Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Showman Killer T1 (Jodorowsky, Fructus) – Delcourt – 13,95€

Showman Killer T1 (Jodorowsky, Fructus) – Delcourt – 13,95€

Parution : 11/2010

Sur la planète-prison Halkatrass du système Mounéa, le Docteur Courcolain, généticien de génie, vient avec son paléo-chien, Orlanda, pour récolter la semence d’un meurtrier sanguinaire afin de créer un tueur sans aucun remords. Il doit faire vite car Joe Mange-boyaux est sur l’échafaud. Il doit agir caché des yeux de l’Omnimonarque car il veut le pouvoir et les richesses. C’est pour cela qu’il prendra toutes les précautions pour qu’aucune trace ni aucun témoin ne subsistent. Ainsi va naître le Showman Killer. Il sera élevé par des machines sans aucune chaleur humaine. Il subira de nombreuses manipulations génétiques. Il deviendra un guerrier surpuissant sans peur, sans remords, qui a pour unique but la destruction et l’appât du gain. Mais le destin du Showman va basculer lorsque, lors d’une mission, il va croiser Ibis dont il a déjà maintes fois rêvé.
Alejandro Jodorowsky nous emmène à nouveau dans son univers fantastique avec ses guerriers infaillibles. Il nous propose un scénario composé de deux parties bien distinctes. Dans un premier temps, un prologue qui met en place, de manière précise, le personnage du Showman Killer. Et dans un deuxième temps, le début de ses aventures. L’ensemble fonctionne bien. Même si l’univers semblera très familier aux habitués du « Monde Jodorowsky » (L’Incal, La Caste des Métabarons), il y a ce petit plus qui fait que l’on se laisse emporter. Le scénariste nous amène à nous poser de nombreuses questions, mais une en particulier : le postulat qui dit que l’amour arrive quand on s’y attend le moins, est-il également vrai pour le Showman ? Le dessin de Nicolas Fructus (Thorinth) est, quant à lui, en accord total avec cette nouvelle fresque fantastique. Peu étonnant, dans la mesure où il s’agit de son domaine de prédilection. Les cadrages sont bien pensés et chaque case est une véritable illustration très travaillée au niveau des décors et des couleurs. Notamment, l’apparition du Dieu Tiltil, sur une page complète, qui est de toute beauté.
Les dessins de Nicolas Fructus valent à eux seuls le détour par la case Showman Killer. La suite arrive bientôt et ça, c’est une bonne nouvelle.

Stéphane Girardot


8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*