Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Tony Parker – Auteur de Do Androids dream of electric sheep ?

Rencontre avec Tony Parker – Auteur de Do Androids dream of electric sheep ?

« Un robot humanoïde n’est qu’une machine. Il peut passer de l’utile au nuisible en un rien de temps. Quand il est utile, ce n’est pas notre problème.
– Mais s’il est nuisible, vous débarquez. Est-il vrai, Mr Deckard, que vous êtes un chasseur de primes? Vous n’avez aucun mal à percevoir les androïdes comme inertes, c’est pour ça que vous pouvez les réformer, comme vous dites. »

Alors que le deuxième tome vient de paraître en France, nous vous proposons de revenir sur la création de cette série pas comme les autres avec son auteur, Tony Parker. Le dessinateur de Phoenix, Arizona, a répondu avec plaisir à nos questions sur la genèse de ce projet exceptionnel qui, plus qu’un autre, colle au plus près de l’esprit et du texte de l’écrivain Philip K. Dick. A travers ses réponses, vous allez découvrir un auteur humble, réellement surpris du bon accueil et du succès de sa série.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Alors que tu finissais les dernières pages de DADOES, le premier tome était publié en France. Qu’attends-tu des lecteurs français ?
Tony Parker : Je n’ai pas vraiment d’attentes préconçues vis-à-vis des lecteurs français. Je peux seulement espérer qu’ils auront autant de plaisir à lire la série que j’en ai eu à la réaliser.

BDE : Était-ce une satisfaction d’apprendre qu’un éditeur français voulait en faire la traduction ?
TP : Oui, ça a été une incroyable satisfaction ! Qu’un travail américain soit traduit pour la France est un grand honneur, surtout lorsqu’on connait la très grande qualité des romans graphiques du marché français.

BDE : Cette adaptation par Emmanuel Proust a reçu un très bon accueil dès le premier album. En avais-tu suivi la conception ?
TP : Tout d’abord, je voudrais remercier le lectorat français pour cet accueil très positif de DADOES. Je pourrais difficilement dire à quel point j’étais heureux et honoré que l’album ait reçu de tels éloges. Ensuite, je dois dire que je suis resté à l’écart pour ce qui s’agit de la version française.

BDE : Était-ce un projet personnel d’adapter cette extraordinaire histoire ?
TP : En fait, j’ai surtout été très chanceux sur ce projet. Les studios Boom! en avaient obtenu les droits auprès de Electric Shepherd Productions – la société de production qui gère les droits de Philip K. Dick – et ils cherchaient des artistes pour l’illustrer. J’étais en lice avec d’autres dessinateurs incroyablement doués et, d’une façon ou d’une autre, mes planches d’essais – et les innombrables corrections – ont du les convaincre.

BDE : Quand as-tu lu le roman pour la première fois et qu’en avais-tu pensé ?
TP : Malheureusement, je ne l’avais pas lu avant d’arriver à la moitié du deuxième chapitre. Quand j’ai commencé mon travail sur l’album, nous n’étions pas où nous devions être dans le déroulement de la production. A cause de ce retard, j’ai du passer tout mon temps à créer des planches le plus vite possible. Ensuite cependant, lire le roman avec mon album en tête a été un procédé passionnant. Je ne faisais pas que lire, je prenais des notes, je dessinais des objets et j’imaginais le déroulement des scènes. Une fois le livre fini, j’ai pu me reconcentrer et doubler mes efforts sur l’album. C’est une histoire tellement belle, que j’ai réalisé à quel point je devais améliorer mon travail pour rendre justice au roman.

BDE : Tu avais justement fait un gros travail pour coller au roman, jusque dans les descriptions. Était-ce une volonté de l’éditeur ?
TP : D’après ce que j’ai compris, c’était la volonté des ayant-droits de l’auteur, et je soutiens totalement cette envie. Toutes ces petites subtilités participent activement au récit.

BDE : Tu as du respecter de nombreux éléments comme les pensées ou la voix off. Comment as-tu réussi à garder une certaine clarté dans tes planches ?
TP : J’ai été chanceux à ce niveau, car les studios Boom! m’avaient fourni les grandes lignes du scénario. J’ai pu jouer avec les cases ou certaines pages de temps en temps, mais ils ont fait un super boulot pour la conception de base.

BDE : Les lecteurs connaissent surement mieux le film Blade Runner que le roman. De quelle façon as-tu imaginé ta version de Rick, Rachel ou de la ville ?
TP : Ça a été décidé tout au début, d’autant plus que les croquis incroyables et inoubliables de Syd Mead (NDR : designer de l’univers visuel du film) sont restés dans les esprits. Blade Runner est devenu une icône de la science-fiction, donc le fait que DADOES ait l’air différent est totalement volontaire. D’ailleurs, dès que j’ai lu le livre, c’est devenu facile. Au lieu de représenter la version futuriste d’une ville japonaise surpeuplée, j’ai plutôt vu une ville-fantôme d’après-guerre, où il n’y aurait plus de services sociaux et de zones délimitées, que tout le monde voudrait quitter et qui n’intéresserait personne.

