Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Olivier Schwartz – Dessinateur d’Une aventure de Spirou et Fantasio T5

Rencontre avec Olivier Schwartz – Dessinateur d’Une aventure de Spirou et Fantasio T5

« Allons, Fantasio, c’est bête de bouder… Toi et moi, on était partis chacun de notre côté pour trouver du travail, non ?
– On peut chercher du boulot sans se faire “embocher” !
– Arrête ! Je suis juste groom au Moustic Hôtel… pas de ma faute s’il a été réquisitionné par la Gestapo !
– J’espère que quand tu récures les baignoires, il n’y a pas trop de sang à frotter ! »

Le Groom vert-de-gris, cinquième one-shot des aventures de Spirou et Fantasio, a marqué l’année 2009 de son empreinte. A Angoulême, nous avons eu le plaisir de pouvoir nous entretenir avec Olivier Schwartz, qui a mis en scène le scénario de Yann. Le dessinateur de L’Inspecteur Bayard nous explique la genèse de son aventure chez Dupuis…

Chronique de l’album

Retrouvez la bande-annonce en fin d’interview.

Rencontre avec Olivier Schwartz

Bulle d’Encre : Bonjour Olivier. Comment vous êtes-vous retrouvé impliqué dans un one-shot Spirou ? Quels étaient vos liens avec la série ?

Olivier Schwartz : Aucun, et aucun lien avec Dupuis non plus. Mon lien avec tout ça c’est Yann, qui m’a contacté il y a six ans à peu près, en espérant que je quitte la région parisienne pour aller m’installer vers Nantes. A l’époque, il m’a proposé de faire une reprise de Freddy Lombard, voilà comment il s’est mis en contact avec moi. Dans un premier temps, je lui ai dit non parce que ça me semblait un peu trop proche de ce que je faisais, et ça ne me semblait pas nécessaire. Ensuite il a insisté un peu et au bout d’une semaine je lui ai dit OK. Mais en fait il ne s’était pas du tout renseigné, et la femme d’Yves Chaland n’était pas du tout d’accord pour une reprise, donc on s’est retrouvé un peu marris.
Yann m’a alors proposé alors de faire des essais sur d’autres scénarios parce qu’on avait vraiment envie de travailler ensemble, et il me proposa une série réaliste, un peu dans le style de XIII. Alors en lisant ça, je m’interrogeais fort puisque c’était pas tout à fait mon truc, mais je me suis appliqué à essayer de trouver des personnages et à mettre en scène son synopsis. Mais j’ai quand même fini par lui dire que je ne le sentais pas trop, et ça l’a un peu vexé (rires). Il m’a d’ailleurs dit que mon dessin perdait de la magie dans le réalisme, je lui ai répondu que ce n’était pas faux, et il m’a proposé un personnage plus humoristique. En effet, avec son copain Jean Léturgie, ils m’ont présenté un petit personnage alsacien, évoluant dans les années 20, avec des gags en une planche. Et en fait je le soupçonne d’avoir fait ça, non pas pour qu’on réussisse à le placer quelque part, mais pour voir si j’en étais capable et pour qu’on puisse travailler ensemble sur un premier truc. Donc j’ai fait 3 planches, et à l’époque je ne travaillais pas vite car j’étais très occupé par mon autre série, L’Inspecteur Bayard. Ils étaient contents des planches mais les différents quotidiens d’Alsace n’ont pas eu l’air d’être emballés, donc on a laissé tomber.
C’est alors qu’il m’a proposé une nouvelle reprise, celle de Gil Jourdan. Là ça cadrait mieux avec tout ce que j’aime, et j’étais assez emballé. On a fait une page, quelques dessins et fausses couvertures qu’on a présentés à Dupuis, qui était emballé aussi. Le problème, c’est qu’encore une fois, les ayant-droits ne voulaient pas que la série soit redessinée par quelqu’un d’autre. Sans même regarder notre travail, ils ont mis un terme à nos espoirs.

BDE : C’est dommage, car en l’occurrence votre dessin est assez proche de celui de Tillieux…
OS : Oui, je n’avais pas beaucoup d’efforts à faire pour me retrouver dans cet univers là, tout en restant au pinceau alors que je sais très bien que Tillieux travaillait à la plume. Mais c’est tombé à l’eau, et on était assez déçus surtout que ce n’était pas vraiment de notre fait. Yann m’a alors demandé si ça m’intéressait de faire un Spirou, puisque le premier one-shot venait de sortir. Vous auriez dit quoi, vous ?

BDE : On n’aurait pas hésité !

