Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Barbara Canepa – Co-auteur de Sky Doll et directrice de collections

Rencontre avec Barbara Canepa – Co-auteur de Sky Doll et directrice de collections

Lors de la conférence de presse de BD Aix 2011, Barbara Canepa nous a accordé une interview pour le plus grand plaisir de chacun. Attention, Mesdames et Messieurs, prenez place sous le chapiteau d’une artiste prolifique et hors du commun.

Chronique de Sky Doll Collection Tome 2

Retrouvez des images exclusives de Sky Doll Tome 4 et de End, le nouveau projet de Barbara Canepa, en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Barbara ! Ton actualité immédiate, c’est ce Spirou n° 3805 dont tu es rédactrice en chef. Comment l’aventure s’est-elle déroulée ?
Barbara Canepa : Cela faisait quelques d’années que je voulais travailler avec Dupuis. J’aime bien Dupuis et Frédéric Niffle et à chaque fois on remettait le projet de collaborer ensemble à plus tard. Je suis tellement bien chez Soleil et j’ai plein de projets en cours… Et un jour, Frédéric me dit : « Écoute, j’ai une idée un peu folle ! Pourquoi on ne ferait pas un Spirou un peu spécial ». Arthur de Pins avait fait un numéro  sur le thème des monstres, des zombies, sans être rédacteur en chef du journal. Mais l’univers que j’aime n’est pas du tout dans le style de Spirou. Je viens de l’illustration et la plupart des gens avec qui je travaille en viennent. Et mes goûts esthétiques en la matière sont plutôt dans la veine des vieux peintres flamands, l’illustration victorienne, fin de siècle. Frédéric Niffle m’a dit : « Tu fais ce que tu veux, tu as carte blanche. On tente le coup, je veux ouvrir le magazine à des choses nouvelles ». Alors je lui ai répondu que si j’avais carte blanche, je prenais tous ceux avec qui je travaille chez Métamorphose. C’est mon goût personnel.
J’ai donc choisi le thème du cirque victorien car j’adore le cirque style Barnum avec les Freaks. On a réalisé le numéro en trois mois, c’était un travail monstrueux. Il fallait tout coordonner, maintenir le lien entre les histoires, que les auteurs soient d’accord, etc… A un moment donné, il y a eu un gros doute. Car Frédéric et aussi Dupuis ont vu qu’on faisait vraiment quelque chose de jamais réalisé chez Spirou. Je lui ai demandé si on continuait dans cette direction, il a accepté. Il voulait vraiment réussir ce pari, ce défi. Mais il a quand même voulu intégrer quelques planches d’auteurs classiques Spirou, comme Libon que j’aime bien. C’était très bien car le nombre de pages à gérer était quand même assez important. Une fois fini, on était content. Mais après, c’était l’angoisse. Car le PDF en mains, j’avais l’impression d’avoir une œuvre Métamorphose devant les yeux. Nous avons donc fait quelques retouches car j’avais la sensation que Soleil envahissait le journal mythique Spirou. Et ce numéro ayant été fait en toute amitié, j’étais mal à l’aise avec cette impression. C’est pour cela que le nom du cirque Métamorphose dans les différents récits est devenu Métamorphosis. Il fallait vraiment que ce soit un groupe d’artistes (particuliers) qui s’expriment dans le magazine et pas autre chose.

BDE : Peux-tu nous en dire plus sur la ligne éditoriale de ta collection Métamorphose ?
BC : La ligne éditoriale de la collection Métamorphose est d’éditer des histoires de métamorphoses. Cela peut être l’aventure de quelqu’un qui est petit et qui se transforme en quelque chose de géant. Toute transformation physique, psychologique, naturelle ou en rapport avec la mythologie grecque, peut se trouver dans la collection. Les monstres aussi car c’est la transformation d’un être vivant. Je pense également aux fantômes, aux histoires de peur, du Maupassant ou encore Edgar Allan Poe. Mais ce à quoi je tiens beaucoup, c’est le romantisme. L’idée de faire un numéro de Spirou sur le thème du cirque « fête foraine » avec des Freaks est très liée à la collection et très intéressant. Quand tu rentres dans un cirque avec des personnages et que tu te demandes s’ils sont vrais ou faux, c’est l’inconnu. J’adore cette idée. Tu rentres dans un univers totalement fantastique. Cette période avec les Freaks est une époque qui me fait rêver. Ce sont des histoires de monstres très touchantes. Il y a un romantisme monstrueux qui se dégage de ces êtres qui souffrent de leurs conditions. Cela me touche énormément. Toute chose différente est intéressante à comprendre. C’est pour cela que la mort ne me dérange pas. Il y a là aussi une transformation qui s’opère. C’est une métamorphose naturelle.

