Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Leah Moore et John Reppion – Scénaristes de Raise the Dead

Rencontre avec Leah Moore et John Reppion – Scénaristes de Raise the Dead

« Je crois que je connais un endroit où nous pourrions aller. Je travaille dans un laboratoire sur la route n°1. Une partie du complexe est souterrain. Il a sa propre alimentation en énergie et des stocks de nourriture et d’eau. On pourrait s’y cacher en sécurité pendant des jours, voire des semaines.
– Super, et on va là-bas à pied? »

Déjà remarqués avec leur adaptation fidèle du classique Alice au Pays des Merveilles, le couple de scénaristes britanniques Leah Moore et John Reppion revient par chez nous avec une série bien différente, puisqu’il s’agit cette fois d’une histoire de zombies comme les amateurs les aiment. Nous souhaitions vous la présenter à travers l’interview des auteurs, toujours en quête d’idées neuves.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Après Alice au Pays des Merveilles, voici Raise the Dead chez Soleil. Est-ce que cela vous intéresse de connaître l’accueil des lecteurs français et de voir comment est perçu votre travail dans un autre pays ?
John Reppion : Bonjour ! Bien sûr, nous sommes très, très heureux que Soleil ait réalisé une traduction d’Alice au Pays des Merveilles puis de Raise the Dead – nous savons que les Français sont passionnés de BD et nous sommes extrêmement heureux que les lecteurs français qui ne parlent pas l’anglais aient l’occasion de lire nos albums. Naturellement, nous souhaitons toujours qu’un maximum de personnes puisse lire et apprécier nos œuvres et nous espérons que de nouveaux lecteurs nous rejoindront sur Raise the Dead.
Leah Moore : Je suis moi aussi très intéressée de connaître l’avis des lecteurs français sur ces albums, surtout pour voir si les mêmes choses nous plaisent ou si, au contraire, ils apprécient des éléments très différents de nous.

BDE : Raise the Dead est une totale création de votre part, contrairement à Alice. Qu’est-ce qui vous convient le mieux ?
LM : Avec Raise the Dead, nous avons eu une formidable galerie de personnages à créer, ce qui a vraiment été amusant et intéressant. Les dialogues sont bons si vous avez de bons personnages. Dans une histoire de zombies, vous avez besoin de héros qui vont discuter pour faire avancer l’histoire et combattre les zombies en même temps. J’ai réellement adoré écrire ce scénario, c’était vraiment fun, d’une terrible façon car on doit les mettre au cœur de l’horreur.
Malgré cela, j’ai aussi aimé faire l’adaptation d’Alice. Quand on adapte un livre, il s’agit surtout de sortir les images qu’on se fait en cours de lecture, puis de les retranscrire sur une planche de BD, ce qui est un procédé assez amusant en lui-même. Sur un classique comme Alice, c’est un vrai plaisir ! Mais c’est aussi le challenge d’amener quelque chose de nouveau à l’histoire et, pour être honnête, la seule façon dont on a pu le faire a été de légèrement changer le rythme des scènes ou la direction du « jeu » des personnages. Vraiment, vraiment amusant malgré tout ! Je ne sais finalement pas ce que je préfère. Je crois que je pourrais faire les deux à tout moment !

BDE : Les histoires de zombies sont très populaires, comme le montre le succès de Walking Dead. Était-ce difficile de trouver de nouvelles bonnes idées et était-ce votre envie de faire une histoire plus classique ?
JR : Quand nous avons commencé la série en 2007, Walking Dead existait déjà depuis quelques années et il y avait eu une explosion des histoires de zombies, aussi bien au cinéma que dans la BD. Ce qui est dommage, c’est que tout n’était pas de la même qualité. De notre côté, nous avons voulu créer une histoire excitante et nerveuse, avec plein de sang et d’horreur, mais nous voulions aussi que ce soit bien fait. Je suis un énorme fan des récits de zombies au cinéma ou dans les livres depuis mon adolescence, alors j’ai vraiment tenu à faire les choses bien – pour montrer que nous ne prenions pas le train en marche et que nous écrivions quelque chose qui pourrait toucher les fans. Les gens ont tendance à penser que Walking Dead est l’équivalent en comics des films de Romero ; Raise the Dead est (je l’espère) plus proche des œuvres de Peter Jackson, Sam Raimi ou Dan O’Bannon.