OS : Voilà, c’est aussi ma politique. Et comme l’histoire Gil Jourdan a duré longtemps, avec un gros dossier, plus les trois directions successives chez Dupuis qu’on avait réussi à convaincre et qui étaient prêtes à faire une promo d’enfer, eh bien ils nous ont assez vite dit OK pour le Spirou. Voilà comment c’est arrivé.

BDE : D’accord. En évoquant cette genèse mouvementée, vous avez mentionné Yves Chaland. Ce n’est pas un hasard dans le sens où on compare souvent votre style au sien. Qu’en pensez-vous ?
OS : La comparaison n’est pas fausse. Il y a plein de choses qui ressemblent à du Chaland dans ce que je fais, mais quand on regarde bien, je trouve que ce que je fais est moins typique des années 50, c’est moins dans les stéréotypes de la bande dessinée. Moi je me sens plus proche des super-héros et j’ai l’impression que cette influence se voit un peu, dans le mouvement par exemple. Je cherche moins le côté très graphique ou intellectuel du dessin, j’aime mieux le mouvement, le dynamisme et la force, que Chaland avait au début avant de s’orienter vers quelque chose de plus cérébral.

BDE : Quelles sont vos influences parmi les auteurs comics alors ?
OS : Très nettement le Kirby du début, avant qu’il ne se mette à faire des doigts carrés. Le Kirby des premiers Fantastic Four, qui avait une ligne avec des pleins et des déviés mais pas trop forts, avec des vrais dessins. Sinon j’aime beaucoup le trait de Romita, il est très élégant, à ses débuts aussi.
Après, pour le franco-belge, je me sens très proche de Tillieux. Entre Franquin et Tillieux, je n’hésite pas, c’est plus Tillieux. Je me sens aussi proche de Peyo, mais le Peyo première manière encore une fois, celui des premiers Johan et Pirlouit. Je ne sais pas pourquoi mais je suis toujours attiré par la genèse des choses !

BDE : Revenons un petit peu à l’album, maintenant. Vous arrivez à représenter la période et la ville de Bruxelles très fidèlement…
OS : Vous connaissez bien Bruxelles ?

BDE : Un petit peu, pour y être allé plusieurs fois, mais pas sous l’Occupation par contre (rires). On suppose que vous avez eu recours à une documentation importante…
OS : Oui et non. Si vous voulez, à la limite j’ai passé quelques jours là-bas mais pas suffisamment pour faire une documentation photographique digne de ce nom ou qui m’a servi immensément. En fait, la documentation sur Paris occupée, ou une autre ville, fonctionne très bien. Londres sous les bombardements, par exemple, ça m’a servi pour la fin lorsqu’on voit des amoncellements de débris…

BDE : Et on remarque aussi que l’album est truffé de clins d’œil aux héros de la BD franco-belge, et notamment à l’univers d’Hergé. Ce doit être amusant à dessiner…

OS : Oui, alors là c’est fabuleux. Ce qui est fabuleux, c’est de rentrer dans la chambre de Tournesol, par exemple. C’est incroyable, parce qu’un dessinateur c’est con – moi je suis con en tout cas, je ne vais pas parler au nom des autres – mais quand je suis en train de dessiner la chambre de Tournesol, j’y suis vraiment. Et c’est très marrant d’être dans les pas d’Hergé. Pareil pour Poildur qui se fait interroger par Müller, là ça devient de la folie complète !

BDE : Et ces différentes allusions ont été bien reçues ?
OS : Ecoutez, de toute façon, on ne trahit pas ces personnages, qui ont existé à cette époque. On se retrouve dans ce que fait très bien Yann, qui mélange l’histoire, une fiction inventée, avec des personnages de BD qui se croisent un petit peu. J’aime beaucoup.

BDE : Moulinsart n’a pas fait de scandale ?
OS : Non, non. Quand on fait les choses intelligemment, gentiment et sans attaque, ça passe.

BDE : Et, pour finir, est-ce que le succès de cet album vous a donné l’opportunité de développer d’autres projets chez Dupuis ?
OS : Oui, on est plus crédible quand on propose un projet, effectivement, puisqu’on a vu que quelque chose a pu aller au bout. Là j’aimerais bien faire des choses par moi-même, avec mes propres histoires. Il en est question en ce moment.

BDE : Eh bien on a hâte de voir ça !
OS : Moi aussi (rires).

BDE : Bonne continuation, Olivier, et merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Raduget et Mathieu Larno

Interview réalisée le 28 janvier 2010.

© 2009 Dupuis/Yann/Schwartz
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*