Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Régis Hautière et David François – Auteurs de De briques et de sang

Rencontre avec Régis Hautière et David François – Auteurs de De briques et de sang

« Vous avez une idée de l’identité de la victime?
– D’après ce qui se dit, il s’agit du vieil Aristide.
– Il vivait au Familistère depuis longtemps?
– Depuis sa fondation. Il paraît même qu’il avait participé à sa construction. »

La journée se déroulait sans accrocs à Angoulême. Soudain, l’heure était venue d’interviewer Régis Hautière et David François. Leur univers sombre et inquiétant allait-il l’emporter sur leur bonhomie ? Le mystère a été vite levé !

Bulle d’Encre : Après l’extraordinaire Étrange affaire des corps sans vie, que vous aviez sorti ensemble, vous revenez avec De Briques et de sang, un nouveau polar historique en quelque sorte, mais un peu plus récent que l’autre puisqu’il commence en 1914. Comment vous est venue l’idée de remettre le couvert ?
Régis Hautière : L’idée de travailler ensemble était déjà là puisque l’entente avait été très bonne lors de notre première collaboration. Le tout était de trouver un projet intéressant pour nous deux. David avait envie de rester dans la même époque, la Belle Époque, mais un peu plus tardive que pour L’Etrange affaire des corps sans vie.
Il se trouve que quand j’ai visité le Familistère de Guise, il y a 3-4 ans maintenant, j’en suis ressorti avec l’envie de raconter quelque chose qui s’y passerait, puisque je trouvais qu’il y avait une atmosphère, une ambiance, des décors que je trouvais extraordinaires, avec en plus l’expérience d’utopie sociale qui est unique en son genre. J’en ai alors parlé à David, en lui disant qu’il fallait absolument qu’il visite ce lieu lui aussi, d’autant plus qu’il est picard, donc de la région.
David François : Oui, j’en avais quelques souvenirs d’école, je voyais le bâtiment mais j’avais besoin de me rafraîchir la mémoire. Nous sommes donc repartis le visiter ensemble.
RH : Et à partir de là, David m’a dit banco, on fait quelque chose ici, et j’ai commencé à chercher une fiction – on ne cherchait pas à faire un ouvrage didactique à proprement parler – qui avait un lien avec ce lieu. David a vu quelques synopsis et on est parti là-dessus, on a monté le projet, commencé à démarcher les éditeurs, et on a tout de suite eu une réponse de Casterman par le biais de Didier Borg, du label KSTR. Le soir-même, il nous a dit qu’il voulait en voir plus, a lu le synopsis et il a dit « je prends, ça m’intéresse ».

BDE : Finalement, ça s’est fait assez vite…
RH : Très rapidement oui. En fait ce qui a demandé le plus de temps, c’est de monter le dossier car on était sur différents projets en parallèle. Mais le contrat a été en pourparlers dès juin-juillet et on l’a signé après les vacances, en septembre-octobre 2007. David avait alors commencé ses recherches graphiques et il a déchiré plein de pages montées pour le dossier, qu’il a entièrement redessinées car son style avait évolué. Le projet n’a réellement commencé qu’en février 2008, le temps de se mettre dans le bain.

BDE : Et comment vous êtes-vous documentés ? Vous remerciez un Syndicat (le Syndicat mixte du Familistère de Guise) en début d’album…
DF : Oui, ils nous ont accueillis, fait faire la visite et ensuite ouvert leurs archives, en nous envoyant des photos si on avait besoin.

BDE : Vous avez fait un travail d’historiens…
RH : Un « petit travail d’historien », oui. Il ne fallait pas se planter vu qu’on était dans une époque bien précise, un lieu et des décors précis, avec une expérience avec laquelle on ne pouvait pas raconter n’importe quoi. Il a donc fallu s’imprégner des lieux mais l’histoire, en fait, l’intrigue policière, je l’ai écrite avant de me plonger dans la documentation. J’avais une vision superficielle de ce qu’était le Familistère, à partir de laquelle j’ai écrit l’histoire, et ce n’est qu’ensuite que je me suis plongé dans les archives pour des points précis, pour éviter des erreurs. Et c’est vrai que le Syndicat, qui gère les bâtiments maintenant, nous a bien aidés là-dessus. On a eu une visite guidée par le conservateur des lieux qui nous a permis d’aller dans les endroits qu’on ne visite pas en temps normal, les caves, les greniers, etc. Leur photothèque nous a aussi permis de trouver des images sur un lieu précis, une époque précise…

BDE : Pour un dessinateur, c’est intéressant…
DF : Encore qu’il n’y a pas eu besoin d’énormément de photos de leur part, en définitive. Je suis allé quatre ou cinq fois sur le site pour en prendre, comme le lieu existe toujours, et j’ai dû revenir avec environ 400 photos qui m’ont servi de base. Après j’ai quelques photos d’époque, mais je la connaissais déjà plus ou moins, du fait de l’ancien bouquin, et je me suis surtout intéressé à l’ambiance, plus qu’à la réalité architecturale. L’ambiance pesante de la vie en communauté, du huis-clos, c’est là-dessus que je me suis focalisé. S’il manque des briques sur la façade, ou une fenêtre, ce n’est pas grave.

