre nucléaire est déclenchée un jour, oui, ce qui va arriver forcément, c’est ce que vous voyez dans Omega Complex. C’est un fait. Mais ce qui compte pour moi, c’est comment l’humanité pourrait en arriver là. Dans le tome 1, on découvre comment le père de Kama (le héros) va participer à un projet nucléaire pour essayer de sauver la vie de sa femme, dans le tome 2, on apprend qu’une « bad guy » de l’histoire a accepté de vendre son âme au diable pour sauver son bien-aimé. Enfin, un professeur travaille pour préserver la vie de sa fille etc. Je ne veux pas tomber dans le manichéisme mais comprendre pourquoi à un moment X ou Y de leur vie, des hommes et des femmes, comme vous et moi, peuvent en arriver à l’horreur ultime, à s’investir dans des projets qui peuvent nuire à la planète. Comment le mal nait-il chez l’être humain ? Voir un tableau de l’histoire est facile, comprendre ses origines est vraiment ce qui m’intéresse. Ma grand-mère était résistante pendant la seconde guerre mondiale. Quand j’entends ses récits, je soutiens bien sûr la cause qu’elle a défendu de tout mon cœur, comme tout le monde le clamerait haut et fort aujourd’hui. Mais si j’avais été à sa place, aurais-je eu le même courage ? L’auriez-vous eu ? C’est facile de parler avec le recul, pas d’agir quand vous êtes dos au mur…

BDE : Qu’est-ce qui vous a donné envie de traiter cette histoire en format manga ?
I :
Omega Complex est avant tout une série TV d’action, donc du manga ! La durée du récit, sa narration en ellipse et en chapitre, ses points de vue multi-personnages, ne pouvaient être correctement traités qu’au format manga. De même, Omega Complex est aussi une série de « genre ». Bien que l’univers soit purement seinen (manga pour adultes), le système de pouvoir et de grade est purement shonen nekketsu (manga de baston pour ado). La série est un peu un melting pot, toujours en équilibre, et qui ne pouvait rester crédible qu’en manga. En BD, je n’aurai pas raconté l’histoire de la même manière.
Et puis… même si j’adore écrire de la BD classique, je reste un très grand fan de manga, et surtout du dessin de Shonen qui, finalement, était la raison principale de mon choix de format !

BDE : Est-ce que vous travaillez de concert (entre scénariste et dessinateur) à chaque étape de la création ou au contraire chacun a son rôle bien délimité ?
I :
On parle souvent à deux de l’histoire en général, pour que je puisse avoir son avis sur divers points. Puis, on se fait confiance : j’écris un script détaillé (page par page, case par case, dialogué etc.) et je le remets entre les mains de Shonen qui a alors carte blanche pour le mettre en image. Très souvent, il change des plans, le découpage, etc. C’est toujours dans le bon sens. Il me fait pleinement confiance pour l’écriture, je lui rends logiquement la pareille pour la réalisation. Ça arrive aussi que je lui confie certaines scènes. Il a souvent de très bonnes idées pour les passages comiques par exemple.

BDE : Vue la documentation fournie avec les albums (ne le niez pas, j’ai tout lu, même les heures sup’ de la prof Angélique William), ça donne un côté très réaliste à cet univers. Est-ce que l’histoire aurait quelque chose de plausible dans notre réalité à nous ?
I :
Comme je l’ai déjà précisé, toute la base est réaliste. Maintenant, pour voyager dans le temps par exemple, si on a la théorie qui consiste à créer artificiellement un micro trou noir avec une singularité nue, il faudrait tout de même en pratique l’équivalent de 10 étoiles à neutron pour avoir suffisamment d’énergie. C’est impossible dans notre monde tel qu’il a évolué. Par contre, dans le monde d’Omega Complex, qui a subi une guerre nucléaire, ça l’est grâce aux conséquences de la radioactivité ! En fait, le monde d’Omega est similaire au nôtre sur ses bases scientifiques, son fonctionnement. Cependant, un « détail » de l’histoire a fait qu’il a pris un autre chemin, où certaines choses deviennent possibles. On entre alors totalement dans le domaine de la science-fiction.

BDE : Qu’est-ce qui a motivé, dans l’écriture de cette saga, la survie de JFK ? 
I :
Non, le passage sur JFK est important dans le récit, mais cette période a surtout été choisie parce que c’est le moment de l’histoire où l’humanité était le plus au bord de la guerre nucléaire. J’avais besoin de cette époque et de JFK pour justifier ce qui se passe dans Omega en gros… Mais la suite de l’histoire devrait vous réserver de belles surprises à ce sujet !

BDE : Troublants ces sauts dans le temps, les personnages de ces époques finiront-ils par se croiser ou suivront-ils des voies parallèles ?
I :
Le scénar du premier a été écrit, puis éclaté en plusieurs morceaux qui sont dispersés dans différents tomes… Il va de soit que petit à petit, toutes les pièces du puzzle vont se mettre en ordre et que tout deviendra plus clair.
Cette forme de narration est très proche de 20th Century Boys, du film Trois enterrements ou même 21 grammes, voire de la série Lost. Le but est de faire croire certaines choses aux lecteurs en ne lui donnant que certains éléments, pour mieux les surprendre par la suite. A ce titre, les prologues et épilogues de chaque album jouent un grand rôle.
Après, je reste conscient que, malgré toutes les indications temporelles et nos multiples précisions, Omega Complex exige beaucoup de son lecteur pour être compris à tous les niveaux. Ce n’est effectivement pas un manga facile d’accès si on veut pouvoir tout assimiler. Mais j’ose espérer que c’est justement ce qui fait son charme…

BDE : Merci !

Propos recueillis pas Anna Sam

Interview réalisée le 10 janvier 2010.

Rendez-vous ICI pour lire les premières planches du tome 2.

© Les Humanoïdes Associés/Izu/Shonen
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*