BDE : Et VenusDea ?
BC : VenusDea est née avant Métamorphose. L’idée de base était de faire un espace où les artistes, moi compris, soient libres. Chaque auteur a dans ses tiroirs un projet pour lequel il se dit qu’il ne pourra jamais le présenter. Un projet difficile à faire, un peu fou, pas trop commercial. Il n’y a pas trop d’éditeur, surtout en Europe, prêt à investir dans ces projets. Les américains le font. Les auteurs vont aux USA et nous, nous rachetons les droits par la suite. C’est un peu bizarre. J’en avais un peu marre de cela. C’est donc de là que part l’idée de VenusDea. J’ai donc proposé le projet à Mourad Boudjellal. Je lui ai dit qu’il allait gagner une image car c’est surprenant de voir Soleil dans ce domaine. Mais d’un autre côté, je lui aussi expliqué qu’il gagnerait peu, voire perdrait de l’argent avec VenusDea. Mourad, adorant les défis, a accepté. Et c’est pour cela que je reste chez Soleil. Cela m’a pris deux ans pour monter le label. Il a fallu démarcher les galeries, aller à Hong-Kong pour les toys, susciter l’intérêt des libraires et créer la structure. Entre temps, j’ai eu envie de faire des livres plus simples. C’est comme cela que l’on a crée un espace où il y aurait des livres qui ne sont pas des bandes dessinées, plutôt des livres d’illustrations, des graphic novels (Billy Brouillard). Du coup, on a réfléchi à un nom et Métamorphose est arrivée plus vite que VenusDea. Précisément, une année avant. Par contre, cela a permis à Soleil de s’ouvrir de petites portes avec des expositions à Amsterdam, à Londres et aux USA. Soleil y a gagné en termes d’image.

BDE : Quel bilan peux-tu faire après quelques années ?
BC : Métamorphose marche bien. Il n’y a pas de retour, chose qui est importante pour tout éditeur. Les libraires les gardent car ils savent qu’ils partiront à un moment ou un autre. J’ai vu beaucoup de collection naître et disparaitre au bout de deux ou trois ans. Il y a une production tellement importante. Quand j’ai vu certains libraires mettre en place un espace spécial Métamorphose, j’étais contente. Ils l’appellent la collection rare. On a donc acquis une reconnaissance auprès des libraires, auprès du public et une reconnaissance artistique auprès des auteurs. D’ailleurs, beaucoup d’artistes pensent que la collection est quelque chose de protégé et qu’il est difficile d’y entrer. Mais ce n’est pas du tout le cas. Quant à VenuDea, ce n’est pas encore rentable mais on continue. Il y a le Beautiful Nightmares de Nicoletta Ceccoli qui marche bien. Il faut dire aussi que les collections font parties d’une maison d’édition (que j’ai créée) qui a son indépendance par rapport à Soleil. D’autant plus que je ne sais pas si une autre maison d’édition aurait accepté ces projets.

BDE : Justement, en parlant d’indépendance, comment choisis-tu les auteurs avec lesquels tu travailles ?
BC : Pour la majorité, ce sont des amis. On boit un café ensemble, on a une idée et hop on met en route le projet. Autrement, j’écume les sites sur le net et je recherche des dessinateurs, illustrateurs ou scénaristes qui correspondent à mon univers. Je rentre en contact avec eux et pour l’instant je n’ai eu que des réponses positives.