BDE : Quand on lit l’album, à présent, on rentre pleinement dedans. Le dessin de David crée l’ambiance, sombre et inquiétante, les dialogues de Régis sont bien ciselés. De quels auteurs vous inspirez-vous pour réussir aussi bien dans ce genre ?
DF : Pour moi, il n’y a pas d’auteurs en particulier, en fait de moins en moins maintenant. Sur L’Etrange affaire, c’est vrai qu’il y a un hommage en partie à Tim Burton, au dessinateur Alfred que j’aimais beaucoup au début de ma carrière, et que j’aime toujours d’ailleurs maintenant, qui m’avait beaucoup marqué à l’époque car il était un peu en rupture avec tous les dessins que j’avais pu voir avant. C’est aussi une époque où je m’intéressais à d’autres peintres comme Otto Dix, George Grosz, une autre imagerie en fait, et c’est un peu un pot commun de ces univers-là. Le côté sombre et inquiétant en tout cas, vient plutôt de Burton.
RH : C’est pareil pour moi dans l’ensemble, il n’y a pas d’auteurs précis, c’est un melting-pot d’auteurs différents. Sur les deux albums dont on parle, si, il y a quand même une référence aux auteurs de romans feuilletons du fin du XIXème siècle et début XXème, Gaston Leroux, Maurice Leblanc, etc., et puis les auteurs de polar anglais des années 1920-1930, type Agatha Christie. Pour le reste, c’est plus une influence qu’une référence, ce sont des choses qui ressortent sans être forcément voulues.

BDE : Comptez-vous vous attaquer, ensemble, à une période historique autre que la Belle Époque ?
DF : On a envie d’avancer, on devrait arriver en 1930 dans un prochain livre, et parler d’une autre région de France bien connue qui s’appelle New York ! (rires)
RH : Effectivement, on prévoit de s’attaquer au New York des années 30. Alors pourquoi ? Je crois déjà que David a eu envie de dessiner des trucs plus verticaux…
DF : …des bagnoles, des buildings, il y a moyen de faire quelque chose de super sympa, dans un autre format même. C’est aussi une ambiance qu’on aime bien, proche des films de mafieux. On a donc eu envie de se plonger là-dedans.

BDE : C’est un projet à l’état embryonnaire ?
RH : Oui, pour l’instant on a davantage l’envie que les idées.

BDE : Mais ça peut s’enchaîner rapidement comme ce projet-là…
RH : Pas avant plusieurs mois. On va commencer à réfléchir sérieusement à tout cela à partir du printemps, ça permet de mûrir l’idée pendant ce temps-là et de piocher des choses dans des séries télé, des lectures, ou encore à la vue de photos, David m’en a encore parlé dans le train. Je suis aussi en train de regarder une série, Boardwalk Empire, de Martin Scorsese, qui se passe entre Atlantic City, New York et Chicago dans les années 20, où y a pas mal de trucs intéressants. On mélange plein d’ingrédients dans une grosse marmite et on commencera à faire mijoter tout ça à partir de mars-avril.

BDE : Toujours avec ce côté polar ?
DF : Non, on a envie d’autre chose, on ne sera pas dans l’enquête policière pure. On peut partir dans plein de formats différents, comme un one-shot de 120 pages, avec une narration différente, ce qui implique aussi un changement de ton. Un vrai nouveau truc…
RH : Autant sur L’Etrange affaire des corps sans vie, l’influence majeure c’est Conan Doyle, autant avec De briques et de sang on bifurque vers Rouletabille et un peu Zola, autant là on va plutôt être chez Céline avec Voyage au bout de la nuit. Une ambiance assez glauque et décalée.
DF : Oui, on garde le côté glauque ! (rires)

BDE : Revenons à De briques et de sang, sa nomination au festival d’Angoulême doit vous faire plaisir ?
RH : Très plaisir, c’est l’aboutissement d’un album qui marche plutôt bien puisqu’il a été réédité deux fois.

