Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Liaze & Moemai – Auteurs de Lost Soul

Rencontre avec Liaze & Moemai – Auteurs de Lost Soul

« Ce n’est qu’un corps sans âme, telle une marionnette dont je tirerais les ficelles. Le nécromant ne ressuscite pas les morts… pas plus qu’il ne porte atteinte aux âmes des défunts. Dans les lois de la nécromancie, il n’est qu’un informateur. Il ne doit jamais oublier la place que tiennent les morts parmi les vivants, il s’agit simplement de donner des conseils à ceux qui sont encore là. »

Cette semaine est sorti un nouveau manga français, le tout premier édité par Taïfu Comics mais surtout le premier pour ses auteurs, Liaze et Moemai. Toutes les deux étaient présentes à la dernière Japan Expo, où le public a pu découvrir et apprécier l’album en avant-première. Pour vous le présenter à vous aussi, petite discussion avec deux scénaristes-dessinatrices enthousiastes.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Lost Soul est votre premier manga, quel est le premier sentiment que vous avez ressenti une fois l’album dans vos mains ? 
Liaze : Je suis restée sans voix, et autour de moi on m’a demandé si ça allait… Je devais avoir une drôle de tête !
Moemai : J’ai bien failli pleurer en fait ! Devant la couverture si bien imprimée, même l’intérieur était mieux que ce que j’avais imaginé !

BDE : Est-il à la hauteur de vos attentes ?
L&M : Comme on ne savait pas trop à quoi nous attendre, on a mis beaucoup de temps à réaliser. C’est difficile de se rendre compte quand on a passé tant d’heures à vérifier chaque détail de chaque planche, en s’assurant que les gris seront bons, que le cadrage passera, on a vérifié chaque petit détail et, même si on l’imaginait plus parfait (on a tout de suite repéré quelques erreurs de débutantes), c’est aussi ce qui fait le charme de cette première publication !

BDE : En tant qu’auteures françaises, est-ce difficile de réaliser des mangas que ce soit au niveau de la presse que des lecteurs ?
L : D’après nous, il est plus facile de se faire une petite place dans la presse que chez les lecteurs, qui sont tout de suite plus exigeants. On a eu plusieurs remarques venant de personnes qui pensent d’emblée qu’un manga fait par des Français sera forcément mauvais ou moche.
M : On a également eu d’autres avis dans le sens contraire : certaines personnes étaient vraiment contentes de voir des auteurs françaises se glisser parmi les mangas « originaux ». Maintenant il y a tellement de publications, françaises, japonaises, chinoises, coréennes… que la qualité ne vient pas forcément du pays d’origine comme ça pouvait l’être avant.

BDE : Pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Taïfu et votre signature dans cette maison d’édition ? 
L : On était parties en voyage scolaire à Angoulême, et on voulait se donner une idée de ce qu’était la démarche vers les éditeurs même si nous n’avions pas encore de projet « abouti » à leur présenter. On est allées naturellement vers Taïfu, sachant qu’ils ne faisaient que traduire – en se disant que moins rude serait la chute en cas de critique, et nous avons été très bien accueillies !
M : Nous sommes allées voir d’autres maisons d’éditions pour recevoir des conseils et voir un peu mieux à qui pourrait s’adresser notre travail, et nous avons reçu souvent des avis contradictoires (trop BD chez les uns, trop manga chez les autres)… Taïfu Comics a écouté et a regardé nos books de dessins personnels, et c’est lorsque nous avons parlé de notre projet à quatre mains qu’ils se sont montrés intéressés. Nous nous sommes revus plus tard, après quelques mois de travail autour du projet, pour le peaufiner, et c’est après de longues, très longues discussions, que nous avons enfin signé il y a maintenant tout juste un an !

BDE : N’y avait-il pas de pression à être les premiers auteurs à être directement édités par Taïfu ?
M : La véritable pression, c’était déjà de savoir si notre histoire allait plaire aux gens, et si le fait d’être des auteurs françaises n’allait pas être un frein (on s’est d’ailleurs demandé s’il fallait mettre nos vrai noms ou nos pseudos plus japonisant). Mais il y avait aussi un véritable enjeu pour Taïfu, dont nous sommes conscientes, c’est un peu un pari que nous nous sommes lancées avec eux !
L : Nous avons eu avant nous des exemples d’auteurs français qui ont, ou n’ont pas, eu de succès. On savait qu’avec du travail et du sérieux, et un peu de chance, il n’y avait pas de raison que ça se passe mal. Plus que de la pression, c’était des questionnements, et puis ensuite beaucoup de motivation pour prouver qu’on pouvait le faire, nous aussi. Mais Taïfu n’imagine pas éditer d’autres auteurs encore, le monde du manga est vraiment difficile, surtout avec la crise.

BDE : Vous avez réalisé le premier tome de Lost Soul en parallèle de votre dernière année à l’école Arc-en-Ciel. Pas trop compliqué à gérer tout ça ?
L : C’était même plus que laborieux, nous devions travailler double. En plus de notre projet à rendre en fin d’année, nous avions 200 pages à réaliser, tout ça en essayant de négliger le moins possible ni notre diplôme ni le manga.
M : Heureusement, nous avons eu la chance de rencontrer des gens qui nous ont aidées pendant notre parcours, et c’est le point positif de cette année de travail intensif. Le manga est aussi un gros plus pour l’école qui voit ses élèves signer avant même la fin de leur première année.

