Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Etienne Aillaud – Co-fondateur d’Attakus

Rencontre avec Etienne Aillaud – Co-fondateur d’Attakus

Attakus, société spécialisée dans la création de statues et bustes en résine dans l’univers du cinéma, de la bande dessinée et du manga, ouvrait ses portes au public il y a quelques semaines. Bulle d’Encre est donc allé à la découverte de cet atelier hors du commun et a pu poser quelques questions à l’un des trois co-fondateurs, Etienne Aillaud.

News sur les trois derniers sketchbooks parus

Bulle d’Encre : Bonjour Etienne. Pouvez-vous nous présenter Attakus ?
Etienne Aillaud : Nous sommes trois co-fondateurs, Agnès Charvier, Olivier Sztejnfater et moi-même. Avant de créer Attakus en 1997, on avait créé Bombix, qui était un atelier de model making, il y a presque 20 ans. On réalisait toutes sortes de prototypes pour des fabricants de jouets, parcs d’attraction… On a même été contacté par nos concurrents pour travailler sur leurs projets. On s’est dit que notre salut viendrait de l’édition et de la duplication de nos prototypes, ce qui a débouché sur la création d’Attakus. Aujourd’hui Bombyx et Attakus ne sont plus qu’une seule et même entité.

BDE : Quelle est la première pièce qui vous a fait connaître du grand public ?
EA : La première pièce a été le Spirit of the Earth. On évoluait déjà pas mal dans le domaine de la licence puisque l’on faisait des prototypes pour les fabricants de jouets qui faisaient du Disney et de la Warner. On faisait approuver les prototypes donc on était censé mettre en corrélation les contraintes esthétiques des ayant-droits et les contraintes techniques, c’est-à-dire que ce soit fabriqué en injection, en plastique, en verre, pour un flaconnage, pour les enfants ou encore pour un artiste contemporain. On avait donc déjà à l’époque énormément de contacts avec les licenceurs.

BDE : Ce qui est toujours le cas aujourd’hui ?
EA : Un jour, lors d’un passage chez TF1, on nous a annoncé que la représentante des droits dérivés Marvel internationaux était en France et on nous a proposé de la rencontrer. Elle nous demandé ce qu’on pouvait lui proposer, on lui a dit qu’on était les meilleurs. De toute façon, il faut jouer cette carte-ci avec les Américains. Elle est repassée nous voir trois semaines plus tard et on lui avait fait un proto dans ce laps de temps. On avait choisi une représentation qui nous tenait à cœur de Spiderman, tirée d’une des rares aventures du super-héros en Europe, plus précisément en Ecosse, et réalisée par Charles Vess.

BDE : Qu’est-ce qui amène quelqu’un à se lancer dans une telle entreprise ?
EA : J’ai fait une école de sculpture, peut-être que dans mes frustrations profondes j’aurais aimé faire artiste mais l’école que j’ai faite n’était pas une école d’artiste mais plutôt de métiers d’art (ndlr : Ecole Boulle). On était plus destiné à faire de l’artisanat d’art, à l’époque il n’y avait pas encore les arts numériques, les accessoires de la pub étaient fait en 3D donc on faisait du model making. En gardant le fil conducteur de la sculpture, on a essayé de l’appliquer à des techniques plus « modernes », parce que c’est vrai qu’on travaillait le plastique, la résine, les matériaux composites et on essayait conserver notre intérêt pour la sculpture. On a essayé de diversifier au maximum l’application de la sculpture dans un monde moderne. Cela nous a permis de découvrir, après quinze laborieuses années, que la recherche et le développement sur un prototype n’étaient pas rentables, on passait énormément d’heures pour faire des pièces magnifiques mais originales et uniques qu’on vendait et qui étaient édités par la suite par notre client. Pour avoir rencontré des gens de la BD, l’équation s’est mise en place assez naturellement dans notre tête, un proto c’est bien mais éditer et dupliquer le proto c’est mieux et nous permet une certaine rentabilité. C’est pour ces raisons que nous avons monté Attakus.