BDE : La série est très amusante à lire, en contenant tout ce que les amateurs peuvent aimer. Est-ce que cela a été aussi amusant à écrire ?
LM : Oh absolument ! Je n’avais jamais vu de film de zombies avant de sortir avec John, mais il m’en a tout de suite montré des tas et des tas en même temps. Je suis arrivée tard dans le genre, mais j’aime vraiment ces idées autour des zombies. Ce sont des monstres tellement géniaux, des créatures menaçantes et vides dans lesquelles on peut projeter toutes nos peurs. Que ce soit la maladie ou l’anarchie, ou vos voisins, ou tout le reste de la société… c’est tellement flexible, il y a un nombre illimité de façons de s’en amuser. Ce que j’ai préféré en écrivant Raise the Dead était la réponse des personnages à la situation – leur peur, leur force ou leur colère qui s’accentuaient au cours du récit nous a beaucoup appris sur l’écriture dramatique. Ça a révélé quels monstres étaient en nous. Car trouver de nouvelles façons de tuer des gens ou de tirer sur la corde des sentiments, c’est tout le plaisir d’écrire ces histoires de zombies !

BDE : Comment avez-vous trouvé les dessinateurs Marc Rueda et Hugo Petrus et qu’avez-vous pensé de leur travail ?
JR : Hugo avait déjà réalisé quelques croquis de zombies et de personnages et nous savions qu’il serait parfait pour ce projet. Il est incroyable dans sa façon de rendre vivant ses personnages – en leur donnant des expressions et des réactions crédibles – il vous fait vraiment croire en eux. L’encrage propre et clair de Marc – avec ses grands traits noirs, épais et gras – a ensuite apporté une toute nouvelle dimension. C’est vraiment une « dream team » qui a travaillé sur cette série. Ils ont semblé tout comprendre de ce qu’on voulait et ont relevé tous les défis qu’on leur a donnés. Beaucoup de livres d’horreur misent tout sur le gore, mais Hugo et Marc ont conçu un monde crédible et solide, et je pense que c’est certainement un des éléments qui a permis que l’histoire marche si bien.

BDE : Vous avez travaillé pour différents éditeurs britanniques et américains. Pourriez-vous un jour le faire en France ?
LM : Nous avons toujours été ouverts à cette idée, nous avons même eu quelques contacts avec certaines personnes au fil des ans, mais rien ne s’est encore concrétisé. L’élément principal qui nous amènerait à travailler pour un éditeur français est que c’est un support qui touche un nombre incroyable de personnes de tous les genres. Pas seulement un petit groupe de fans, mais tout le monde. J’adore cette liberté qu’on vous accorde pour écrire absolument ce que vous voulez. Parfois, on doit juste plaire à quelques fans de comics et, pour être honnête, le monde de la BD américaine ou britannique demande surtout qu’on écrive les mêmes trucs pour les mêmes personnes, juste d’une manière différente. Comme on le voit avec les reboots permanents de personnages ces dernières années. Alors ça serait fantastique d’avoir la liberté d’écrire des séries sur tout ce qu’on voudrait. Écrire l’histoire qu’on veut, le faire sous forme de BD et savoir que beaucoup de monde sera intéressé… ça serait génial.

