Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Alain Dodier – Auteur de Jérome K. Jérôme Bloche

Rencontre avec Alain Dodier – Auteur de Jérome K. Jérôme Bloche

« Tu as ramené mon papa ?
– Euh… hum ! Pas encore, mais… Oooh ! Mais c’est qu’elle en a de jolies moustaches, cette petite fille !
– C’est pas des moustaches, hé ! C’est du chocolat !
– Mais oui, le lait ! J’ai une piste, moi !»

Et voilà comment débutent la plupart des enquêtes de Jérôme K. Jérôme Bloche, le héros d’une série fraîchement primée à Angoulême ! Un simple élément du quotidien, en apparence banal, met le détective sur la piste d’énigmes de quartiers. Nous avons rencontré son papa, Alain Dodier, reconnaissable entre mille malgré la foule dantesque, avec son chapeau et sa moustache. Il y a clairement un air de famille…

Chronique du Tome 21

Rencontre avec Alain Dodier

Bulle d’Encre : Bonjour Alain, et merci de vous prêter au jeu de l’interview. Première question, quel effet ça fait de voir un de ses albums en compétition à Angoulême ?

Alain Dodier : Je ne vous cacherai pas que ça fait plaisir ! Maintenant, toute ma carrière n’est pas orientée vers ça, ce n’est pas une nécessité mais après tout, un petit peu de reconnaissance, aucun auteur n’a jamais craché dessus. Ce qui serait encore mieux c’est de l’avoir (rires) ! (ndlr : c’est fait ! Bravo !)

BDE : On ne présente plus le détective Jérôme K. Jérôme Bloche, dont les enquêtes se rapprochent des romans policiers. Quelles sont vos références en ce domaine ?
AD : Très honnêtement je n’en ai aucunes, je ne me réfère à rien en fait. Ce sont des enquêtes de proximité pour lesquelles je m’imagine, moi, dans la peau de Jérôme, en mettant un chapeau et un imperméable. Quelqu’un vient me voir en m’annonçant : « mon chien a été renversé dans la rue, pouvez-vous trouver le responsable ? », et ça démarre comme ça. Les choses étant ce qu’elles sont, elles commencent à déraper et l’enquête devient de plus en plus dangereuse. Voilà en gros, je ne vois pas d’équivalent en policier, ici ça s’inscrit dans la vie de tous les jours.

BDE : Jérôme est un peu comme vous et nous en fait…
AD : Voilà, c’est un peu comme un médecin de quartier. Jérôme est un détective de quartier (rires).

BDE : Et pourquoi avoir choisi un personnage bêtement ordinaire, finalement, à la différence d’un Sherlock Holmes, par exemple, qui s’occupe d’affaires beaucoup plus sérieuses ?
AD : Là on aborde presque un sujet de psychanalyse. Pourquoi je fais ça ? Eh bien j’ai déjà une première réponse, c’est que je ne me prends pas assez au sérieux pour penser être autorisé à animer un personnage dur, sans scrupules, ou très courageux, parce que je ne le suis pas. Je fais presque œuvre de modestie d’une certaine façon. Mon personnage c’est moi, je fais ce que je peux avec mes petits bras et, du coup, j’ai la faiblesse de penser que je fais un travail d’auteur. Rien ne vient de l’extérieur de moi ou de mon atelier, je fais avec ma matière, sans aller chercher ailleurs. Je serais incapable de faire un western, ou un truc « de genre » qui a déjà eu des prédécesseurs prestigieux. Les intrigues à la Sherlock Holmes, ça a déjà été fait et très bien fait, donc je ne vois pas pourquoi j’en ferais moi.

BDE : Du coup on s’identifie plus à Jérôme qu’à des super-héros parce qu’il est plus proche de nous. Est-ce que vous pensez que cet aspect joue sur sa popularité ?

AD : En fait, on s’identifie aussi à ces grands héros parce que ces derniers ont du succès. Chacun occupe sa niche, moi j’occupe celle du héros du quotidien.

BDE : C’est vrai que votre œuvre est très réaliste, avec les personnages que l’on côtoie tous les jours, la concierge, l’épicier, etc., qui peuvent nous faire penser à notre propre quotidien…
AD : Oui, et tout le monde a un petit rôle à jouer là-dedans, comme dans notre vie. En 46 ou 54 pages, je donne un condensé d’une vie, tout du moins je le pense et je l’espère.

