Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Sibylline – Scénariste du Trop Grand Vide d’Alphonse Tabouret

Rencontre avec Sibylline – Scénariste du Trop Grand Vide d’Alphonse Tabouret

Les éditions Ankama ont placé dans les librairies un OVNI. En effet, Le Trop Grand Vide d’Alphonse Tabouret sort des sentiers battus et offre un instant de poésie qui fera voyager tous les lecteurs. Ni une ni deux, nous sommes allés à la rencontre de la scénariste de cette magnifique histoire, j’ai nommé Sibylline !!!

Chronique de l’album

Rencontre avec Sibylline

Bulle d’Encre : Bonjour Sibylline. Capucine, Jérôme d’Aviau et vous-même semblez inséparables puisqu’il s’agit de votre troisième collaboration. Comment est né ce nouvel album et plus particulièrement ce personnage atypique qu’est Alphonse Tabouret ? 
Sibylline :
Alors alors, il y a un moment déjà… bien quatre ans dites donc, dans un restaurant japonais et fort bon, avec Jérôme , nous causions en buvant mangeant. Il m’a demandé de lui gribouiller une histoire, vite fait là, sur la nappe.
Il était question d’un petit bonhomme qui se promenait dans les bois, il rencontrait une huitre, et en gros voilà.
Le lendemain, Jérôme m’a offert un petit carnet, sur lequel il avait tout dessiné. C’était joli, épuré, plein de poésie.
Et il m’a ordonné : « Maintenant, tu me fais une grande histoire pareil, sur des centaines de pages, merci, bisous. »
J’ai fait comme j’ai pu et comme il a dit.
Quand j’ai commencé à écrire, j’ai demandé à Capucine de m’aider à trouver un nom. Capucine, elle est super forte en nom. Alphonse tabouret, ça a tout de suite été parfait.

BDE : Avez-vous écrit cette histoire pour vos enfants ?
S :
Alors évidemment, après des livres comme Nous n’irons plus ensemble au canal Saint-Martin et Premières Fois, c’était plutôt pas mal chouette de faire un livre que nos enfants pourrait lire.
Mais ce n’était pas du tout l’idée initiale. On avait surtout envie de parler d’amour, du chemin qu’on doit faire pour le trouver.
Et puis surtout, Le TGV d’AT, ce n’est pas vraiment un livre pour les enfants. C’est surtout un livre pour tout le monde. Chacun, j’espère, y trouvera un bout de ce qu’il est, de ce qu’il a vécu ou de ce qu’il partagera un jour.

BDE : C’est en tout cas un magnifique récit que l’on imagine être lu par les parents à leurs enfants avant d’aller ce coucher. Etait-ce l’un de vos objectifs lorsque vous avez écrit Le Trop Grand Vide d’Alphonse Tabouret ?

S :
Ooohlala, mais merci ohlala…
Je crois qu’on peut le lire à qui on veut. Quand j’écris, je relis toujours à tue-tête, pour voir si ça chante, si c’est rigolo, du coup, on peut le lire à haute voix à son amoureux, à son patron, à sa boulangère, ou à ses marmots… c’est pas moi qui décide, et c’est surtout comme on veut.

BDE : Vous aviez jusque-là écrit des histoires pour les adultes, n’est-ce pas trop compliqué de changer de genres surtout s’ils sont diamétralement opposés ?

S :
Oh je ne crois pas. Personne ne se résume à un genre. Ce serait comme faire un constat d’état permanent : « Je suis morose» et n’être réellement que ça. On fait certainement des livres qui nous ressemblent, mais c’est trop triste de n’être qu’une chose. Alors oui, avec Premières Fois, je suis fesse, avec le Canal Saint-Martin, je suis triste, avec Alphonse, je suis une promenade en sourires.
C’est chouette de pouvoir essayer d’être multiple en tout cas.

BDE : D’autres projets à venir ?

S :

Oui, un récit autobiographique sur l’hôpital psychiatrique (non non ne partez pas), avec aux commandes du dessin Natacha Sicaud. Et puis d’autres bidules, à peine entamés.

BDE : Merci à vous !!!
S :
Mais non enfin allons, merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 7 septembre 2010.

© Ankama 2010/Sibylline/Capucine/D’Aviau
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*