Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Jason Dilukeba – Auteur de Ekeko

Rencontre avec Jason Dilukeba – Auteur de Ekeko

Lauréat du concours Jeune Talent SFR 2009, Jason Dilukeba a depuis réalisé son rêve en voyant son premier album paraître en février. Nous avons fait la connaissance de ce jeune auteur à Angoulême où il présentait le tome 1 de Ekeko en avant première et nous vous faisons profiter aujourd’hui de notre rencontre.

Chronique du Tome 1

Retrouvez la preview des sept premières planches du tome 1 ici

Bulle d’Encre : Bonjour Jason, peux-tu nous présenter Ekeko ?
Jason Dilukeba : Ekeko est la série que j’ai commencé à imaginer, puis à dessiner en 2004 ; elle porte le nom du peuple que j’ai imaginé car je ne voulais pas de personnages humains afin d’éviter les comparaisons avec des peuples existants. Je voulais représenter un univers tribal qui s’inspirerait aussi bien des rites des tribus d’Océanie, d’Afrique et Amérindiennes, d’Asie et d’Europe, tout en inventant mes propres coutumes, mon propre monde.
Les Ekeko vivent sur une île perdue dans le Pacifique, ce sont des êtres très proches de la nature. Leur société est très hiérarchisée : au sein de chaque clan, il y a des castes, et à la naissance chaque Ekeko reçoit un tatouage qui symbolise son appartenance à l’une d’elle. Mais il n’a pas tellement le choix ! En l’occurrence, Keta, mon personnage principal, a été tatoué danseur selon le souhait de sa grand-mère, mais il ne se sent pas à sa place dans ce rôle et son rêve est de devenir guerrier.
Un certain mystère plane d’ailleurs autour de l’enfance de Keta : où sont ses parents ? Pourquoi est-ce Kali, sa grand-mère, qui l’a élevé ? Pourquoi tenait-elle tant à ce qu’il reçoive le tatouage des Danseurs ? Pour l’instant… mystère ! Mais chaque tome aura son lot de révélations.

BDE : Ton projet était à la base annoncé chez Ankama, finalement tu es édité chez 3TPF. Peux-tu nous raconter cette aventure éditoriale que tu as vécu avec Ekeko ?
JD : Cela arrive pour beaucoup d’œuvres artistiques que ce soit dans la musique, la BD, etc… Des projets qui démarrent avec certains n’aboutissent pas pour telle ou telle raison et se font avec d’autres ou ne se font pas. L’essentiel est que les deux parties soient en accord lorsque le projet ne se réalise pas. Pour mon cas, nous nous sommes entendus lors de la résiliation du contrat.

BDE : Que signifie Ekeko ?
JD : Le mot Ekeko est originaire d’Afrique et d’Amérique du sud. En Afrique centrale, il signifie quelque chose d’inanimé (dessin, statue, jouets etc…) alors qu’en Amérique du sud, ce sont des petits personnages considérés comme des dieux de l’abondance. Dans mon univers, c’est le nom des personnages en bois qui peuple l’île.

BDE : Pourquoi avoir représenté tes personnages sous forme de statuettes de bois ?
JD : Je ne voulais pas de personnages humains, pour éviter des comparaisons directes avec des peuples existants. Cela me permet d’être plus libre graphiquement et cela accentue ce côté universel car aucun être humain n’est en bois mais le bois est réparti et travaillé dans l’ensemble du globe terrestre et puis surtout je n’aurais pas à me justifier face aux ethnologues et anthropologues ! (rires)

BDE : Ekeko est prévu en combien de tomes ?
JD : Une dizaine.

BDE : Ton album est sorti le mois dernier et tu as déjà pu rencontrer tes lecteurs au festival d’Angoulême, est-ce que les premiers retours sont positifs ? Qu’en est-il des retours de la presse ainsi que des professionnels ?
JD : Je suis satisfait des retours des professionnels et des lecteurs, qui en général ont compris et accrochent à l’univers de Ekeko.

BDE : Les mangas français sont en général accueillis froidement par les fans, cela ajoute-t-il une pression supplémentaire dans la réalisation d’une série de ce format ?
JD : Obtenir un public avec un manga français est un challenge mais je pense que cela peut se faire avec le temps et la qualité des tomes.

BDE : Merci à toi !
JD : Merci Bulle d’Encre !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau

Interview réalisée le 28 janvier 2010.

© 3TPF/Dilukeba
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*