Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Margaux Motin – Auteur de La Théorie de la contorsion

Rencontre avec Margaux Motin – Auteur de La Théorie de la contorsion

Margaux Motin appartient à ces auteurs découverts sur la blogosphère, connaissant un certain succès numérique qui leur ouvre les portes du milieu de la « BD-papier ». Rencontre avec cet artiste aux multiples facettes lors de la sortie de son second recueil.

Chronique de l’album

Rencontre avec Margaux Motin

Bulle d’Encre : Bonjour Margaux. A l’origine, votre blog était un simple book numérique puis il vous a offert la notoriété. Comment s’est déroulée cette transition professionnelle ?

Margaux Motin :
Quand j’ai ouvert le blog, j’exerçais déjà le métier d’illustratrice depuis un moment. Je suis donc arrivée sur la toile avec un petit lectorat en place qui me suivait sur papier dans les magazines, et des connections professionnelles. Les magazines pour lesquels je bossais ont parlé du blog, les lectrices m’y ont retrouvée, en sont venues d’autres, et puis après on connaît la chanson, sur le net les choses peuvent s’emballer très vite. Ce blog a été un véritable tremplin à bien des niveaux. S’il a permis de faire connaître mon travail en dehors d’un cercle professionnel, il m’a aussi permis de beaucoup progresser à force de bosser mes notes régulièrement et d’exprimer un propos plus personnel que lors des commandes pro avec cahier des charges et tout le tintouin.

BDE : Vous venez de sortir un nouvel ouvrage, toujours sur le ton du blog. Pratiquez-vous une sélection parmi les notes de blog pour le passage au format papier ?
MM :
Oui, je ne les garde pas toutes, je travaille à les lier de façon cohérente, et certaines notes ne trouvent jamais leur place dans la structure du bouquin, dans le propos global. J’en retravaille aussi beaucoup pour les adapter au format papier.

BDE : Est-ce que le fait d’être publiée change votre façon d’appréhender le blog ?

MM :
Non. Je continue à considérer le blog comme un laboratoire, sans savoir à l’avance si je publierai un nouveau tome, donc sans penser au format papier. Je continue à construire mes notes pour un format vertical. Et je continue à faire tout ça sans pression, quand je peux, et quand je veux.

BDE : Envisagez-vous de vous lancer davantage dans la BD, en travaillant dans d’autres registres ?

MM :
Oui bien sûr, je travaille sur un projet de BD à quatre mains avec Pacco, et je commence à écrire un scénar, vaguement, en prenant mon temps, on verra ce que ça donnera !

BDE : Puisque nous abordons la différence entre BD-papier et blog-BD, pensez-vous qu’il existe une barrière entre auteurs et lecteurs, d’un côté des blogs BD et de l’autre des albums plus traditionnels ? Par exemple, le public du Festiblog diffère de celui des festivals plus traditionnels, les stars de la blogosphère étant souvent méconnues auprès des bédéphiles.

MM :
J’ai peur de ne pas bien comprendre la question exactement. Si tu te demandes si les lecteurs de BD-papier sont également lecteurs de Blog-BD et si les deux publics se mélangent, aucune idée !!! Néanmoins, aujourd’hui les organisateurs de festivals BD tradi invitent de plus en plus d’auteurs de blog BD, et dans la mesure où la plupart des blogs BD sont publiés sous forme de livre, j’aurais tendance à penser que tout ça se confond petit à petit.

BDE : La question qui fâche… Pénélope Bagieu ou vous-même avez ouvert la brèche des blogs « de filles » (jeunes branchées urbaines, adeptes de la mode), imitations plus ou moins réussies de vos styles. Ne craigniez vous pas que cette profusion girly vous colle une étiquette et que ce type de blogs devienne has been ?
MM :
Je me demande si on se pose la question pour les blog « de boys ». Cette appellation de blogs « girly » est quand même toujours vachement réductrice. Enfin soit, évidemment, rester coller à l’étiquette « girly » sans remettre son travail ou sa vision en question ferait inévitablement de nos blogs des blogs has been. On ne peut pas se contenter de faire de la resucée de trucs déjà abordés mille fois. Mais il y a une différence notable entre les auteurs de blog BD « girly » qui s’impliquent dans leur créa, ont une vraie volonté de travailler leur propos, se renouvellent, innovent, et bossent avec sincérité, parce que l’illustration est leur métier, et les aspirants-auteurs-de-blog-bd qui surfent sur la vague sans démarche personnelle. Ces dernières sont souvent très jeunes et je trouve ça bien dans une certaine mesure, que le support blog leur permette de faire leurs armes, même maladroitement. Mais on sait bien que sans une véritable implication quasi professionnelle, un blog BD a peu de chance d’exister de façon pérenne.
Enfin de toute façon au final je vais quand même finir par être une vieille conne has been, hein.

BDE : Et sinon, de nouveaux projets ?
MM :
Tu veux dire à part les vacances à la fin de la semaine là ?

BDE : Merci d’avoir accepté de répondre à ces quelques questions.
MM :
De rien !!! Merci de les avoir posées !

Propos recueillis par Anthony Roux.

Interview réalisée le 26 octobre 2010.

Retrouvez plus d’infos sur le blog de Margaux Motin.

© 2010 Motin/Marabout
Photo © Karine Cerasoli

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*