Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Adeline Blondieau – Scénariste de Ma vie de people

Rencontre avec Adeline Blondieau – Scénariste de Ma vie de people

Nous avons profité du festival Quai des Bulles de Saint-Malo pour aller à la rencontre d’Adeline Blondieau afin de parler de sa série Ma vie de people et de ses projets BD. Une rencontre très sympathique et instructive.

Chronique du tome 1

Rencontre avec Adeline Blondieau

Bulle d’Encre : Bonjour Adeline. Pourquoi avez-vous créé une série sur les people ? Est-ce pour montrer aux gens que vous avez les mêmes besoins dans la vie de tous les jours qu’eux et que votre vie n’est pas uniquement constituée de strass et paillettes ?
Adeline Blondieau :
Ils n’ont justement pas une vie comme les autres puisqu’ils arrivent à rencontrer des situations totalement absurdes ou improbables. C’était cet angle-là qui m’intéressait pour montrer qu’effectivement il y avait une certaine différence à un moment donné. Cette différence est créée par la médiatisation et ne nait pas forcément des conséquences d’un véritable talent.

BDE : Le but de cette série n’est-il pas de changer le regard des gens vis-à-vis des people ?
AB :
Je n’ai pas la prétention de vouloir changer la vision des gens mais j’aimerais au moins leur apporter un regard différent sur les people.

BDE : Votre collaboration avec Nicolin s’est visiblement rapidement concrétisée ?

AB :
Je voulais absolument travailler avec Nicolin, j’étais déjà fan de lui avant de le rencontrer. Je l’avais découvert quand le Blog du Petit Nicolin était sorti en librairie. Par la suite, quand j’ai commencé à bosser chez Bamboo, Olivier Sulpice m’a apporté une pile de BD que la maison d’édition publiait et parmi celles-ci il y avait un album de Nicolin. Je l’ai rencontré pour la première fois lors d’une séance de dédicace à Marseille, je savais qu’il n’avait pas besoin de moi puisqu’il avait la double casquette scénariste-dessinateur mais je lui ai dit que je ferais tout pour qu’on bosse ensemble et que je ne laisserais pas tomber tant que je n’aurais pas trouvé le bon angle. Il m’a proposé quelques trucs assez girly, comme le shopping, sur lequel je suis assez hermétique. Un soir, je lui ai raconté une anecdote et le lendemain j’avais la planche sur mon bureau, ensuite on a accumulé quelques planches et l’aventure sur Ma vie de people était lancée.

BDE : Comment avez-vous convaincu les people de vous confier leurs anecdotes et surtout d’accepter qu’elles soient dévoilées au public ?

AB :
Comme j’ai déjà cette double casquette auteur-people, ils savaient que je n’allais pas les malmener parce que mon but n’était pas de me faire des ennemis ou de me moquer de qui que ce soit en particulier. J’ai aussi coupé l’herbe sous le pied à pas mal de remarques, qui aurait pu être « tu essayes de te mettre en valeur », en me mettant d’entrée de jeu dans une planche où je suis assis sur les toilettes ce qui amène un autre ton. Le fait que l’on soit tous logés à la même enseigne permet de séduire plutôt tout le monde, j’ai eu très peu de refus. Je montre aux people certaines planches pour leur présenter le projet, suite à quoi ils acceptent ou pas de me raconter leurs anecdotes. Une fois cette première étape réalisée, je rescénarise l’anecdote afin de la redécouper et qu’elle rentre dans le format que l’on a choisi. L’ultime étape est la validation de la planche par le protagoniste.

BDE : Pouvez-vous nous donner quelques noms de people s’étant confiés à vous pour le tome 2 dont la sortie est prévue pour le mois de novembre ?

AB :
Le tome 2 est prévu pour le mois de novembre, Nicolin travaille à fond sur les derniers scénarios que je lui ai envoyés. Dans ce second opus, on retrouvera Bruno Solo qui m’a raconté quelques anecdotes tellement croustillantes que je les ai toutes gardées. Pascal Sellem, Mathilda May, Cécile de Ménibus, Faustine Bollaert, Rebecca Hampton, Jean-Luc Reichmann se sont également confiés à moi, ce qui fait pas mal de filles, et de jolies filles. Valérie Bègue pourrait également faire partie du casting, je dois discuter avec elle prochainement. Le monde des people est constitué de plusieurs castes et j’essaye de toutes les mélanger un peu en prenant aussi bien des gens du théâtre, de la télé par exemple, mais j’ai peu d’anecdotes provenant de la télé-réalité. Le fait qu’un people participe à mon album peut m’offrir de nouvelles possibilités car cela donnera à d’autres l’envie de me confier une anecdote.

BDE : D’où vous vient cette passion pour la BD ?

AB :
Cette passion vient de mes parents. Mon père était un grand collectionneur de BD et affectionnait plutôt la science-fiction alors que ma mère aimait plutôt les BD d’après-guerre telles que Bécassine ou des BD franco-belges comme Tintin. Mes parents ont toujours considéré que la BD était le premier pas vers la littérature. Aujourd’hui j’ai donné le virus à mon fils qui est la seule personne que je peux emmener à la Fnac ou en festival de BD afin de partager ma passion. Il commence de plus en plus à lire des livres sans images et je pense que c’est grâce à la BD.

BDE : Lorsque vous dédicacez en festival BD, avez-vous le sentiment d’être reconnu en tant que scénariste à part entière ou est-ce que cette étiquette de people vous colle à la peau ?

AB :
Il y a un peu les deux en fait, certains vont découvrir que je suis auteur de BD alors que je le suis depuis quelques années et d’autres qui viennent pour me faire signer des albums de Sous le soleil, des photos ou bien encore des DVD. A partir du moment où les gens sont gentils, je suis disponible et je signe avec le sourire, je suis d’autant plus contente que ce sont des choses que j’ai fait avec le cœur et que je n’ai pas à en rougir.

BDE : D’autres projets à venir ?

AB :

Oh oui !!! (Rires)
Actuellement je suis en train de boucler avec Michel Rodrigue un album qui sera un spin-off de Cubitus, celui-ci sortira au Lombard. J’aurais également deux autres albums qui sortiront chez ce même éditeur dont un mettant en lumière une adolescente qui évolue dans le milieu du cirque et de l’équitation, il sera dessiné par Manuela Razzi et Emilio Urbano. Sinon chez Bamboo, il y aura la suite des Citadines sans parler d’autres projets qui ne sont pas encore signés, dont l’un avec Audrey Alwett.

BDE : Pour conclure, vous nous confirmez bien que les people ne sont pas des extraterrestres ?

AB :
Ce sont des humains qui ont ce truc en plus qui est la popularité. Ce qu’il y a d’amusant, c’est que la popularité chez certaines personnes peut perdurer pendant super longtemps alors que cela fait plus de dix ans qu’ils n’ont plus rien fait à la télé. Quand on est people, il faut être assez cool pour accepter de se faire prendre pour d’autres personnes et l’accepter avec une grande abnégation. Je pense par exemple à Nathalie Simon que l’on confond souvent avec Amélie Mauresmo ou bien encore Cécile de Ménibus qui ne peut prouver que c’est bien elle qu’en montrant sa carte d’identité.

BDE : Merci à vous !!!

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 9 octobre 2010.

Extraits du tome 1 de Ma Vie de people (cliquez sur l’image pour l’agrandir)




© Drugstore 2010/Blondieau/Nicolin

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*