Accueil » Autour de la BD » Films » Kick-Ass

Kick-Ass

Date de sortie : 21 avril 2010
Réalisateur : Matthew Vaughn
Acteurs : Aaron Johnson, Nicolas Cage, Chloe Grace Moretz, Mark Strong, Christopher Mintz-Plasse, Lyndsy Fonseca
Scénaristes : Matthew Vaughn et Jane Goldman
Créateurs : Mark Millar et John Romita Jr
Producteurs : Matthew Vaughn, Brad Pitt, David Reed, Adam Bohling, Kris Thykier
Durée : 1h57
Genre : Action, Comédie
Année de production : 2009
Déconseillé aux plus jeunes
Distribué par : Metropolitan FilmExport


Dave Lizewski traverse son adolescence comme la plupart de ses congénères. Ordinaire, ni sportif ni intello, il a deux bons potes mais aucun succès auprès des filles. Pour sortir de cette routine et donner un sens à sa vie, il ne voit qu’une chose : devenir un super-héros ! Bien sûr, sans pouvoirs ou anneau magique, pas question de voler au-dessus de la ville pour terroriser les criminels, mais simplement aider les citoyens ou défendre un quidam dans la rue, pourquoi pas ? Avec toute sa bonne volonté, Dave va s’acheter un costume sur internet et commencer à patrouiller le soir venu. Un petit tour, juste pour voir… Jusqu’à sa première action de héros, dissuader deux gars de voler une voiture. Mais la vie, ça fait mal. Surtout quand on prend un coup de couteau et qu’on se fait renverser par une voiture. De retour de l’hosto, la surveillance reprend. Et un coup d’éclat va le rendre célèbre sur le net et sur toutes les télés. Méchants, tremblez, car voilà Kick-Ass !

Comme ça fait plaisir de voir un film aussi jouissif et décomplexé ! Pour peu que le sujet vous plaise, vous ressortirez sans aucun doute ravi de votre séance de ciné, et c’est bien assez rare pour en profiter. La réussite quasi totale de cette adaptation est sans aucun doute à mettre à l’honneur du réalisateur, Matthew Vaughn, qui s’est beaucoup impliqué pour rendre au mieux le ton si corrosif et subversif du comic book écrit par Mark Millar. Le scénariste a justement été invité à participer à l’écriture du film, avant même d’avoir conclu sa série, et ça se ressent. Sa présence active a obligé à conserver les éléments les plus « choquants » de la BD (comme le fameux « cunt » de Hit Girl), même si certaines scènes sont légèrement moins violentes. Ce parti-pris de garder la noirceur du comics, quitte à effrayer les producteurs qui craignent toujours les classifications ciné, fait de Kick-Ass un des films les plus percutants de ces dernières années.

Au-delà de ce respect au matériau d’origine, on peut noter que, sans faire un copier-coller intégral de la BD comme dans Watchmen, Vaughn retranscrit de nombreuses scènes à l’identique, pour le plus grand bonheur des lecteurs. Certains éléments assez mineurs sont toutefois changés, comme les costumes des super-héros (question de réalisme ?) ou des liens entre les scènes. De la même manière, plutôt que de coller physiquement aux héros, le casting a privilégié de bons comédiens. Nicolas Cage en tête apporte son expérience et son charisme, un atout indéniable pour un des rares rôles d’adulte. Sa relation avec Chloe Moretz est parfaite, la jeune actrice se tirant plutôt bien d’un rôle pas forcément de son âge ! Mais la révélation vient surtout d’Aaron Johnson, comédien britannique, qui explose dans le rôle-titre. A la manière d’un Tobey Maguire dans Spider-Man, il réussit à être crédible aussi bien dans les scènes comiques qui impliquent Dave que dans le costume du héros qui prend conscience de son importance.

Là où le film fait fort, c’est aussi dans son rythme et sa progression. Suivant le comics, il sait jongler entre l’humour du début et le drame final. Car tout commence comme une comédie pour ados, jusqu’à l’arrivée de Hit Girl et Big Daddy, un moment-charnière puisque la suite vire rapidement au film d’action. Réalisateur et acteurs négocient d’ailleurs parfaitement ce changement car tout est fait avec une rare subtilité. Les seconds rôles (les potes de Dave) symbolisent bien cette première partie, tandis que la suite repose davantage sur la réalisation. Avec une bande-son parfaite, qui vous marquera surement, Matthew Vaughn parvient à ne pas tomber dans le piège des gunfights à la chinoise, gardant toujours à l’esprit que ces combats doivent être le plus réaliste possible. On sent d’ailleurs ce travail de réflexion dans le carnage de Big Daddy à l’entrepôt, tourné en une seule séquence, ou dans le sauvetage de Hit Girl, l’idée du stroboscope étant géniale.

Ce qui aurait pu n’être qu’un petit film bourrin se révèle donc être un exercice de style brillant qui met en valeur de nombreux talents. Comme quoi, avec de bonnes idées et un vrai respect du travail d’auteur, on peut faire de grandes choses. Avant même la post-production, l’envie de réaliser une suite a émergé. On ne peut que soutenir cette décision !
Arnaud Gueury

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*