Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Clément Baloup – Auteur de Mong Khéo

Rencontre avec Clément Baloup – Auteur de Mong Khéo

« Aah ! Pitié Monsieur le Tigre ! Pitié !
– De quelle pitié me parles-tu ? De celle que vous avez pour nous quand vous nous chassez ?
– Vous… Vous parlez… »

Il est 11h30, BD Aix 2011 a ouvert ses portes depuis une heure et demie. C’est l’heure pour nous de rejoindre Clément Baloup. Il est l’auteur de Chinh tri, d’un Automne à Hanoï et de l’intimiste Quitter Saïgon, entre autres. Présent sur le Festival à l’occasion de l’exposition consacrée aux 10 ans du Zarmatelier, il nous a offert un voyage au Pays de Dragon au travers de son héros : Mong Khéo.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits du tome 2 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Clément ! Cela fait à peu près trois ans que tu fais partie du Zarmatelier. Que t’a apporté le fait de devenir un « Zarman » ?
Clément Baloup : Bonjour. Cela m’a apporté beaucoup de choses. Parce que c’est un atelier où je suis arrivé et j’étais face à des gens qui étaient déjà dans le circuit BD. J’étais un jeune professionnel, un dessinateur junior, avec des personnes comme Richard Di Martino (Eddy L’Angoisse), Bruno Bessadi (Zorn et Dirna), Thomas Allart (Les Orphelins de la tour) qui avaient un peu de bouteille. Ils avaient fait du dessin animé, de la BD, plusieurs albums. Ils étaient passés par plusieurs éditeurs, de gros éditeurs. Et à l’époque, j’étais aux éditions du Seuil et à la Boîte à Bulles, je débutais. A partir du Zarmatelier, j’ai vécu un travail de vrai pro au quotidien. Cela m’a beaucoup aidé dans la partie technique. Car j’ai pu voir comment ils bossaient et quelles étaient leurs méthodes. Même si je viens d’une éducation scolaire un peu différente avec les Beaux-Arts d’Angoulême, ils étaient plus techniques dans la BD et cela a permis des échanges. Après, il y a les liens d’amitié, l’émulation du groupe, les influences, l’ouverture à d’autres centre d’intérêts, à d’autres univers graphiques et les envies de travailler ensemble sur des projets. Chaque membre de l’atelier est assez pointu dans son domaine, et cela donne des envies. Par exemple, Mong Khéo est une BD d’aventure. Chose que je ne faisais pas avant. C’est en voyant les projets des autres membres que je me suis dit « et si j’en faisais une avec mon style, ma patte et mes idées de fond ». Je me suis lancé et voilà, le tome 2 de Mong Khéo sort bientôt.

BDE : Dans ta production, il y a un fil conducteur : le Viêt-Nam. Quelle est l’origine de ce phénomène ?
CB : Disons qu’il y a plusieurs choses. La première étant que j’ai découvert le Viêt-Nam au cours de voyages successifs et cela a été assez rapidement un choc esthétique. Sans vouloir utiliser des grands mots, ce sont les couleurs du Viêt-Nam, les odeurs, les paysages et les activités des rues, l’abondance des formes, des couleurs, une modernité qui côtoie un mode de vie à l’ancienne et les paysages magnifiques à la campagne. Tout cela m’a profondément marqué et j’ai voulu en parler. J’ai d’ailleurs fait Un Automne à Hanoï qui est une sorte de carnet de voyage, de carnet de route sur Hanoï. Et la deuxième raison de ce fil conducteur, c’est que mon père est vietnamien. Mais, je préfère dire que d’être allé là-bas a réveillé quelque chose. Je n’en avais pas forcément conscience avant. J’y suis allé sur le tard, j’avais une vingtaine d’années. Cela a réveillé aussi le côté culturel de ma double origine. A partir de là, je me suis beaucoup intéressé au parcours de mes parents. Comment une Française et un Vietnamien se sont rencontrés dans les années 60. Cela je n’en parle pas dans mes BD mais personnellement j’ai creusé la chose.

BDE : Et il y a le côté Histoire.
CB : Tout à fait. Il y a l’histoire de deux peuples : les Français et les Vietnamiens ou les Indochinois. Et c’est tellement intéressant, il y a tellement de choses. Des faits choquants et durs, car il y a eu une période de guerre assez longue de 1945 à 1975. Il y a eu aussi des répercutions avec le Communisme et l’émigration par la suite. En France, il y a beaucoup de gens d’origine vietnamienne. C’est une histoire très touchante avec des destins extraordinaires. Il y a des aberrations des gouvernements, des militaires. Je pense que c’est intéressant pour les métis et nous les Français de creuser un peu ce sujet car des Vietnamiens tout le monde en connait ou en a dans ses connaissances.

BDE : La Bande Dessinée est, pour toi, un bon moyen de faire passer toutes ces idées ?
CB : La bande dessinée est une moyen artistique où l’on est pas obligé de basculer d’un côté ou de l’autre. On peut proposer un point de vue et présenter son contraire. J’aime bien le fait de ne pas avoir à choisir un camp et de partir en guerre contre l’autre. Parfois, je pars en guerre contre les deux camps, parce que c’est épidermique et je dois réagir. D’autre fois, la BD me permet de réconcilier finalement, réconcilier des points de vue, de partager des émotions. Je pense que la BD a quelque chose de moins froid que le journalisme pur et dur, qui va être plus objectif. C’est mon mode d’expression. Je ne sais pas si j’ai tort ou si j’ai raison. Mais, c’est ce que j’essaye de faire.

