Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Alain Henriet – Dessinateur de Golden Cup et Damocles

Rencontre avec Alain Henriet – Dessinateur de Golden Cup et Damocles

Pour notre première interview de l’année, nous vous invitons à rencontrer Alain Henriet, un auteur belge qui ne manque pas de projets comme vous pourrez le constater. Entre la conclusion de deux séries et la création d’une autre – prometteuse – avec Yann, le dessinateur compte son temps. Mais il a accepté de nous en parler avec beaucoup d’enthousiasme et sans langue de bois.

Retrouvez les premières pages et la bande-annonce du Tome 5 de Golden Cup en fin d’interview.

Rencontre avec Alain Henriet

Bulle d’Encre : Bonjour ! A l’heure où nous parlons (NDLR : à l’occasion du festival Quai des Bulles en octobre dernier), votre dernier album vient tout juste de sortir.

Alain Henriet : Oui, cette semaine exactement. Mais pour moi, il est fini depuis plus de 6 mois. La sortie a été décalée, je ne sais pas trop pourquoi. Mais à un moment donné, c’est long. Généralement, on attend 3 mois, ce qui fait que j’ai un peu oublié ce bouquin. Entretemps, il s’est passé beaucoup d’autres choses.

BDE : Vous avez beaucoup avancé sur la suite ?
AH : En fait, j’ai fini le tome 3 de Damocles et j’ai même commencé le 4 qui sera le dernier de la série. J’ai téléphone à mon scénariste sur Golden Cup pour savoir où il en était. Je devrais avoir le scénario d’ici deux mois pour entamer là aussi le dernier album de la série.

BDE : Vous avez donc bien réussi à alterner Damocles et Golden Cup ?
AH : Oui, c’est devenu régulier depuis 2/3 ans. Il me faut environ 8 mois pour un album et des choses viennent les entrecouper. Par exemple, il y a deux ans, Yann m’avait appelé car on venait de lui confier la reprise de Buck Danny. Il cherchait quelqu’un depuis un an et pensait que mon dessin collerait parfaitement. On en a discuté longtemps, je n’étais pas chaud au début et je me suis finalement dit « pourquoi pas ? » J’ai passé deux bons mois à gratter là-dessus, il fallait trouver les personnages, faire les recherches et les planches. Autant de temps où je ne pouvais pas me consacrer à une de mes deux séries.

BDE : Qu’est-il advenu de ce projet ?
AH : Dupuis et Dargaud étaient d’accord, mais le fils et héritier a finalement décidé de refuser, au dernier moment… Il trouvait que ça faisait trop pin-up, alors que ce n’était pas le cas. On avait choisi de ramener Buck Danny dans les années 40, pendant la deuxième guerre, et ça le fils n’a pas voulu. Lui voulait continuer dans l’actualité, il voulait que ça se poursuive dans la même ligne. Le projet est donc totalement tombé dans la poubelle. 3 mois perdus, je n’avais pas vraiment connu ça ! C’est frustrant.
Ce qui en a découlé quand même, c’est qu’on a monté un projet pour la suite avec Yann.

BDE : Pourrez-vous en réutiliser quelques idées ?
AH : L’époque surtout. De toute façon, je voulais vraiment bosser avec Yann. Je ne le connaissais pas mais c’est un gars qui bosse sur beaucoup de projets très différents, et qui est très ouvert, très honnête et très clair. On s’est vite entendu là-dessus et on a réussi à mettre sur pied un nouveau projet que Dupuis a accepté tout de suite et qui arrivera quand j’aurai fini le reste. Car j’ai tout de même passé 6 mois à préparer – 3 mois pour Buck Danny et 3 pour cette nouvelle série – et c’est long.

BDE : C’était aussi un bon moyen de ne pas avoir tout perdu ?
AH : Oui, mais ce n’est pas grave. On oublie et on passe à autre chose. Ça a abouti à autre chose, à un beau projet avec Yann. Maintenant, quoi qu’il arrive, je sais ce qu’il y aura derrière la fin de mes séries puisque dans quelques mois Damocles et Golden Cup seront terminées pour moi.

BDE : Ce projet sera une série longue ?
AH : Avec Dupuis, on a décidé de partir sur deux albums. Mais, comme dit Yann, l’ambition n’est pas de n’en faire que deux. On envisage donc une série de diptyques. C’est plutôt agréable de savoir ça, quand on voit combien de séries sont arrêtées en cours, même chez Dupuis.

