Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Naguère les étoiles T1 (Bourhis, Spiessert, Mathilda) – Delcourt – 10,50€

Naguère les étoiles T1 (Bourhis, Spiessert, Mathilda) – Delcourt – 10,50€

Parution : 09/2010

Il y a réellement longtemps, dans une contrée à peine éloignée… Les soldats du Roy tentent d’arraisonner une carriole transportant la princesse Leïca. A leur tête, le terrible seigneur Salvador veut mettre la main sur les plans du Castel Noir dérobés par les Insoumis. Deux druides parviendront à lui échapper, afin de donner un message à Suzy-Wan le Cénobite, un ancien chevalier de Jadis. Sur leur route, ils rencontreront un jeune garçon de ferme, Jean-Luc, ainsi qu’un contrebandier breton, Yann Kersolo…
Toute ressemblance avec l’histoire et les personnages d’une saga imaginée par un certain George L. n’est absolument pas fortuite ! Hervé Bourhis et Rudy Spiessert, créateurs d’Ingmar, s’amusent à déplacer cette aventure dans un contexte médiéval, pour ne pas dire moyenâgeux. Le résultat est sympathique et parvient à déclencher de nombreux sourires. En-dehors du fait que ça ne plaira qu’aux fans de Star Wars, il manque quelques gags plus percutants et caustiques qui déclencheraient un franc éclat de rire. Sous forme de strips en demi-planches, le scénario reprend pourtant fidèlement l’histoire de l’Episode IV. Finalement, c’est surtout le dessin de Spiessert qui réussit à convaincre totalement. Simple, clair, il offre une galerie de personnages franchement réussis.
Une parodie assez sage mais amusante d’un univers ultra-connu.

Arnaud Gueury



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Un Commentaire

  1. Posté 2 février 2014 at 12 h 27 min | Permalink

    http://lacasebd.overblog.com/2014/01/jljetaime.html

    Salut à tous, alors aujourd’hui on va discuter de la bande dessinée éditée chez Delcourt au doux nom de « Naguère des étoiles » et qui, comme son nom l’indique, est un pastiche éhonté de la saga Star Wars.

    BD purement destinée aux geeks, aficionados, puristes et fans connaissant l’histoire, ce recueil reprend les trois premiers épisodes (IV, V et VI) mais qui sont en fait les épisodes du milieu (donc rien à voir avec la saga de Peter Jackson et Tolkien) puisque sortie au cinéma en premier (vous suivez ?^^).

    Faisant partie de la culture main-stream du jeune branché d’aujourd’hui, ce space-opéra des familles va nous emmener au fin fond des bosquets, en pleine époque où le leggin servait de pantalon bien moulant et où l’épilation et les lavements n’étaient pas encore de rigueur.

    Et à ce propos, voilà justement la princesse Leïca, fan de boudin blanc, qui a pris la poudre d’escampette car elle a réussi à voler les plans du mystérieux Castel Noir, un château fort des plus fortifiés, que même que dire le nom il fait déjà peur. Pourchassée par une meute en guenilles, elle réussira tout de même à planquer lesdits plans dans l’intime séant du fakir « Ravi-Ravi » (qu’on va appeler R2 vu que c’est beaucoup plus simple). R2 part en quête pour transmettre le message au der des der des chevaliers de Jadis, j’ai nommé Suzi-Wan, qui malgré son nom n’est pas une saucisse mais un genre de moine détenteur du mystique pouvoir portant le nom de la « Foy » (ça fout les boules hein ?!).

    Moult péripéties en découleront, qui verront la princesse prendre la tête de la rébellion secondée par un Yann Kersolo de pacotille et breton de surcroit, son fidèle Méchoui, le pas très loquace Jean-Luc, Suzy-Wan le cénobite et bien sûr, accrochés à leurs fesses, le terrible et tyrannique Lord Salvatore (Adamo ?) et l’huitre malfaisante Jean-Ba. Affrontement à coup d’armes légères, joutes verbales, vannes pourries et relation épiscolaire entre la princesse et Yann, voilà ce que nous promet cette saga.

    L’histoire reste fidèle à la trame principale en nous proposant une « revue » assez bien ficelée. Hervé Bourhis et Rudy Spiessert, les auteurs, nous pondent ici un remake aux dessins très « blog », stylisé, comique, dynamique, et à l’histoire parsemée de gags parodiques, où se côtoient jeux de mots, répliques, pastiches, mimiques, et blagues (parfois) lourdes voire même palourdes et ce, sur plusieurs niveaux de compréhension. Comme vous l’avez compris, l’histoire puise sans vergogne dans les meilleures scènes de la trilogie et les fans y retrouveront bien leurs petits.

    Pour les puristes, c’est dessiné sous forme de strip d’une page, avec un dessin décomplexé, clair, simple et qui s’intègre très bien à la « profondeur » du récit. On est d’accord pour dire aussi que certaines scènes ne fonctionnent pas, mais l’ensemble tient la route puisque c’est assez frais, amusant et respire la bonne humeur.

    Avec son format bible ou pavé (selon votre croyance) imprimé aux dimensions dites italiennes (une terminologie à connotation machiste ?), cette grosse brique de 200 pages fera les beaux jours des maçons en herbe et vous garantira quelques moments de lecture, blotti au fond des toilettes, du train ou que sais-je encore.

    Bon j’avoue que je connaissais la saga et même si je ne suis pas addict de princesses avec casque Audio intégré sur la tête ou de mecs en latex qui respirent à travers un défibrillateur, j’ai passé tout de même un bon moment, on ne s’ennuie pas malgré le fait que je n’ai pas ressenti de turgescence en dessous de mon ventre levretté quand j’ai tourné les dernières pages.

    Du coup, on comprendra tout de suite que ce digest est destiné principalement à un public d’ados fendards, geeks et fans de la série ; pour les autres je ne saurais trop vous conseiller de regarder les films de l’époque ne serait-ce que pour compléter un pan de votre misérable inculture (non mais !).

    Un dernier mot ? C’est un beau roman, c’est une belle histoire, c’est presque une romance d’aujourd’hui … Sur ce, que la Foy soit avec vous (et avec votre esprit).

    Amen!

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*