BDE : Un album qui se termine par un épilogue dessiné par un autre dessinateur. Pourquoi ce choix ?
DF : L’idée de faire appel à autre un dessinateur avait germé bien avant qu’on ne finisse le livre. Je trouvais intéressant de créer une rupture graphique, étant donné que l’épilogue se déroule à une autre époque, 40-50 ans plus tard, et qu’aucun personnage de l’histoire n’apparaît dedans. Si j’avais dû le prendre en charge, j’aurais dû modifier légèrement mon trait, faire d’autres recherches pour coller à l’ambiance 1970.
Régis, à moitié convaincu, me répond que je n’ai qu’à dessiner autrement (rires), ce que j’essaye de faire mais, pris dans l’urgence des dernières semaines avant de livrer l’album, je décide de ressortir mon idée. J’ai donc appelé un pote, Pierre-Henry Gomont, et il m’a rendu les pages en deux jours. Gros coup de chance d’être tombé sur lui au bon moment.

BDE : Régis, dans tes séries que nous suivons, il y a aussi Le Marin, l’Actrice et la Croisière Jaune.
RH : Le Tome 2 sort en juin mais on est vraiment au taquet, parce que le dessinateur doit fournir 11 pages par mois pour qu’on soit dans les temps. Il a eu quelques soucis personnels qui lui ont fait prendre du retard au démarrage.

BDE : Et le Tome 2 de Vents contraires ?
RH : 40 pages sont prêtes et on a demandé une rallonge à Delcourt pour amener l’album à 54 pages. Il sera terminé au printemps mais je n’ai pas encore eu de nouvelles pour la date de sortie, ce sera en fonction du programme de l’éditeur.

BDE : Et tu arrives à suivre le rythme avec toutes ces séries en cours ?
RH : Je suis un peu au taquet, là, mais ça va.

BDE : Rien n’est abandonné dans tes créations récentes ?
RH : Dans les derniers projets ? Non, pas du tout. Le second tome de La Guerre secrète de l’espace devrait sortir en août ou septembre. La moitié du troisième et dernier volet de Dog Fights est réalisée. Je reprends également la série Aquablue, dont le premier tome que je scénarise sortira en fin d’année. Je travaillerais sur ce projet avec Reno (NDLR : dessinateur de la série Valamon).

BDE : Toi aussi, David, tu as d’autres projets ?
DF : Oui, je vais travailler avec Loïc Dauvillier au sujet d’un anarchiste marseillais qui a été jugé à Amiens en 1905. Il a ensuite écrit ses mémoires, c’est un personnage assez rocambolesque. On a l’impression de lire un roman. Et comme il n’est plus édité de nos jours, on s’est dit que travailler dessus en BD pourrait être sympa. C’est prévu en un petit format carré d’une centaine de pages chez un éditeur amiénois, en tirage limité de 1500 exemplaires. Par la suite, on verra si on propose un autre projet sur le même personnage chez un autre éditeur, plus gros.

BDE : Vous êtes tous les deux en plein boum, finalement, et c’est une bonne nouvelle ! En plus vous vous entendez bien…
RH : Oui, c’est ce qui fait qu’on veut continuer à travailler ensemble. La bande dessinée est un métier où l’on travaille souvent seul chez soi et, quand on travaille à deux dans une relation scénariste-dessinateur, c’est souvent sur des projets à long terme. Un album classique, c’est minimum un an, un gros one-shot comme De briques et de sang c’est deux ou trois ans. Il est donc essentiel de bien s’entendre à la base.
DF : J’adore travailler avec Régis pour sa manière de raconter, grand public, qualitative, avec une démarche intéressante. Et d’un autre côté je suis ravi aussi d’enchaîner sur autre chose comme le projet de l’anarchiste, beaucoup moins grand public dans le sens noble du terme. J’ai envie de continuer à cultiver ces deux approches.

BDE : Merci à vous deux et bonne continuation !

Propos recueillis par Nicolas Raduget et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 27 janvier 2011.

© Casterman 2010/Hautière/François
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , ,

2 Commentaires

  1. Posté 1 mai 2011 at 20 h 33 min | Permalink

    Bonsoir messieurs,

    Quelques corrections importantes s’avèrent nécessaire dans la retranscription de l’interview…
    Les peintres se nomment Otto Dix et George Grosz.
    Et pour le scénariste avec qui je travaille sur le projet de l’anarchiste, il s’agit de l’excellent Loïc Dauvillier.

    Bien à vous.
    David

  2. Nicolas II
    Posté 2 mai 2011 at 18 h 13 min | Permalink

    Bonjour David,
    Merci pour ces remarques et désolé pour les (grosses) boulettes ! Bonne continuation.
    Bien à toi,
    Nicolas R.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*