Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Michel Constant – Auteur de Rue des chiens marins

Rencontre avec Michel Constant – Auteur de Rue des chiens marins

« Vous avez vu? Y a Josef qui cause encore avec l’animal! Ça tourne pas rond chez lui… C’est à se demander ce qu’il a dans le crâne ce type-là! Hé hé hé!
– T’occupe! A force de vivre dans une boîte de conserve, on finit tous par choper la maladie du fer-blanc. »

Cette année, le complice privilégié de Jean-Luc Cornette s’est émancipé. Profitant du bon moment entre deux projets avec son ami, Michel Constant s’est lancé sur un one-shot en solo, non sans appréhension et doutes comme il nous l’a confié dans une interview au festival Quai des Bulles. Présentation d’un auteur aussi talentueux que sympathique.

Chronique de l’album

Rencontre avec Michel Constant

Bulle d’Encre : Bonjour ! Cet album est particulier pour vous…

Michel Constant :
Oui, c’est le premier tout seul et j’ai mis 2/3 choses dedans auxquelles je réfléchissais depuis longtemps. J’ai écrit d’abord un texte assez vite, et puis je l’ai rangé car j’avais du boulot par ailleurs. Deux ans après, je l’ai ressorti mais je n’étais pas encore trop sûr. Pour finir, je l’ai dépoussiéré, je l’ai affiné. C’est vrai qu’une fois le texte écrit, il est resté deux ans dans un tiroir…

BDE : Qu’est-ce qui n’arrivait pas à vous convaincre de le faire plus tôt ?
MC :
Tout simplement l’angoisse de travailler seul pour la première fois ! Quand on est avec un scénariste, on se retrouve à deux pour défendre le truc. Alors que là, on est seul en piste.

BDE : Doutiez-vous de votre scénario ?
MC :
En fait, je n’étais pas sûr d’être assez clair dans le déroulement de l’histoire, dans le découpage. Heureusement, l’éditeur, lui, y a cru.

BDE : Était-ce toutefois plus facile de débuter par un one-shot ?
MC :
Ah oui ! Pour prévoir une série, il faut que ce soit solide dès le départ.

BDE : Avez-vous pris confiance pour recommencer seul ?
MC :
Oui, je veux continuer. Mais faire uniquement des albums solo, ce ne serait pas vivable pour l’instant. Déjà financièrement car je ne suis pas assez rapide pour assurer l’histoire et le dessin. Il me faut encore trop de temps.
Je continue de travailler avec Jean-Luc Cornette mais en même temps je mets quelque chose en place. Si je travaille rapidement, ce sera sorti dans six ou huit mois, sinon beaucoup plus. Mais j’ai l’espoir d’être un jour assez rapide pour gérer les deux.

BDE : Rue des chiens marins a été un bon exercice ?
MC :
J’ai appris qu’il faut faire attention à tout, car on est angoissé sur tout, sur chaque découpage ou sur chaque phrase. On fait gaffe, on se relit et on a toujours envie de changer en sachant qu’il faut arrêter pour avancer… Heureusement, mon dessin est assez simple – c’est voulu – et je commence à le maitriser sans trop retoucher.

BDE : Un dessin simple n’est pas forcément facile à faire.
MC :
Non. Moi, j’aime bien la clarté. Et les couleurs sans trop d’effets. Le dessin réaliste, ce n’est pas mon truc. Je ne serais pas capable de dessiner comme ça et je ne le sens pas dans mon caractère. Je serais embêté que les lecteurs s’arrêtent sur un détail , « oh quel bel arbre ! ». Ce qui compte pour moi, c’est l’histoire.
Alors que la ligne claire est un exercice qui me plait. Je prends toujours comme exemple le personnage le plus dur à reproduire, qui est Tintin. C’est pourtant celui qui a le moins de traits, c’est donc millimétré, les yeux doivent être exactement où il faut, etc.

BDE : Participiez-vous déjà aux scénarios de vos autres séries ?
MC :
Oui et non. Pour expliquer notre fonctionnement, au départ on fait plusieurs réunions. Comme Jean-Luc n’habite pas loin de chez moi, c’est facile. Et donc on parle de ce qu’on aimerait bien faire. J’ai ma vie, mes envies, ça inspire. On arrive alors à une idée mal dégrossie, il écrit un premier jet dont je regarde le développement en voyant si ça colle. Je peux donner un autre avis et c’est parti pour le découpage. C’est une vraie collaboration, je peux même proposer des dialogues. Bien sûr, je lui abandonne les détails du boulot, mais c’est un échange.

BDE : Jean-Luc Cornette n’a-t-il pas été embêté de vous voir évoluer seul ?
MC :
Non, enfin… il n’a rien dit ! (rires)
Sérieusement, il n’y a aucun problème, on n’est pas mariés pour le meilleur et pour le pire. De toute façon, un scénariste travaille aussi de son côté avec d’autres personnes. Mais il s’y est intéressé, il a vu les premières pages et les a trouvées chouettes.
De plus, c’était à un moment où on avait dû arrêter Le Centre du Nowhere pour manque de ventes, j’étais quasiment sans travail. J’aurais pu le relancer mais je ne l’ai pas fait car je sentais bien que c’était le moment pour moi. L’éditeur m’avait encouragé, alors j’ai dit à Jean-Luc qu’on se reverrait au bout de huit mois sans souci. Ce qui s’est fait, puisqu’on retravaille à nouveau ensemble.