BDE : C’est le cas de Damocles ?
AH : Un peu, car on voulait aller au moins jusqu’au tome 6, les derniers albums étant les plus importants. Mais comme ça fonctionnait par deux, on a pu aller jusqu’au 4 et terminer plus ou moins comme on le voulait.

BDE : Rien ne vous empêchera éventuellement d’y revenir plus tard ?
AH : On en a parlé, en se demandant si c’était possible. Peut-être dans 3/4 ans ou si ça intéresse un autre éditeur, on ne sait pas trop. Dans l’état actuel, pour nous c’est fini et on passe à autre chose. Mais comme ça arrive que des séries renaissent, on laisse la porte ouverte…

BDE : Quid de Golden Cup ?
AH : C’était dans le flou aussi. Ça devait d’abord être en cinq tomes puis il a fallu en faire un sixième. C’était d’ailleurs marqué dans le tome 4 « suite et fin au prochain » ! J’avais mis ça en étant persuadé de ce fait. Quand Daniel Pecqueur m’a dit qu’il devait y en avoir un autre, j’ai rappelé que j’avais signé un contrat pour cinq volumes. On s’est repenché sur ces contrats et j’avais raison, mais l’écriture du 5 était très avancée et jamais il n’aurait pu conclure la série. Alors ok, on est reparti pour un autre, il fallait bien le faire. Jamais je n’aurais pu laisser la série dans le vide.

BDE : La motivation est-elle toujours là ?
AH : Bien sûr, je connais tellement le truc par cœur. Pour l’instant, je n’ai pas reçu le scénario mais ce n’est pas un souci. Le fait de faire autre chose en parallèle permet aussi de retrouver un univers différent avec plaisir. C’est agréable de pouvoir s’y replonger en maitrisant tout puisque plusieurs albums ont déjà été faits. On y revient très facilement, surtout qu’on veut y résoudre tout ce qu’il y a à résoudre, comme on se l’est dit avec le directeur de collection. On ne veut pas ouvrir de nouvelle porte. Je veux que tout soit clos et cohérent jusqu’au bout, même si ce n’est pas le scénar de l’année.
Daniel a lancé une idée qui n’est pas bête – reste à voir si c’est faisable – et qui serait de faire trois one-shots dans le principe de Michel Vaillant, c’est à dire trois albums indépendants et ponctuels qui mettraient en avant trois circuits bien précis : Le Mans, Monaco et Indianapolis. Même moi ça m’intéresserait, car ça pourrait être marrant d’imaginer un circuit du Mans futuriste.

BDE : Et vous auriez le plaisir de retrouver un univers familier entre deux autres projets.
AH : Absolument. Mais tout ça est pour l’instant entre parenthèses, même si pour moi c’est une bonne idée. Et ça m’évite l’angoisse du vide, j’aurais plutôt l’angoisse de ne pas savoir gérer tout ça ! (rires)
En ce moment, je dois tout calculer, le temps que je passe sur une planche, combien d’autres je dois rendre à quel moment… C’est devenu ça.

BDE : Sur Golden Cup, on a senti une grosse évolution de votre dessin. Comment le ressentez-vous ?
AH : C’est vrai que le premier est sympa quand je le feuillète, mais je me sens très coincé. On était venu me chercher pour le faire et on peut sentir que je me retrouve dans quelque chose que je ne connais pas tellement. J’avais dit oui mais la SF – tout en aimant bien – je ne me sentais pas forcément capable d’en faire aussi bien que d’autres. Je m’étais dit : « les voitures c’est pas mon truc mais allons-y quand même ! »
Avec le temps, les voitures ne m’intéressent pas plus mais je maitrise mieux. Grâce à internet, on peut trouver très facilement tout ce qui existe ou qui pourrait exister. Heureusement on a été aussi beaucoup aidé par Manchu, mais au fur et à mesure j’ai appris à le faire, avec beaucoup de documentation. Maintenant je fais beaucoup plus de design, parfois je transforme les siens pour rendre le dessin plus personnel. Manchu a un côté design futuriste des années 50, c’est sympa mais un peu rétro.
De manière générale, je cherche des éléments réels très techniques – l’agencement des pneus par exemple – que j’introduis dans la masse du véhicule. Ça donne un aspect crédible à l’ensemble. En tout cas, j’essaie…

BDE : Tout ça sans être amateur de mécanique ?
AH : Ben oui, c’est le boulot. Je suis dedans alors je dois m’y intéresser. Mais je l’ai fait parce qu’il s’agit de science-fiction. Si la série s’était passée de nos jours, je ne l’aurais pas réalisée car ça m’aurait ennuyé profondément. Il aurait fallu être très fidèle, avec les bons boulons à la bonne place, etc. Moi, je ne suis pas attentif à tout ça. Dans la SF, on peut se permettre des fantaisies sans que personne s’en plaigne. Avec le recul, je vois des véhicules dans la série qui ne tiennent pas mais ce n’est pas choquant puisqu’ils n’existent pas !

