Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Nie Chongrui – Dessinateur de Juge Bao

Rencontre avec Nie Chongrui – Dessinateur de Juge Bao

« On dit que l’administrateur des finances de la province, l’intendant Long, fait tout pour contenter le préfet à qui il veut marier sa fille, et qu’il est très proche du juge Gu.
– Cela nous ramène aux dépositions des plaignants expropriés des bas quartiers, Maître…
– Il est temps pour le juge Bao d’aller honorer de sa présence les bons notables de la cité… »

Sorti pour le festival d’Angoulême, où une exposition lui était consacré, le premier tome de Juge Bao a marqué l’arrivée d’un nouvel éditeur sur le marché. Fruit d’une collaboration franco-chinoise entre Patrick Marty et Nie Chongrui, cette nouvelle série a étonné et ravi par son style à la fois moderne et traditionnel. Après avoir assuré de nombreuses dédicaces en France, le dessinateur est revenu pour nous sur ce projet.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour et merci de répondre à ces quelques questions. Est-ce pour vous un bonheur particulier de mettre en scène les aventures d’un personnage si emblématique pour les Chinois ?
Nie Chongrui : Oui, certainement. Le juge Bao est un personnage historique connu par tous les Chinois, mais par seulement quelques étrangers qui sont, si j’ose dire, assez peu nombreux. Je suis vraiment très content, parce que c’est pour moi une opportunité de présenter au monde entier le personnage qu’est le juge Bao, qui représente la justice, ainsi que beaucoup d’éléments de la culture chinoise.

BDE : Comment trouvez-vous le travail de Patrick Marty ? Sa vision de Bao correspond-elle à l’image que vous aviez de lui ?
NC : Oui, elle correspond bien à la mienne. Dans le scénario de Patrick Marty, les intrigues sont bien conçues, pleines de rebondissements et de surprises, et les personnages sont toujours dotés de fortes personnalités. Mais surtout, le scénariste sait transformer le juge Bao, personnage que les Chinois considèrent et adorent comme un saint, en un homme quasiment vivant, ce qui m’est indispensable pour que je puisse en saisir parfaitement les caractéristiques et les comportements. Tout cela, j’en suis sûr, est dû à l’expérience et au génie de Patrick qu’il a acquis durant sa longue carrière en tant que scénariste et metteur en scène au cinéma, sans oublier sa passion et sa compréhension de la culture chinoise.

BDE : Est-ce pour vous plus aisé de dessiner sur ce type de format que sur ce qui se fait en Europe ou encore au Japon ?
NC : Je suis plus attiré par la bande dessinée européenne que japonaise. Quoiqu’en fait, toutes deux ont beaucoup inspiré ma création depuis des années, et j’y ai puisé bien des éléments qui me sont chers. Aujourd’hui, si on a choisi ce type de format, ce n’est qu’un choix naturel.

BDE : Les pages horizontales permettent-elles de mieux respecter votre trait ?
NC : La page horizontale ne me pose pas de grands problèmes, mais elle donne lieu à un espace particulier, je dois toujours bien réfléchir avant de la diviser et d’y mettre les cases, tout en tenant en compte de l’habitude des lecteurs français.

BDE : Plus généralement, que pensez-vous de ceux qui, comme les éditions Fei, tentent de faire connaître la culture chinoise ?
NC : Je ne peux que tendre le pouce en disant un Bravo !

BDE : Adaptez-vous votre style suivant la destination de l’album et le type de lecteur, européen ou chinois ?
NC : Oui, cette adaptation est inévitable, étant donné les différences entre les deux pays, ou pour mieux dire, entre les deux civilisations.

BDE : Il semble difficile aujourd’hui de s’imposer avec des œuvres en noir et blanc, ce qui est dommage quand on voit la qualité et la finesse du dessin de Juge Bao. Imaginez-vous un jour tenter de coloriser un de vos albums ?
NC : La bande dessinée en noir et blanc a son charme, et, sans aucun doute, la bande dessinée en couleur aussi : chacune a ses propres avantages en matière d’expressivité. Coloriser mes albums, non, je n’ai pas de telles intentions pour l’instant.

BDE : Le festival d’Angoulême a mis à l’honneur le Juge Bao à travers une très belle exposition où le public a été nombreux. Quel est votre regard sur ce rendez-vous ?
NC : Je pense que cette exposition était une grande réussite.

BDE : Travaillez-vous actuellement sur d’autres titres ? Pourra-t-on voir d’autres albums en France dans les mois à venir ?
NC : Pour le moment, je suis en train de dessiner Juge Bao, et ce sera mon seul travail pour les années à venir. Je n’aurai pas le temps ni l’énergie pour me lancer dans d’autres projets.

BDE : Merci beaucoup !
NC : Merci beaucoup à vous.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 13 mars 2010.

Découvrez plus d’infos sur le site des éditions Fei.

© Editions Fei/Marty/Nie
Photo © Laurent Mélikian

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Un Commentaire

  1. Mallaret
    Posté 24 mars 2018 at 21 h 38 min | Permalink

    On suit le juge Bao et tous les personnages qui l’accompagnent sans effort, notamment les personnages féminins d’un dessin très élégant. Une œuvre à connaître pour les amateurs de BD.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*