Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Arthur de Pins – Auteur de Zombillenium

Rencontre avec Arthur de Pins – Auteur de Zombillenium

Nous avons rencontré Arthur de Pins à Angoulême afin de revenir sur ces différentes séries en cours et plus particulièrement Zombillenium.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour Arthur. Est-ce que le fait d’avoir été nominé à Angoulême vous donne l’impression de sortir du carcan de la BD coquine ?
Arthur de Pins : Oui, tout à fait, mais rien que le fait de réaliser autre chose que de la BD coquine c’est génial pour moi. J’aime beaucoup Péchés Mignons mais cette année je suis content de faire autre chose. Cela faisait longtemps que je souhaitais réaliser une BD fantastique, j’ai eu l’occasion de le faire avec Zombillenium. Idem pour l’histoire de La Marche des Crabes que je trainais depuis un bon moment…
Quant à la nomination, c’est super en terme de reconnaissance et c’est une surprise car il y a eu quelques soucis de communication au moment du lancement de l’album. Être parmi les 80 albums sélectionnés c’est une satisfaction pour moi.

BDE : Comment vous est venue l’idée de créer une histoire autour d’un parc d’attraction tenu par des monstres ?
ADP : J’avais très envie de réaliser une série fantastique mais j’avais un peu peur, je n’osais pas trop me lancer. Tout a débuté il y a trois ans, Frédéric Niffle m’a appelé pour me proposer de réaliser la couverture du numéro spécial Halloween de Spirou. J’ai trouvé cela étrange car à l’époque je ne faisais que Péchés Mignons en BD mais j’ai accepté sa proposition. J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser cette illustration et cela lui a beaucoup plu, il m’a demandé pourquoi je ne ferais pas une série dans ce genre. Il m’a donné carte blanche, la transition entre la couverture du magazine et la création de la série s’est faite très rapidement. J’ai trouvé cela super, car le rôle des éditeurs n’est pas seulement de dire oui ou non aux projets que les auteurs proposent, c’est aussi de donner la petite impulsion qui fait qu’un projet peut naitre.

BDE : On peut considérer que Zombillenium est en quelque sorte un album de sorcellerie qui sort des sentiers battus ?
ADP : Au niveau de l’histoire, ce qui est assez amusant, outre les références à plein de trucs comme dans toutes les BD, est qu’il y a un petit emprunt à Largo Winch dans le côté corporate avec son organigramme avec un patron directeur… D’ailleurs, j’avais proposé pour les pages de garde de réaliser un hommage à Largo Winch en mettant l’organigramme de Zombillenium, mais après discussion avec Frédéric Niffle j’ai abandonné l’idée. Il pensait en effet que cela sonnerait plus comme une parodie qu’autre chose. L’organigramme est malgré tout visible sur le site de Zombillenium. Celui-ci, comme dans Largo Winch, va évoluer lors des prochains albums un peu comme un jeu de chaises musicales, j’adore ce principe.

BDE : Avez-vous déjà planifié le nombre de tomes prévu pour cette série ?
ADP : Je n’ai pas encore réellement défini le nombre de tomes qui composera la série. Il y aura un second tome, je travaille dessus actuellement, je sais également ce qui se passera dans le troisième opus ainsi que comment tout cela va se terminer. Je pense qu’il y aura au minimum quatre ou cinq volumes. Chaque album abordera une thématique différente, le tome 2 parlera beaucoup des relations entre les monstres et les humains. Deux humains viendront essayer de commettre un attentat à Zombillenium, cela ne sera donc pas sans rappeler d’autres histoires de monstres chassés par les villageois avec leurs fourches.

