Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Brice Bingono – Dessinateur de Pavillon Noir

Rencontre avec Brice Bingono – Dessinateur de Pavillon Noir

« Pourquoi crois-tu que mon grand-père pourra t’aider?
– Parce qu’il sait voir au-delà des mots… parce que c’est un sorcier… parce que je sens qu’une aura surnaturelle entoure cet objet…
– Tu es dingue, Dan!
– Peut-être! Mais la personne qui m’a confié cette carte ne l’était pas, et je suis à peu près certain qu’une fortune est dissimulée à cet endroit! »

Comme vous l’avez remarqué avec notre habillage spécial Pavillon Noir, nous avons eu un coup de cœur pour cette nouvelle série. Pour nous parler de cette BD de pirates pleine d’aventures et de rebondissements, nous avons posé quelques questions à Brice Bingono.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières planches du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Pavillon Noir est ta dernière création, comment en es-tu venu à ce projet ?
Brice Bingono : Après la série Le Passeur, j’ai pris contact avec Jean Wacquet, des éditions Soleil. J’avais très envie de changer de registre et Jean a eu la très bonne idée de me présenter Corbeyran. Comme j’habitais pas très loin de chez lui, nous avons pu nous rencontrer dans son atelier à Bordeaux. Comme dit Éric, « le courant est passé tout de suite », et nous avons choisi ensemble de partir sur une histoire de pirates.

BDE : De nombreux auteurs ont un jour dessiné un récit de piraterie, malgré la difficulté. Qu’y a-t-il dans ce registre de si attirant pour un dessinateur ?
BB : Tout le monde a, au moins une fois dans son enfance, vu, lu ou entendu une histoire de pirates. On en a tous rêvé. C’est un univers empreint de magie, de mystères et d’aventures, j’irais même jusqu’à dire que c’est un univers incontournable. Alors quand on a l’occasion de pouvoir en dessiner une, on fonce !

BDE : Comment as-tu fait pour te démarquer au maximum des autres séries de pirates ?
BB : Je n’ai pas cherché à me démarquer des autres séries, tout ce qui compte pour moi c’est que le lecteur « en ai pour son argent ». Si en terminant l’album, il attend impatiemment la suite, alors le pari est gagné.

BDE : Après les avions sur Le Passeur, vas-tu devenir un spécialiste des bateaux ?
BB : Sans mauvais jeu de mots, j’aborde les bateaux différemment des avions. Je n’ai pas la contrainte de la précision et de la justesse historique, qui sont un réel problème pour moi, et qui étaient attendues par de nombreux fan d’aviation. Du coup j’ai beaucoup de plaisir à dessiner les bateaux !

BDE : Quelle documentation as-tu recherchée pour représenter l’époque ?
BB : Des films et des livres sur la piraterie. Il y en a à foison. Le choix est large !

BDE : Travailler avec Corbeyran semble souvent enrichissant pour un dessinateur. Es-tu d’accord avec ça ?
BB : Mon banquier l’espère ! Ah, ce n’est pas de cet enrichissement que vous parlez ? (rires)
Bien sûr que c’est enrichissant de travailler avec Éric. C’est la première fois que je m’épanouis dans mon travail, sans me sentir étouffé.

BDE : Pavillon Noir mêle plusieurs genres, en touchant aussi un peu au fantastique. As-tu participé à cette création ?
BB : C’est pas moi, m’sieur ! C’est la faute à Éric !!! (rires)
Le scénario est entièrement sa création, je n’ai pas participé à son élaboration.

BDE : Les personnages possèdent des caractères très forts et assez décalés. Comment les avez-vous imaginé puis représentés ?
BB : Pour le personnage d’Howie, il n’y a pas eu grand chose à imaginer : Éric avait aperçu dans mes cartons un personnage sauvage et brutal d’apparence, un grand costaud qui se rapprochait fortement de ce qu’il avait imaginé en créant le géant. Pour les autres, cela n’a pas non plus été bien compliqué. Comme je vous le disais, je n’ai pas cherché à m’éloigner des clichés.

BDE : C’est la première fois que tu collabores avec le coloriste Nicolas Bastide. Qu’as-tu pensé de son travail ?
BB : Ses mises en couleurs sont superbes et il sait mettre en valeur l’essentiel dans une planche. Ça n’est pas simple de trouver un coloriste qui corresponde à ce que l’on souhaite lorsqu’on a pas la possibilité de gérer soi-même la couleur. Et Nicolas s’imbrique parfaitement dans l’aventure.

BDE : Que peut-on attendre de la suite de la série ? Plus d’aventure, plus d’éléments fantastiques ?
BB : Le rythme restera à peu près le même : bagarres, monstres, carte au trésor… Le but étant de ne pas s’ennuyer. Éric nous a concocté une aventure dynamique et riche en rebondissements. Vous ne serez pas déçus !

BDE : Merci beaucoup !
BB : Merci à Bulle d’Encre ! 😮

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 19 mars 2011.

Premières planches du Tome 1

© MC Productions/Corbeyran/Bingono
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*