BDE : On retrouve le côté « chronique d’une vie de quartier »…
AD : C’est mon plaisir d’homme et de citoyen. J’habite un endroit où je peux faire mes courses à pied, où je connais les gens et où je vis pleinement.

BDE : Outre JKJ Bloche, vous avez ressuscité Gully en septembre 2008. Une suite est-elle prévue pour bientôt ?
AD : Non, ça a été une résurrection éphémère mais il faut bien se rendre à l’évidence, ça n’a pas bouleversé les foules. Et tout à fait honnêtement, j’ai plus de plaisir à faire Jérôme qu’à faire Gully, pour les raisons que je viens d’expliquer. Gully est une bande dessinée d’imagination, là où Jérôme s’inscrit dans le quotidien. Je préfère vivre mon quotidien que rêvasser, qui est une activité presque naturelle chez un auteur. Autant ne pas en rajouter une couche et avoir un pied dans la réalité, parce que ça permet de garder un équilibre. Après, si Gully avait connu un énorme succès, j’aurais peut-être fait une suite, mais ce n’est pas à l’ordre du jour.

BDE : Cette résurrection ne signifie donc pas que vous avez envie de varier les plaisir…
AD : Je n’en ai pas besoin, non. C’est vrai qu’il semble convenu ou politiquement correct de dire qu’on a envie de faire autre chose pour se ressourcer, se remettre en question, et autres bêtises qui ont lieu d’être quand la personne a besoin de ça. En l’occurrence, pour moi, tout ça ne signifie rien parce que Jérôme est une série avec héros récurrent, qui ressemble prodigieusement à une auberge espagnole, dans laquelle on peut aborder un sujet nouveau dans chaque album. On me demande souvent si je veux faire autre chose, un Aire Libre par exemple, mais qu’est-ce que ça va m’apporter de plus ? Si je trouve un sujet assez intéressant pour Aire Libre, je peux le développer avec Jérôme… il n’y a pas de catégories d’âge, de genre ou de sujet abordé, tout est possible dans le tout public.

BDE : On sent que vous êtes vraiment attaché à votre personnage…

AD : Terriblement, terriblement, et je m’en rends compte parce que je m’ennuie à dessiner une planche lorsqu’il n’est pas présent, lui ou Babette…

BDE : Justement on voit un peu moins la fiancée de Jérôme en ce moment…
AD : Ah ! c’est une question de scénario, de nécessité. Parfois j’aimerais la mettre plus mais si elle n’a pas de rôle à jouer, je ne peux rien y faire. Les personnages secondaires sont des acteurs pas très embêtants car ils ne sont pas trop vivants, donc il ne faut pas venir râler, c’est moi qui commande après tout ! (rires).

BDE : En tout cas vous n’êtes pas le seul à être attaché à vos personnages. On l’a vu récemment avec Fabrice Tarrin, par exemple, qui dans l’immédiat ne cherche pas à se détacher de son Lémurien… Pourquoi faire autre chose quand on prend plaisir avec ce qu’on a déjà…
AD : Oui, quand on prend plaisir et qu’on a la chance que ça marche ! Pourquoi se compliquer la vie ? Elle est déjà assez compliquée comme ça (rires).

BDE : Pour terminer, vous travaillez actuellement sur le Tome 22. Que nous racontera-t-il ?
AD : Oui, je suis dessus en ce moment. Le scénario est prêt et huit pages sont dessinées, le titre provisoire étant Mathias, comme le prénom. En fait, on assistera à l’évasion d’un prisonnier assez brutal, une sorte d’ancien ennemi public numéro 1. Jérôme sera au mauvais moment au mauvais endroit et sera pris pour quelqu’un d’autre. Il va goûter aux joies de la garde de vue, et par deux fois en plus. Tout ça me permettra de le mettre dans des situations un petit peu difficiles, qui le sortira du côté chiens écrasés, et le pauvre va souffrir un peu plus que d’ordinaire dans cette histoire. Ce sera plus trépidant ! Mais, à mon avis, tout se terminera bien quand même !

BDE : Eh bien ce sera le mot de la fin ! Merci beaucoup et bonne sieste !
AD : Merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Raduget et Anthony Roux

Interview réalisée le 28 janvier 2010.

© 2010 Dupuis/Dodier/Le Tendre/Makyo
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*