Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Christian Durieux – Dessinateur des Gens honnêtes

Rencontre avec Christian Durieux – Dessinateur des Gens honnêtes

En cette fin d’année, nous avons tenu à revenir sur une des séries les plus marquantes de l’année. Pleine d’humanité, sa lecture est un de ces moments de bonheur qui font du bien. Nous avions eu la chance de rencontrer son dessinateur, Christian Durieux, alors qu’il était invité au festival Quai des Bulles. Après une nuit régénératrice passée en grande partie sur la plage de Saint-Malo, l’auteur belge nous a expliqué la genèse de sa série.

Chronique du Tome 2

Rencontre avec Christian Durieux

Bulle d’Encre : Bonjour ! Alors que le deuxième tome est paru récemment, nous voulions revenir sur cette belle série, et notamment son ambiance qui a beaucoup évolué. Comment avez-vous conçu ces albums ?

Christian Durieux :
Déjà, nous ne sommes pas partis sur un diptyque, comme ça a pu être dit, mais pour une série de 5 ou 6 volumes, en suivant un personnage pour lequel on a de l’intérêt. Comme dans la vie, il vit des accidents heureux ou malheureux, et on le suit parce qu’on a de l’empathie pour lui. A partir de ce moment, cette empathie est le moteur de la série. Quand tu as de la tendresse pour les gens, ça dirige le ton.
Le fil est aussi de suivre un personnage dans son évolution mais sans jamais savoir ce qu’il va devenir. D’ailleurs, comme on me l’a dit, chaque album pourrait se lire comme un one-shot et exister de manière autonome. Même nous, auteurs, nous ne savons pas encore ce que deviendra Philippe dans le tome 3 ! On sait qu’il hérite d’une librairie, mais ce qu’il va en faire, mystère. Quand on se met au travail, la question est toujours « alors, où en est Philippe ? » C’est exactement la même chose que pour un ami qu’on n’a pas vu depuis quelque temps et dont on se demande ce qu’il est devenu.

BDE : Le retrouvera-t-on ainsi à différents moments ?
CD :
Oui, on va le suivre pendant des années, avec des lumières qui seront mises sur tels ou tels autres personnages. Mais il restera le fil conducteur. L’envie qu’on a au bout du compte est, comme il va hériter de cette librairie, de le voir prendre goût à l’écriture. Pour le reste, je ne peux rien dire, nous n’en savons pas plus nous-mêmes ! Enfin, dans l’absolu, on voudrait qu’il raconte ses mémoires dans le dernier tome. On revivrait ainsi les autres épisodes selon son point de vue, avec des décalages et des petits détails qu’on n’aurait pas vus.

BDE : Pour générer de l’empathie, il faut un personnage fort. Comment avez-vous créé Philippe ?

CD :
Difficile à dire, le lien s’est en fait créé au fur et à mesure…

BDE : Pourtant, ce lien fonctionne aussi avec les lecteurs, qui apprécient Philippe autant que vous.
CD :
Tant mieux, c’est le plus beau compliment qu’on puisse nous faire ! Ce deuxième volume a été réalisé dans une telle euphorie que c’est beau quand les gens partagent ce sentiment. Philippe existe petit à petit, sa densité se développe ainsi que l’affection qu’on a pour lui. C’est tout simplement quelqu’un qu’on aime bien, nous et les gens autour de nous.

BDE : Il existe aussi parce qu’il a plein de faiblesses mais une force qui monte.
CD :
Oui, il a une certaine force intérieure, qui est due aussi à son entourage. C’est quelqu’un qui fait les bonnes rencontres quand il faut, il a les bons amis.

BDE : L’écriture sent le vrai, Philippe pourrait-il être une personne réelle que vous connaissez ?
CD :
C’est une chose que l’on voulait. Même quand il se passe des choses un peu fantasques – comme créer le métier de coiffeur de TGV – ça reste plausible. Alors qu’on voit tant de choses absurdes dans la vie… C’est presque un cliché de le dire, mais la réalité dépasse souvent la fiction.
Notre principe est vraiment de suivre la vie de quelqu’un d’humainement plausible… en fait, ça me fait bizarre de dire ça, créer un personnage « humainement plausible », car pour moi il existe tellement que la question ne se pose même pas !
Pour revenir à un hypothétique modèle vivant, c’est la raison pour laquelle on a fait cette page à la fin du tome 2 avec la biographie de l’ami libraire de Philippe. Certaines personnes me demandent en dédicace si Robert a existé, et bien non, pas du tout ! Simplement on s’y attaché, d’ailleurs c’est couillon d’avoir tué un personnage qu’on aime… (rires)

BDE : On se demande malgré tout la part de réel et d’imaginaire.
CD :
Tout est à la fois imaginaire et vrai comme la vie. Il faut savoir coller à la réalité et être aussi dans le romanesque. Aucun de nous deux, Jean-Pierre (Gibrat) et moi, ne pourrait se satisfaire de simplement retranscrire la réalité, d’être juste des témoins.