BDE : Nous avons évoqué tout à l’heure l’envie de faire de la BD d’aventure avec Mong Khéo, tu y rajoutes également un soupçon de fantastique. D’où as-tu tiré ton inspiration ?
CB : Outre l’influence des copains de l’atelier, durant les voyages que j’ai fait en Asie, pas qu’au Viêt-Nam, en Thaïlande et au Cambodge, je me suis intéressé aux légendes locales qui se traduisent par des sculptures ou des fresques un peu partout et pas que dans les temples. L’exemple le plus marquant est Ancorvat au Cambodge. Il y a des bas-reliefs qui sont sculptés, ce sont comme des BD. Les historiens vont peut être un peu râler. Cela m’a permis de suivre, par exemple, l’histoire d’Hanuman, le roi singe. On le voit étape par étape dans ces conflits avec les dieux, monter au royaume des cieux puis en redescendre, mener une armée contre une autre armée. Il y a quand même des zones d’ombre car nous n’avons pas tous les codes. Mais la compréhension globale est là. En revenant, j’ai fait un patchwork de tous ce qui m’avait plus dans ces légendes thaïlandaises, vietnamiennes, khmers pour créer un univers. Dans ce contexte, j’ai placé un vaurien, Mong Khéo. C’est un vagabond.

BDE : C’est un antihéros plus ou moins recommandable !
CB : Exactement. On ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui. J’aime bien cet aspect-là. On ne sait pas si c’est un lâche et un profiteur ou si c’est un héros au grand cœur prêt à risquer tous les dangers pour aider son prochain. En fait, il est un peu des deux. Je ne donne pas de réponse. Il a un peu ses hauts et ses bas. Il réagit comme il peut à la situation qui se présente.

BDE : Quand on regarde tes planches, il y a une approche particulière de la couleur. Comment travailles-tu ?
CB : En fait, je fait une grosse étape de story-board. J’essaye de bien dégager ma narration. Et parfois, sur ce story-board, j’applique un gros coup de pinceau, sans nuances, pour voir ce que cela donne au niveau des ambiances. Et après, quand j’attaque mes planches, je fais un crayonné et je n’ai pas d’étape d’encrage. Ensuite je mets mes couleurs. Pour Mong Khéo, j’ai utilisé l’aquarelle. Je travaille sans filet. Je me fais quelques frayeurs parfois. Cette technique de couleurs nous ramène encore une fois au Viêt-Nam. Car quand j’étais aux Beaux-Arts d’Angoulême, j’ai fait un voyage d’échange, en dernière année, avec les Beaux-Arts de Hanoï. Cet échange m’a éveillé à une approche de la peinture et de la couleur que je n’avais pas appréhendée avant. C’est ce que j’essaye de retranscrire dans mes différents albums. J’essaye de rendre la couleur narrative, qu’elle raconte une ambiance. Lorsque des lecteurs me livrent des sensations qu’ils ont eues en parcourant mes BD, je me dis que c’est formidable. Car il y a quelque chose d’impalpable qui a été transmis.

BDE : Mong Khéo tome 2 est fini, pour quand est prévue la parution ?
CB : Oui, il est fini. Il y a eu un petit problème avec l’éditeur d’origine, Carabas. Ce n’est pas de son fait. Le marché de la BD a ses hauts et ses bas. Donc le deuxième tome sortira chez un autre éditeur. Ce changement prend un petit peu plus de temps par rapport à ce qui était prévu. Par contre, la suite de Quitter Saïgon, qui s’appellera Little Saïgon, sort très bientôt à la Boite à Bulles. Ce sera pour la période d’été/automne prochain. Ce sera un gros roman graphique où j’essayerai de raconter au mieux le parcours des Vietnamiens, qui pendant la guerre ont été contraints de s’exiler aux USA et qui ont fait leur vie dans des quartiers que l’on appelle les Little Saïgon.

BDE : Cela a du représenter une grosse charge de travail ?
CB : Oui. J’ai fait plusieurs voyages aux États Unis, pour récupérer la matière première et faire les recherches. J’y ai rencontré des gens qui avaient vécu cette histoire vietnamo-américaine. C’est un gros travail de fond. C’est aussi gros travail d’écriture.

BDE : Tu as d’autres projets en cours ?
CB : Oui, en tant que scénariste avec Eddy Vaccaro (Championzé) qui est également du Zarmatelier. On boucle un projet chez Noctambule, un label de Soleil. Cela s’appelle Le Club du suicide. C’est une adaptation libre d’un roman de Robert Louis Stevenson. Cela parle d’un aventurier dans le Londres victorien qui va affronter des gens sans vergogne et sans morale. Cela sort bientôt, fin mai. Avec Eddy on a vraiment bossé la main dans la main sur les dialogues, les dessins et les découpages. C’était vraiment très chouette.

BDE : Merci beaucoup Clément et à bientôt.
CB : Merci à toi.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 9 avril 2011

Extraits de l’album


© Carabas/Baloup

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*