Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Ralph Meyer – Dessinateur de XIII Mystery T1

Rencontre avec Ralph Meyer – Dessinateur de XIII Mystery T1

« Je ne suis pas un assassin! Je suis un professionnel… N’importe qui à ma place aurait choisi mon métier. Si vous me connaissiez, vous comprendriez… Vous savez, pour finir comme moi, c’est simple: il suffit de commencer tôt et d’aller à bonne école. »

Après Philippe Berthet, rendez-vous était pris au Salon du Livre pour rencontrer le premier dessinateur à s’être lancé sur le projet XIII Mystery. Loin de la pression qui aurait pu accompagner la reprise d’une série mythique, Ralph Meyer nous prouve qu’une démarche créative et sincère peut très bien s’allier avec une commande éditoriale. A tel point que lui non plus ne serait pas contre prolonger l’aventure…

Chronique du Tome 1

Retrouvez la bande annonce de l’album en fin d’interview.

Rencontre avec Ralph Meyer

Bulle d’Encre : Bonjour ! Juste avant vous, nous discutions avec Philippe Berthet (voir son interview) qui a lui aussi réalisé un tome de XIII Mystery. Il nous disait entre autres avoir beaucoup apprécié le fait d’avoir travaillé avec un nouveau scénariste. Est-ce que, pour vous aussi, l’expérience était réussie ?

Ralph Meyer : Tout à fait ! La rencontre avec Xavier Dorison a été un super moment, tant du point de vue professionnel qu’humain. On s’est vraiment bien entendus, et on va d’ailleurs bientôt retravailler ensemble. C’était vraiment une très belle expérience.

BDE : Le scénario était-il déjà fini quand vous êtes arrivés dans le projet ?
RM : Une première mouture était déjà écrite, après il y a eu quelques agencements qui ont été faits avec Jean Van Hamme. Mais oui, ça a plutôt été du scénario « clé en main ».

BDE : Ça ne vous a pas posé de problème ? C’est une façon de travailler que vous connaissiez ou préférez-vous plutôt collaborer avec le scénariste ?
RM : C’est vrai que j’aime bien m’investir sur le scénario, avec les scénaristes avec lesquels je travaille. Là en l’occurrence, ça s’est très bien passé, parce qu’en fait les exigences de Xavier et les miennes sont très similaires. Sur le souci d’efficacité, de lisibilité, des choses très basiques comme ça, on se retrouve complètement. Et puis sur le fait d’avoir un scénario très construit, avec toute une parabole qui fonctionne bien, quelque chose de très structuré, on s’est trouvés aussi.

BDE : Est-ce que ce fonctionnement pourrait changer votre méthode ?

RM : Non, j’ai toujours aimé m’investir. Déjà avec Fabien Vehlmann, avec qui je travaillais auparavant, on avait beaucoup de conversations sur l’écriture. Bien sûr, sur les prochains projets, on va travailler un peu différemment. Je laisserai Xavier faire le scénario et moi la mise en scène derrière.

BDE : Vous avez aussi été le premier à vous lancer sur cette série dérivée. Y avait-il une forme de pression ?
RM : Pas trop non. C’était très agréable d’être le premier. L’autre chose intéressante était que c’était fait dans le secret le plus total, donc pas de pression ! Je n’avais pas le sentiment d’une attente particulière des gens autour. Ça s’est donc fait de manière très sereine.

BDE : Avez-vous bénéficié des conseils de Jean Van Hamme ?
RM : Oui, ça s’est très bien passé avec lui, comme avec William Vance.

« Xavier a un scénario, pour un éventuel second opus sur la Mangouste… »

BDE : Vous ne vous êtes jamais dits que ça pouvait être délicat de prendre la suite d’une telle série ?

RM : Non. Le truc important pour nous était d’atteindre la qualité maximale. Il fallait absolument que ce soit hyper qualitatif, pour éviter que l’album passe pour un produit uniquement commercial. Ce qu’on ne voulait pas, avec un tel investissement de notre côté. On avait la volonté de mettre notre patte dans une BD mythique. C’était le plus important et je pense que c’est bien passé. A sa sortie, on a finalement plus parlé du bouquin et de l’histoire que du côté commercial, même si c’est un aspect évident et vital. On était contents et soulagés des retours de la presse, qui s’est attardée sur la qualité de l’histoire.

BDE : Vous avez pu prendre votre temps pour justement chercher cette qualité ?
RM : Oui. Surtout Xavier, qui avait la pression parce que Jean Van Hamme est comme un maître pour lui. Donc il a beaucoup travaillé sur la structure, les détails, etc. De mon côté, j’ai essayé d’être le plus lisible possible. Ce qui était compliqué car l’histoire est très très dense. Dans la mise en scène, on n’a jamais de séquences qui s’étalent sur plus de deux pages. Tout va très vite, avec des ellipses très importantes sur une même page… C’était vraiment compliqué à gérer pour que la lecture reste fluide et digeste.

BDE : Etiez-vous fan de XIII auparavant ?
RM : J’étais lecteur des premiers tomes, que j’avais beaucoup aimés. Ensuite, j’ai un peu lâché l’affaire, je m’intéressais à d’autres types de BD qui lorgnaient plus vers la science fiction. Lorsque j’ai relu les albums, pour préparer celui-ci, j’ai trouvé que ça fonctionnait toujours aussi bien. C’est une mécanique absolument impeccable ! Tant en terme de scénario que de dessin. Beaucoup de gens critiquent la mise en scène de William Vance en disant qu’il fait toujours profil/face, profil/face, mais c’est d’une lisibilité incroyable.

BDE : Parmi tous les personnages, est-ce que c’est la Mangouste que vous auriez choisi ?
RM : Bien sûr, d’ailleurs je l’ai choisi ! Quand on m’a proposé le projet, j’ai réfléchi un petit peu et j’ai accepté en disant que j’avais envie de faire la Mangouste. Il s’est avéré que Xavier travaillait justement sur ce personnage.

BDE : A nouveau un heureux hasard !
RM : Voilà !

BDE : Auriez-vous eu envie de développer encore plus ce personnage ?
RM : En fait, Xavier a un scénario, pour un éventuel second opus sur la Mangouste. Mais pour l’instant il n’en est pas question puisque la charte est rigide et c’est normal pour le début de la collection. Mais qui sait, dans 10 ans ? (rires)

BDE : En avez-vous discuté avec Philippe Berthet ? Car étonnamment ses impressions et ses envies sont très proches des vôtres !
RM : Ah oui ? On a discuté une fois, au moment où on débutait l’aventure.

BDE : Allez-vous maintenant revenir à des projets plus personnels ?
RM : Oui, et c’est agréable aussi. J’ai de toute façon la démarche d’adapter mon dessin et la mise en scène en fonction du projet. A chaque bouquin, j’apprends des trucs en plus et je repars avec d’autres envies, d’autres objectifs.

BDE : On vous souhaite que ça marche aussi !
RM : Merci !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 mars 2010.

© 2009 Dargaud/Dorison/Meyer
Photos © BDE

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*