Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Olivier Dauger – Dessinateur de Ciel en ruine

Rencontre avec Olivier Dauger – Dessinateur de Ciel en ruine

Olivier Dauger présentait à Angoulême le quatrième tome de Ciel en ruine fraîchement sorti. Nous sommes donc allés à la rencontre du dessinateur afin qu’il nous parle de l’avenir de la série ainsi que de ses projets à venir.

Chronique du Tome 4

Bulle d’Encre : Bonjour Olivier. Déjà le 4ème opus de Ciel en ruine, quel bilan tires-tu de cette aventure dont le premier cycle s’achève au prochain album ?
Olivier Dauger : Depuis 2007, les ventes ont connu une progression régulière, on a réussi à accrocher un public et à le fidéliser, ce qui nous permet d’atteindre en moyenne 20 000 ventes par album. Le fait d’avoir réussi à fidéliser un lectorat est un aspect très encourageant quand on est auteur. Nous avons évolué au niveau de la maquette, nous avons densifié les pages sur les trois derniers albums et nous allons aérer un peu plus sur le cinquième et dernier tome. Je vais changer de technique dès le prochain album, j’abandonne le travail à l’ordinateur pour revenir à une technique plus traditionnelle. D’ailleurs je vais déléguer la couleur à un coloriste que je n’ai pas encore trouvé, donc si jamais l’un d’entre eux lit cette interview et souhaite effectuer des essais…

BDE : Ce quatrième opus se déroule essentiellement au sol, le récit imposait-il ce genre de passage obligé afin de montrer l’état de l’Allemagne ou bien était-ce un souhait de ta part ?
OD : C’était pour montrer l’état de chaos total de l’Allemagne en 1945. En fait, la poche de Poméranie était encerclée par l’armée rouge et tout ce que l’on raconte dans l’album a existé, je pense par exemple à la division Charlemagne, ces Français qui ont été dans la division SS et dont les derniers membres ont fini à Berlin pour protéger le bunker de Hitler. Même si le côté scénaristique s’y prêtait, cela me faisait plaisir également de faire autre chose que des nuages et des vues à 3000 mètres de haut. On voulait montrer cet aspect-là de la guerre.

BDE : On annonce ta participation à la collection Calandre toujours en collaboration avec Philippe Pinard. Peux-tu nous en dire plus sur ce projet ?
OD : Philippe Pinard est tout comme moi passionné par l’automobile et plus généralement par tout ce qui est mécanique. Il avait envie de traiter des Porsche des années 50, donc nous préparons actuellement un album qui va se passer dans l’univers du rallye automobile de cette époque et plus particulièrement au sein des écuries Porsche. L’action se déroulera en 1955 avec l’apparition des premières Carrera. Notre but est de faire quelque chose de différent par rapport à ce qui a déjà été fait à ce jour. Il s’agira d’une histoire en deux tomes mais rien n’empêchera par la suite de faire vivre ces personnages dans d’autres aventures.

BDE : Enchaînes-tu directement avec cet album avant de conclure le premier cycle de Ciel en ruine ?
OD : En fait, j’ai déjà commencé à travailler sur le projet de la collection Calandre. Je vais donc réaliser cet album avant de conclure le premier cycle de Ciel en Ruine. Tout comme pour le cinquième opus de cette série, je vais confier la couleur à un coloriste, ce qui va me permettre de gagner du temps et en théorie chaque album devrait être bouclé en 7-8 mois. A priori l’album sur les Porsche devrait sortir au mois de septembre et le dernier Ciel en ruine suivra en avril ou en mai 2012.

BDE : Au gré des rencontres en festival, comment juges-tu ton public ? Est-il uniquement composé de fanas d’aviation ou est-ce que, au contraire, des personnes n’ayant pas spécialement un attrait pour ce genre se sont laissés convaincre ?
OD : Il y a une grosse majorité d’amateurs d’aviation qui ne sont pas forcément amateurs de BD à la base, on compte également parmi notre lectorat les amateurs de BD et d’aviation à la fois et le reste des ventes est principalement constitué d’achat dans un but d’offrir. Quand une femme achète l’album, c’est rarement pour le lire mais plus généralement pour l’offrir à son mari, son fils. Les lecteurs de Ciel en ruine sont composés à 95% d’hommes voire plus. Quant à l’âge de mes lecteurs, cela varie de 15 ans à 75 ans, d’année en année on retrouve les mêmes lecteurs. En comparaison, le lectorat de Romain Hugault est plus féminin que le mien car il représente plus de femmes. Petite information : il y aura une petite Polonaise dans le tome 5 de Ciel en ruine mais cette apparition n’a pas pour but de rajouter forcément du glamour.

BDE : Un second cycle est-il envisagé ?
OD : Je pense que dans quelques années on fera une suite, mais avant cela j’ai d’autres projets que j’aimerais réaliser. Cela permettra de couper un peu avec cette série et de revenir avec beaucoup d’envie.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 28 janvier 2011.

© Paquet 2011/Pinard/Dauger
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Un Commentaire

  1. Posté 30 mars 2011 at 21 h 20 min | Permalink

    Bonjour, et bravo pour le dessinateur ! J’aimerais savoir si comme la série Le grand duc, vous envisagez de sortir l’intégral de ce premier cycle sous la forme d’un coffret ? Quel beau cadeau que cela ferait! Cordialement Aline.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*