BDE : Le manga y est-il enseigné de la même manière que les autres genres comme le franco-belge ?
L&M : Toute forme de BD est enseignée : nos professeurs sont des professionnels de la BD franco-belge et n’ont bien sûr pas les codes ou la formation manga – même s‘ils se renseignent, mais nous avions déjà appris tout cela grâce à nos années de fanzine amateur (et à nos lectures). En fait, l’élève se forme lui-même en travaillant en amont son propre style, puis il apprend tout ce qui lui manque en s‘ouvrant aussi au reste.

BDE : Comment sont nés l’histoire et les personnages de la série ?
L : On avait bu…
M : Aux WC !
L&M : Mais non, on plaisante ! Comme nous avions chacune nos personnages et nos BD respectives, nous avons voulu créer un (plusieurs en fait) univers où on pourrait se rencontrer. Nous avons tout d’abord imaginé un fanzine ou chacune dessinerait un chapitre, puis la mayonnaise a pris et Lost Soul est né (sauf que le titre a mis beaucoup de temps à se décider !).
On voulait un univers sombre et romantique à la fois, accessible à tout public, fille, garçon, jeune et moins jeune, adepte de shoujo, shounen ai… Nos personnages ont évolué aussi avec la demande et les sorties (on ne voulait pas trop ressembler aux autres non plus), et on trouve la coïncidence assez amusante, lorsqu’on remarque que c’est ce genre d’univers qui tend à se développer depuis quelques temps !

BDE : Les mangakas travaillent souvent avec de nombreux assistants. Comment avez-vous géré la création d’un album à deux et comment vous répartissez-vous les tâches ?
L : Moemai fait la secrétaire et s’occupe du téléphone et des rendez-vous ! Mais pour tout le reste, on se partage les tâches à parts égales. J’ai quand même encore quelques difficultés parfois pour ce qui est de poser les personnages, pour ça on dessine chacune la moitié des planches, et on se les échange pour s’aider lorsque l’autre est en difficulté.
M : Liaze est celle qui a la tête froide et qui arrive à découper et mettre en forme le scénario. J’ai du mal à mettre mes idées en place, et là-dessus on se complète bien aussi !

BDE : Le format manga était-il le plus naturel pour vous ? Imaginez-vous un jour travailler sur un format franco-belge classique ?
L : Bien sûr, j’ai déjà plusieurs projets qui germent et qui sont manga et BD classique. J’ai aussi des idées de scénarios que j’aimerais écrire pour les autres !
M : Le manga est venu naturellement parce que c’est-ce que je fais depuis le plus longtemps, mais j’ai aussi quelques projets en couleur qui attendent juste un peu de temps pour aboutir.
L&M : Il y a aussi le fait que, malheureusement, mangaka n’est pas un métier dont on peut vivre en France, parce que peu rémunéré par rapport au rythme de travail à abattre. Malgré tout, on ne regrette pas du tout de manger des pâtes tous les jours, allez comprendre…

BDE : Vous avez rencontré le public sur plusieurs salons depuis le début de l’année afin de présenter votre série mais c’était la première fois que vous dédicaciez à Japan Expo puisque votre album y était présenté en avant-première. Alors, les premiers retours sont-ils positifs ?
L : Plutôt ! En tout cas, le public qu’on pensait toucher donne l’impression d’être réceptif et d’apprécier. Après, nous n’avons fait que l’avant-première à Japan Expo et même s’il y a eu une leaflet avec quelques premières pages, nous attendons la grosse sortie pour vendre la peau de l’ours !
M : Par contre, on a pu remarquer grâce à internet et aussi à notre présence sur le salon que notre « style » plaisait quand même, et que les gens revenaient pour nous. Les gens qui nous voyaient dédicacer étaient ravis et ça, c’était vraiment très agréable ! On avait pris le pli avec nos petits fanzines, mais c’est quand même autre chose !

BDE : Avez-vous déjà planifié un nombre de tomes pour Lost Soul ?
L&M : Trois tomes sont prévus à l’origine pour clore la série, mais nous aimerions en faire 5 si l’histoire rencontre un petit succès… C’est qu’on s’attache à nos personnages, vous comprenez…

BDE : Merci à toutes les deux et tous nos vœux de réussite !!!
L&M : Merci à Bulle d’Encre ! Le hasard a vraiment bien fait les choses, de nous avoir placé sur votre route, et il en va de même pour tous les gens que nous rencontrons chaque jour ! C’est déjà grâce à eux et aux gens des fanzines qui nous ont suivi tout au long de nos péripéties que nous avons voulu travailler dur pour faire nos preuves, nous ne l’oublierons jamais !
A très bientôt !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 8 juillet 2010.

Découvrez plus d’infos sur le blog de Liaze et Moemai.

© Taïfu Comics 2010/Liaze & Moemai
Photo © BDE/A.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*