BDE : Il y a dans le roman beaucoup de philosophie et peu d’action. Comment as-tu appréhendé ce rythme particulier ?
TP : C’est devenu beaucoup plus facile à faire une fois que j’avais accepté le fait que c’était une histoire différente des autres, où la récompense serait les 4/5 dernières publications. Tout ce qui se passe avant contribue à cette construction de récit, et c’était sympa à réaliser.

BDE : Tes dessins sont formidables et très proches de l’idée que je me faisais de cet univers. As-tu partagé quelques croquis ou planches pour avoir d’autres réactions ?
TP : Merci pour le compliment, j’apprécie beaucoup ! En fait, je me suis approché du livre en sachant que tout le monde aurait son avis sur mon travail. Ma ligne de pensée était alors qu’il y aurait un premier groupe de lecteurs qui compareraient au film, et qu’ils seraient déçus ; un autre groupe aurait envie que tout ressemble à ce qu’il y a dans le livre, et serait déçu aussi, car cela ne correspond pas exactement ; un troisième aurait lu le livre et vu le film, et serait déçu car cela ne ressemble ni à l’un ni à l’autre ; enfin, il y en aurait eu un quatrième sans aucune expérience de l’histoire, qui aurait été déçu de ne pas être diverti. Mon boulot était pourtant de satisfaire ces quatre groupes, et je m’attendais à ce que tout le monde déteste mon travail.
J’ai donc été agréablement surpris que ce travail soit bien reçu par tous ces groupes de lecteurs. Je suis toujours étonné de parler à des gens qui me disent que la façon dont j’ai interprété les choses correspondait à la vision qu’ils s’en étaient fait en lisant le roman. J’ai aussi été abasourdi par les excellentes critiques de MTV, Village Voice ou National Public Radio, et ensuite par la nomination à l’Eisner Award de la Meilleure Première Série de 2010. L’Eisner est vraiment la plus belle récompense pour un comics américain. Je dirai juste que c’est un hommage qui prouve à quel point l’histoire de Philip K. Dick était bonne.

BDE : Beaucoup d’auteurs rendent justement hommage à cet écrivain pour la façon dont il a influencé son époque. En fais-tu partie ?
TP : Il est un des écrivains qui m’ont influencé plus encore que je ne le croyais. Je n’avais lu qu’une toute petite partie de son œuvre avant d’entamer DADOES, mais je continue à remarquer de petites choses qui ont pu m’influencer. Certaines de façon évidente – des livres ou des adaptations au cinéma dont je n’avais même pas fait attention qu’ils étaient de lui – et d’autres à travers des auteurs que j’apprécie et qui ont clairement travaillé sous son influence.

BDE : Pourrais-tu à nouveau adapter un autre de ses romans ?
TP : Si on m’en donnait l’opportunité, j’adorerais. Il a laissé une bibliographie tellement énorme et dynamique, je ne saurais par contre pas lequel choisir.

BDE : Sur quel projet vas-tu maintenant travailler ?
TP : Je ne peux pas encore l’annoncer, mais je suis épaté de pouvoir travailler dessus ! 🙂

BDE : Sur ton site, tu montres de nombreux dessins inspirés de mangas. En es-tu un grand amateur ?
TP : Je suis fan des BD et des romans graphiques du monde entier. Avoir des bons dessins et des bons scénarios n’appartient pas à une seule culture. Ce serait triste pour moi, personnellement et professionnellement, de ne pas rechercher de la qualité sous n’importe quelle forme. Moebius est pour moi d’une influence majeure – même si ça ne se voit pas – et j’aime aussi le travail de Masamune Shirow (Ghost in the Shell, Appleseed) et Katsuhiro Otomo (Akira). Mon manga favori est certainement Lone Wolf and Cub. Je ne peux d’ailleurs toujours pas croire qu’une histoire de 28 volumes continue à autant m’intéresser, il faut vraiment que ce soit bien fait.

BDE : Je ne peux pas te laisser sans parler de ton homonyme, le basketteur français de San Antonio. Crois-tu devoir sortir avec une star de la télé pour être aussi connu que lui ?
TP : Ha ha ! Je préfère essayer de gagner ma célébrité en faisant mon travail du mieux possible. En plus, si je devais commencer par sortir avec une star, il faudrait ensuite que je sorte un album de rap et que je la trompe ! 😉

BDE : Merci beaucoup pour cette interview et bonne continuation !
TP : Merci à toi de t’être intéressé à mon travail. J’en profite pour inviter les lecteurs à jeter un œil à mon site (tonyparkerart.com), où il y a aussi mes travaux précédents, des mises à jour et des dessins originaux. Merci encore pour cette discussion et j’espère que vous aurez tous plaisir à lire ma série. 🙂

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 8 mai 2011.

© 2011 Heupé SARL/Emmanuel Proust Éditions/Parker
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*