BDE : C’était une parenthèse ?
MC :
Oui, je me suis bien amusé. C’est autre chose d’être tout seul, même si il y a toujours des copains à qui on montre le travail. C’est un confort de faire agir les personnages comme on veut, sans se justifier de chaque expression qu’on leur donne. Et en même temps, c’est une angoisse, on se demande si on n’est pas à côté de ce qu’on veut faire. C’est là que j’appelle les copains car ma femme me connait trop ! Quand je ne suis vraiment pas sûr, c’est l’éditeur qui entre en jeu.

BDE : D’où vous est venue cette histoire ?
MC :
On me demande souvent « Pourquoi la guerre ? Pourquoi un sous-marin ? » Ce n’est pas tellement ça le sujet, pour moi c’est surtout l’angoisse et le mal-être des adolescents et la culpabilité. Je vois des ados grandir et mal vivre le passage de l’enfance à la vie d’adulte, je me suis demandé comment illustrer ça. Le côté allemand pendant la seconde guerre est arrivé naturellement, en pensant à la vie des jeunes allemands en 1945 qui apprenaient l’extermination des Juifs. Difficile de faire pire… Puis j’ai pensé au sous-marin pour l’oppression.
Tout ça est un truc qui aide à parler de l’adolescence. C’est un décor.
De plus, je m’intéresse à l’Histoire, cette période en particulier car elle m’a choqué, enfant. Je pouvais en parler par la même occasion. Il y a aussi le fait que les trois frères, dont un handicapé par un pied-bot, font partie de l’histoire familiale, celle de mon grand-père, en 14-18. Son frère, n’ayant pu aller à la guerre, s’est effectivement pendu par culpabilité, même si les autres sont revenus vivants.
L’époque n’est pas la même mais ça reste les mêmes sentiments. J’aurais très bien pu faire ça aujourd’hui avec un gamin américain qui partait en Irak, dans un tank. Ou au Vietnam. Après tout, ils ont aussi 19/20 ans, ils sont isolés, loin de chez eux et au milieu d’une autre culture.

BDE : Vous avez réussi à présenter ça sans être caricatural ou manichéen.

MC :
Je m’y suis vraiment intéressé, comme je disais, et on voit très vite qu’il y avait beaucoup de culpabilité chez les Allemands. C’est ce que je voulais dire aussi. Ce sont des gars qui se sont faits prendre dans un tourbillon. On le voit à travers les jeunes qui jouent sur le pont sans rien savoir ou l’officier désabusé, dépassé par les événements. C’est un intellectuel qui ne croit plus en rien.
Ce sont des grosses ficelles – je le sais bien – mais je voulais rappeler qu’il y avait des Allemands dans ce cas.

BDE : Justement, il est rare de voir un récit de guerre sans bataille ou sans ennemi visible. Était-ce toujours cette envie d’explorer la psychologie avant tout ?
MC :
Absolument. Je n’ai pas voulu faire un bouquin historique. Je me suis demandé un jour ce que cela pouvait faire d’être un Allemand de 16 ans et de tout apprendre. Ou de le savoir à moitié, car on imagine qu’ils savaient un peu, sans les détails. Que pouvaient-ils se dire en apprenant ce qu’avaient fait leurs pères ? Comment pouvaient-ils supporter de devenir les salauds de l’histoire ? Alors que certains ne faisaient qu’élever des moutons dans les montagnes…
Je vais prêcher pour ma paroisse, mais je pense que l’album est lisible par tous les publics. J’ai vu une jeune fille de 12 ans qui l’a lu et a tout compris.

BDE : Et le phoque ? Comment avez-vous créé ce personnage central ?
MC :
J’avais beaucoup aimé travailler sur des animaux qui parlent avec Jean-Luc. C’est une idée qui m’est revenue, même si le principe remonte à Mathusalem ! Je voulais une confrontation d’esprit avec mon gamin dans sous-marin et je cherchais comment la créer. Le phoque qui parle m’est apparu, ça fait un peu burlesque. Et comme c’est un animal, il s’en fout de ce conflit d’humains. Il a son avis, il a vu des choses comme les trains de Juifs mais il en est loin.

BDE : On se demande d’ailleurs si ce phoque parle ou si c’est la conscience de Josef ?
MC :
Je n’ai pas de réponse. Et je ne veux même pas y répondre. C’est comme de savoir ce qui arrive à la fin. Josef plonge, normalement il meurt. Mais on ne sait jamais, j’ai bien fait un phoque qui parle ! (rires)
Ce sont les lecteurs qui décident du sort de mon personnage. En dédicace, les gens en parlaient devant moi. Une femme trouvait que ça se terminait de manière optimiste : puisque la gamine était revenue du camp, Josef allait forcément la retrouver et l’épouser. Son mari à côté lui disait qu’il était mort, point. Alors tous les deux demandaient l’avis des autres personnes ! Moi, je leur ai dit de se débrouiller… (rires)
J’étais content qu’il y ait des avis différents, qui conviennent à chacun. En général, les filles pensent à une fin heureuse, pendant que les garçons sont plus terre-à-terre et pensent à la noyade. Moi, je ne sais pas… C’est une fable.

BDE : Merci beaucoup !
MC :
Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 10 octobre 2010.

© Constant/Éditions du Lombard 2010
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*