Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Chantal de Spiegeleer – Dessinatrice de Blake et Mortimer

Rencontre avec Chantal de Spiegeleer – Dessinatrice de Blake et Mortimer

« Que se passe-t-il, Francis? Une nouvelle Marque Jaune aurait-elle encore volé les joyaux de la Couronne?
– C’est presque pire que ça… Olrik s’est évadé de sa prison de Jacksonville.
– Good heavens! »

Après avoir fait l’actualité par son aspect tragique – la disparition du dessinateur René Sterne en cours de réalisation et la reprise par sa femme – le dernier volume des aventures de Blake et Mortimer méritait qu’on revienne plus en détails sur les conditions dans lesquels il a été bouclé. En dédicace au Salon du Livre, Chantal de Spiegeleer nous a expliqué les difficultés de cette expérience unique et malgré tout enrichissante.

Chronique du Tome 19

Bulle d’Encre : Bonjour ! Après cette expérience éprouvante sur Blake et Mortimer, ces quelques séances de dédicaces sont-elles dures à gérer ?
Chantal de Spiegeleer : Non, pas tant que ça. J’ai tellement dessiné ces personnages, je crois que je me lâche plus en dédicace. Comme je les connais bien, ça va.

BDE : Vous aviez tout de même déclaré que cet album était votre Everest.
CDS : Je ne mentais pas ! Malgré ces dédicaces, je suis passée à autre chose. Je ne veux pas bâcler mon travail et je serais incapable de continuer.

BDE : Ce trait classique n’est pas non plus votre style ?
CDS : Non, pas du tout. Dans des circonstances normales, je ne l’aurais jamais fait. Quand René dessinait, je lui disais que je ne saurais jamais faire un truc pareil…

BDE : Auriez-vous fait cela pour quelqu’un d’autre que Jean Van Hamme ?
CDS : Oui, je voulais surtout finir l’album que René avait commencé, peu importait le reste.

BDE : Quel est cet autre projet sur lequel vous travaillez ?
CDS : En fait, je fais une nouvelle série en quatre albums, sur le thème des éclipses solaires (NDR : Eclipse). J’avais laissé ce projet entre parenthèses, car il était commencé au moment de la disparition de René.

BDE : Revenir à quelque chose de personnel vous semble-t-il facile ?
CDS : Je me suis tellement coupée de mon travail pendant ce temps que j’étais surprise en revoyant ce que j’avais fait ! Mais si c’était une expérience difficile, c’était intéressant. J’ai du dessiner des choses que je ne dessinais jamais. La ligne claire est vraiment le graphisme le plus difficile, parce que faire quelque chose de juste avec un seul trait est très compliqué. Ce n’est pas seulement de la minutie, c’est aussi de l’observation pour bien placer les traits.
Eclipse sera plus simple. Je dis toujours que je suis un accident dans la bande dessinée. Je trouve que la BD – tout dépend de ce qu’on fait, bien sûr – est le métier le plus difficile dans le réalisme. Surtout quand on ne choisit pas la facilité !

BDE : Où en êtes vous de votre prochaine série ?
CDS : Le premier album est terminé, sauf les couleurs, et j’ai fait les esquisses du deuxième. Maintenant je dois dessiner les planches mais je devrais en avoir terminé deux totalement pour que le premier sorte rapidement. L’éditeur veut que les sorties soient assez proches, pas plus d’un an, ce qui est normal. Les délais sont bons mais, comme pour tout ce que j’ai toujours fait, je n’ai pas de facilité pour le dessin et j’ai envie de ne pas bâcler. Je sais que ce sera au finish ! (rires)

BDE : Travaillez-vous avec un ou une coloriste ?
CDS : Non, parce que je trouve que les couleurs sont importantes. D’ailleurs, je trouve qu’en général dans la bande dessinée, on ne considère pas assez cet aspect du travail. En peinture ou dans n’importe quelle autre forme d’art, c’est indissociable. Mais en BD, c’est mal considéré. C’est dû à son histoire, je pense. Le fait que ce soit une chose imprimée, que ce soit souvent les femmes des dessinateurs qui colorise, tout ça a contribué à minimiser le travail des coloristes. Pourtant je trouve que c’est très important. Ça peut massacrer un dessin ou ça peut l’embellir, ça a un pouvoir et un langage particuliers.

BDE : Vous avez notamment collaboré avec Laurence Croix sur Blake et Mortimer.
CDS : Je crois qu’elle n’avait jamais fait ce genre de choses. Pour toutes les deux, ça a été très difficile, même si ça n’a pas l’air. On n’a utilisé que des aplats, avec des éléments compliqués. On a parlé ensemble de son boulot justement. Avant, le nom des coloristes ne figurait même pas sur un album et elle se bat un peu pour cette reconnaissance. C’est pour ça que j’en parle à chaque occasion, par rapport au superbe travail qu’elle fait. C’était la première fois que je travaillais avec quelqu’un et ça a été une collaboration excellente, parce qu’on avait des forces différentes et qu’on s’est bien complétées. On a des obsessions chromatiques différentes, elle avait un peu plus de mal pour les ambiances par exemple, mais elle a apporté beaucoup de choses. J’ai même acquis avec elle une certaine connaissance de l’informatique. Ça fait longtemps que je m’y étais mise, mais pas pour de la BD.

BDE : C’est devenu un outil très important ?
CDS : Oui, mais dans certains albums on sent trop l’ordinateur parce que beaucoup de coloristes informatiques utilisent trop d’effets, même si c’était très difficile de le faire avant. Tandis que Laurence a choisi une voie difficile – comme pour la ligne claire – celle de l’aplat. C’est encore une fois rendre quelque chose avec très peu de moyens.

BDE : C’est selon vous un mélange heureux ?
CDS : Bien sûr, d’ailleurs Jacobs et Hergé ne travaillaient que comme ça. Et c’est le plus dur, je crois.

BDE : Puisque vous ne poursuivez pas l’aventure, gardez-vous un œil sur les prochains albums de Blake et Mortimer ?
CDS : Non. Parce que ça ne m’appartient plus et que je voulais terminer un travail. J’ai passé le relais, il n’y a qu’André Juillard qui peut le faire avec autant de facilité. Pour moi, c’est surtout une question de délais. Et je trouvais les personnages intéressants, contrairement à beaucoup qui pensent que c’est le style qu’il faut respecter. Si c’était moi, je ferai passer les personnages avant le style.

BDE : Merci beaucoup !
CDS : Je vous en prie !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 mars 2010.

© Editions Blake et Mortimer/Studio Jacobs/Van Hamme/Sterne/De Spiegeleer
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Un Commentaire

  1. martin ricardo van der linden
    Posté 20 avril 2019 at 16 h 28 min | Permalink

    RAPPELONS enfin que Jacobs ne souhaitait pas que son oeuvre soit poursuivie.

    Malgré les talent de Sterne, CH. De Spiegeleer et autres dessinateurs,
    il fallait respecter la volonté de Jacobs.

    Tous ces excellents dessinateurs auraient pu créer de nouveaux personnages.

    Je reste sur ma faim !

    Sans rancune …

    Martin Linden

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*