BDE : Quels sont les futurs projets des deux collections ?
BC : Maly Siri m’a approchée il y a quelques années. Elle voulait faire un projet sur les pin-ups. Mais je ne voyais pas comment l’intégrer dans la collection. J’adore son style. Et puis j’ai un peu le « nez » pour deviner ce qui va être à la mode dans quelques années. C’est ma force. Je savais que le burlesque allait être à la mode, le style des années 50 aussi. On a eu l’idée de faire l’histoire de la femme des années 20 aux années 70 à travers l’histoire de la mode de la pin-up. Montrer comment  la vie de la femme a changé. Au début, on a l’image de la femme qui faisait des gâteaux vêtue d’une jupe à carreaux et du tablier de cuisine, un peu à la Vargas. Pour devenir une pin-up style Betty Page qui n’est pas soumise et très libérée. Il y aura des pages d’époque, des vieilles publicités, tout cela jusqu’aux années 70. On a trouvé le moyen de faire quelque chose et j’en suis contente. Ce sera pour 2012. Ce sera un livre-double avec une couverture rose d’un côté pour les femmes à la Vargas, des années 50, Marilyn Monroe et les stars, et une couverture noire de l’autre côté, pour les pin-ups style Betty Page, Dita Von Teese, plus fatales, plus vampiriques. On pourra lire le livre dans les deux sens.
Il y aura aussi une adaptation du Chaperon rouge par Amélie Fléchais, du Notre-Dame de Paris de Victor Hugo illustré par Benjamin Lacombe pour octobre 2011 et End, mon projet personnel avec Anna Merli (sortie prévue le 24 novembre 2011).
D’autre part, chez VenusDea, le 23 mars sortira le magnifique Sabine de Maya Mihindou. Le 24 mai, le Milky de Lillidoll sera dans les bacs des bonnes librairies. Toujours chez VenusDea, je prévois pour 2012 quelque chose avec une artiste japonaise, Junko Mizuno (Pilou l’apprenti gigolo).

BDE : Après Spirou et tes collections, qu’en est-il de Sky Doll ?
BC : Sky Doll avance. On a donné les planches, pas encore finalisées, hier (mercredi 16 mars 2011). On est à fond dans le projet avec Alessandro Barbucci. On a mis du temps à s’y remettre car, au milieu de la création du tome 3, Alessandro et moi, nous nous sommes séparés. Il a donc fallu concilier la rupture du couple et la fin de l’album. Cela a été très difficile. Une fois le travail fait, je me suis dit Sky Doll était morte. Je ne pouvais plus en entendre parler, j’ai fait le deuil de ma série. Après, il y a eu le manque. J’étais déjà en train de créer VenusDea. Mais on s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser le public sans rien. Donc, on a fait Spaceship Collection, Lacrima Christi Collection, avec six mois de travail minimum pour chaque livre. On a réalisé qu’on aurait pu faire le tome 4 avant finalement. Mais pour le faire, il nous fallait l’envie. Et elle est arrivée l’année dernière après trois ans de silence. Cet opus se déroule sur la planète Sudra. Il y a eu une recherche graphique importante pour créer tout l‘univers. On s’est basé sur des îles comme Bali, Sumatra. Cela nous a pris 4 à 5 mois pour tout mettre en place. On a fait cet album comme un film. C’est-à-dire que pour nous, la planète doit être comme réelle. Il ne doit pas y avoir d’erreur. Alessandro a usé énormément de crayons (6 par planches) tellement il y a de détails. Disons que ce tome est aussi intéressant à faire que le tome 2, qui est mon préféré. On est sur une planète à la Star Trek et une histoire à la  Star Wars. On prend beaucoup de plaisir à réaliser l’album. La sortie serait prévue pour cet été. Je ne ferais pas les couleurs sur cet album, je n’en avais pas envie et j’ai aussi moins de temps. D’autant plus que la colorisation de Sky Doll est très lourde et longue à faire. Il m’est arrivé de mettre douze heures pour faire certaines pages du tome 3. On a trouvé quelqu’un qui sera très bon, je pense. Non, c’est sûr ! Et les fans ne seront pas déçus.

BDE : Merci Barbara pour ce temps de partage et à bientôt.
BC : Merci à toi !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 17 mars 2011.

Images exclusives de Sky Doll Tome 4 et de End

© MC Productions/Canepa

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , ,

2 Commentaires

  1. Lyly la fée
    Posté 31 mars 2011 at 11 h 12 min | Permalink

    juste une petite question… Pourquoi l’Esmeralda de Benjamin Lacombe se trouve dans cet article? ^^

  2. Arnaud
    Posté 31 mars 2011 at 19 h 55 min | Permalink

    Tout simplement parce que l’album Notre-Dame de Paris de Benjamin Lacombe sortira en octobre dans la collection Métamorphose dirigée par Barbara Canepa. 😉
    Les infos sont sur son blog : http://benjaminlacombe.hautetfort.com/archive/2010/12/29/notre-dame-de-paris.html

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*