BDE : Par rapport à vos débuts, aujourd’hui voyez-vous toujours votre travail de la même manière ?
EA : Oui, forcément. Il y a deux points distincts, la vision personnelle c’est-à-dire la maturité qu’on a par rapport à son propre travail. Il est certain qu’au bout de vingt ans j’ai plus d’assurance. En ce qui concerne le milieu dans lequel on travaille, il est clair que cela a beaucoup évolué, on a des domaines qui cartonnaient, périclités par rapport à d’autres, il y a de nouvelles technologies qui ont fait leur apparition telles que la numérisation ou la 3D et sur lesquels on garde un œil attentif. De notre côté, chez Attakus on se développe à notre rythme, on ne peut pas aller aussi vite que l’on pourrait le souhaiter dans cette évolution justement pour des raisons financières mais on commence malgré tout à faire évoluer notre technique de travail. Cela n’empêche que je pense que l’analogique prévaudra toujours sur le numérique, quand un bon sculpteur analogique maîtrisera le numérique il sera un bon sculpteur, par contre quand tu es sculpteur numérique tu peux rarement emprunter le chemin inverse.

BDE : Arrive-t-il parfois qu’un projet naisse d’une idée provenant d’un membre de l’équipe d’Attakus ?
EA : Cela arrive relativement souvent. Au début de l’aventure Attakus, il a fallu sonner aux portes et on proposait des projets aux auteurs. La notoriété que l’on a obtenue depuis fait que c’est l’inverse qui se passe, c’est désormais à notre porte que l’on vient sonner. Chaque membre de l’équipe a ses centres d’intérêts – l’un est fan de manga, un autre est fan de Star Wars, etc. – et peut proposer ses idées. Ensuite, on détermine si l’idée est réalisable ou pas, aujourd’hui on regarde plus qu’avant la notoriété de l’auteur car on est à une époque où on doit limiter les risques. Cela ne nous empêche pas de nous prendre encore de belles gamelles.

BDE : Y a-t-il un personnage de BD que vous rêveriez de réaliser et qui ne l’a pas été à ce jour ?

EA : Disons qu’à chaque fois que l’on réalise une pièce, cela résulte de rencontres – je pourrais citer par exemple celle avec Albert Uderzo – mais il y en a certaines qui ne se feront pas malheureusement. J’aurais rêvé de rencontrer quelqu’un comme Franquin, ça ne se fera jamais et c’est triste, mais je pense que c’est la même chose quand on me demande quelle pièce je préfère, j’aurais du mal à répondre à cette question. Je ne peux pas choisir car à chaque fois c’est une histoire différente : là tu as souffert, là tu as galéré, là l’auteur était sympa, là le boulot était intéressant, chaque expérience est différente et enrichissante. Même si le rapport humain n’a pas été super génial, comme on est une équipe, à un moment quelqu’un peut prendre le relais s’il y a des difficultés relationnelles ou simplement de compréhension de l’univers de l’auteur. Je vois par exemple avec Juanjo Guarnido pour tout ce qui est texture de fourrure avec Blacksad et Weekly, il y a eu beaucoup de propositions et de recherches. Tel sculpteur va traiter de telle manière d’après la lecture du document, un autre va faire d’une autre façon jusqu’à ce que l’auteur soit satisfait.

BDE : Justement, il a été dit que Juanjo Guarnido suivait de près l’évolution de votre travail.
EA : Effectivement, mais il n’y a pas de secret, dans toutes les aventures plus l’auteur s’investit plus on peut aller loin. L’aide de l’auteur est précieuse, elle nous permet d’avancer et d’arriver à un résultat le plus fidèle possible à ce que l’auteur attend de nous. Le meilleur représentant du produit final c’est l’auteur, je vais prendre l’exemple d’Albert Uderzo : quand un monsieur comme ça dit que c’était presque les beaux qu’il avait jamais vu, ça fait extrêmement plaisir. Pour revenir à Blacksad, on a du en faire six modèles différents et y en a pas un seul de pareil. Ça n’est pas uniquement de notre fait, c’est aussi lié à la collaboration avec l’auteur. Comme dans n’importe quelle série, les personnages évoluent au fur et à mesure des tomes et il en est donc de même avec la représentation que nous en faisons.