BDE : Pouvez-vous nous parler du changement de coloriste sur ce dernier tome ?
AH : Je trouvais en fait que Pierre Schelle mettait beaucoup trop d’effets. Pour moi, ça noyait totalement le dessin, il se perdait derrière la couleur et je n’aimais pas cette fausse 3D. J’ai donc voulu prendre la coloriste de Damocles, Usagi, à qui j’ai demandé que les couleurs soient vives pour que le changement ne choque pas. Je suis donc revenu à ce que je fais vraiment, j’ai épaissi mon trait à l’encrage et mis plus de noir dans mes pages.
Au début, il avait fallu m’adapter à Golden City, mais je trouvais qu’on y perdait et les planches devenaient vides. Au tome 3, c’était n’importe quoi, il fallait arrêter. Schelle aimait quand il n’y avait que du trait mais ce n’était plus moi, parfois aussi il m’enlevait des masses de noir… J’avais l’impression que le coloriste passait en premier et qu’il prenait ma place.
J’ai essayé d’améliorer le système au tome 4 mais il fallait changer au 5. Du fait, j’avais tendance à lever le pied. Comme j’avais passé un an sur Damocles, en faisant comme je voulais, j’ai envoyé un mail en demandant à changer de coloriste. Je m’attendais à une longue discussion mais on m’a dit ok. Si ça avait été un refus, j’aurais repoussé l’album d’un an encore. (rires)
Bref, j’ai pu mieux gérer les couleurs et faire ce que je fais le mieux. Car ça reste mon dessin. Je ne suis pas Nicolas Malfin et je voulais voir « mon » bouquin. Et j’en suis très content car je me suis appliqué. En voyant les planches, Usagi a regretté de ne pas avoir colorisé les précédents car il y a beaucoup plus de détails dans les pages. Je suis heureux de voir aussi en dédicace que certains lecteurs avaient bien vu les changements. Bien sûr, les tomes 3 et 4 se déroulent beaucoup dans la neige et ce dernier en Chine, avec beaucoup de décors, mais la différence est nette. Ceci dit, ça me fait aussi plaisir quand on n’y fait pas attention !
Ce qui m’a le plus étonné, c’est quand chez Delcourt on m’a dit que le tome 5 vieillirait moins vite. Sans être spécialement d’accord, même si eux ont plus d’expérience, je pense que ce style de colorisation va rapidement être typique des années 90/2000. Le dernier sera moins marqué dans le temps. Schelle et Rosa savent tout faire avec la couleur mais ils le montrent en risquant parfois la surabondance.

BDE : Damocles vous a donc fait beaucoup de bien ?
AH : Oui, j’avais une totale liberté. Le contrat avec Dupuis était de me laisser 100% peinard ! Je pouvais faire n’importe quoi mais je voulais prouver que je pouvais bien faire à mon idée. Je voulais montrer mon travail d’une série à une autre, sans qu’on se dise que c’était le même dessinateur, et garder une cohérence sans copier mon style.
Ce sera le même principe pour le projet avec Yann. J’ai aiguillé la coloriste, mais elle travaille exactement comme j’aime. Je lui ai indiqué ce que j’appréciais dans son travail mais je l’ai laissée bosser de son côté, hormis les données nécessaires sur les zones d’ombres. Pour les premières pages seulement, car elle a vite compris comment faire pour la suite.

BDE : Merci pour tous ces renseignements et rendez-vous à la sortie de cette nouvelle série !
AH : Merci beaucoup à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Anna Sam.

Interview réalisée le 8 octobre 2010.

Premières planches du Tome 5 de Golden Cup

Cliquez ci-dessous pour voir la bande-annonce :


© Guy Delcourt Productions/Pecqueur/Henriet pour Golden Cup
© 2011 Dupuis/Callède/Henriet pour Damocles
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*