BDE : Le fait de baser cette histoire dans le monde réel, c’est encore plus agréable à réaliser plutôt que de ne faire qu’une BD fantastique ?
ADP : C’est l’un des intérêts de cette série qui permet de ne pas créer tout un univers fantastique. Cela demande un travail très important et ça n’est pas évident car cela suppose que le lecteur accroche à l’univers. Quand on voit le travail réalisé par JK Rowling sur Harry Potter, c’est très impressionnant mais cela ne m’intéressait pas forcément de faire quelque chose de similaire. Ce qui m’intéresse par contre, c’est d’avoir un pied dans le fantastique et un autre dans la réalité. J’ai même fait Zombillenium en pensant à des amis à moi qui ne lisent jamais de BD et qui font des boulots de bureau, du coup ils vont voir qu’il y a un patron, un directeur du personnel, un DRH, cela va peut-être commencer à leur parler et les emmener dans un univers qui ne les aurait pas forcément attirés initialement.

BDE : Zombillenium, c’était un exercice assez nouveau pour vous puisque habituellement vous réalisez des gags en une planche.
ADP : C’était complètement nouveau et j’ai adoré. Je me suis rendu compte que finalement je préférais faire des histoires longues, cela permet de s’attacher plus aux personnages, avec plus de suspens.

BDE : Est-ce que c’était ce que vous souhaitiez faire avant Péchés Mignons ?
ADP : Effectivement, c’est ce que je souhaitais faire, mais Fluide Glacial est un magazine humoristique mensuel et cela ne permet pas trop de proposer des histoires à suivre. Au contraire, Spirou paraît chaque semaine et offre plus de possibilités en ce sens.

BDE : Et maintenant, avez-vous de nouvelles idées en tête ou vous focalisez-vous sur vos séries actuelles ?
ADP : Non, je pense que je vais travailler sur les deux séries en cours. Là je vais enchaîner sur le Tome 2 de La Marche du crabe. Les éditeurs aimeraient bien qu’il ait un album par an mais cela me semble difficilement réalisable. Je vais laisser Péchés Mignons en stand-by pour le moment, ce ne sont pas des histoires à suivre donc je ne laisse pas les lecteurs sans réponse. Après La Marche du crabe, je m’attaquerais à la suite de Zombillenium.

BDE : Envisagez-vous un jour de changer de technique de travail ?
ADP : Effectivement cela me tenterait bien de faire un album aquarelle ou acrylique mais dans un petit format et cela ne serait pas une BD grand public. Dans l’illustration, nous sommes nombreux à utiliser des logiciels tels que Illustrator 9.0 mais en BD nous sommes beaucoup moins nombreux. De mémoire, je n’en connais que deux chez Dupuis, ce sont Christophe Bertschy (Nelson) et Renaud Collin, mais visiblement ce dernier va abandonner cette technique pour se mettre à l’aquarelle. Dans tous les cas, je ne souhaite pas laisser tomber Illustrator et le vectoriel car je n’ai pas encore fini d’apprendre avec ce logiciel, il y a encore de nombreuses choses à améliorer dans ma technique. Par exemple, avec cette technique, il n’y a pas de traits donc je suis obligé de trouver des codes nouveaux, des astuces afin de pallier certains « trucs » possibles en BD traditionnelles. C’est mon outil de prédilection et cela m’arrive souvent d’aller dans les festivals ou dans les écoles d’art pour faire une démonstration. Il y a beaucoup d’étudiants que cela effraie comme logiciel mais j’essaye de leur montrer que ça n’est plus sorcier que cela.

BDE : Vos trois projets sont publiés chez trois éditeurs différents, est-ce un choix personnel ou une ligne éditoriale propre à chacun ?
ADP : J’avais proposé La Marche du crabe à Fluide et Dupuis mais les deux éditeurs ont tiqué quand je leur ai dit qu’il faisait 320 pages. Ils m’ont proposé de le faire en noir et blanc tout en ne dépassant pas les 100 pages, je me suis donc tourné vers Soleil qui a accepté mon projet. Chaque BD a son éditeur, si ça ne se fait pas chez tel éditeur c’est que ça ne devait pas se faire et puis c’est tout.

BDE : Merci à vous !

Propos recueillis par Nicolas Raduget, Arnaud Gueury et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 28 janvier 2011.

© Dupuis 2010/De Pins
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*