Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Sean Phillips – Dessinateur de Incognito

Rencontre avec Sean Phillips – Dessinateur de Incognito

« J’ai su que je faisais une erreur avant même de coller le premier pain. Bordel, j’ai su que je faisais une erreur quand j’ai senti l’impact du gravier écrasé sous mes chaussures… Mais c’était trop tard pour m’arrêter. Et je dois reconnaître… que parfois, ça fait du bien de faire une erreur, putain. »

Un petit événement marquait cette année les récompenses du FIBD d’Angoulême puisque, pour la première fois, une série issue du catalogue Marvel était nominée. Pour l’occasion, Delcourt avait invité le dessinateur anglais Sean Phillips, déjà auteur du remarqué Marvel Zombies. Pour nous parler de cet honneur et du développement de cet excellent comic book, nous sommes allés à sa rencontre dès son arrivée sur place.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Incognito fait partie de la sélection officielle d’Angoulême, un honneur assez rare pour un comic book.
Sean Phillips : Absolument, j’en ai été très surpris ! C’est en plus le tout premier album de chez Marvel à avoir été nominé ici.

BDE : Pensiez-vous que ce titre allait autant plaire en Europe ?
SP : Non, pas vraiment. Nous savions que la série serait publiée en France, car Delcourt avait déjà édité Criminal, qui avait reçu un bon accueil. Mais Incognito parle de super-héros, et ce n’est pas tout à fait la culture européenne. Malgré tout, c’est un genre qui plait et nous ne le traitons pas comme les autres.

BDE : Delcourt semble beaucoup apprécier votre style puisque vous aviez aussi dessiné 7 Psychopathes. Est-ce pour vous un signe de confiance ?
SP : Oui, et c’est très agréable.

BDE : Pourriez-vous retravailler pour eux directement ?
SP : A vrai dire, c’est sur le point de se faire ! Il s’agit d’une histoire de science fiction, ce que je n’ai jamais encore fait. Je prends ça comme un défi, j’aurais beaucoup de choses à apprendre sur le sujet.

BDE : Pas trop fan de SF ?
SP : Non, pas tellement. J’en lisais beaucoup étant enfant, mais j’ai un peu laissé tomber depuis.

BDE : Ce projet sera-t-il avec un scénariste français ?
SP : Oui, malheureusement je ne me souviens plus de son nom exact, pardon ! (rires)

BDE : Est-ce pour vous différent de travailler avec des auteurs anglo-saxons ou français ?
SP : Un peu. Je suis surtout habitué à travailler avec des scénaristes américains. Leur façon de raconter des histoires est très différente de la manière dont le font les Français. Je m’en suis rendu compte avec 7 Psychopathes. En France, il y a bien moins de pages pour une histoire mais tout est plus dense. Il y a plus d’image dans une planche, plus de détails dans les décors et donc beaucoup de travail de recherche… Dans les comic books, tout doit sortir de l’image et exploser à la face du lecteur, avec des gros plans sur les personnages. C’est bien plus rapide à dessiner.

BDE : Malgré tout, vous appréciez ces deux méthodes.
SP : Bien sûr, j’ai toujours apprécié le changement. Passer d’une technique à une autre, d’un style à un autre, c’est très excitant.

BDE : Certains auteurs, comme Niko Henrichon pour Hostile, n’ont toutefois pas pu s’habituer à la méthode européenne. Ça ne semble pas être votre cas ?
SP : Non, car tout s’est très bien passé avec 7 Psychopathes. Je comprends que ça puisse arriver car, dans la BD française, il y a énormément de sujets et de genres différents. On peut se sentir dépassé car dans le monde des comics, sorti des super-héros, le choix est très restreint. Ici, j’apprécie qu’on puisse demander à travailler sur n’importe quoi, western, SF, tout ce qu’on veut !

BDE : Connaissez-vous un peu ce qui se fait en France ?
SP : Malheureusement je n’arrive pas à lire le français, alors ça m’empêche de lire des livres. Je ne peux choisir des bouquins que par leur dessin. J’ai lu quelques BD traduites en anglais, comme celles de Bilal ou de Druillet. Du coup, je m’intéresse aux albums pour leur dessin, même aux Etats-Unis je ne les achète pas pour leur histoire…

BDE : C’est dommage qu’il n’y ait pas plus de rapprochement entre la France et la Grande-Bretagne alors que ces pays sont si proches.
SP : Oui, tout est une question de langue. Nous ne parlons pas le français, alors nous nous tournons vers les Etats-Unis. Là-bas, tout s’y fait aussi beaucoup plus vite. Il y a beaucoup de travail et les agendas sont clairement définis. Par exemple, quand on voit le nombre de pages auxquelles ont eu droit Robert Kirk et Charlie Adlard pour Walking Dead, on se demande de quelle manière ils auraient pu écrire leur histoire sur des albums de seulement 46 pages…

BDE : Exact. Vous êtes aussi l’auteur des premiers tomes de Marvel Zombies, pouvez-vous nous parler de ce projet complètement fou ?
SP : Je me suis beaucoup amusé à faire ça, spécialement le premier volume. On m’a laisse faire tout ce que je voulais, ce qui est un luxe. J’ai vraiment aimé participer à cette histoire. Je ne suis pas certain que j’aurais accepté de faire une aventure de super-héros ordinaire, peu d’entre eux m’intéressent vraiment. Ce n’est pas trop mon style, hormis Batman peut-être, pour son côté sombre. C’était donc très sympa de pouvoir en faire ces monstres sans morale !

BDE : Était-ce aussi une récréation entre deux albums noirs ?
SP : Oui, j’essaie toujours de varier les projets. Je n’aime pas faire toujours les mêmes choses, les mêmes ambiances, etc. Lorsque je suis sur un album, j’aime bien essayer des croquis de styles très différents, des décors de western, des trucs du genre Lara Croft ou Indiana Jones. Ça me permet ensuite de revenir à des buildings modernes sans me lasser.

BDE : Avez-vous eu le temps de visiter le festival ?
SP : Pas encore, je suis arrivé il y a moins d’une heure ! Je pense que je vais prendre le temps de faire un tour avec Charlie Adlard, on a prévu de se retrouver pour assister aux remises de prix. J’ai bien tenté de regarder quelques albums en vente mais c’est difficile quand on voit comme certaines séries sont longues. Alors j’en pioche certaines, toujours en regardant le dessin. Toutes les couvertures sont sympa mais parfois le contenu est décevant.

BDE : Comment jugez-vous Angoulême par rapport à des conventions américaines ?
SP : J’étais à San Diego l’an dernier, c’est bien trop grand. Le festival s’oriente trop vers la télé et le cinéma, et moins vers les comics. Ici, j’apprécie car ce n’est consacré qu’à la BD. On a bien vu de la promotion pour le film Largo Winch 2, mais ce n’est pas grand chose par rapport au reste, c’est un événement mineur. Tout semble fait pour que la BD reste en vedette.

BDE : Merci beaucoup, c’était un plaisir !
SP : Merci à vous.

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 28 janvier 2011.

Premières planches du Tome 1

Extraits du Tome 3

© Guy Delcourt Productions/Marvel/Brubaker/Phillips
Photos © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*