BDE : Pourriez-vous aussi vous identifier à Philippe ?
CD :
Bien sûr. D’ailleurs, l’histoire est partie sur une initiative de Jean-Pierre. Avec Jacky Berroyer, ils avaient écrit Goudard (NDR : paru en intégrales chez Dargaud), qui racontaient les aventures d’un garçon de leur âge. Des années après, Jean-Pierre avait envie de retrouver cette espèce d’osmose, en parlant d’un homme de son âge actuel. En regardant autour de lui, il a eu ces idées : on perd son boulot, on divorce, etc. Des choses très quotidiennes, qu’on n’a jamais voulu traiter avec pathos, simplement parce que la vie reprend toujours son cours. Quoi qu’il se passe, la vie est là. Dans la réalité, ce n’est hélas pas toujours le cas pour tout le monde, on aurait pu faire quelque chose de très noir…

BDE : Avez-vous toujours eu envie de garder cet optimisme ?
CD :
Oui, on s’est rendus compte avec Jean-Pierre qu’on aimait les gens, tout bêtement. Si tu aimes les gens et que tu fais attention à ce qui se passe autour d’eux, tu verras qu’il peut leur arriver plein de choses passionnantes et riches et qu’il y a une sacrée vitalité chez tout le monde, même chez les plus désespérés. On est tous des petits aventuriers de la vie ! On doit tous se frotter à la vie, avec ses propres armes et ses bagages.

BDE : Comme on a pu le voir dans vos autres séries comme Félix ou le grand non et Appelle-moi Ferdinand, vous semblez aimer ces personnages ordinaires qui savent se battre ?

CD :
Absolument, j’aime bien les gens qui font le mieux possible avec la vie. C’est même le sens du titre Les Gens honnêtes. Ils ne sont pas complètement honnêtes au sens littéral – ils peuvent piquer des bonbons dans un magasin – mais ils appréhendent la vie de la façon la plus honnête qu’ils le peuvent. Faire ce qu’on peut avec ses moyens, en respectant et en aimant les autres, c’est le moteur.

BDE : Comment avez-vous travaillé au niveau graphique ?
CD :
Pour la recherche, ça s’est passé comme dans une conversation de bistrot, comme si on parlait d’amis communs : « Tu as vu Philippe ? Comment va-t-il depuis qu’il a perdu son boulot ? – Ça va mieux, l’autre jour il était dans le train et il lui est venue une idée… »
Les choses viennent de façon naturelle, elles coulent assez bien. Du coup, graphiquement, ça coule aussi. J’avais juste une petite frustration – qui m’est tout à fait personnelle – après le premier volume, puisque je trouvais que j’avais été pingre. Je trouvais que le dessin était un peu pauvre alors qu’on aimait beaucoup ce personnage et qu’on avait envie de raconter beaucoup de choses autour. Je voulais que le deuxième soit beaucoup plus généreux, avec plus de cases pour laisser de la place à des moments de silence. Ce sont des petits moments très denses qu’on n’a pas besoin de nourrir par du dialogue. Encore une fois, ça suit la vie : il y a des choses très intenses – on peut raconter 5 ans en deux pages – et des instants où le temps se dilue.
Comme dans une scène que j’ai adoré faire, celle où ils se retrouvent en famille à la campagne, avec la grand-mère. Elle est comme ces personnes âgées qui sont sorties du rythme du monde, tout bouge très vite autour mais eux sont dans un autre temps. Cependant, ils voient tout et la grand-mère aussi, ses enfants vont très vite et lui demandent si elle va bien; alors elle répond « oui, je vous regarde. » C’est un moment qu’on connait tous, quand on prend du recul et qu’on est simplement heureux d’être là. On n’est pas dans le mouvement, mais on en profite et on s’en nourrit.

BDE : Y a-t-il des anecdotes qui vous ont servi ?
CD :
Pas forcément, mais l’idée du coiffeur dans le train est arrivée à Jean-Pierre. Il s’y embêtait et s’est dit qu’il profiterait bien de ce moment pour se faire couper les cheveux alors qu’il oublie tout le temps de prendre rendez-vous. On a depuis entendu dire qu’il y avait des coiffeurs sur le quai de la gare Montparnasse ! Ça prouve bien qu’on peut être fantasque sans sortir de la réalité.

BDE : Vous avez donc fini l’album sans connaître la prochaine direction ?
CD :
Oui. Quand on a commencé le deuxième, on avait Philippe avec une somme qu’il avait extorquée. On s’est demandés ce qu’il pouvait en faire, sachant que c’était coquet mais vite dépensé – même si c’est obscène à dire, on n’a pas tous autant d’argent. Mais on ne construit pas une vie avec ça. Et c’est là que la crise est tombée. A point ! (rires)
Si on a tout perdu au boursicotage, que peut-on inventer ou faire pour gagner sa vie ? Dessinateur de BD ? Heu non, ça ne gagne pas…

BDE : Vous vous laissez donc du temps pour imaginer la suite ?
CD :
Absolument. Philippe a cette librairie, mais va-t-il la garder, est-ce que la campagne va lui plaire, va-t-il s’y embêter ou coucher avec la femme du maire ? On n’en sait rien, tout peut arriver. Comme à nous après cette interview, on ne sait pas. On peut rencontrer une personne qui va tout changer dans notre vie ou se faire renverser par une voiture (NDR : Ouf, non !).

BDE : Merci beaucoup !
CD :
Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 9 octobre 2010.

© Dupuis/Durieux/Gibrat
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*