Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Trevor Hairsine – Dessinateur du Casse

Rencontre avec Trevor Hairsine – Dessinateur du Casse

« Il me parle de la mort d’un père, fait un inventaire complet des protections de son ancien maître… Des bijoux, des parures anciennes de la Maison des Hohenzollern… Il me met en garde contre le seigneur des lieux, me parle de ses méthodes… Ça ressemble aux vieilles légendes, donjon, trésor et monstre. J’ai lu des rapports concernant le monstre en question. Ça n’a rien de féérique. »

Venu à Angoulême avec son compatriote Sean Phillips, que nous vous avons présenté récemment, Trevor Hairsine présentait son album de la série Le Casse. Avec beaucoup de gentillesse, il est revenu sur cette expérience française et sa découverte du marché continental, bien loin de ses précédents travaux pour 2000AD ou Marvel.

Chronique du Tome 6

Bulle d’Encre : Hello ! C’est votre première venue à Angoulême, que pensez-vous du festival ?
Trevor Hairsine : C’est immense ! J’avoue ne jamais être allé à une convention de cette ampleur.

BDE : Pas même aux Etats-Unis ?
TH : Non, je n’ai jamais été invité à un festival américain, je connais surtout la convention de Leeds, qui n’est pas loin de chez moi. C’est donc très peu habituel pour moi.

BDE : Vous êtes ici entouré de BD européennes, en connaissez-vous quelques-unes ?
TH : Oui, certaines. Mais je suis toujours épaté par l’industrie que c’est devenu, quand on voit tous ces albums et tous ces auteurs ensemble. Surtout quand on compare à la production britannique… Il y a pourtant de très bons auteurs, mais rarement – pour ne pas dire jamais – édités en Grande-Bretagne.

BDE : Ce sont pourtant des auteurs britanniques qui ont donné un nouveau ton aux récents comics. Alan Moore ou Mark Millar ont révolutionné le genre.
TH : Oui, c’est vrai, ce sont des types incroyables.

BDE : Vous avez aussi participé à cet apport de talent, comme par exemple sur Ultimate Nightmare. Comment était cette expérience ?
TH : Excellente mais étrange, car je ne suis pas un très grand connaisseur de l’univers Marvel. Et je n’y ai pris qu’une petite part, seul dans mon atelier à l’écart de tout !

BDE : Après avoir travaillé pour Marvel, voilà un album chez Delcourt. J’imagine que c’est très différent.
TH : Oui, mais pas autant qu’on peut le croire. Je trouve qu’il y avait une ambiance très familiale chez Marvel, que j’ai beaucoup appréciée pendant sept ans de collaboration. Et c’est assez semblable chez Delcourt, les gens sont très agréables et sympathiques. J’ai tout de suite eu de très bons contacts avec les responsables.

BDE : Et au niveau des conditions de travail ?
TH : Là, c’est un peu différent. Ça m’a rapproché de ce que je faisais pour le magazine 2000AD – quand j’y dessinais Judge Dredd entre autres – avec des formats plus grands, plus larges, les pages étant quasiment de la même taille qu’en France. Je me suis donc très vite réadapté.

BDE : Pourquoi les auteurs britanniques n’arrivent donc pas à être plus connus en France ?
TH : Je pense qu’il y a tout simplement trop peu de production propre à nous, comme je le disais. Il y a 2000AD… et rien d’autre ! Donc on travaille avec les Etats-Unis.

BDE : Et pourquoi pas plus en France ?
TH : Pour une seule raison : la langue. Ce n’est même pas une question de culture. Je vois mon exemple personnel, mon français est « assez horrible et misérable » (NDR : en français dans le texte !). Je crois que trop peu d’auteurs britanniques pourraient bien collaborer dans une autre langue, ça élimine donc cette possibilité. Mais c’est dommage, ils gagneraient vraiment à travailler avec des éditeurs français.

BDE : Le message va passer, si certains d’entre eux cherchent de bons dessinateurs ou scénaristes !
TH : Je sais que Thierry Mornet (NDR : responsable du catalogue comics de Delcourt) travaille justement beaucoup avec les Américains et tous ceux qui travaillent là-bas. C’est comme ça qu’on s’est rencontrés.

BDE : Alors que géographiquement aussi, vous êtes très proches.
TH : Bien sûr. Moi qui habite près de Newcastle, je n’ai eu besoin que de 2h30 d’avion pour venir jusqu’à Angoulême, c’est génial ! On a même eu quelques soucis avec mon billet, qui a été perdu par UPS, et en quelques heures tout était réglé et j’étais en partance. C’est tellement simple.

BDE : Vous avez travaillé avec de très grands scénaristes. Que pouvez-vous nous en dire ?
TH : C’est vrai que j’ai eu de la chance : John Wagner, Brian Bendis, Warren Ellis… J’ai adoré travaillé avec Brian (NDR : sur Ultimates), c’est mon scénariste préféré. Sa façon d’écrire, ses idées, tout est fantastique avec lui.

BDE : Qu’avez-vous pensé d’Hérik Hanna, avec qui vous avez réalisé L’Héritage du Kayser ?
TH : C’était très bien, très agréable. C’est un scénariste prometteur et j’étais heureux de voir que l’album avait été plutôt bien accueilli.

BDE : Étiez-vous libre en terme de graphisme ?
TH : Oui et non. J’avais une certaine liberté dans le cadre mais, comme pour toutes les BD françaises, il faut un maximum de détails. Il faut vraiment un focus et une composition particulière dans le découpage et la réalisation des planches. Dans les comics américains, on peut se contenter de faire des visages, avec beaucoup de gros plan et des décors vides. Là, l’image doit être plus globale, et c’est intéressant et sympa à faire !

BDE : Aviez-vous lu les tomes précédents ?
TH : Je crois que j’avais pu voir Diamond, le premier, avant de commencer mon album. Mais je n’ai hélas pas vu les suivants.

BDE : Une nouvelle collaboration avec la France est-elle possible ?
TH : Oui, bien sûr, j’en serai ravi ! Mais rien pour l’instant, on verra.

BDE : Quel programme avez-vous planifié sur Angoulême ?
TH : De longues séances de dédicace, un peu de repos… Je vais jeter un œil sur les dernières sorties, j’ai déjà aperçu Le Vent dans les saules, un grand classique chez nous. Je crois que je l’achèterai pour ma fille, elle sera surement capable de le lire en français. Et j’espère qu’elle me le traduira ! (rires)

BDE : Merci beaucoup !
TH : C’était un plaisir !

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 28 janvier 2011.

© Guy Delcourt Productions/Hanna/Hairsine
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*