BDE : Quelle évolution voyez-vous pour Attakus ? Vous avez par exemple créé une collection de sketchbooks.
EA : Encore une fois, c’est une histoire de rencontre et plus précisément avec Olivier Vatine. Nous sommes tous friands de sketchbooks dans l’équipe et on s’est rendu compte que cela n’existait pas en France. Olivier Vatine, par son savoir-faire, sa notoriété et la manière de nous ouvrir certaines portes, nous a beaucoup aidé dans la conception de Comix Buro. Concernant l’évolution d’Attakus, on y pense bien évidemment, on pense à plein de choses mais on est un peu plus parano et puis ça n’est pas encore assez mûr pour que l’on puisse déjà en parler. De toute façon, on gardera toujours la sculpture comme fil conducteur mais je ne trouve pas que le fait d’avoir créé Comix Buro soit tellement éloigné de ce que l’on faisait jusqu’à maintenant. En effet, on parle de graphisme, on parle d’esthétisme, on parle de produits de qualité. On commence à avoir une bonne réputation d’éditeur, c’est-à-dire qu’on est sérieux, on traite bien les auteurs, le boulot qu’on fournit pour eux est qualitatif… Et puis on fait aussi des cartes postales, des posters, on essaie que ce soit toujours dans le même esprit de qualité sans se prendre trop la tête. Il y a le plaisir derrière le côté sérieux. Quand je vois que j’ai la moitié de l’âge de Uderzo et Moebius et qu’ils me respectent dans mon travail, ils respectent Attakus, ils ne nous prennent pas pour des bouffons, c’est gratifiant. Ce n’est pas comme mon banquier qui a la moitié de mon âge et qui me parle comme s’il était mon proviseur. Là il y a un respect professionnel. Le souci en France, c’est le manque de confiance dans les petites boîtes alors que ce sont elles qui font tourner la machine. Il y a trois grosses boîtes qui cartonnent mais c’est les petites et l’artisanat qui ont le savoir-faire.

BDE : Vous avez ouvert pendant 10 jours votre atelier, le but c’est de montrer un peu l’envers du décor à un maximum de personnes ?
EA : Disons que comme le salon Maison et Objets se tient juste à côté, on s’est dit que c’était l’occasion de faire un off et que ça serait plus sympa car on n’est pas forcément plus loquaces mais plus percutants dans notre explication vis-à-vis de notre travail. Il y a plein de gens qui ne se rendent pas compte de tout ce que c’est comme processus de travail. Quand on vient chez nous, mis à part notre convivialité légendaire et notre gentillesse, il y a aussi toute l’explication du boulot, tout ce qu’on peut montrer en disant « voyez, c’est comme ça qu’on fait »… Et les gens ils font « putain mais on ne se rendait pas compte ». Nous avons eu aussi bien la visite d’auteurs, de journalistes, de magasins que de clients. Ça nous a permis de faire un gros ménage, ce qui n’est pas négligeable parce que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas vu l’atelier aussi représentatif de notre travail. Ce qui est intéressant également, c’est que les gens ne se rendent pas compte que derrière les sculpteurs, il y a aussi les infographistes, les commerciaux, toute une équipe. Je trouve ces rencontres agréables, c’est une partie du boulot que j’aime bien parce qu’on voit les auteurs, les licenceurs, les fabricants, mais le public qu’on rencontre à Angoulême ou à Saint-Malo, c’est bien de le voir dans d’autres circonstances. On n’a pas eu la foule que j’aurais espérée, mais bon c’est bien parce que du coup les rencontres sont peut-être plus qualitatives. Passer plus de temps avec chacun des membres de l’équipe, c’est toujours intéressant, chacun à sa vision propre du travail et l’expliquera d’une façon différente vis-à-vis de son collègue mais ce qu’il en ressort c’est que tout le monde est animé par sa passion.

BDE : C’est un peu comme une famille ici, en quelque sorte…
EA : Comme on est une petite structure, c’est forcément un peu… Je n’aime pas ce terme là, mais forcément il y a un peu de paternalisme, ce qui fait que l’on essaye d’être attentif, dans la mesure du possible, aux problèmes de chacun, aux histoires de chacun. On essaye aussi de gérer le fait qu’il ne faille pas que cela déborde sur le travail parce que ça peut être vite envahissant dans l’autre sens. Mais je pense que ça, c’est pareil dans toutes les petites boîtes. Je prends l’exemple de mon grand-père, ils étaient quatre dans sa petite boîte, c’était vraiment comme une famille, dès que l’un avait un gamin, les autres étaient en quelque sorte les tontons alors que c’était juste le boulot. C’est aussi une façon peut-être plus agréable de vivre la vie professionnelle parce qu’elle n’est pas impersonnelle. Quand je vois certains qui bossent dans des structures tellement gigantesques qu’on n’est au courant de rien… c’est la machine…

BDE : Merci.

Propos recueillis par Jérôme Bouvier et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 6 septembre 2010.

© Attakus/Comix Buro
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*