BDE : Connaissez-vous quelques titres français ? Et que pensez-vous de la différence de culture entre les éditeurs ?
JR : Malheureusement, nous n’avons pas beaucoup de traductions de séries par chez nous et, comme Leah et moi, ne parlons pas vraiment français, nous serions incapables d’apprécier les histoires en version originale. En regardant autour de moi sur les étagères, je peux voir les trois premiers volumes de Requiem Chevalier Vampire et les deux premiers Blacksad – des traductions en anglais – mais je crois que c’est tout ce que nous avons. Il n’y a en fait pas beaucoup d’éditeurs en Grande-Bretagne parce que la BD n’y est pas vraiment aussi respectée que dans d’autres pays d’Europe, surtout en France et en Espagne. Je crois que c’est en train de changer mais, malgré cela, la majorité de notre travail se fait pour le moment avec les États-Unis.
LM : Je pense que la qualité des productions françaises est meilleure, les dessins sont beaucoup plus appréciés et imprimés en suffisamment grand pour qu’on puisse les apprécier. Le format plus grand et les couvertures cartonnées donnent une sensation de plus grande respectabilité. Quand nous allons à des conventions en Europe et que nous regardons les albums présentés, c’est toujours époustouflant de voir comme ils sont beaux. Ça me donne toujours envie de les acheter rien que pour voir les images. Je pense aussi que les sujets traités sont bien plus variés. Le marché européen est moins restreint par la tradition que sur la marché américain ou anglais. Nous avons tendance à penser « on aimait ça il y a des années, refaisons-le ! », ce qui est souvent sympa mais qui limite un peu des productions originales.

BDE : Vous avez laissé la suite de Raise the Dead aux mains de Mike Raicht. Pourquoi et qu’a-t-il amené à la série ?
LM : En fait, j’étais enceinte de notre fils Edward quand nous envisagions la seconde partie et nous savions que nous n’écririons plus de scénarios jusqu’à ma sortie de maternité. Dynamite nous a alors proposé de réaliser une trame et de la confier à des mains expérimentées. Nous avions tous les deux adoré le travail de Mike sur Zombie, paru dans la collection Marvel Max (NDR : traduit en 2009 par Panini Comics), et qui est sorti au moment où nous travaillions sur la première partie. Il était devenu notre premier choix. Coup de chance pour nous, il l’était aussi pour Dynamite, et nous avons pu l’accueillir à bord. Ça a été bizarre de lui laisser diriger le scénario, parce que je suis une maniaque du contrôle, mais une fois commencé, tout s’est déroulé parfaitement. Il a totalement compris nos personnages et a su les ramener à la vie, exactement comme des zombies ! J’ai beaucoup aimé lire ses pages, parce que Mike les avait écrites lui-même, ce n’était plus ce projet qu’on menait depuis très longtemps. C’était frais et neuf. Vraiment génial.

BDE : Sur quoi travaillez-vous à présent ?
JR : Nous écrivons en ce moment une BD animée online en dix parties, qui se déroule dans le Manchester victorien et qui s’appelle The Thrill Electric.

BDE : Ça semble particulièrement original et excitant !
LM : Ça l’est réellement ! Il s’agit de 150 pages à écrire pour une BD animée. Ce n’est pas un album adapté, puisqu’il a été totalement conçu pour être lu sur internet. Les lecteurs peuvent donc l’avoir sur leur téléphone portable et l’emmener partout avec eux !
L’histoire suit la vie d’une bande de jeunes personnes qui travaillent dans un bureau du télégraphe dans les années 1870. Des enfants normaux avec leurs amours et leurs secrets, leurs espoirs et leurs désirs, mais ils vivent d’une manière très moderne et internationale. Ils maitrisent le télégraphe mais pas leurs parents, ils passent leurs journées à discuter avec d’autres personnes à de très longues distances, tout se passe dans un endroit très moderne, mais dans un Manchester victorien.
C’est super à écrire, notamment pour les peines de cœur et les romances. Nous sommes heureux que Emma Vieceli ait fait le design des personnages et du livre, tandis que le fantastique et tout nouveau Windflower Studio dessine l’album en lui-même. Ils nous impressionnent vraiment par leurs dessins magnifiques, c’est un plaisir de travailler avec eux. Nous avons vraiment essayé de faire tout ce qu’on pouvait de mieux avec un album animé, en nous questionnant sur ce que ce support pouvait amener. Je pense que c’est réussi et j’ai hâte de savoir ce que les lecteurs en penseront !

BDE : Merci beaucoup à tous les deux !
LM & JR : Merci à toi !

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 8 mai 2011.

© MC Productions/Reppion/Moore/Petrus/Rueda
© Dynamite Entertainment/Classic Monsters LLC
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*